Municipales à Vitry : des patriotes agressés par des communistes et des racailles ?

Version d’un participant :

Le Front présentait à Vitry, bastion communiste, un candidat pour la première fois de son histoire.
Le weekend passé, à la fin du premier tour, ce candidat a subi intimidations de la part des ténors communistes locaux. De ce fait, il a été décidé ce weekend de lui prêter main forte pour le second tour.
Une 20aine de militants appartenant à divers mouvements politiques sont donc présents dans la mairie. Les résultats sont annoncés, le candidat FN se fait conspuer à chaque annonce de ses scores de façon assez violente par la foule assez hétéroclite (cocos de 60 ans sosies de Robert Hue / Femmes voilés / racailles). Le maire est réélu, fait son discours à l’issue duquel notre groupe lance une marseillaise. Celle ci sera copieusement sifflée par la foule présente, 7/8 vieux cocos nous poussent vers la sortie sous les huées de la foule cosmopolite. De là des coups sont échangés, avant que la Police intervienne. A l’extérieur d’autres coups sont échangés avec des racailles des cités avoisinantes. La Police arrive et nous escorte vers nos voitures.
Aucun salut nazi ni skinhead comme mentionné dans le torchon du Parisien.

Version du Parisien :

De la joie à la colère. Alors que les partisans d’Alain Audoubert (PC) célébraient dimanche soir la réélection du maire sortant (47,46%) dans le hall de la mairie de Vitry, une vingtaine de jeunes militants d’extrême droite — crâne rasé et blouson noir pour la plupart — sont venus perturber l’annonce des résultats.


Entonnant la Marseillaise à vive voix, certains d’entre eux ont mimé le salut nazi sous les yeux des élus et de leurs électeurs.

La foule, scandalisée, a alors expulsé le groupe de skinheads en dehors de l’hôtel de ville avec fermeté. De jeunes Vitriots s’en sont mêlé, et une échauffourée a éclaté sur l’esplanade de la mairie, quelques coups partant durant la bousculade. «?Si la police n’était pas intervenue rapidement, il aurait pu se produire un drame, raconte une habitante de Vitry. Parce que plusieurs jeunes des cités aux alentours ont rappliqué pour en découdre.?»

Mais le groupe d’agitateurs avait déjà été encerclé par les forces de l’ordre, qui l’ont escorté loin de l’hôtel de ville, sous les insultes d’une quarantaine de personnes.

D’après un témoin, les militants d’extrême-droite seraient repartis dans des véhicules immatriculés dans l’Essonne. «Choquants» et «scandaleux» pour beaucoup, les incidents n’ont fait aucun blessé.

Le Parisien

 

Vitry-sur-Seine : un homme blessé par balles entre la vie et la mort

La nuit dernière, aux alentours de minuit, les policiers sont appelés en urgence dans un immeuble : un homme gît dans une mare de sang sur le palier de son appartement. Très vite, les secours interviennent mais la victime, âgée de 43 ans, a été touchée à l’artère fémorale et se vide de son sang. Le SAMU 94 transporte l’homme en urgence à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris où il est admis dans un état critique, son pronostic vital étant fortement engagé.

(…) Le Parisien

Mélenchon : « Pourquoi tu te déguises en Afghan ?  »

Extrait de « Viens dîner dans ma cité » du 28 février 2012 – France 4

Membre fondateur du groupe 113, le chanteur Mokobé propose de faire découvrir sa ville natale, Vitry-sur-Seine, et ses habitants en organisant un dîner. Certains des invités sont célèbres, comme le footballeur Jérémy Ménez qui a fait ses classes à Vitry-sur-Seine, d’autres ont grandi dans le quartier, comme Djilali. Au cours du repas, les convives sont rejoints par deux hôtes de marque, Audrey Pulvar et Jean-Luc Mélenchon.

(Merci à Marc Herrstalle)

Prise d’otages dans une école maternelle à Vitry-sur-Seine (màj vidéo)

Addendum : vidéo de l’arrestation

(merci à Zatch et Major)

Hebergeur d'image

Addendum

Le forcené a été interpellé à l’issue des négociations

Le forcené, qui tenait des propos incohérents, décousus et qui a exprimé l’envie de mourir, a continué les négociations avec le Raid après la libération de l’otage. Les négociateurs souhaitaient obtenir de l’homme qu’il se rende sans confrontation. Le Raid a réussi à maîtriser le forcené qui a été interpellé et placé en garde à vue. L’homme n’était pas blessé et n’a pas formulé de revendications particulières. Son profil est encore peu précis.

BFM

Addendum

- selon I>Tele, le preneur d’otages serait « de type africain »

- la personne retenue en otage a été libérée par le forcené. Mais ce dernier est toujours retranché. Il menace de suicider.

- La police raconte qu’«avec une relative facilité, trois adultes et quatre enfants ont pu partir». Le dernier adulte retenu est un ancien militaire et n’a, semble t-il «pas peur du preneur d’otage». Pour l’instant, les motivations du preneur d’otage ainsi que son identité ne sont pas connues. Les policiers tentent de savoir si l’arme qu’il détient est factice ou non.

Le Figaro

Vitry-sur-Seine (94) : Les lycéens de Jean Macé mobilisés contre l’insécurité

Ils se sont allongés devant les grilles pour dénoncer « l’insécurité » qui règne selon eux au lycée Jean-Maé. Une vingtaine d’élèves, habillés tout de noir, ont organisé hier une mini-manifestation afin de tirer la sonnette d’alarme après la série d’événements qui se sont déroulés devant l’établissement depuis la rentrée.

Le 20 septembre, un affrontement entre deux jeunes extérieurs à Jean-Macé s’est soldé par des jets de gaz lacrymogène, avant qu’un jeune homme ne soit aperçu aux alentours armé d’une… hachette. « J’ai vu plusieurs personnes courser une autre, et je me suis fait gazer. On n’est pas obligé de subir ça devant son lycée », estimait hier Oscar, élève en terminale littéraire, avant de rentrer en classe. En début de semaine, nouvel épisode. Plusieurs élèves ont été pris pour cible par les occupants d’une voiture qui leur ont tiré dessus avec une arme de paintball. « Ils sont revenus et l’un d’entre eux a commencé à s’embrouiller avec un élève du lycée, raconte Damien, 17 ans. Puis ils sont descendus et se sont mis à quatre pour le tabasser. » (…)

Le Parisien

Un homme torturé retrouvé dans un parking à Vitry-sur-Seine

Un homme âgé de 57 ans a été retrouvé ligoté dans la nuit de mercredi à jeudi dans un parking souterrain, situé rue Mario-Capra à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne). Des passants ont découvert la victime grièvement blessée mais en vie, adossée à un mur vers 1 heure du matin. Elle était attachée et présentait de nombreuses traces de sang et d’importantes brûlures sur tout le corps.

L’homme, qui habite l’immeuble où il a été retrouvé, a expliqué qu’il avait été agressé et torturé par trois hommes. Ces derniers ont ensuite pris la fuite d’après ses déclarations.

Le Parisien

(Merci à Fedor)

Vitry-sur-Seine : un professeur de collège frappé en cours

Un professeur de mathématiques âgé de 31 ans s’est fait agressé mardi en plein cours par un élève de 4e au collège Jean-Perrin de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne). Alors qu’il assistait en tant que tuteur à un cours donné par un enseignant stagiaire, ce professeur «expérimenté et très calme» selon ses collègues, aurait reçu trois gifles et un coup de genou donné par l’adolescent.

«Cet élève perturbateur mettait ses pieds sur la table et avait un comportement très agressif et provocateur, relate un enseignant. Trois adultes ont tenté de le calmer mais rien n’y a fait. Après une escalade verbale, il s’est levé et a frappé mon collègue», poursuit-il, évoquant «une scène très violente».

Très choqué, l’enseignant touché a immédiatement porté plainte au commissariat de Vitry et a reçu une journée d’interruption temporaire de travail (ITT). Le jeune agresseur, qui habite dans un foyer, doit être rapidement convoqué au commissariat.

Les enseignants organisent mercredi, une journée «collège mort» pour protester contre cette agression. Leur établissement appartient à la liste des 106 établissements « exposés à la violence et à un climat scolaire dégradé ».

Le Parisien

Arte : le doc de la discorde, « la Cité du mâle », reprogrammé

Addendum 8/09/10 : Réaction d’Elisabeth Lévy aujourd’hui sur RTL. (Le documentaire d’Arte devrait être diffusé le 29 septembre, avec des visages floutés)

Image de prévisualisation YouTube

_______________________________________________________________

Diffusera ? Diffusera pas ? Après trois jours de débats, la chaîne Arte a annoncé vendredi que « la Cité du mâle », dont la diffusion prévue mardi dernier avait été annulée à la dernière minute à cause de menaces de mort, sera bien programmé, après quelques modifications. Dans ce documentaire de cinquante minutes, la réalisatrice s’est penchée pendant plusieurs mois sur les rapports entre les filles et les garçons de la cité Balzac de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), marquée par la mort de Sohane en 2002, brûlée vive par un amoureux éconduit.

Lire la suite

Diffusion annulée du documentaire « La cité du mâle ».

Ce mardi soir à 22h20, Arte devait diffuser « La Cité du mâle », un documentaire réalisé par Cathy Sanchez dans le cadre d’une soirée intitulée « Femmes : pourquoi tant de haine ? ». La programmation a été annulée au dernier moment par la chaîne qui explique, en commentaire sur Rue89, que certaines personnes se seraient senties en danger. Extraits…



Dans ce film, la réalisatrice revient à la cité Balzac, à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) où Sohane avait été brûlée vive en 2002.

Lire la suite

La schizophrénie des profs

Par Eric Zemmour

Ils défilent. Ils manifestent. Ils se plaignent. Ils exigent. Révolte de routine ? Non, sire, une révolution. Les profs manifestent pour la sécurité. Ils se plaignent de la violence. Ils exigent de la répression.

« Ils voient qu’une immigration continue depuis trente ans sape leurs efforts d’intégration et militent avec le RESF. »

Certes, ils croient encore naïvement que l’arrivée de surveillants supplémentaires sera la solution miracle. On n’efface pas toute trace de pensée magique d’un trait de plume. Mais il faut se souvenir qu’il y a vingt ans leurs aînés parlaient de «sentiment d’insécurité»; et traitaient de «fascistes» et de «racistes» tous ceux qui dénonçaient la montée de la violence à l’école.

La culpabilité coloniale hantait ces bons apôtres. La culture de l’excuse sociale était une seconde nature.

Encore aujourd’hui, d’éminents sociologues nous expliquent que les jeunes enfants d’immigrés se sentent exclus d’une école faite pour les Blancs. Leur enseigner Molière et Louis XIV les «humilie». Les profs, comme toute la gauche, sont schizophrènes : ils croient en l’émancipation par la culture et ne peuvent se défaire de ces fadaises victimaires. Ils voient qu’une immigration continue depuis trente ans sape leurs efforts d’intégration et militent avec le RESF (Réseau Education sans frontières) contre les expulsions d’enfants de sans-papiers.

suite

Lettre ouverte de Marine Le Pen aux professeurs et parents d’élèves

Madame, Monsieur,

La violente agression d’un jeune homme dans son lycée de Vitry-sur-Seine le 2 février dernier illustre d’une manière dramatique les dérives inquiétantes que connaît l’école.

Le Front National n’attend pas la survenue d’événements tragiques pour se saisir des problèmes du pays et tenter d’y trouver des remèdes. Depuis longtemps, nous avons posé un diagnostic sur l’état de l’école, et proposé des solutions, que les gouvernements de gauche comme de droite n’ont pas voulu entendre, laissant la situation se dégrader dangereusement dans les établissements scolaires.

Professeurs, parents d’élèves, je souhaite m’adresser directement à vous afin de vous exposer nos réflexions. Tous les jours, des enseignants me disent qu’ils souffrent des maux de l’école, ayant trop souvent le sentiment d’assister impuissants à son délitement. Ces professeurs talentueux, qui ont le courage d’aller à l’encontre de certaines consignes de leur hiérarchie, n’ont jamais baissé les bras et continuent de se battre pour l’avenir de nos enfants.
Je me tourne aussi vers les parents d’élèves, parce qu’en tant que mère de trois enfants scolarisés dans l’école publique, je sais parfaitement quelles sont leurs craintes, et je les partage.

suite