Plein ecran

Face aux tensions migratoires, l’UE mobilisera 10’000 gardes-frontière

18/04

Les eurodéputés ont adopté mercredi une loi pour mieux contrôler les frontières extérieures face aux migrations irrégulières. Malgré la large acceptation, certains Etats y voient une menace de Bruxelles sur leur souveraineté.

Le texte voté à une large majorité de 403 voix contre 162 et 44 abstentions renforce les pouvoirs et les moyens de l’agence européenne Frontex, afin qu’elle puisse épauler des pays confrontés à un afflux de migrants, comme la Grèce en 2015.

Les effectifs devraient augmenter de manière progressive pour atteindre 10’000 agents en 2027, contre 1500 aujourd’hui. La Commission européenne souhaitait un tel renforcement dès l’an prochain déjà, mais s’est heurtée aux réticences des Etats membres, liées à des questions budgétaires et des craintes sur leur souveraineté.

Soupçons de « manœuvre »

Si l’objectif est largement adopté, le renforcement de Frontex suscite des résistances, en Italie et en Grèce notamment. Les partis au pouvoir y voient une manœuvre de Bruxelles pour se mêler des affaires internes des Etats membres.

Le commissaire européen Dimitris Avramopoulos balaie la critique. « Je vous le dis: on ne touche pas [à la souveraineté], ça ne fait pas l’ombre d’un doute. Il ne peut pas y avoir une intervention de l’agence sans le consentement express des Etats membres concernés ou des pays tiers concernés. »

RTS

NB: L’Italie devra fournir 610 personnes opérationnelles et sera le troisième pays contributeur après l’Allemagne et la France.

(Merci à Saint Christophe)

"Pas de collusion", "Game Over pour les haters de gauche" : Donald Trump tweete en s'inspirant de "Game of Thrones"
Pour Notre-Dame, Emmanuel Macron “envisage un geste architectural contemporain”

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu