Villiers-le-Bel (95) : une liste dissidente face au maire PS conduite par un proche d’Ali Soumaré

Il y aura deux listes de gauche aux élections municipales à Villiers-le-Bel. Mamadou Konaté, ex-président du groupe PS au conseil municipal, a officiellement déposé ce mardi matin, à 9 heures, sa candidature. Il conduira une liste « citoyenne » et « sans étiquette. » Ce proche d’Ali Soumaré, le secrétaire de la section (PS) de Villiers-le-Bel, défiera donc le maire (PS) Jean-Louis Marsac, désigné par les militants lors de la primaire interne.

Hebergeur d'image

Ancien 9e adjoint délégué aux Sports, Mamadou Konaté avait démissionné le 7 février du conseil municipal avec cinq autres élus socialistes. Ces militants reprochaient au maire sortant d’avoir fait « le ménage » parmi les personnes qui avaient soutenu Ali Soumaré, adversaire de Jean-Louis Marsac lors des primaires. Les démissionnaires auraient souhaité, en effet, qu’Ali Soumaré et ses partisans fassent partie de la liste constituée par le maire sortant, dans une « volonté de rassemblement. »

Jean-Louis Marsac s’était alors défendu dans nos colonnes : « On me dit que je veux liquider Ali Soumaré et ses partisans, c’est faux. Oui, des sortants ne seront pas sur ma liste, mais plusieurs proches d’Ali Soumaré, comme Gourta Kechit (NDLR : l’un des élus démissionnaires) ou la secrétaire adjointe de la section, devaient en faire partie. »

(…) Le Parisien

Villiers-le-Bel (95) : un policier renversé par un quad

Un jeune homme en quad a renversé vendredi soir un fonctionnaire de police à Villiers-le-Bel. Le policier blessé légèrement, au niveau de la tête, été transporté à l’hôpital. En début de nuit, le conducteur du quad était toujours activement recherché par la police.

Pour Jean-Louis Marsac, maire (PS) de Villiers-le-Bel, les quads et les motos « sont un gros problème dans la ville ». « Depuis un mois et demi, il y a des soucis liés à ces engins. Les habitants sont excédés et c’est une bonne nouvelle de voir que la police s’occupe de ce problème, insiste-t-il. Les conditions de contrôle sont compliquées compte tenu de ce qui s’est passé ce soir [vendredi soir] ».

(…) Le Parisien

« les policiers avaient subi des caillassages récemment dans le même secteur. »
Libération

Affaire Villiers-le-Bel : non-lieu pour les policiers dans le volet « faux témoignage »

Un non-lieu a été rendu, vendredi 15 mars, dans le volet « faux témoignage » de l’affaire de Villiers-le-Bel, dans lequel plusieurs policiers étaient mis en cause, après la mort de deux adolescents dans une collision avec une voiture de police, en 2007.

Après plusieurs mois d’instruction, la juge chargé du dossier « a rendu une ordonnance de non-lieu » pour les quatre fonctionnaires de police mis en cause. Cette décision tombe alors que l’un des quatre policiers impliqués dans l’accident, qui se trouvait au volant au moment du drame et qui a été renvoyé en correctionnelle pour « homicide involontaire », doit être jugé les 6 et 7 juin prochain devant le tribunal correctionnel de Pontoise. (…)

Le Monde

Villiers-le-bel (95). 39 vitres brisées dans une école maternelle

Ce matin, élèves, parents et enseignants de l’école maternelle Paul-Langevin, à Villiers-le-Bel, ont découvert la quasi-totalité des vitres de la façade de l’établissement brisées. Trente-neuf fenêtres ont fait l’objet de jet de pierres probablement pendant la journée d’hier. Depuis le début la rentrée de septembre, c’est au moins le cinquième acte de vandalisme dans cette école.

(…) Le Parisien

Villiers le Bel (95). Le curé frappé à la sortie de la messe de Noël

Le père Damien, curé à Villiers-le-Bel, a été agressé mardi par le fils d’une paroissienne. Il venait de finir de célébrer la messe de Noël lorsque l’homme lui a assené de nombreux coups de poings. Il a déposé plainte.

L’esprit de Noël n’apaise apparemment pas toutes les âmes. Le père Damien, de la paroisse de Villiers-le-Bel, en a fait l’expérience, puisqu’il a passé le 25 décembre à l’hôpital. L’ecclésiastique, âgé de 40 ans, a été violemment agressé à la fin de la messe de Noël.
Cette scène incroyable s’est déroulée mardi vers 12h30. Le père Damien se trouve encore à l’église Saint-Didier avec quelques fidèles lorsqu’un homme le demande. Le curé le reçoit dans l’une des salles de la paroisse. Mais la discussion s’envenime et la visite se transforme en agression. Le prêtre a reçu de multiples coups au visage et au thorax.

Un simple conflit avec une paroissienne de Villiers-le-Bel serait en réalité à l’origine de ce « dérapage ». C’est le fils de cette femme qui s’est présenté au presbytère, dans le but d’obliger le père Damien à présenter des excuses à sa mère. Après avoir passé l’après-midi à l’hôpital, le père Damien a porté plainte. Outre les douleurs physiques consécutives aux nombreux coups reçus (il a notamment perdu des dents), le curé est selon son entourage « très choqué » et surtout « découragé ».

Venu du Bénin, le prêtre exerce depuis longtemps en France. Il a passé quelque temps dans l’Essonne avant d’être nommé à Saint-Leu-la-Forêt, puis à Villiers-le-Bel récemment. C’est dans cette dernière église qu’il a eu maille à partir avec la paroissienne, d’origine camerounaise.

(…) Le Parisien

Emeutes de Villiers-le-Bel : un témoin du procès agressé

Un témoin-clé dans l’affaire de Villiers-le-Bel, qui avait accusé plusieurs émeutiers présumés d’avoir tiré sur des policiers en 2007, a assuré mardi avoir été victime d’une violente agression, en représailles selon lui à ses dépositions. Christopher Bénard, qui avait accepté de témoigner à visage a assuré à l’AFP avoir été agressé lundi vers 13H00 à Montesson (Yvelines) par deux personnes armées d’un marteau et d’une serpette, qui lui ont reproché d’être une « sale balance ».

« J’étais en scooter, en pleine campagne. Une grosse cylindrée s’est mise à me suivre, puis m’a barré la route », a raconté le jeune homme de 24 ans, qui a déposé plainte, en produisant un certificat médical. « J’ai enlevé mon casque. Deux hommes casqués sont alors descendus de la moto. L’un m’a mis un coup de marteau à l’omoplate, et l’autre un coup de serpette à l’arcade sourcilière. Ils m’ont traité de « sale balance! « . Christopher Bénard indique aussi avoir « failli perdre un oeil».

Dans sa plainte, M. Bénard, qui a bénéficié d’une incapacité totale de travail (ITT) de deux jours, dit n’avoir aucune idée sur l’identité de ses agresseurs mais pense « que ça a un lien avec l’affaire de Villiers-le-Bel ».

Pendant l’enquête, Christopher Bénard avait affirmé avoir entendu les aveux de deux des accusés, alors qu’il se trouvait au dépôt de la Cour d’appel de Versailles en mars 2008. L’un d’eux aurait ainsi affirmé: « J’ai tiré mais ils ont pas de preuves et je vais bientôt sortir ». Lors du procès en appel, en octobre 2011, M. Bénard était toutefois revenu sur ses déclarations, assurant avoir été « manipulé » par les policiers.

Le jeune homme a publié en juin un livre intitulé «Révélations sur les émeutes de Villiers-le-Bel». « Depuis cette date, j’ai reçu des menaces par téléphone», assure M. Bénard, qui avait déjà reçu des menaces de mort suite à ses déclarations de 2008. Selon son avocate, ces différentes plaintes ont toutefois été classées sans suite.

Le Parisien

Villiers-le-Bel: le passager du scooter mis en examen (MàJ)

Addendum 11/06/12 :

Le passager du scooter légèrement blessé samedi dans une collision avec une voiture de police à Villiers-le-Bel a été mis en examen dimanche pour « vol » et assigné à résidence. Le scooter avait été repéré vendredi lors d’un vol commis à Villiers-le-Bel.

TF1.fr

Addendum 10/06/12 : Au micro de France Bleu, le passager du scooter a raconté qu’ils étaient garés avant de vouloir faire demi-tour. « Après on devait sortir dans le parking, on quittait le trottoir, ils nous ont rentré dedans », a poursuivi le jeune homme, ajoutant que les policiers « n’avaient pas de sirènes ».

« On a juste entendu une accélération. Ils nous ont rentré dedans. Après je me suis relevé et j’ai vu l’autre au sol » en sang, a-t-il raconté.

Interview exclusif du passager du scooter par France Bleu :

Selon la police, les deux passagers du scooter ne portaient pas de casque, une version contredite par des témoins selon lesquels un d’entre eux était casqué. Le Nouvel Obs

Lire la suite

Un jeune passé à tabac au cours d’un règlement de comptes à Villiers-le-Bel

Un jeune homme de 18 ans a été passé à tabac par une dizaine de personnes dimanche matin à Villiers-le-Bel (Val-d’Oise), dans le cadre d’un règlement de comptes, a-t-on appris de sources concordantes.

Les faits sont sans rapport avec l’accident dans lequel deux jeunes en scooter ont été blessés en heurtant une voiture de police, samedi, a-t-on précisé de mêmes sources.

Le jeune homme a été agressé vers 6H30, alors qu’il se trouvait à proximité de la mairie, a précisé une source policière. Lors de l’agression, des coups de feu ont été tirés avec un pistolet à grenaille, sans faire de victime, a précisé cette source.

Victime de nombreuses ecchymoses et d’une plaie à la tête, le jeune homme a été transporté au centre hospitalier de Gonesse (Val-d’Oise) pour y recevoir des points de suture. [...]

Libération

Drame de Villiers-le-Bel : un policier mis en examen pour faux témoignage

Un des policiers impliqués dans l’accident de la route qui a coûté la vie à deux adolescents fin 2007 et provoqué des émeutes à Villiers-le-Bel a été mis en examen ce jeudi pour « faux témoignage », à deux mois du procès pour « homicide involontaire » d’un des gardiens de la paix.

Libération

Villiers-le-bel (95). Des ados tentent de mettre le feu à la bibliothèque

La nouvelle bibliothèque de Villiers-le-Bel a failli partir en fumée jeudi soir. Deux adolescents ont été surpris vers 20 heures alors qu’ils venaient d’y mettre le feu. Ils avaient disposé une bûche sous le bâtiment, qui est construit en bois, sur pilotis. Les policiers qui patrouillaient dans le quartier ont étouffé les flammes avant qu’elles ne se propagent à l’édifice.

Les deux garçons, âgés de 17 et 15 ans, ont été interpellés et placés en garde à vue au commissariat de Sarcelles. Ce vendredi matin, l’enquête n’a pas encore déterminé s’il s’agissait d’un jeu ou s’ils avaient l’intention d’incendier la bibliothèque Aimé-Césaire, et pour quel motif.

Cette dernière avait été inaugurée le 20 septembre 2008, moins d’un an après l’incendie criminel qui avait dévasté la précédente bibliothèque Louis-Jouvet, lors des émeutes de novembre 2007.

Le Parisien

(Merci à Kaos)