Plein ecran

« Le Canada devrait dire adieu à la diversité » : la tribune d’un universitaire canadien fait polémique, un journal s’excuse de l’avoir publié

15/09

Le Vancouver Sun a publié dans son journal et sur son site Internet la lettre d’opinion d’un chargé de cours de l’Université Mount Royal, de Calgary, Mark Hecht, dans laquelle il déclare que le Canada se porterait mieux sans diversité ethnique.

« Le Canada devrait dire adieu à la diversité, à la tolérance et à l’inclusion pour reconstruire la confiance en autrui et commencer à accepter une nouvelle norme en termes de politique d’immigration. »

Les mots de Mark Hecht, publiés samedi dans le Vancouver Sun et Vancouver Province, ont très vite choqué. Le titre de l’article a, dans un premier temps, été modifié pour préciser que l’homme n’était pas professeur, mais chargé de cours à l’Université, avant que l’article ne soit finalement supprimé des versions numériques de ces journaux.

« Le Vancouver Sun s’engage à promouvoir et à célébrer la diversité, la tolérance et l’inclusion. Notre communauté et notre nation dynamiques reposent sur ces piliers importants », écrit le rédacteur en chef du Vancouver Sun, Harold Munro, sur le site du journal.

L’article de Mark Hecht a déclenché une forte réaction sur Internet. Des journalistes de Postmedia, propriétaire des deux publications, ainsi que des professeurs de l’Université Mount Royal ont tenu à condamner les propos et à prendre leurs distances.

(…) Mark Hecht s’appuie, dans sa tribune, sur un rapport de l’Institut Gatestone, un groupe de réflexion qui a publié de la désinformation et des contenus antimusulmans, d’après le Conseil sur les relations américano-islamiques.

Ancien journaliste du Vancouver Sun, Sean Holman enseigne à présent le journalisme à l’Université Mount Royal. Il rejoint Evan Balgord dans sa critique de l’Institut Gadestone et du caractère irresponsable de citer une telle source sans contexte. Pour lui, la tribunen’aurait jamais dû être publiée.

« Je pense qu’il est essentiel de comprendre que ce n’est pas une question de liberté d’expression dans ce cas », explique-t-il.

Le professeur explique que le texte pouvait raisonnablement attiser le sentiment anti-immigrés et antiréfugiés, ce contre quoi il s’est battu dans son propre travail et dans les cours qu’il donne. Il explique qu’il demande notamment à ses étudiants de deuxième année de rendre compte de la vie des nouveaux arrivants.

(…) Radio-Canada

Vannes (56) : Un Algérien jugé pour avoir violenté une infirmière et avoir menacé le personnel soignant "Il se réclamait de Daech"
Gilets jaunes : pourquoi la police a saisi une centaine de parapluies à Nantes ?

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu