Plein ecran

En Seine-Saint-Denis les rendez-vous à la préfecture s’achètent au marché noir (MàJ : 2 mois après Le Parisien, Franceinfo en parle)

17/06

17/06/2019

Franceinfo révèle ce lundi 17 que de nombreux rendez-vous en préfecture, notamment en Seine-Saint-Denis, seraient pris par des individus peu scrupuleux qui profite des délais d’attente interminables pour revendre ces créneaux.
[…]

France Soir


[…]
Sur le site de la préfecture du 93, avant de commencer, un message alerte les internautes. « ATTENTION ! Toutes les prises de rendez-vous proposées sur ce site Internet sont gratuites. Soyez très vigilants, n’acceptez aucune prise de rendez-vous en ligne payante », peut-on lire à l’écran. Sauf que nous avons essayé à plusieurs reprises et à des jours différents d’obtenir un créneau pour le mois de septembre mais le message est toujours le même : « Il n’existe plus de plage horaire libre. Veuillez recommencer ultérieurement ».
[…]

« On a payé 150 euros et on a eu le rendez-vous. »
Tania à franceinfo

Croisé dans un cyber café de Bobigny, Mamadou, travailleur malien, lui refuse de payer pour obtenir un créneau pour aller déposer ses papiers en préfecture. Mais il ne sais plus quoi faire. « C’est très difficile. Avant, ça allait, il fallait attendre une semaine mais maintenant, ça fait des mois que je cherche à avoir un rendez-vous », explique-t-il, tout en craignant que ses papiers arrivent à expiration. Dans un autre cyber café de la ville, nous rencontrons le gérant, qui lui dit arriver à trouver des créneaux sur son ordinateur en surveillant régulièrement. Et il n’hésite pas à les moyenner.

« Moi s’il me donne l’argent, je prends rendez-vous, c’est tout. C’est 10 euros. Là par exemple, si quelqu’un m’a payé, dans 15 minutes je vais aller faire un petit saut. »
Un « revendeur de rendez-vous » à franceinfo

[…]

France Info


26/04/2019

[…]
« Moi j’ai essayé pendant un an, le jour, la nuit, quand j’étais en stage, mais je n’y arrivais jamais, finalement j’ai découvert sur Internet qu’il existait des rendez-vous payants. J’ai pris contact par mail, j’ai dû payer avec ma bourse trimestrielle de 170 €. Le jour où je récupérais ma convocation, il y avait cinq à six personnes comme moi qui avaient aussi payé 120 €. »
Le rendez-vous était bien valide puisque ces deux étudiants ont obtenu à l’issue un récépissé.
« C’est pitoyable d’en arriver là, mais sans ça on ne peut rien faire », confie le plus âgé. D’après le réseau éducation sans frontière (RESF), cela fait huit mois que la prise de rendez-vous par Internet est devenue quasiment impossible.
[…]
Et à plusieurs reprises, le tribunal a enjoint le préfet de délivrer des rendez-vous sous deux semaines. Ce fut le cas le 16 avril, concernant un ressortissant pakistanais, qui a prouvé avec des captures d’écran et des copies de courrier à la préfecture, qu’il n’arrivait pas à prendre rendez-vous pour déposer une demande de régularisation.
[…]

Le Parisien

Nigeria : un triple attentat attribué à Boko Haram fait au moins 30 morts et 40 blessés
Aurore Bergé, la porte-parole de LREM, ferme la porte à l'idée de quotas pour l'immigration familiale

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu