Plein ecran

Selon Stéphane François, chercheur politologue au CNRS «Il ne fait pas bon d’être musulman en Europe»

19/04

Qu’est-ce-que l’extrême droite ou les extrêmes droites ?

Stéphane François : J’emploie rarement le terme d’extrême droite. J’emploie celui d’extrême droite radicale ou d’extrême droite identitaire. On entend par là, et je ne suis pas le seul, les mouvements qui (…) ont du mal à accepter les valeurs des Lumières. Ce sont des mouvements antirépublicains et antidémocrates, même s’ils jouent le jeu de la démocratie. En plus, ils définissent un ennemi. En l’occurrence, depuis quelques années, l’ennemi est clairement affiché : l’Arabo-musulman.

Depuis le milieu des années 1990, avec la guerre en Yougoslavie et l’arrivée de jihadistes en Bosnie, ces milieux ont développé un discours qui s’affirme de plus en plus antimusulman. Le discours s’est radicalisé ensuite avec les attentats du 11-Septembre et, pour le cas français, avec les attentats de Mohamed Merah en 2012.

De quelle idéologie s’est inspiré l’auteur du double attentat de Chrischurch ?

Stéphane François : Le titre de son manifeste s’appelle « Le grand remplacement », théorie issue d’une tradition radicale dans le monde anglo-saxon, très ancienne et nativiste. A l’époque où elle a été formulée, au début du XXe siècle, la théorie indiquait qu’il fallait favoriser les WASP (qui se traduit en français par le « protestant anglo-saxon blanc », ndlr) et donc la race blanche.

Pour les adhérents de cette théorie, il vaut mieux dire que l’on est pour le grand remplacement plutôt que de dire, de manière un peu brutale, que l’on est contre le génocide des peuples blancs par les peuples de couleur. Il y a une utilisation stratégique du terme.

[…]

Pensez-vous que les différents extrémismes, de droite et islamistes, se font exister ?

Stéphane François : Clairement. C’est une construction en miroir, l’un répond à l’autre. Dans ces milieux de droite français ou européens, il y a une assimilation, une essentialisation même du musulman à l’islamiste ou au terroriste. Ceux qui n’embêtent jamais personne, que l’on ne voit pas, que l’on entend peu, qui vivent paisiblement leur foi, sont assimilés de fait à une cinquième colonne. (…) La théorie de la « rémigration » vise tous les musulmans.
[…]

Quelles solutions apporter face à cette situation ?

Stéphane François : Que les services de police fassent leur travail tranquillement. Il faudrait aussi renouer les liens entre les communautés qui sont fracturées depuis une vingtaine d’années. Mais c’est très dur car nous sommes face à des personnes qui sont dans une idéologie. Comment convaincre quelqu’un qui est persuadé d’avoir raison ? Un idéologue est forcément un fanatique.
[…]
Benoît Hamon a accordé un badge pour accéder à l’Assemblée nationale à Alexandre Benalla
Migrants imposés aux habitants de Pézenas (34) : "Vous êtes trop marrants les gauchistes, prenez-en chez vous. Vous nous imposez des gens !"

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu