Plein ecran

Des taxis volants pour les JO de Paris 2024, le pari fou d’Airbus, ADP et la RATP

18/06

Les trois groupes ont annoncé au salon du Bourget un partenariat pour faire décoller des taxis volants en région parisienne pour les JO 2024. Deux liaisons sont étudiées : Roissy-Disneyland Paris et Roissy-Saint-Denis.

Les taxis volants débarquent à Paris. En ouverture de la deuxième journée du salon du Bourget, Airbus, ADP et la RATP ont annoncé un partenariat visant à faire voler ces aéronefs à décollage et atterrissage vertical (VTOL, en jargon aéronautique) en région parisienne pour les Jeux olympiques de 2024. Le projet, soutenu par la région Île-de-France et la DGAC, vise à développer un système complet permettant le vol de ces engins : conception et production des appareils, gestion du trafic à basse altitude, infrastructures (« vertiports »), maintenance. « C’est une course au long cours, et un défi technologique énorme, a reconnu le patron d’Airbus Guillaume Faury. Il y a de nombreux projets de ce type dans le monde, mais peu ont la crédibilité de l’équipe que nous réunissons. »

En quoi consisteront ces vols ? « Nous envisageons deux lignes pour commencer, Roissy-Disneyland Paris, et Roissy – Saint-Denis, indique Augustin de Romanet, le PDG d’ADP. Nous étudions l’installation de « vertiports » sur certains de nos dix terrains d’aviation générale. » Les liaisons envisagées excluent pour l’instant Paris intra-muros, dont le survol est jugé trop complexe en termes de sécurité et de réglementation. Quant au prix envisagé, il se veut agressif. La RATP évoque un objectif de prix entre un et deux euros du km, soit 30 à 60 euros pour une liaison Paris-Roissy. A titre de comparaison, les liaisons en hélicoptère à Mexico et Sao Paulo assurées par Voom, une filiale d’Airbus, sont facturées autour de 150 euros.

Défi technologique

Le projet présenté au Bourget est donc sacrément ambitieux. Il représente à la fois un défi technologique, et un challenge réglementaire : industriels et régulateurs aériens (DGAC, EASA) vont devoir définir un processus de certification spécifique pour ces vols d’engins électriques au dessus de zones très densément peuplées.

[…]

L’article dans son intégralité sur Challenges

Ouistreham (14): Deux passeurs de banlieue parisienne arrêtés avec 2 migrants dans le coffre
Le Tribunal fédéral suisse bloque l'expulsion d'un délinquant kosovar ... parce qu'il a le QI d'un enfant

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu