Wiesel, BHL, Kouchner, Sopo… : «Nous sommes tous des juifs grecs !»

Le Monde publie un texte collectif intitulé « L’Europe unie est un rêve, l’austérité et le rejet de l’immigré, un cauchemar » dénonçant l’entrée du parti néonazi Aube dorée au Parlement grec et appelant à faire «vivre le rêve européen».

Nous appelons tous les citoyens, les partis politiques, les syndicats, les forces de la société civile, les intellectuels et les artistes à s’opposer à l’extrême droite en faisant vivre le rêve européen.

Cette résurgence de l’idéologie nazie ne concerne pas uniquement la Grèce. […]

Cette résurgence a été rendue possible par un minutieux travail de remise en cause du vivre-ensemble orchestré par les partis d’extrême droite ayant adopté la stratégie élaborée aux Pays-Bas par le Parti pour la liberté de Geert Wilders au début des années 2000. Celle-ci consiste à cacher le discours de l’inégalité des races derrière le masque culturel de «la lutte contre l’islamisation de l’Europe». […]

Le rêve européen pour lequel nous nous engageons, c’est celui d’un continent qui se souvient qu’il s’est construit sur les ruines laissées par le nazisme et dans le souvenir de la Shoah. C’est celui d’un continent débarrassé du racisme et de l’antisémitisme. C’est celui d’un projet de société fondé sur un vivre-ensemble par-delà les frontières. […]

Signataires : Anthony Giddens, sociologue ; Adam Michnik, historien, ex-membre de Solidarnosc ; Elie Wiesel, Prix Nobel de la paix, écrivain ; Benjamin Abtan, président d’EGAM ; Dario Fo, prix Nobel de littérature ; Svetlana Gannushkina, dirigeant de Memorial en Russie ; Amos Gitaï, réalisateur ; Béate et Serge Klarsfeld, président de Fils et filles de déportés juifs de France ; Bernard Kouchner, ex-ministre ; Bernard-Henri Levy, philosophe ; Oliviero Toscani, photographe ; A. B. Yehoshua, écrivain ; Daniel Barbu, professeur à l’Université de Bucarest ; Jovan Dijvak, général défenseur de Sarajevo assiégée ; Amélie Nothomb, écrivaine, Dominique Sopo, président de SOS Racisme.

Le Monde

Roms : la France entreprend «un intense travail d’explication» à New-York

François Zimeray, l’ambassadeur de France aux droits de l’homme et ancien député socialiste au Parlement européen, a déclaré aujourd’hui avoir effectué «un intense travail d’explication» à New York pour «réparer» l’image dégradée de la France causée par la polémique sur les roms.

«Pendant cette semaine de plaidoyers, j’ai mené un intense travail d’explication auprès de tous ceux qui étaient étonnés des nouvelles qui venaient de France dans lesquelles ils ne retrouvaient pas le pays qu’ils connaissaient», a-t-il confié à l’AFP, indiquant s’être entretenu plusieurs fois avec le sous-secrétaire d’Etat américain aux droits de l’homme, Michael Posner.

François Zimeray a rencontré des ONG, dont Human Rights Watch, les organisations juives américaines, le prix Nobel de la paix Elie Wiesel, les anciennes commissaires de l’ONU aux droits de l’homme Mary Robinson et Louise Arbour.

«Je ne peux laisser résumer l’action de mon pays à une circulaire annulée sur les Roms», a-t-il observé, ajoutant que «la meilleure façon de réparer l’atteinte à notre image est de montrer qu’on est à l’initiative sur les droits de l’homme».

Le Figaro/AFP