Melun : un cardiologue intérimaire tunisien mis en examen pour viol

C’est un coup de tonnerre dans un ciel bleu qui vient d’ébranler la clinique des Fontaines à Melun (Seine-et-Marne) avec la mise en examen d’un médecin intérimaire en cardiologie pour viol. Agé de 34 ans, le praticien domicilié en Seine-Saint-Denis est actuellement placé sous contrôle judiciaire strict. Interdiction lui a été faite de quitter le territoire français -il est de nationalité tunisienne-, d’exercer la médecine et d’entrer en contact avec la victime.

Les faits remontent au week-end du 18 août. Le médecin intérimaire effectue son tout premier remplacement au service cardiologie. Le chef de service est absent car son épouse vient d’accoucher, d’où le recrutement au pied levé de cet intérimaire. Il aurait présenté des diplômes tunisiens qui sont actuellement en cours d’authentification. Lorsque la patiente âgée de 19 ans se présente, il effectue sur elle un examen. Elle affirme qu’elle a été victime d’un viol par pénétration digitale. Lui affirme qu’il s’agit d’un acte médical.
Le Parisien

Montpellier. Actes pédophiles dans le tramway : «c’est une coutume dans mon pays »

Montpellier : dans le tram, il met le sexe de ses neveux dans sa bouche

Un homme de 43 ans est monté dans une rame avec sa mère et ses deux neveux, des garçons âgés de 3 et 5 ans. Il leur a baissé le pantalon avant de mettre leur sexe dans sa bouche, devant tous les passagers.

L’individu a reconnu les faits, affirmant qu’il s’agissait d’une coutume de son pays permettant ces actes sur les enfants jusqu’à 5 ans.

Habitant dans un camp en périphérie de Montpellier, il doit être présenté au parquet qui a placé les enfants en foyer.

Midi Libre – merci Bill Gates + archange95

Une femme violée pendant les fêtes de Bayonne

Une femme d’une quarantaine d’années a été violée lors des Fêtes de Bayonne, dans la nuit de vendredi à samedi, rapporte le quotidien Sud-Ouest. La victime rentrait accompagnée d’une amie lorsqu’elle aurait perdu de vue cette dernière dans la foule. [...]

Elle s’est ensuite retrouvée isolée, dans un quartier de la rive droite de l’Adour, alors que les Fêtes sont organisées sur la rive gauche. Selon Sud-Ouest, les faits ont été perpétrés au petit matin, vraisemblablement entre 4 heures et 5 heures, dans la rue Maubec, qui mène de la gare de Bayonne aux hauteurs de la ville, en direction des Landes. [...]

TF1 News

Les réseaux pédophiles pakistanais d’Oxford. «Pour eux, les filles blanches valent moins que rien» (Rediff)

Reportage sous-titré sur le réseau pédophile pakistanais d’Oxford (ZDF, 17 juillet 2013) .

Les victimes étaient des mineures, blanches et non-musulmanes. La plus jeune avait 12 ans.

«Ces jeunes asiatiques [=pakistanais] ne respectent même pas leurs propres femmes. Pour eux, nos filles sont juste des blanches qui valent moins que rien.»

«Ils n’auraient jamais fait ça à des filles musulmanes. Avec des anglaises, c’était plus simple.» 

(Merci à Chantecler, Mango, Nproute, Romégas, Sans Grade pour les traductions et les sous-titres)

Lire l’article du 17 mai sur cette même affaire.

___________________________

En complément, la traduction de l’article de la ZDF :

PROSTITUTION FORCÉE A OXFORD

Des jeunes filles dans la ligne de mire de bandes pakistanaises.

La ville d’Oxford est célèbre pour son histoire et son Université. Mais un scandale retentissant vient de mettre la ville à la une de l’actualité : un réseau d’hommes, majoritairement pakistanais, ont mis sous l’emprise de l’alcool et de drogues des jeunes filles, pour ensuite les forcer à se prostituer.

Les jeunes filles étaient sélectionnées parce qu’elles étaient anglaises.

Ce trafic a duré pendant des années, sans que personne n’intervienne.

La plus jeune des victimes avait à peine 12 ans.

« Le plus souvent j’étais en déplacement et j’avais des relations sexuelles avec plusieurs hommes », raconte une des filles. « Parfois il y avait des pauses, j’allais alors chez ma mère ou à l’hôpital à cause des drogues ». Beaucoup de gens du voisinage étaient au courant des proxénètes de Cowley Road, mais ils se taisaient.

Des coupables musulmans, des victimes anglaises : un thème tabou.

Il y a 7 ans, pour la première fois, on a trouvé une fille violée dans un hôtel à Oxford. Mais c’est seulement maintenant que toute la vérité sur ce crime éclate au grand jour. Pendant des années, des renseignements étaient parvenus à la police, mais aucun n’avait été pris en compte. D’abord les hommes faisaient de petits cadeaux aux jeunes filles issues de milieux sociaux défavorisés et les promenaient à travers la ville dans des voitures de luxe. Puis, une fois la confiance des jeunes filles acquise, ils les rendaient dociles grâce à l’alcool et à la drogue et les vendaient comme des esclaves sexuelles à des hommes.

Cinq des sept hommes condamnés ont des racines pakistanaises, deux viennent d’Afrique du Nord. Ils jetaient leur dévolu de façon ciblée sur des jeunes filles blanches, non-musulmanes.

Le chauffeur de Taxi Mashtaq, lui aussi d’origine pakistanaise et ayant grandi dans Cowley road, sait pourquoi : « Avec des filles musulmanes ils ne s’y risqueraient pas, ils vivent juste à côté, avec leur sœurs et leurs frères musulmans. Avec les filles anglaises, c’était bien plus facile car leur culture est complètement différente. Beaucoup de filles musulmanes ne rôderaient jamais dehors tard le soir »

Les sept coupables d’Oxford ont pris de longues peines de prison, cinq d’entre eux resteront à vie derrière les barreaux. Ce n’est cependant qu’un petit succès pour la police britannique car les événements d’Oxford ne constituent pas un cas isolé. Plus de 50 procédures similaires sont actuellement en cours en Grande-Bretagne.

Les musulmans innocents d’Oxford se sentent victimes d’une suspicion généralisée. « Cela n’a rien à voir avec l’Islam » se défend un membre du Muslim Education Centers. Pendant des années, le gouvernement britannique n’a pas remarqué la criminalisation de bandes pakistanaises sous le couvert de croyances musulmanes strictes et a permis la dérive de la jeunesse de Grande-Bretagne. C’est comme cela qu’un tel scandale a pu naître.

Depuis que ce crime a été mis à jour, on rediscute vivement du problème d’intégration. C’est une bien maigre consolation pour les jeunes victimes devenues depuis adultes.

A Dubaï, une Norvégienne, condamnée à 16 mois de prison pour avoir été violée, a été graciée. (MàJ)

Addendum 23.07.2013 : Marte Dalelv a été graciée et a été autorisée à rentrer dans son pays.

«J’ai été informée que j’étais graciée», a déclaré Marte Dalelv aux journalistes, ajoutant qu’elle avait récupéré ses documents de voyage et qu’elle allait quitter Dubaï pour son pays «le plus tôt possible».

Libération (Merci à saurien )

Une Norvégienne de 24 ans a été condamnée, mercredi 17 juillet, à seize mois de prison par un tribunal de Dubaï, alors qu’elle avait portée plainte pour viol. Selon le tribunal, ce jugement vient sanctionner un comportement indécent, impliquant une relation sexuelle hors mariage, et la consommation d’alcool.

Marte Dalelv avait été violée le 6 mars, alors qu’elle était de sortie avec des collègues dans le cadre d’un voyage d’affaires, selon la BBC. Alors que la jeune femme s’était rendu au commissariat pour porter plainte, les policiers lui avaient confisqué son passeport et son argent. Trois jours plus tard, la Norvégienne avait été inculpée pour trois chefs d’accusation, notamment pour relation sexuelle hors mariage. Elle avait alors été immédiatement renvoyée par la franchise dubaïote de l’entreprise pour laquelle elle travaillait, THE One Total Home Experience, selon Rue89.[…]

La Norvégienne a fait appel vendredi de sa condamnation et devra donc être rejugée, probablement début septembre. En attendant, elle a trouvé refuge dans une église norvégienne de Dubaï, d’où elle a lancé un appel à une aide financière après avoir dépensé ses économies en frais d’avocat. Selon la jeune femme, son agresseur a été condamné pour sa part à treize mois de prison, pour les mêmes chefs d’accusations. […]

Le Monde (Merci à natacha3 et Walter )

Gironde : Un enfant de 9 ans soupçonné d’agressions sexuelles

Une affaire particulièrement sordide a été révélée, tout récemment, aux gendarmes de la compagnie de Langon et à ceux de l’unité spécialisée dans les tout jeunes enfants au groupement de gendarmerie de Gironde. Un garçon de 9 ans aurait commis des agressions sexuelles pouvant être assimilées à des viols sur deux garçons de 5 ans et une fillette de 4 ans, dans une petite commune du Sud-Gironde.

Les gendarmes reconnaissent être saisis de faits de cet ordre de manière relativement régulière.

Les faits remonteraient à quelques semaines et ont donné lieu à un dépôt de plainte de la part d’un parent. Son fils aurait été contraint, par la violence, à pratiquer des actes à caractère sexuel sur un jeune voisin de 9 ans. Voisin qui s’en serait également pris à un autre garçon de cinq ans et à une fillette, parente de la première victime, âgée, elle, de quatre ans.

Pour l’heure, le dossier a été confié au parquet des mineurs. Un enfant de 9 ans n’est, en effet, pas considéré comme pénalement responsable de ses actes. Il peut, en revanche, faire l’objet d’un placement et de mesures éducatives.

Une agression similaire a été dénoncée, il y a quelques semaines, par une mère de famille qui n’aurait pas encore déposé plainte.

Sud Ouest

Chartres-de-Bretagne (35). Elle échappe à l’homme qui voulait la violer et la tuer

Les gendarmes d’Ille-et-Vilaine sont à la recherche d’un homme qui, hier soir, a tenté de violer et tuer une femme de 25 ans à Chartres-de-Bretagne

Hier soir vers 23 h à Chartres-de-Bretagne, commune située au sud de Rennes. Une jeune femme de 25 ans sort de chez elle pour téléphoner à son petit ami. Elle marche en direction du parc de loisirs de la commune qui se trouve près de chez elle. Soudain, un homme se jette sur elle et l’entraîne dans le parc dans un endroit discret.

Il tente de la violer mais la jeune femme se défend. L’agresseur essaie alors de l’étrangler. Mais là encore, la victime se débat et crie. Finalement, il s’enfuit en laissant la jeune femme au sol. Cette dernière prévient les secours.

[...]. Ils poursuivent leur recherche pour identifier l’agresseur qui est toujours en fuite actuellement.

Trois individus placés en garde à vue pour un viol en réunion commis à Roubaix

Jeudi en milieu d’après-midi, une femme d’une quarantaine d’années a appelé au secours alors qu’elle se trouvait dans un hangar désaffecté situé rue Saint-Jean dans le centre de Roubaix.

Alertée, une patrouille de police s’est rapidement rendue sur place. À l’intérieur du hangar, les policiers ont découvert la dame, en partie dénudée et en état de choc.

Trois individus qui se trouvaient sur les lieux ont été interpellés et placés en garde à vue. Ils sont poursuivis pour viol en réunion. La victime a été prise en charge par les sapeurs-pompiers et transportée au centre hospitalier de Roubaix. [...]

La Voix du Nord
(Merci à Antibarbare)

Rennes. Une fillette de 7 ans violée pendant des mois : 3 jeunes arrêtés et remis en liberté

Mardi matin, trois jeunes âgés de 20 à 24 ont été interpellés par la police dans l’agglomération rennaise. Mercredi soir, ils ont été présentés à un juge d’Instruction et mis en examen pour viols et agressions sexuelles commis en réunion sur mineure de moins de 15 ans et remis en liberté sous contrôle judiciaire.

Les faits se sont déroulés entre 2004 et 2006 dans l’agglomération rennaise. La fillette avait alors 7 ans et ses violeurs n’étaient pas majeurs. L’un avait moins de 13 ans et les deux autres entre 13 et 16 ans. Ce n’est qu’en 2010 que la victime a eu le courage de parler de son calvaire à sa tante ainsi qu’à la directrice de son école. Pendant des mois, la fillette était devenue le jouet sexuel du trio.

« Je ne comprends pas que la justice ait décidé de les placer sous contrôle judiciaire » explique la tante.

« Ma nièce, depuis mercredi soir, est terrorisée. Elle ne mange plus et n’ose plus sortir. Elle est terrifiée de les rencontrer à nouveau même si la justice leur a interdit de rentrer en contact avec elle. Dimanche, elle va avoir 16 ans… »

Elle avait, à l’âge de 5 ans, déjà été violée par un homme que ses parents hébergeaient. Un homme actuellement incarcéré pour d’autres viols à Caen et mis en examen pour viols sur la fillette en juillet 2011. La mère de la fillette quant à elle, avait déjà été emprisonnée pour infanticide.

Ouest France
(Merci à Marie Salers)

Mayotte : le vice-président de la Ligue des Droits de l’Homme inculpé pour viol et agression sexuelle

Me Jacques Tchibozo, 36 ans, vice-président de la Ligue des droits de l’Homme de Mayotte, a été mis en examen. Il est soupçonné de viol, de tentatives de viols et d’agressions sexuelles sur une collaboratrice et des secrétaires de son cabinet. Quatre plaintes ont été déposées contre lui. Figaro + photo - merci Desiderata+35rap

« La secrétaire du Cabinet, qui parle couramment français, shimaoré et shibushi qui sont les langues parlées à Mayotte, a reçu pour instruction de faire deviner son sourire à son interlocuteur, si celui-ci n’est pas en sa présence pour le voir. »

—————————————-

[Rappel 2012] Dunkerque : le président de SOS Racisme condamné à 8 mois ferme pour avoir défiguré son « ex »

Anthony Simati, président de SOS Racisme Flandre Côte d’opale et militant anti-violence, a été sévèrement condamné par le tribunal, aujourd’hui en comparution immédiate, pour avoir tabassé son ex-concubine au point de la défigurer. Il a été incarcéré à l’issue de l’audience. Voix du Nord.

—————————————-

 [Les lecteurs sont invités à continuer la liste...]

Viry-Châtillon (91). jugé pour avoir enlevé et violé une fillette de 10 ans

Elle avait disparu pendant moins de trois heures. Trois heures de calvaire pour cette fillette âgée d’à peine 10 ans, enlevée en pleine rue à Viry-Châtillon par un criminel sorti de prison moins d’un mois auparavant.

Amar Tabbakhe, 36 ans, est jugé à partir d’aujourd’hui et jusqu’à vendredi par la cour d’assises de l’Essonne à Evry pour enlèvement, séquestration et viol sur mineur, en récidive.

Le Parisien
(Merci à Julien271)