Recherché, il visite son frère en prison

Un jeune homme recherché par la justice a été interpellé par hasard aujourd’hui lors d’un contrôle devant la maison d’arrêt de Montpellier, à Villeneuve-lès-Maguelone, où il allait rendre visite à son frère, a-t-on appris de source judiciaire.

L’arrestation a eu lieu dans le cadre d’une opération anti-drogue effectuée par la gendarmerie devant la prison et visant les personnes se rendant au parloir. Cet homme avait été condamné en 2009 pour agression sexuelle par le tribunal pour enfants de Guéret (Creuse) à 3 ans de prison, dont 30 mois avec sursis et mise à l’épreuve. Ayant déjà effectué 6 mois de détention, il était alors sorti libre du tribunal. [...]

La mère du jeune homme a aussi été interpellée par les gendarmes lors du contrôle, en possession de 23 grammes de cannabis cachés dans son soutien-gorge, selon la même source. Cinq autres femmes ont été interpellées pour la même raison.

Le Figaro

Du cannabis dans les sous-vêtements

Six femmes ont été interpellées en possession de cannabis aujourd’hui, à l’entrée de la maison d’arrêt de Montpellier à Villeneuve-les-Maguelone (Hérault), la drogue étant probablement destinée à des détenus, a-t-on appris auprès de la préfecture.

Ces femmes, pour la plupart des mères de famille, portaient de 3 à 23 grammes de cannabis dans leur soutien-gorge, a précisé une source judiciaire. Elles ont été placées en garde à vue, puis déférées devant le parquet, qui les a convoquées au tribunal en novembre. [...]

Le Figaro

Villeneuve-lès-Maguelone (34) : Cambriolage, rixes avec arme et dégradations : huit ados arrêtés

Les gendarmes ont retrouvé les auteurs présumés des faits, commis entre le 18 et le 20 février à Villeneuve-lès-Maguelone.Ils sont tous adolescents, domiciliés à Villeneuve-lès-Maguelone et impliqués dans une série de faits délictueux, dont la commune a été le théâtre entre les 18 et 20 février. Il y a d’abord ces dégradations commises sur quatre voitures stationnées sur un parking. Soit un préjudice global de quelque 2 000 € pour leurs propriétaires.Tous ont entre 16 et 17 ans [...]

Il y a, enfin, cette double rixe survenue entre deux groupes de jeunes sur une aire de jeux d’enfants. Deux groupes qui s’invectivent avant que les coups de pied, de poing et de casque de moto ne pleuvent et que l’un des protagonistes n’exhibe un revolver d’alarme. Une arme de sixième catégorie sur laquelle les militaires ont mis la main au domicile de l’un des suspects. Parmi eux, figure le garçon confondu sur les dégradations de véhicules.[....]

Le Midi libre

Villeneuve-lès-Maguelone : Manifestation contre le retrait des panneaux en occitan

A Villeneuve-lès-Maguelone (Hérault), la décision du tribunal administratif imposant le retrait des panneaux d’entrée de ville en occitan provoque l’indignation du maire qui, au nom de la défense des langues régionales, a organisé une manifestation dimanche dans sa commune.

Le « Mouvement républicain de Salut Public« , une association présidée par Robert Hadjadj, avait déposé plainte contre le maire, aboutissant à cette décision de justice.

Midi Libre

Hérault : la prison de Villeneuve hors de contrôle ?

Le 19 juillet dernier, un agent de la Pénitentiaire de Villeneuve-lès-Maguelone (Hérault) était blessé après avoir reçu à la tête… une télévision jetée par un détenu. Mercredi et vendredi dernier, deux autres gardiens étaient attaqués.

 » Aujourd’hui, nous ne sommes plus maîtres de l’établissement, nous servons de porte-clés, de chair à canon  » (Patrick Cayeul, syndicaliste)

Trois nouveaux faits dénoncés, une fois encore, par les syndicats de l’établissement. Et qui se multiplient depuis le début de l’année. Notamment dans le quartier des mineurs. «Même si, là, ça c’est calmé après l’intervention de membres des équipes régionales et de sécurité (Éris) et après le transfert de certains détenus dans d’autres établissements», concède Patrick Cayeul, le représentant du Syndicat pénitentiaire des surveillants (SPS).

Tout en constatant un autre phénomène, tout aussi inquiétant : «Au-delà de ces agressions, que nous ne comptabilisons plus, il y a eu, la semaine dernière, trois détenus qui, après avoir masqué les caméras de surveillance, ont fracassé à coups de pied et de poing une porte. Ils ont néanmoins pu être identifiés mais n’ont pas été inquiétés après avoir regagné leurs cellules.» Et Patrick Cayeul d’estimer, amer : «À tout moment, les détenus peuvent monter une action concertée et s’en prendre au matériel

Un fait supplémentaire faisant persister le représentant du SPS, qui n’hésite plus à parler «de délabrement, de laxisme et de laisser-aller que nous dénonçons pourtant depuis des mois. Mais cela ne fait que s’amplifier

Pourtant, le 23 juin dernier, les représentants syndicaux avaient rencontré Pierre Maitrot, le directeur de cabinet du préfet. « Il nous a reçus pendant plus de deux heures, il a été très à l’écoute. Mais il semblerait que l’État ne puisse pas faire grand-chose.»

Midi Libre

C’est la fête au village

• Trois policiers frappés à coups de pelle à Villeneuve-lès-Maguelone (proche de Montpellier) : la traditionnelle Fête de la Mer, journée familiale suivie d’une soirée bon enfant, est le théâtre d’une violente bagarre entre bandes : trois policiers, frappés à coups de pelle et de parpaings à la tête, perdent connaissance. Un habitant est poignardé, un autre est passé à tabac en pleine rue. Face à ce déchaînement de violence, le maire du village décide… d’annuler la fête votive qui devait se tenir le week-end prochain. Les bandes dictent leur loi aux autorités. Source

• Suisse : Les Fêtes de Genève gangrenées par la violence : outre une violente rixe entre bandes, la Tribune de Genève relate le passage à tabac d’un ado par quinze jeunes déchaînés : «Ils ne cessaient de lui donner des coups de pied dans la tête alors qu’il était au sol». «Des bandes viennent uniquement pour casser, agresser et voler», déplore le directeur des Fêtes. Ces jeunes sont de plus en plus violents, ils ont des couteaux, des barres à mine, des battes de baseball. Ils n’ont plus de limites». Un témoin évoque «les dealers massés entre Le Lacustre et le pont des Bergues, les couteaux qui jaillissent, des gars qui mettent des claques pour rien». Pour autant, le communiqué officiel décrira «une ambiance sereine, sans incident notoire». Ce que le directeur justifie comme suit : «Nous parlons sous le contrôle de la police. Pour elle, aucun fait notoire ne s’est produit » Source