Plein ecran

Après la “manif de la honte”, Génération identitaire défile à son tour dimanche pour dénoncer l’islamisme (MàJ)

17/11

17/11/19



15/11/19

La réponse ? Dimanche, le collectif Génération Identitaire manifestera à Paris contre l’islamisme et ses dérives. Un raout pensé et organisé en marge de l’attentat de la préfecture de police parisienne, une semaine après le rassemblement contre l’islamophobie.

« Aujourd’hui, nous vivons côte à côte », prévenait Gérard Collomb en quittant sa fonction de ministre de l’Intérieur. « Je crains que demain, l’on vive face à face ». Dimanche, « islamo-collabos », indigénistes, communautaristes patentés et opposants de la hiérarchie républicaine qui fait primer le légal sur le religieux s’étaient donnés rendez-vous pour « marcher contre l’islamophobie », une « islamophobie » qui n’a cependant pas fait la moindre en victime en France, au demeurant. En privé, Emmanuel Macron, pourtant parangon du « en même temps » et du slalom idéologique, n’a pas manqué de tancer les récupérateurs présents sur place. « Manifester à côté des salafistes et d’antisémites patentés, c’était la farandole des récupérateurs », aurait-il lancé en privé, dans des propos rapportés par le Canard Enchaîné.

Dimanche 17 novembre, le « collectif stop islamisme » et la très médiatique Génération Identitaire ont pris rendez-vous place Denfert-Rochereau à 14h pour le départ du cortège. Le parcours n’est pour l’heure pas encore connu. « Il aura fallu patienter un certain temps, mais la préfecture a fini par autoriser cette manifestation », se félicite Clément Martin, porte-parole de « GI ». La plus grande action entreprise par ce « lobby contre l’immigration » ? « A n’en pas douter. Il s’agira de la plus grande manifestation co-organisée par Génération Identitaire », évoque Clément Martin. D’autres mouvements qui ont fait de la défense de l’identité un objectif seront présents, comme Academia Christiana.

Paris : un clandestin algérien vient au commissariat récupérer son portable qu'il a perdu en agressant une femme, la police l'arrête
Limay (78) : ces trafiquants s'étaient approprié un quartier et terrorisaient les riverains pour vendre de la drogue

Commentaires

X
Accueil
Menu