Villeneuve d’Ascq : Decathlon met en garde ses salariées après des viols au parc du Héron

La direction de Décathlon a adressé un mail interne à ses salariées, suite à une série de viols perpétrés dans le Parc du Héron. Deux viols et une agression sexuelle ont été commis entre septembre et novembre derniers dans ce secteur.

Dans ce contexte, la direction de Décathlon a invité ses salariées, habituées à courir dans le Parc du Héron durant leur temps libre, à la plus grande vigilance. Avertissement notifié par mail le 16 novembre dernier en interne. Le voici :

« Suite à une remontée d’information concernant une éventuelle agression sexuelle cette semaine sur une joggeuse au parc du héron, j’ai questionné la police nationale qui a confirmé une agression ce lundi. L’enquête est en cours mais à ce jour l’auteur n’a pas été interpellé.

Je vous conseille donc d’effectuer vos sorties à 2 minimum. »

France 3 – Nord Pas-de-Calais

Belgique : une Liégeoise séquestrée et violée par quatre hommes pendant plusieurs heures

Une Liégeoise de 33 ans a été enlevée à Droixhe, mardi soir. Elle a ensuite été séquestrée et violée pendant plusieurs heures par quatre hommes, avant d’être libérée mercredi après-midi.

Mardi soir, alors qu’elle sortait de son véhicule, la trentenaire a été repoussée à l’intérieur de la voiture par quatre individus. L’un d’eux a pris le volant. Les agresseurs ont emmené la victime dans un parking, où elle a été une première fois violée. [...]

7sur7.be

Belgique : un tuteur abuse d’une fille de 13 ans clandestine

Un homme désigné par la justice tuteur légal d’une fille de 13 ans a abusé de cette dernière. Elle était arrivée non accompagnée en Belgique, rapporte mardi Het Laatste Nieuws. Bechara M., 60 ans, a abusé de sa situation très vulnérable.

La loi prévoit qu’un mineur ne peut être expulsé. Un enfant reçoit un accompagnement et un tuteur légal qui doit veiller à lui procurer un toit, des soins et un enseignement. Ce tuteur était Bechara M., un homme marié de 60 ans. Pas au service de la justice, mais désigné par la justice pour la fille. C’est dans le cadre de cette fonction qu’il a abusé d’elle. L’homme a été incarcéré après la révélation des faits. Il a entre-temps été libéré sous strictes conditions. [...]

7sur7.be

Une étudiante norvégienne séquestrée et violée à Montpellier

Une étudiante norvégienne a été séquestrée et violée par un cambrioleur, pendant la nuit de dimanche à lundi, dans son appartement de Montpellier (Hérault). Vers minuit et demi, un homme d’environ 25 ans force la porte du logement où vivent deux étudiantes de nationalité norvégienne. L’homme, armé d’un pistolet, les menace et les force à se rendre dans une des chambres.
Ils les ligote avec des vêtements trouvés sur place.

Le Parisien

Valence : il tente de la violer à sa sortie de discothèque

L’individu, un étranger en situation irrégulière âgé de 23 ans, a été déféré ce matin devant le parquet de Valence et devrait être jugé ce lundi après-midi par le tribunal correctionnel de Valence dans le cadre d’une procédure de comparution immédiate pour « agression sexuelle aggravée ».

Le Dauphiné Libéré

(Merci à Chris)

Suisse. Un violeur pantalon baissé au beau milieu d’un train

N’écoutant que leur courage, deux soldats ont maîtrisé un Somalien qui était sur le point de violer une jeune fille âgée de 19 ans.

La scène s’est déroulée dimanche soir dans un Intercity, peu après le départ de la gare. Un demandeur d’asile de 30 ans a forcé une Valaisanne de 19 ans à entrer dans les toilettes d’un wagon. Dans les WC, il a tenté d’abuser d’elle, en menaçant de lui planter un tournevis dans le cou. Il lui a également causé des égratignures et des contusions. La jeune fille s’est mise à hurler mais le bruit provoqué par le passage du train dans le tunnel du Lötschberg a couvert ses appels au secours. « Elle s’est férocement défendue et a ensuite réussi à s’échapper des toilettes », confie Andreas Hofmann, porte-parole de la police.

Le Somalien s’est alors lancé à sa poursuite. C’est là que deux militaires sont arrivés à la rescousse de la jeune femme. Le soldat Thomas et un de ses collègues l’ont arrêté. « L’homme avait le pantalon baissé. Il gesticulait. Il a agi comme s’il avait pris de la drogue », a déclaré Thomas.

(…) 20 minutes

Merci à Flamm

Caroline Sinz la journaliste de France 3 censurée sur son viol en Egypte (màj)

Addendum 06/12/12

Caroline Sinz, une journaliste de France 3 violée en novembre 2011 lors de la révolution égyptienne, s’est dite victime de censures par la direction de la chaîne. Elle souligne par ailleurs que sa parole a été mise en doute. [...]

Sa parole mise en doute, « le viol, c’est honteux, tabou. Si on m’avait tiré dessus, cela aurait paru plus glorieux », la journaliste se rend par ailleurs compte que la partie où elle évoque l’agression a été coupée lors de la diffusion du reportage. « C’était trop abrupt pour les téléspectateurs », lui a-t-on expliqué. « On ne voulait pas que tu aies l’étiquette « violée » sur le front », a-t-on ajouté. Tandis que la présentatrice du journal évoque la violente agression sans la qualifier, et précise que l’équipe est en sécurité dans un hôtel « comme si tout était terminé alors que j’étais détruite », la journaliste insiste pour en parler lors du Soir 3.

La direction de la rédaction accepte à la condition que son intervention soit écrite avec « du recul et en termes choisis et pudiques ». En outre, il lui est demandé de remplacer le terme « viol » par « agression sexuelle ».[...]

7sur7.be

 ————————

Addendum 28/11/11

Caroline Sinz témoigne sur Télérama.

« La population a eu la tête farcie par l’ancien régime et la presse égyptienne sur le fait que les journalistes occidentaux sont des agents sionistes, pro-américains. Et puis il y a le rapport aux femmes des hommes musulmans, qui n’est pas simple. Les hommes sont souvent frustrés sexuellement. La femme occidentale, surtout blonde, est perçue comme une femme facile. Place Tahrir, la plupart des hommes étaient là depuis plusieurs jours. Ils dorment mal, ne se sentent plus contrôlés par le pouvoir ou la police. C’est dingue, c’est arrivé à 11h du matin, en plein jour ! »

Télérama

Merci à Vernon

_______________________________

Caroline Sinz, journaliste de France 3 frappée et agressée sexuellement jeudi par des hommes en civil en marge des manifestations au Caire, a annoncé aujourd’hui avoir porté plainte en France pour viol.

« Comme on a quelques images, ça peut peut-être aboutir », a-t-elle estimé. « Des dizaines d’hommes ont commencé à arracher mes vêtements, mes sous-vêtements et à me violer puisque lorsqu’il y a pénétration digitale, c’est un viol. C’est ce dont j’ai été victime pendant 45 mn environ », a-t-elle raconté.

 Le Figaro

Lire la suite

Pakistan : une jeune chrétienne enlevée, violée et convertie de force à l’islam

Une jeune fille chrétienne de 14 ans nommée Asiya Masih, fille de Francis Yaqoob, résidait au No 198 EB, Chak, district de Vihari. Francis Masih travaillait dans les champs de propriétaires fonciers. Vu la pauvreté de sa famille, Asiya Masih aidait ses parents en travaillant elle aussi dans les champs pour rapporter un peu d’argent à la maison.

Le 11 novembre 2012, elle est allée travailler dans les champs, cueillant des fleurs de coton. Les deux coupables, Mohammad Javed et Mohammad Mumtaz, deux hommes influents de la région, l’ont enlevée et emmenée dans un endroit inconnu. Ils ont mis son empreinte digitale sur différents papiers et l’ont convertie à l’islam de force. Ils l’ont également violée et torturée pendant 11 jours. [...]

Poste de veilleShoebat

Nîmes (30): El Hassane Oumrani condamné à douze ans pour le viol de Rose

Hier soir, la cour a reconnu El Hassane Oumrani coupable de viol et de vol. Il est aussi interdit de séjour à Nîmes.

Au second jour du procès pour viol sur une quinquagénaire, perpétré à Nîmes en juillet 2010, El Hassan Oumrani a entendu, hier, depuis le box, la plaidoirie de la partie civile qui a rappelé ce que la victime, agressée à son domicile, avait enduré. Rose (1) est restée comme la veille, les mains serrées sous son menton à l’énoncé des faits. Son avocat, Me Frédéric Mansat-Jaffré, a souligné le courage de Rose, venue à l’audience supporter le poids d’un procès. « Rarement, une victime d’un viol ne vient témoigner de cette façon devant la cour (…). La femme qu’elle était avant le 20 juillet est morte. »[...]

L’avocate générale, Bénédicte Bertrand, a rappelé à la cour et aux jurés la longueur de ce viol. Il lui a imposé « deux rapports vaginaux très longs. Tout cela a duré trois heures ». Pour l’accusation, la théorie d’une pulsion sexuelle ne tient pas la route. D’abord, à cause de la durée. Ensuite, parce que l’accusé a masqué les fenêtres pour ne pas être vu et a mis un torchon sur son visage pour ne pas être reconnu. Il a enfin jeté la batterie du téléphone de la victime pour empêcher la malheureuse de prévenir la police. Le ministère public estime enfin que El Hassan Oumrani a volé avant de violer.[...]

Midi Libre

Bruxelles: Un étudiant déguisé en femme se fait violer par deux mineurs

A la mi-octobre, un étudiant de la HUB (Hogeschool Universiteit Brussel) rentrait d’un baptême déguisé en femme lorsqu’il a été attaqué par deux mineurs. Emmené à l’écart, il a été violé. L’affaire aurait dû rester discrète sauf que son école a décidé, en réaction, d’interdire aux étudiants de se déguiser en femmes. Depuis, tous les journaux flamands en parlent.

L’agression a eu lieu place des Martyrs, à Bruxelles. Le violeur a 15 ans, son complice 17*. Ils ont depuis été arrêtés. Ils sont au centre fermé de Saint-Hubert. Ils ont déjà un casier judiciaire.

Au départ, l’étudiant ne tenait pas à ce que cette affaire s’ébruite. Mais la réaction de l’école a eu l’effet contraire. La Hogeschool Universiteit Brussel a décidé d’interdire aux étudiants de se déguiser en femmes lors des fêtes et baptêmes (Ndlr : lors de ce baptême, les garçons devaient se déguiser en filles, et les filles en garçons). Une réaction contestée de toutes parts, notamment sur les réseaux sociaux. [...]

rtbf.be

* Les violeurs sont « de jeunes Belges d’origine marocaine » selon la Revue de Presse de rtbf.be

France Télévisions en guerre contre le viol, vraiment ?

Pourquoi a-t-on censuré le calvaire de la journaliste Caroline Sinz, violée au Caire il y a un an ?

En France, nous dit-on, une femme est violée toutes les huit minutes. Face à cette urgence, France Télévisions a décidé d’agir et, comme l’explique son président Rémy Pflimlin, de « mettre en place un dispositif au long cours pour contribuer à faire reculer les violences faites aux femmes ». Pour joindre des actes aux paroles, France Télé a mis en place un site internet (plateforme interactive en novlangue) intitulé « Viol, les voix du silence ». De plus, pendant la semaine du 19 novembre elle a diffusé deux documentaires, Viol, double peine de Karine Dusfour et Viol, elles se manifestent présenté comme un « manifeste politique » dont l’ambition le producteur est de faire aussi fort que le « Manifeste des 343 salopes » pour l’avortement de 1971.

Au vu de l’importance, bien réelle, de la cause, la chaîne aurait sans doute gagné à être moins grandiloquente et plus sincèrement concernée par ce drame. L’accusation est grave, mais la lecture de l’interview accordée par notre confrère Caroline Sinz au Midi Libre « tous ensemble contre le viol », sonne comme un rappel salutaire à ce que « charité bien ordonnée commence par soi-même ».

Souvenez-vous, c’était il y à peine un an : Caroline Sinz, envoyée spéciale de France 3 en Egypte, avait été violée au milieu de la foule cairote le 24 novembre 2011. [...]

On n’osera dans cette occurrence nauséeuse, évoquer la triple peine, qui consiste à entendre toute une semaine durant les pharisiens qui ont nié son drame se faire mousser en donnant au bon peuple des leçons de morale et de solidarité interactive.

Causeur

Grasse (06) : Enlevée et violée, l’adolescente poignarde son agresseur

Une adolescente de 17 ans de Saint-Laurent-du-Var a été enlevée samedi soir à la sortie de son domicile, et conduite à Grasse où elle a été violée.

Elle a réussi à poignarder son agresseur et à prendre la fuite en sautant sur le balcon de l’étage en dessous. Elle s’est réfugiée chez un voisin. [...]

Nice Matin