Plein ecran

Dans certaines villes allemandes, les Allemands ne sont plus qu’une ethnie parmi d’autres

14/07

Francfort-sur-le-Main, Offenbach, Heilbronn, Sindelfingen – dans ces villes et dans d’autres, les Allemands sans origine immigrée ne représentent plus la majorité absolue, mais seulement le groupe le plus important. Ceci affecte l’Allemagne de l’Ouest plus que l’Allemagne de l’Est et les villes plus que la campagne.

Déjà dans les années 1980, les Verts ont propagé le « Multikulti », c’est-à-dire une société multiculturelle. À l’époque, de nombreux électeurs bourgeois avaient les cheveux dressés sur leur tête à cette idée, même si le multiculturalisme avait commencé depuis longtemps.

Cette réalité s’est accentuée au cours des dernières décennies. Cependant, le terme est passé de mode. Aujourd’hui, nous parlons de diversité et de société colorée. Dans les grandes villes allemandes, la société majoritaire touche à sa fin, ce qui signifie que les Allemands sans origine immigrée (selon la définition de l’Office fédéral de la statistique) ne sont plus la majorité absolue (>50%), mais simplement le groupe le plus important avec les Allemands d’origine étrangère.

Francfort est un pionnier

A Francfort-sur-le-Main, la société majoritaire n’existe plus. Il en va de même pour des villes plus petites comme Offenbach (seulement 37% d’Allemands sans origine immigrée), Heilbronn, Sindelfingen et Pforzheim, explique Jens Schneider, chercheur à l’Université d’Osnabrück. La même chose se produira bientôt dans de nombreuses autres villes allemandes.

Selon la publication des statistiques annuelles de la ville, 46,9% d’Allemands sans origine immigrée vivaient à Francfort début 2018. Les Allemands issus de l’immigration représentaient 23,6% et les étrangers 29,5%, soit un total de 53,1%. La proportion d’Allemands sans origine migratoire n’a cessé de diminuer ces dernières années. Le seuil inférieure à 50 % a été franchi pour la première fois en 2015 (48,8 % ). […]

La société majoritaire cessera bientôt d’exister

A Stuttgart, la proportion actuelle de la population issue de l’immigration et des étrangers est de 46%. Cependant, selon le bureau de presse de la capitale du Bade-Wurtemberg, près de 60% des moins de 18 ans de Stuttgart sont issus de l’immigration. Par conséquent, le rapport global changera également dans les années à venir, de sorte qu’il n’y aura plus de majorité ethnique définie, comme c’est déjà le cas dans d’autres municipalités aujourd’hui.

La fin de la société majoritaire touche presque exclusivement les villes ouest-allemandes et souvent les villes du sud de l’Allemagne, ce qui est dû à la puissance économique du sud et à la demande de main-d’œuvre qui en découle. Cependant, il existe également de nombreuses villes dans lesquelles la proportion des groupes de population mentionnés est nettement plus faible ; elles ont tendance à être situées dans l’est et le nord de l’Allemagne. A Hanovre et à Berlin, par exemple, la proportion n’est que d’environ 30%, à Kiel 24%, à Potsdam 12% et à Dresde 11% (chiffres de fin 2016). Avant la réunification, les Länder de l’est de l’Allemagne possédaient un niveau d’immigration bien inférieur à celui des Länder de l’ouest de l’Allemagne, ce qui se reflète encore aujourd’hui dans les chiffres.

Selon l’Office fédéral de la statistique, l’Allemagne comptait 81,7 millions d’habitants en 2017, dont 62,5 millions d’Allemands sans origine immigrée (76,5%). Au niveau fédéral, les Allemands sans origine immigrée resteront donc la majorité absolue dans un avenir prévisible. Les Allemands issus de l’immigration représentent actuellement 12,5% (9,8 millions) de la population totale et les étrangers 11,9% (9,4 millions). Toutefois, là encore, la tendance à la baisse de la proportion d’Allemands sans origine migratoire devrait se poursuivre. Dans le cas des enfants âgés de 0 à 10 ans, la proportion d’Allemands sans origine immigrée est encore de 60%, alors qu’elle est de 64% chez les 10-15 ans.

[…]

Un phénomène dans toute l’Europe

Des villes comme Francfort-sur-le-Main, où l’on trouve une majorité de minorités, sont tout sauf un phénomène allemand. Dans les villes américaines, cela est connu depuis de nombreuses années. Même en Europe, des villes comme Amsterdam, Bruxelles ou Londres n’ont plus une majorité de « peuples indigènes ». A Amsterdam, les Néerlandais sans origine migratoire sont minoritaires depuis 2011. Les Marocains constituent le plus grand groupe d’étrangers avec 9%. Parmi les enfants de moins de 15 ans, seul un sur trois est d’origine néerlandaise. En 2018, Maurice Crul, chercheur néerlandais sur l’intégration, a déclaré dans une interview au « Frankfurter Allgemeine Zeitung » que l’intégration n’a plus lieu dans certaines de ces villes, mais qu’en principe elles organisent simplement le vivre ensemble. La diversité est la nouvelle norme, mais cela pourrait conduire à l’insécurité culturelle dans la société majoritaire.

(Traduction Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch et Fdesouche.com)

Nzz.ch

 

Rappels :

Berlin, quartier de Kreuzberg : 370 élèves, un seul enfant de langue maternelle allemande

Dresde (All.) : 80 % des élèves de CP de cette école sont issus de l’immigration, les Allemands fuient l’établissement

Pays-Bas : « Les Hollandais doivent s’habituer à devenir une minorité »

La mosquée Abou Bakr de Roubaix adresse un appel aux supporters algériens : "Nous vous conseillons de rester chez vous"
Hongkong : affrontements lors d'une manifestation contre les commerçants venus de Chine continentale

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu