Belgique : Seul un violeur sur cent est condamné

Manif’ contre le viol: « J’ai attendu deux heures à l’hôpital avec les traces de l’agression sur mon corps »

La justice est-elle trop laxiste envers les violeurs? La question se pose chez nous où l’on compte en moyenne 8 à 10 viols par jour. Plusieurs victimes se sont rassemblées à Bruxelles cet après-midi pour sensibiliser l’opinion publique. Céline en fait partie, le procès de son agresseur présumé début lundi après 4 ans d’attente.

(…)

On condamne encore la femme plutôt que le violeur

La jeune femme pointe du doigt le laxisme de la justice envers les auteurs de viols. Son agresseur est un récidiviste. Il comparaît lundi devant le tribunal correctionnel.

Seul un violeur sur cent est condamné en Belgique. « En Belgique, on condamne encore bien trop souvent la femme, la victime, plutôt que le violeur », dénonce Monique Bargibant, coordinatrice du conseil des femmes francophones de Belgique. On va dire à la femme ‘êtes-vous sûre? Portiez-vous une jupe trop courte? Avez-vous aguiché?’. Non, il ne faut pas se poser ces questions-là ».

 [...]

RTL be, merci à BobbyW

Suède : six ados violeurs musulmans condamnés à des travaux d’intérêt général et à une amende

En Suède, un juge a condamné Mehmet Acaralp, Jibril Adam Aden, Allah Ben Othman Eddin, Basir Ibrahim Hussein, lavabo Lotfi Ben Mbarki et Akme Abu Ammer, tous mineurs, de 130 à 150 heures de travail d’intérêt général et 6300 euros (55.000 couronnes) de dommages et intérêts pour avoir violé une jeune fille de 15 ans.

Pour le dénommé Mehmet Acaralp, la peine a été atténuée par le juge au motif que son nom et sa photo ont été diffusés sur Internet. Il  n’a pas effectué de peine de travaux d’intérêt général au motif que sa famille n’est pas propritétaire et touche des aides sociales.

Les peines infligées aux adolescents (mineurs) équivalent, dit l’article suédois, à des peines pour adulte de 4 années de prison.

Avpixlat via Révoltes en Europe

Merci à Stormisbrewing

——————————

Complément (article Fdesouche 2009)

Depuis des années, une foule de sites français, anglo-saxons ou scandinaves, alignent les chiffres, analysent les faits (1) (2) (3) (4) (5), publient tous les éléments démontrant 1°) l’explosion des viols dans les pays scandinaves et 2°) la claire relation entre l’immigration et les violences sexuelles. Le 29 avril 2009, le journal Libération « découvre » la chose, publie un article, mais réussit le tour de force de n’évoquer ni l’immigration ni l’islam : voir l’article de Libération

Le viol d’une Américaine choque le Brésil

Le viol en réunion d’une étudiante américaine et l’agression de son compagnon français, dans un minibus à Rio de Janeiro, ont suscité l’indignation au Brésil où les télévisions passaient en boucle les images de trois suspects interpellés. 

Hebergeur d'image

Deux des trois violeurs arrêtés

Le couple, qui avait embarqué à bord de ce minibus dans le quartier touristique de Copacabana, a été agressé et séquestré toute la nuit de samedi à dimanche par trois jeunes hommes qui se relayaient au volant du véhicule. Deux des suspects, de 20 et 22 ans, ont été interpellés en fin de semaine, le 3e qui était en fuite a été arrêté lundi soir à Rio, a indiqué la police.

Hebergeur d'image

Le troisième violeur ( merci à Blanc-Saint)

Respectivement âgés de 21 et 23 ans, les deux victimes étudiaient à Rio, qui se prépare à accueillir en juillet 2,5 millions de jeunes pour les Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) catholiques.  »La jeune fille est américaine et le garçon est français », a précisé à l’AFP une source consulaire, sans apporter de détails. Ils avaient embarqué dans ce minibus en direction de Lapa, un quartier de bars et discothèques dans le centre-ville.

Deux hommes ont alors fait descendre les autres passagers, frappé le jeune Français avec une barre de fer, attaché le couple et violé la femme, tout en continuant de circuler dans la ville, selon un communiqué de la police touristique. [...]

Le Figaro

Egypte : Place Tahrir ou Place du harcèlement sexuel ?

Deux ans après la révolution en Egypte, le pays reste encore très secoué par des crises profondes d’ordre économique et social. Au lendemain du départ de Moubarak, la situation des femmes reste encore très précaire. Aujourd’hui victimes de harcèlements sexuels, d’attouchement et parfois même de viols à la Place Tahrir, elles lèvent la voix et font savoir leur calvaire. [...]

Hebergeur d'image

La journaliste Caroline Sinz, violée place Tahrir

En effet, l’emblématique Place Tahrir, symbole d’unité pour des milliers d’Egyptiens qui s’y réunissent pour réclamer de meilleures conditions de vie est en passe de devenir un véritable calvaire pour les femmes. De plus en plus exposées à des harcèlements sexuels et même des viols, elles décident de rompre le silence afin d’éviter que la fameuse Place Tahrir ne devienne « la Place du viol ».

Mardi, le groupe égyptien anti-harcèlement sexuel, OpAntiSH (Operation Anti-Sexual Harassment Group) a tiré la sonnette d’alarme et a dénoncé l’incapacité des partis révolutionnaires et politiques égyptiens à mener un combat digne pour protéger les femmes qui manifestent au niveau de la place. Il délivre un constat assez alarmant.

Selon le groupe, de nombreuses scènes de harcèlements sexuels ont été enregistrées à Tahrir le vendredi dernier et d’horribles crimes sexuels ont été commis sur des femmes au niveau de la place et aux alentours. Le groupe parle d’attaques sexuelles organisées et se dit prêt à se battre contre tout type de violence faite aux femmes. [...]

Afrik

Merci à Zatch

Belgique : une Liégeoise séquestrée et violée par quatre hommes pendant plusieurs heures

Une Liégeoise de 33 ans a été enlevée à Droixhe, mardi soir. Elle a ensuite été séquestrée et violée pendant plusieurs heures par quatre hommes, avant d’être libérée mercredi après-midi.

Mardi soir, alors qu’elle sortait de son véhicule, la trentenaire a été repoussée à l’intérieur de la voiture par quatre individus. L’un d’eux a pris le volant. Les agresseurs ont emmené la victime dans un parking, où elle a été une première fois violée. [...]

7sur7.be

Quand l’antiracisme profite aux racistes : histoire d’un gang de violeurs pakistanais

Grande-Bretagne – Huit Pakistanais et un Afghan ont été condamnés à un total de 77 ans de prison (dont 19 pour le meneur), pour avoir violé et prostitué jusqu’à 47 jeunes Anglaises âgées de 13 à 15 ans. Elles étaient choisies pour leurs origines et leur vulnérabilité psychologique et familiale. L’une des jeunes filles a été violée par vingt hommes au cours d’une seule nuit.

Le juge Gerald Clifton a entamé son verdict en affirmant : « Chacun de vous a traité [les victimes] comme si elles étaient sans valeur et indignes de respect […] parce qu’elles ne faisaient pas partie de votre communauté ethnique ou religieuse. »

Certains d’entre eux avaient pourtant déclaré, lors de leur arrestation, qu’elle était raciste. Un accusé a en outre été banni du tribunal pour son comportement menaçant, et pour avoir qualifié le juge de « salaud de raciste ».

En 2008, une des victimes avait été trouver la police, mais son témoignage n’avait pas été jugé assez crédible. Son supplice s’est poursuivi pendant quatre mois. Et des dizaines d’autres filles ont encore été violées.

Ann Cryer, ancienne députée travailliste, a affirmé que les autorités avaient ignoré les plaintes, parce qu’elles étaient pétrifiées à l’idée d’être accusées de racisme, et que ces filles innocentes avaient été trahies, laissées dans une misère indicible à cause du politiquement correct.

Parmi les neuf condamnés : des pères de famille, un immigré clandestin prétendant fuir les talibans, et un professeur de religion d’une mosquée locale, qui avait demandé à l’une des victime âgée de 15 ans de lui amener ses amies plus jeunes.

L’an dernier, après l’emprisonnement d’un autre gang de violeurs, Jack Straw, l’ancien ministre de l’Intérieur avait accusé certains hommes pakistanais de considérer les filles blanches comme de « la viande facile » pour les abus sexuels.

Daily Mail (en anglais) et AFP / Romandie News (VF)

(merci à Dr Bazooka pour la traduction de l’article du Daily Mail)

Grande-Bretagne : un gang de musulmans emprisonné pour l’enlèvement et le viol de deux jeunes filles dans le cadre de la célébration de l’Aïd

Un groupe d’hommes musulmans qui avaient enlevé et violé deux adolescentes dans le cadre de la célébration de l’Aïd, se sont mis à rire au tribunal hier alors qu’ils ont été condamnés pour un total de 38 années d’emprisonnement.

Les jeunes filles, âgées de 15 et 16 ans, furent attirées à des kilomètres de leur domicile dans une résidence douteuse. Au cours d’un horrible supplice qui a duré tout un week-end, elles ont été forcées à boire de l’alcool et violées de façon répétées par deux hommes, Shamrez Rashid et Amar Hussain, avant d’être offertes à un certain nombre d’autres qui les ont aussi « utilisées pour du sexe ».

Celle âgée de 16 ans fut forcée d’avoir six fois des relations sexuelles avec quatre hommes différents. La plus jeune victime fut violée par un homme puis agressée sexuellement par un autre. Un des accusés, Rashid, âgé de 20 ans, aurait affirmé que les filles avaient apprécié les relations sexuelles, qui ont eu lieu selon lui alors qu’ils célébraient la fête musulmane de l’Aïd.

« C’était l’Aïd », a-t-il dit. « Nous les avons traitées comme nos invitées. OK, elles nous en ont donné [du sexe] mais nous leur avons acheté de la nourriture et de quoi boire. » « Elles pouvaient avoir tout ce qu’elles voulaient. Elles ont apprécié. » Son complice Amar Hussain, 22 ans, a déclaré que les filles étaient des « salopes ». [...]

Les cinq accusés se sont mis à rire et à sourire alors que les horribles détails de leurs agressions étaient rapportés hier au tribunal.

Rashid – qui dans le passé a déjà été reconnu coupable de deux viols, d’une tentative de viol, d’enlèvement d’enfant et d’une tentative d’agression sexuelle – a souri, ricané et mimé des tirs avec une arme à feu alors qu’il se trouvait dans le box des accusés. Ses soutiens dans le public ont invectivé le juge alors que plus tard il énonçait les condamnations.

Lire la suite

Trois violeurs présumés interpellés à Paris

Trois hommes, âgés de 24 ans, 26 ans et 27 ans ont été interpellés, le 6 avril, vers 6 heures du matin dans le XIe arrondissement à Paris alors qu’ils venaient de s’en prendre à une jeune femme, sans-domicile-fixe.

Des policiers en patrouille ont surpris deux hommes en train de prendre la fuite alors qu’un troisième complice était en train de frapper une jeune femme qui tentait d’appeler à l’aide.

 Les trois suspects ont été rapidement arrêtés. Selon les premières investigations, la victime a été frappée par ces trois agresseurs avant d’être violée. La jeune femme, âgée de 19 ans, très choquée a été transportée à l’hôpital de l’Hôtel-Dieu dans le IVe arrondissement.
Les trois suspects, déjà très connus des services de police, ont été placés en garde à vue.

Toulouse : Dix ans de réclusion pour les violeurs de la musicienne

Olivier Armouche, 23 ans, et Miradji Said, 22 ans, ont été condamnés, hier, par la cour d’assises de Haute-Garonne à 10 ans, chacun, de réclusion criminelle pour le viol d’une femme à son domicile, le 27 décembre 2009, à Toulouse. Un troisième accusé, Clovis Awolimon, a écopé d’une peine de 4 ans d’emprisonnement pour vol et violences en réunion. Des peines légèrement inférieures aux réquisitions de l’avocate générale, Florence Galtier, qui avait demandé 15 ans de réclusion pour les deux jeunes gens accusés de viol.

Hier, le verdict a été prononcé après trois jours de débats à huis clos et en présence, par intermittence, de la victime, une musicienne toulousaine âgée de 44 ans, au moment des faits. Une femme qui a vécu un véritable enfer un soir d’hiver, chez elle, en plein Toulouse, alors qu’elle rentrait d’un concert. Le 27 décembre, trois individus imbibés d’alcool et refoulés de discothèque font irruption à son domicile en cassant la porte. Deux d’entre eux la violent et le troisième fouille l’appartement et dérobe la carte bancaire de la victime menacée et traumatisée. [...]

La Dépêche

Toulouse : Les voleurs se transforment en violeurs

Aujourd’hui s’ouvre devant la cour d’assises de la Haute-Garonne le procès de trois hommes. En décembre 2009, en pleine nuit, ces individus ont forcé la porte d’une femme pour lui dérober de l’argent. Deux d’entre eux lui ont imposé des relations sexuelles.

Une soirée entre whisky et cannabis. Au bout de la nuit, de l’ivresse, du désœuvrement. Olivier Armouche, Clovis Awolimon et Miradji Said traînaient leurs 20 ans dans Toulouse. Ils voulaient « aller en boite ». Les portiers les ont refoulés. Il était environ 1 heure d’une nuit froide d’un samedi de décembre 2009, entre Noël et le 1er janvier. Alors les membres de ce trio improbable, pas vraiment amis, pas vraiment voyous, ont repris leur errance entre le canal et le centre de Toulouse.

Soudain, au détour d’une rue, l’un d’eux a aperçu un sac à main dans une pièce allumée. En quelques secondes, les désœuvrés sont devenus barbares. Dans la pièce éclairée, au téléphone avec un membre de la famille, une femme alors âgé de 44 ans a eu le temps de lâcher : « Mais ils sont fous ! » La porte a volé en éclats. Les barbares se sont rué sur leur proie. Jetée au sol, frappée, bientôt violée, menacée de mort… Pendant ce calvaire insupportable, un des trois voleurs retirait de l’argent.(…)

La Dépêche