Plein ecran

Autriche : « Nous n’aurions pas cette violence contre les femmes sans la crise migratoire de 2015 », déclare la Ministre de l’Intégration

22/01

La Ministre fédérale des Femmes, Juliane Bogner-Strauß et la Ministre de l’Intégration Karin Kneissl ont organisé une conférence de presse, le 17 janvier 2019, sur le thème de la « Violence et [de la] protection des victimes ». Elles y ont présenté les « Mesures du gouvernement fédéral autrichien pour plus de sécurité envers les femmes ». Juliane Bogner-Strauß a déclaré: « Nous avons connu un nombre croissant de meurtres de femmes depuis 2015. Ces derniers jours quatre d’entre eux […] m’ont beaucoup choquée, mais aussi beaucoup inquiétée« . La ministre fédérale a désormais décidé de faire tout ce qui est en son pouvoir pour « renforcer la sécurité des femmes autrichiennes« .

Quatre mesures rapides sont prévues à cet effet:

– Un numéro d’urgence à trois chiffres pour les femmes victimes de violence sera mis en place en Autriche, il sera disponible « 24 heures sur 24, 365 jours par an ».

– Un plus grand nombre de logements de transition doit être mis en place à la suite des refuges pour femmes.

– Mise en place à l’échelle nationale de centres de conseils pour les femmes et les filles victimes de violences sexuelles.

– Enseignement de l’éthique dans le cadre d’une matière scolaire obligatoire à l’échelle nationale, mettant l’accent sur la « relation non-violente« . […]

« Le meurtre commis à Wiener Neustadt a été l’acte d’un Syrien. Celui d’Amstetten, celui d’un homme d’origine turque. Le dernier en date à la gare centrale de Vienne est le fait d’un homme d’origine africaine. Je me souviens aussi du cas tragique de Steyer, en décembre 2018, où un Afghan de 17 ans a poignardé sa petite amie de 16 ans dans sa propre chambre. Mais l’affaire d’il y a deux jours (…) – un Kosovar qui a poignardé sa femme, qui voulait divorcer – en dit long et nous devons regarder très clairement ici, nous ne devons pas fermer les yeux« .

« Les flux migratoires de ces dernières années, poursuit Karoline Edtstadler, nous ont aussi importés des opinions comme l’antisémitisme, l’islamisme radical et, associé à cela, une image des femmes que nous rejetons clairement et qui n’a rien à voir avec nos valeurs. Je dis que c’est plus que cela, c’est associé à une dévaluation complète de la femme. Une situation où la femme devient un objet sexuel, où l’homme se débarrasse d’elle et où de plus en plus de crimes violents, extrêmes et graves se produisent jusqu’aux meurtres de ces derniers temps. »

[…] « Je dis très clairement que nous devons nous opposer fermement à cette violence. Parce qu’il est évident que le respect à l’égard des femmes a diminué de manière préjudiciable pour aller jusqu’au meurtre. La raison en est une rupture culturelle que nous n’accepterons pas. » Et de poursuivre: « Je dis une chose très clairement ici : toute personne qui demande une protection et qui en a réellement besoin recevra également cette protection en Autriche. Mais quiconque rejette nos valeurs, quiconque agit contre elles, ne mérite pas notre protection et nous emploierons donc toutes les possibilités légales afin d’expulser rapidement les demandeurs d’asile qui ont commis des crimes. »

« Depuis l’immigration de 2015, les femmes ne peuvent plus se déplacer dans l’espace public, quelque que soit l’heure du jour ou de la nuit, dans les mêmes conditions de sécurité qu’avant cette date. Le sentiment subjectif d’insécurité est désormais devenu un fait tangible. Nous vivons au milieu d’une vague de violence contre les femmes sans précédent comme nous l’indique la progression des statistiques en la matière, entre 2014 et 2018. »

Et de poursuivre : « J’ai personnellement mis en garde dans plusieurs textes et livres depuis 2015, lorsque j’étais encore une experte du monde arabe. Et c’est un fait que sans la crise migratoire de l’été 2015, nous n’aurions pas cette forme de violence contre les femmes. (…) Cela tient à l’image complètement différente de la femme. C’est une socialisation complètement différente. Il s’agit simplement d’une approche fondamentalement différente des valeurs. (…) En Autriche, l’Etat a le monopole de l’usage de la force, ce n’est pas le frère, le père, par exemple, qui châtie la sœur, la fille, ou même la femme. »

Karin Kneissl se souvient encore d’un cas l’année dernière où un Afghan a poignardé sa femme dans la rue, qui avait déjà demandé la protection des autorités. Un autre point important à l’ordre du jour est « l’augmentation massive des mutilations génitales en Autriche. Il s’agit d’un problème de migration: 100% de toutes les femmes qui ont subi des mutilations génitales en Autriche sont des femmes issues de l’immigration. Cela concerne 8000 personnes. »

Le fait est qu’il s’agit de violence culturelle. « Il s’agit de femmes et de filles issues de l’immigration qui sont principalement exposées à la violence physique et psychologique. Et cela tient aux normes et aux pratiques qui résultent de l’origine et de la culture de ces personnes. »

Dans la série de questions qui a suivi, un journaliste issu de l’immigration s’est plaint que les actes des migrants arrivés après 2014 ne soient pas statistiquement séparés du groupe de ceux qui vivent en Autriche depuis les années 1960. La ministre fédérale de la condition féminine, Juliane Bogner-Strauß, lui a répondu en prenant appui sur les chiffres de 2016 : « sur 900 viols, 44 % des auteurs, étaient des étrangers. (…) Et le groupe le plus représentatif est composé d’Afghans et de Turcs, ayant un travail ou étant demandeurs d’asile. »

Tichys Einblick

Merci à Nick

Chine : "Siniser l’islam pour le rendre compatible avec le socialisme", nouveau projet gouvernemental
La Souterraine (23) : mobilisation pour une famille de migrants congolais menacés d’expulsion

Commentaires

X
Accueil
Menu