Danemark : Mohamed, violeur somalien de deux fillettes, ne sera pas expulsé «car il est bien intégré»

La cour d’appel du Danemark a invalidé la décision demandant l’expulsion d’un violeur somalien.

Hebergeur d'image

Ahmed Omar Mohamed, somalien, 18 ans, a été condamné l’an dernier à 6 ans de prison pour le viol d’une fillette de 10 ans, le viol d’une jeune fille de 17 ans, et pour tentative de viol sur une autre fillette de 9 ans.

Malgré une première décision judiciaire, il ne sera pas expulsé du Danemark. Ainsi en a décidé la cour d’appel.

Lors du procès en appel, la défense a finalement obtenu gain de cause en plaidant le fait que l’agresseur était « bien intégré ».

A la suite de cette décision, la jeune victime de 17 ans est sous le choc : « La justice danoise ? Quelle farce… Il est impensable qu’on donne à cette personne une seconde chance au Danemark».

• Sources en anglais iciTraduction / Adaptation Fdesouche.
ci-dessous : vidéo de l’actualité danoise (sous-titres anglais)

Yassine Bouhani, viol, violences volontaires et menaces de mort dans le Gard

Jeudi et vendredi, Yassine Bouhani comparaissait devant la cour d’assises du Gard à Nîmes, pour viol, violences volontaires et menaces de mort.

En 2010, une jeune Sommiéroise, alors âgée de 24 ans, entretient une relation emprunte de violence avec l’accusé. Un soir, Yassine Bouhani, qui vient de sortir de prison, maltraite la jeune femme et la force à avoir une relation sexuelle.

Vendredi soir, après un procès de deux jours, qui s’est tenu à huis clos à la demande de la partie civile, Yassine Bouhani, 30 ans, a été condamné à 12 ans de réclusion. Les jurés ont assorti leur verdict d’une interdiction de séjour dans le Gard durant cinq ans et d’un suivi sociojudiciaire de trois ans.

Midi Libre
(Merci à Lillib)

Lyon : Un homme «déjà connu pour des faits similaires» mis en examen pour le viol de deux fillettes

Alors qu’une petite fille de 11 ans rentre chez elle dans le quartier du Vieux-Lyon, elle est agressée à l’entrée de son immeuble par un homme qui la gifle et lui impose une fellation. Selon le Progrès, l’agresseur aurait menacé la petite fille de revenir avec d’autres personnes chez elle si elle parlait de quoi que ce soit.

Deux jours plus tard, une deuxième fillette est victime d’un viol également dans le 5e arrondissement alors que se tenait une fête de quartier à Champvert. L’homme emploie les mêmes méthodes que pour sa première victime ; il suit la petite jusqu’à son immeuble et l’agresse.

Une enquête est par la suite ouverte et confiée à la brigade départementale de protection de la famille. Les enquêteurs finissent par identifier l’agresseur notamment grâce à la vidéosurveillance de la station de métro du Vieux-Lyon. De plus, les analyses de l’ADN prélevé sur les fillettes permettent de retrouver l’adresse de l’homme de 34 ans, déjà connu pour des faits similaires. […] Durant sa garde à vue, il a nié les faits.

Lyon Mag

[Résolu] Appel au viol raciste de Rokhaya Diallo : la RTBF retire son tweet diffamatoire à l’encontre d’Isabelle Verger, twittos patriote influente (màj)

Mise à jour

Menacé de poursuite, RTBF finit par obtempérer et retire le tweet diffamatoire à l’endroit d’Isabelle Verger. Capture écran article original

_________________________

Le journaliste de RTBF Julien Vlassenbroek , auteur de l’article incriminant Isabelle Verger™ (@iVerger) annonce que Rokhaya Diallo va porter plainte :

 

——————–

 __________________________________

 

___________________________________

Durant la nuit de vendredi à samedi, l’auteure et activiste anti-racisme Rokhaya Diallo a été victime d’un appel au viol de la part d’un internaute qui s’exprimait sur Twitter. Ces menaces surviennent au lendemain d’un appel similaire lancé par une élue de Ligue Nord à l’encontre de la ministre italienne de l’intégration.

Capture écran de l’article RTBF :

Rokhaya Diallo est française, née de parents sénégalais et gambien. Fatiguée des remarques sur ses origines, elle fonde l’association Les Indivisibles en 2006 et s’engage contre le racisme et le sexisme, ou encore pour les droits des homosexuels. Elle devient chroniqueuse en radio et en télévision, sur Canal+ et RTL notamment.

Mais les opinions de l’auteure de « Racisme, mode d’emploi » ne plaisent pas à tout le monde. Les insultes sont pour elle un mal ordinaire. Jusqu’à ce qu’elles dépassent les bornes, cette nuit, alors que des internautes ont appelé au viol à son encontre.

C’est la jeune femme elle-même qui a dénoncé ces menaces via son compte Twitter.

Le compte de l’internaute incriminé pour ses propos a été bloqué sur Twitter.

Mais les appels de ce genre posent question alors qu’ils se multiplient via les réseaux sociaux.

RTBF

 

Salif Doukoure, Mohamed Traoré : Viol homophobe aux assises de l’Hérault

Homophobie ordinaire, violente et sordide… les deux accusés d’un viol homophobe en 2010 à Béziers sont devant la cour d’assises de l’Hérault. La victime, démolie psychologiquement, n’assistera pas à ce procès qui s’ouvre ce mercredi et pour trois jours à Montpellier.

[...] Au cours d’une soirée arrosée, cette femme aujourd’hui âgée de 34 ans avait accepté de laisser entrer à son domicile les deux hommes, mais avait repoussé leurs avances, en leur indiquant qu’elle était lesbienne.

Selon son témoignage, tous deux lui ont alors imposé plusieurs rapports sexuels, utilisant même une bouteille de bière, en lui disant :

« Sale homosexuelle, il faut arrêter ». Tout en abusant d’elle, ils l’ont obligé à déclarer : « Je jure que je n’aimerai plus les femmes ! »

Elle était ensuite parvenue à s’enfuir en sautant depuis son balcon sur celui de l’étage inférieur, et en appelant à l’aide son voisin, pour qu’il prévienne la police.

L’examen des lieux a permis la découverte de l’ADN des deux hommes, celui de Salif Doukoure sur des préservatifs et sur les prélèvements faits sur la victime, celui de Mohamed Traoré sur un filtre de cigarette et des lunettes de soleil trouvées dans l’appartement.

Les deux accusés, originaires du Sénégal pour l’un, de Côte d’Ivoire pour l’autre, ont nié les faits à l’ouverture de l’audience. [...]

[...] Salif Doukouré, un colosse en chemise blanche, s’exprimant avec un léger bégaiement, [...] a par ailleurs déjà été condamné en 2005 à Paris à trois ans de prison pour une agression sexuelle ayant entraîné une blessure. [...]

Le Midi Libre
(Merci à Antibarbare)

Redouane Kahlaoui en procès pour le viol d’une sexagénaire à la base de loisirs de Montélimar

Aujourd’hui s’ouvre, devant la cour d’assises de la Drôme présidée par Monsieur Pradier, le procès de Redouane Kahlaoui. L’homme, âgé de 26 ans, de nationalité tunisienne et vivant au Teil, est accusé d’avoir violé une femme âgée de 61 ans.

Les faits remontent au vendredi 7 octobre 2011. Venue marcher avec des amies à la base de loisirs de Montélimar, la sexagénaire, alors seule vers 15 heures, était frappée avant d’être jetée au sol par un homme.

La bâillonnant, il lui aurait imposé des fellations avant de prendre la fuite.[...]

Reconnu par la victime, son ADN retrouvé sur la scène de crime. Quelques minutes plus tard, un homme, Redouane Kahlaoui, correspondant à la description donnée par la sexagénaire, était interpellé.

Il était formellement reconnu par la victime et par un témoin ayant observé son comportement “étrange” à la base de loisirs.

[...] les expertises ADN démontraient qu’il se trouvait sur la scène de crime et qu’il avait eu des “contacts” avec la victime.

Mis en examen le 9 octobre 2011, Redouane Kahlaoui était placé en détention provisoire à la maison d’arrêt de Valence.

Le Dauphiné Libéré
(Merci à Natacha3)

Dominique Strauss-Kahn en proie à un nouveau scandale sexuel ?

 Dominique Strauss-Kahn est aujourd’hui impliqué dans un nouveau scandale sexuel, . Il aurait essayé de violer une journaliste de la télévision italienne dans les années 1990.

Myrta Merlino aurait été forcée de repousser l’ancien patron du FMI dans une chambre d’hôtel à Davos.

Daily Mail

Drôme : Le Tunisien « violeur » de juments condamné à deux mois ferme (màj)

Addendum 23H:
Le tribunal correctionnel de Valence a condamné ce vendredi après midi un ouvrier agricole surpris au moins à deux reprises pour des actes de zoophilie.

[...] Le sexagénaire le dit lors de l’Instruction : « j’aime les chevaux et je joue au tiercé ». A l’audience, le procureur s’énerve : « et c’est quoi la relation entre le tiercé et ce que vous avez fait ? Je ne comprends rien à ce dossier ». [...]

[...] Le défenseur de l’ouvrier agricole joue la carte du second degré : « (pour son client)

le bonheur et l’amour sont dans le pré. Il a des tendances zoophiles, on ne choisit pas sa sexualité. » C’est un zoophile mais l’avocat considère que ce n’est pas punissable, car il n’y a pas eu intention de faire mal aux juments  [...]

France Bleu
(Merci à Natacha3)

——————–

Jugé cette après-midi par le tribunal correctionnel de Valence dans le cadre d’une procédure de comparution immédiate pour sévices de nature sexuelle envers un animal apprivoisé, l’homme, âgé de 53 ans, de nationalité tunisienne, a été condamné à deux mois ferme.

Le Dauphiné Libéré
(Merci à Natacha3)

Bilbao : il viole une assistante sociale et lui coupe un orteil

Un homme de 44 ans a été arrêté hier à Bilbao accusé d’avoir violé une assistante sociale et lui avoir coupé un orteil, d’après le Département basque de sécurité.

L’agression s’est produite aux alentours de 16h30 dans un immeuble du quartier de Deusto, à Bilbao.

Il semble que l’éducatrice, ayant indiqué à l’homme qu’il allait être expulsé d’un appartement social [foyer d'accueil] parce qu’il ne correspondait plus aux normes d’attribution, celui-ci a réagit par une agression.

Apparemment, l’auteur, d’origine maghrébine, a violé la jeune fille, qu’il a ligotée à une chaise et bâillonnée avec un rideau.

De plus, il lui a pratiquement sectionné un orteil et causé des blessures à l’arme blanche dans différentes parties du corps.

Par la suite, aux alentours de 16h45, l’homme se rendit dans un autre hébergement social, où il occasionna des coupures à la main droite et l’avant-bras gauche d’un autre homme.

Les deux victimes ont été emmenées à l’hôpital […], ainsi que leur agresseur qui avait tenté de se suicider en ingurgitant des médicaments.

Comme le confirment les mêmes sources, l’homme arrêté avait été entendu dans le passé pour des faits de menaces et coups et blessures mais n’était pas fiché par la police basque.

El Mundo

(merci à Yéti69 pour la traduction)

Une jeune fille violée dans le TGV Paris-Miramas

Les faits remontent au 9 mai dernier, le Jeudi de l’Ascension, en fin de journée. Une jeune fille de 18 ans, originaire de Charentes-Maritimes, a été victime d’un viol alors qu’elle circulait dans le TGV Paris-Miramas. Elle était allée dans les toilettes, où il y a une prise de courant, pour recharger son téléphone portable. C’est là qu’est arrivé un homme, qui l’a «coincée» avant de parvenir à la violer.

Celui-ci a été rejoint par un ami, qui aurait tenté de la violer également. C’est en débarquant en gare SNCF de Montélimar, vers 20 h 30, que la jeune victime a donné l’alerte. Elle a déposé plainte au commissariat de police.

Les deux individus ont été interpellés et déférés le samedi 11 mai au parquet de Valence. Ages de 34 ans et 22 ans, ils sont originaires de Salon-de-Provence. Le plus âgé a été mis en examen pour viol, le plus jeune pour tentative de viol. Ils ont été placés en détention.

Le Parisien (Merci à restonslibres)

Abdelhakim, prof de soutien scolaire de Perpignan, jugé pour ‘viol’ sur une élève

Abdelhakim Najimi, 49 ans, comparaîtra à partir d’aujourd’hui devant la cour d’assises des P.-O. pour ‘viol et tentative de viol’ commis à Perpignan entre 1999 et 2000 sur une adolescente alors âgée de 16 ans.

L’accusé, professeur de mathématiques, dispensait des cours de soutien scolaire et enseignait à la jeune fille. Elle affirme que l’homme lui aurait d’abord donné un baiser qui l’avait surprise, puis qu’elle aurait progressivement subi des attouchements. Elle lui aurait fait comprendre qu’elle n’était pas d’accord, aurait pleuré mais cela n’aurait pas suffi.

Le professeur l’aurait alors contrainte à des relations sexuelles tandis qu’elle n’aurait rien dit à ses parents par crainte de leur réaction, par honte et parce qu’il aurait exercé des pressions sur elle en exigeant de ne pas en parler. L’accusé, père de deux enfants, a reconnu une autre relation sexuelle consentie avec une autre adolescente âgée de 15 ans, mais a toujours nié les faits qui lui sont reprochés.

Toutefois, les témoignages de plusieurs anciennes élèves vont dans le sens des déclarations de la victime. Certaines ont révélé que ce même professeur leur aurait aussi imposé des actes à caractère sexuel, ou aurait essayé du moins. D’autres ont dénoncé des remarques déplacées et le comportement ambigu de cet homme parfois très pressant envers les jeunes filles.

(…) L’indépendant

Merci à Lilib