Quand 20 minutes nous dévoile «la vérité sur la viande halal»

Le quotidien gratuit 20 minutes nous dit toute «la vérité» sur la viande halal mais n’aborde pas la question de son identification par le consommateur.

Directement rattachée à la religion musulmane, la viande halal ne cesse de créer la polémique. Mais d’un point de vue strictement alimentaire, est-elle vraiment dérangeante ?

«Même si les produits halals sont élaborés à partir de préceptes relatifs à la religion musulmane, ce sont des produits comme les autres», note Thierry Desouches, porte-parole de Système U. Sans sucre, sans sel, breton… Quelle que soit la caractéristique de l’aliment proposé en rayon, il ne devrait pas faire l’objet d’un «débat politique, estime le porte-parole.

En 2013, on comptait 4,1 millions de musulmans en France, selon l’Institut national des études démographiques (Ined). En toute logique, ce sont des consommateurs de viande halal, celle-là même qui fait beaucoup parler d’elle, notamment au travers de décisions politiques. Dernière en date, l’annonce de Robert Ménard au micro de RTL début avril. Le maire de Béziers a ainsi indiqué administrer «une ville laïque où il n’y aura pas de repas halal dans les cantines municipales».

Le problème avec l’appellation «halal» c’est principalement l’ignorance de sa réelle signification.

Mais au-delà de l’aspect religieux, la viande halal, soit «licite, permise» par l’islam, inquiète. «C’est une bombe à retardement. Ca ne me dérange pas d’en manger, mais le problème c’est le côté sanitaire. Quand un bœuf est saigné à vif, toute la merde qui est près de la gorge peut venir souiller le devant de l’animal (épaule, collier, poitrine)», intervient l’artisan charcutier Eric Ospital. C’est la que le bas blesse. La sécurité du consommable fait peur aux Français et 8 sur 10 d’entre eux disent d’ailleurs être inquiets de connaître une nouvelle crise alimentaire, selon une enquête Ipsos datant d’octobre 2013.

Le saintificateur doit être musulman, fréquenter la mosquée, faire ses prières.

«Jusqu’à preuve du contraire, on a le droit d’être musulman. Et quand on est musulman et Français, on est confronté à un certains nombres d’usages. On a envie de vivre avec notre pays, le pays de la gastronomie», avance Hadj Khelil, créateur de Bionoor. […]

Selon Thierry Desouches, La consommation est très localisée dans certaines villes et régions comme la banlieue parisienne avec La Courneuve, Le Bourget ou Corbeil, mais aussi dans la banlieue de Mulhouse et les alentours de Lyon. L’offre halal n’est par exemple pas présente dans l’Hyper U des Herbiers (Vendée) où la proportion de clients musulmans est assez limitée.» La raison est simple: ce n’est pas rentable commercialement.

20 minutes

Arras : des « beuveries » dans la prison

Le syndicat Ufap-Unsa Justice de la maison d’arrêt d’Arras dénonce les « beuveries » auxquelles s’adonnent lors des promenades les détenus, qui se fournissent grâce aux colis lancés de l’extérieur, contenant alcool, mais aussi viande ou drogue, a expliqué vendredi un représentant du personnel. [...]

« Tous les weekends, lors des promenades et plus particulièrement l’après-midi, des individus extérieurs à l’établissement balancent (par dessus le mur d’enceinte, ndlr) dans les cours de promenades des bouteilles d’alcool qui sont rapidement ingurgitées par les détenus », explique le syndicat, qui dénonce « un rituel ». [...]

« Pour des raisons de sécurité on n’intervient pas dans une cour de promenade », a précisé Charlet, qui regrette des effectifs insuffisants. »C’est un problème récurrent sur bon nombre d’établissements pénitentiaires », a ajouté Frédéric Charlet, qui estime que le préfet pourrait bientôt recevoir les représentants du personnel. [...]

D’autres colis contiennent souvent du cannabis ou de la viande, mais aussi des armes et autres objets interdits (burins, lames de scie), selon les syndicats. « En cinq minutes, il peut y avoir une trentaine de colis qui arrivent », a décrit Charlet. « Il y a ce qui est consommé sur place et ce qui remonte dans les cellules ».

Le Figaro

France. Halal : Débat sur la viande mais pas sur les aides de l’Etat (RMI, RSA…)

Article du Bondy Blog sur l’attitude des musulmans envers la viande non halal. Différentes réactions et pratiques sont évoquées.

Lors du séminaire de l’imam Shatibi au centre du palmier de Saint Denis en arabe et traduite en français, le Cheick s’énerve parce qu’on lui pose toujours des questions sur ce sujet qui nous est licite. Par contre, aucune question ne lui est posée sur les interdits comme les aides de l’Etat (RMI, RSA, etc..), puisqu’un musulman doit travailler et ne pas vivre de l’aumône des chrétiens.

Sujet devenu sensible, la viande halal a fait l’objet de nombreuses controverses. Que ce soit pour ou contre, des voix se sont élevées. Certains en ont même fait une récupération politique en créant la polémique, notamment durant la campagne présidentielle. […]

Plusieurs expériences me l’ont démontré. Dans une grande surface de la région parisienne, j’ai croisé un couple de musulmans fondamentalistes (lui en djellaba et son épouse en djilbab) se servant de la viande au rayon boucherie libre-service non halal. Pensant qu’ils s’étaient trompés, je me suis permis de leur dire et l’homme me répondit :

«Ces merguez sont meilleures que les merguez AVS, et en France tout est hallal, sauf le porc. Renseigne-toi !»

Lors d’un repas au restaurant avec des amis d’origine saoudienne qui mangeaient une entrecôte ou du foie de volaille, l’un d’eux m’a dit après avoir remarqué mon interrogation : «Dans le Coran il est écrit : mange de la viande des gens du livre, juif ou chrétiens, mais c’est vrai que vous les algériens, vous compliquez tout». […]

Bondy Blog

Etiquetage de la viande sacrificielle : la sénatrice Sylvie Goy-Chavent menacée de mort par Israël ? (màj)

Addendum 02/08/13

[...] Le site d’information israélien francophone JSS News prend très violemment à parti la rapporteuse de cette mission sénatoriale dans un article mis en ligne le 13 juillet intitulé « Abattage rituel : interdit en Pologne, une sénatrice antisémite (?) tente de l’interdire en France ».

« JSS News » comme les initiales de Jonathan-Simon Sellem, ancien candidat aux élections législatives dans la 8e circonscription des Français de l’étranger.

Sur ce site, la sénatrice UDI Sylvie Goy-Chavent découvre « éberluée » la violence des commentaires et fait au Lab la liste des menaces qu’elle a reçu :

« On m’a promis la pendaison, l’égorgement, enfin bon, j’en passe et des meilleures. Plusieurs personnes au Sénat ou ailleurs m’ont conseillé de faire très attention parce qu’il y avait des services (NDLR : d’une puissance étrangère) qui étaient capable de me faire taire. On m’a menacé sur ma carrière. On m’a menacé sur tout un tas de choses. »

La sénatrice dépose plainte, mercredi 17 juillet, auprès du procureur de la République de Bourg-en-Bresse, pour insultes, diffamations publiques, incitations publiques à la haine et à la violence raciale.

« Rien ne se passe », déplore-t-elle. L’élue décide alors d’envoyer une lettre au chef de l’État :

J’en appelle au président de la République puisque le site en question continue à vomir ces insanités à mon encontre et je n’ai pas de nouvelle de grand monde…

Et de la mettre en ligne lundi 26 juillet, sur son mur Facebook, en écrivant en lettres capitales : « JE VOUS APPELLE A L’AIDE ».

Europe 1

Merci à Stormisbrewing

______________________________

[Mise à jour du 20 juillet 2013]

[Le site JSS News réagit aux propos tenus par la sénatrice] [extraits]

Il y a quelques jours, nous publiions un article consacré à l’abattage rituel en Europe, plus précisément en Pologne et en France. (…) Oui mais voilà, cela n’a pas plu à cette bonne dame, fille d’agriculteurs, qui est certaine de son fait: les juifs pratiquent la barbarie contre les animaux depuis plus de 2.000 ans en mangeant casher ! Les juifs ne devraient pas avoir le droit de respecter la « casherout » (loi de la nourriture casher).

Ainsi, Sylvie Goy Chavent aurait décidé de porter plainte contre JSSNews. Alors, nous avons souhaité répondre à la Sénatrice concernant certaines de ses affirmations faites à la presse française:

La République n’est pas menacée, si ce n’est par votre proposition. Cette année, on estime que le départ des Juifs de France vers Israël va augmenter de 40% par rapport à l’an passé. Ce n’est pas uniquement l’effet Merah, c’est aussi suite à l’incompétence de dirigeants français comme vous.

Et avec des propositions comme les vôtres, des propositions qui forceraient les Juifs de France à devenir des Marranos des temps moderne, vous accélerez leur départ. Mais je suis sûr qu’au fond de vous, cela vous réjouis de les voir partir…

«Quand je vois ces menaces, je ne peux m’empêcher de penser qu’il doit y avoir beaucoup d’argent en jeu» (Le Figaro)

Ben voilà ! C’est donc là le problème… L’argent des Juifs ! Il faut dire que l’abattage rituel casher représente moins de 0.90% de l’abattage de tous les animaux en France… Si j’admet bien volonté que la viande casher est hors de prix, j’ai peine à croire que cela représente une part importante de l’économie totale de ce domaine économique particulier. Et puis, pourquoi parlez-vous d’argent aujourd’hui alors que votre combat est censé être celui de l’amour pour les animaux…

Lors de la commission parlementaire, vous accusiez les experts qui affirment que l’abattage rituel juif « ne fait pas souffrir » d’être « tous des juifs. »

Outre le fait que votre accusation est fausse, cela signifie surtout qu’à vos yeux, les juifs sont des menteurs qui falsifient des rapports officiels et qui s’organisent en cabale pour obtenir ce qu’ils veulent des gouvernements.

Cela signifie aussi qu’à vos yeux les juifs n’ont pas le droit de se défendre face à vos propos. S’ils le font, ce ne peut être en tant qu’expert, ce sera forcément dans leur condition de Juifs.

D’ailleurs sur Public Sénat vous dites être « la victime d’une cabale »… On se croirait presque dans les Protocoles des Sages de Sion ! C’est dingue de voir quelqu’un « qui n’est pas antisémite » user aussi facilement de tous les mécanismes antisémites (Cabale, argent, menace, danger, bien étiqueter pour bien identifier qui est qui, etc…)

Vous jouez ensuite sur la même corde que Jean-Marie Le Pen qui affirme avoir des amis juifs: «Je viens d’une commune où l’on commémore tous les ans le tribut payé par les Juifs pendant la Deuxième Guerre mondiale» (Le Figaro). Et oui, à travers la belle République Française, des centaines de milliers de Juifs ont souffert de la collaboration avec les nazis. Une collaboration de tous les jours visant à détruire le peuple juif.

Les Nazis et la France des collabos voulaient tuer physiquement les Juifs. Vous, vous souhaitez tuer les Juifs par le refus de la pratique de leur religion. Vous souhaitez les empêcher de manger casher. Vous souhaitez les empêcher de pratiquer leur culte. Une mort encore plus dure que celle des nazis, car cette mort là, c’est une mort où la victime reste vivante.

Alors que des commentateurs vous traitent de « pétasse » ou de « connasse », franchement, ça me fait ni froid ni chaud (…)

Mais le problème au fond, ce n’est pas votre petite personne mais votre antisémitisme.

Car comme l’a parfaitement compris Le Monde, « L’auteur de l’article (ndlr: sur JSSNews) conclut ironiquement : « Sylvie Goy-Chavent est aussi celle qui veut forcer la France à étiqueter les produits fabriqués par des juifs israéliens qui vivent en Judée et en Samarie. Mais non, elle n’est pas concentrée sur Israël. Et non, elle n’est pas antisémite. »

Hé oui, encore une proposition contre des Juifs. Je suis d’ailleurs persuadé que vous n’acceptez pas non plus la présence des Juifs en « Cisjordanie. » J’ai le sentiment que pour vous, il faudrait « évacuer toutes les implantations juives là-bas, les « colons extrémistes. »

C’est vrai après tout, une « Palestine » vidée de ses Juifs, une « Palestine » Judenrein, purifiée de ses Juifs comme disaient ceux qui occupaient votre village, c’est peut-être votre rêve. Les Juifs ne devraient pas avoir le droit de vivre où bon leur semble. « Les juifs en juiverie et les arabes en arabie » disait Coluche.

Le problème c’est que vous, vous n’êtes pas drôle. Et votre proposition sur l’étiquetage montre bien que pour vous, les Juifs devraient être confiné à certaines terres pour ne pas polluer la vie des autres ailleurs.

Madame Guy-Chavent, l’histoire juive est ponctuée de personnalités comme la votre. Des Aman, des Amalek. Des Ferdinand et des Isabel. Des Goy-Chavent.

Mais avant que vous proposiez l’interdiction de la circoncision, sachez qu’au fond de moi, je vous remercie pour votre travail. Car de là où je suis, en Israël, je ne peux qu’espérer que mes frères Juifs de France comprennent qu’il est temps de partir. Je préfère qu’il partent avec des lois liberticides comme la votre, plutôt que suite aux futures attaques antisémites. Je rappelle par ailleurs que votre pays est celui où le nombre d’acte antisémite à le plus monté en Europe ces derniers temps. L’avenir de votre pays est sombre.

Les études historiques disent qu’un Juif ne reste en moyenne dans un pays que 60 ans avant qu’il ne soit forcé de faire ses bagages. C’est à peu près le temps qui nous sépare de la Shoah et, grâce à vous, l’histoire ne ment pas. Les Juifs repartent.

Madame Goy Chavent, oui je pense que vous êtes antisémite. Je pense aussi que vous ne le savez même pas et que cette prise de conscience avec la réalité vous fait mal.

Madame Goy Chavent, je pense même que vous avez des amis Juifs ! Ils sont tous en Israël et vous disent merci.

Grâce à vous, on sera plus nombreux ici pour fêter la re-naissance de notre peuple, notre culture, notre histoire et respecter nos préceptes millénaires.

Et lorsque la fête de Pourrim viendra, qu’on fera rûgir les crécelles quand le nom d’Aman sera entonné par l’officiant, on pensera à vous tout autant qu’à lui.

Sylvie, sur la plage de Tel-Aviv, devant nos lieux Saint de notre capitale Jérusalem, où sur les collines de Judée et de Samarie, sachez qu’à la sortie de shabbat, nous serons des centaines à sortir le barbecue pour savourer une entrecôte casher à votre santé !

Par Jonathan-Simon Sellem – Rédacteur en Chef de JSSNews – Ancien candidat PLD (membre UDI) aux législatives partielles dans la 8è. circonscription des Français de l’étranger.

jssnews.com

————————-

[Article du 19 juillet 2013]

Un site israélien accuse d’antisémitisme la rapporteure de la mission sénatoriale sur la filière viande, Sylvie Goy-Chavent. La cause : la proposition de la mission d’informer le consommateur sur l’abattage rituel des animaux, qu’il soit halal ou casher.

La rapporteure de la mission d’information du Sénat sur la filière viande, composée de 27 sénateurs de toutes tendances, fait l’objet d’accusation d’antisémitisme et de menaces de mort.

La cause ? La proposition de la mission d’imposer un étiquetage non stigmatisant sur le mode d’abattage des animaux. Il s’agit de savoir si l’animal a été abattu avec étourdissement ou sans. L’abattage sans étourdissement répond aux besoins des rituels religieux, qu’il s’agisse de viande halal ou casher. (…)

Une position que n’accepte pas le webzine israélien JSSnews.com. Ce site est « modéré » par Jonathan-Simon Sellem, ancien candidat centriste indépendant proche de l’UDI aux élections législatives dans la 8e circonscription des Français de l’étranger, qui inclut Israël.

Dans un article titré « abattage rituel : interdit en Pologne, une sénatrice antisémite (?) tente de l’interdire en France », le site pose  la question de l’antisémitisme de la sénatrice.

Les commentaires qui suivent vont encore plus loin : pour nombre d’entre eux, ils vont de l’insulte aux menaces de mort. Extraits : « Goy, elle porte bien son nom. Ces gens sont pathétiques par leur acharnement antijuif », « propos « typiquement antisémites »…. », « QI d’autruche ».

Et les menaces de mort : « Moi je propose que l’on égorge Sylvie Goy-Chavent pour « voir » combien de temps elle va rester consciente… Mais c’est pour l’étude après tout… – l’amour de la science ! Faut pas nous mettre au défi ou nous tester… »

Sylvie Goy-Chavent dénonce aujourd’hui « des menaces très graves, des menaces de mort, des menaces sur ma personne et des insultes grave sur mes origines, des insultes raciales, de tout ordre. » (…). Elle a porté plainte.

Sylvie Goy-Chavent pointe également le rôle de l’aspect financier dans ce débat sur l’abattage rituel. (…)

« Il y a des histoires d’argent derrière ça, puisqu’on nous a annoncé jusqu’à 1 euro par kilo équivalent carcasse d’animaux sortant des abattoirs, somme reversée au culte. En effet il y a beaucoup d’argent en jeu. Et c’est peut-être ça qui éveille la haine».

Sur ce point, la présidente PS de la mission, la sénatrice Bernadette Bourzai, ne rejoint pas sa collègue : « Les enjeux financiers, on ne nous les a pas démontrés, et je n’irai pas sur ce terrain-là », affirme-t-elle. Elle juge en revanche « complètement scandaleuses » les menaces de morts contre sa collègue.

Public Sénat – via E&R

Violente charge du consistoire juif contre « la stigmatisation » de la viande casher

[extraits] Suite aux conclusions de la mission sénatoriale présentées le 18 juillet par Sylvie Goy-Chavent (UDI), le président du consistoire central Joël Mergui s’est indigné d’une nouvelle « stigmatisation » de la filière casher.

La communauté juive s’inquiète de l’une des recommandations qui prévoit l’instauration d’un « étiquetage obligatoire du mode d’abattage selon des modalités non stigmatisantes », visant de fait les modes d’abattage sans étourdissement, pratiqués par les juifs et les musulmans.

(…) La communauté juive s’inquiète surtout des effets économiques d’un étiquetage particulier. Plus d’un tiers de chaque carcasse d’animaux tués pour la filière casher terminent en effet dans la filière traditionnelle car jugés impropres à la consommation des pratiquants.

C’est l’étiquetage de cette partie qui ajouterait selon M.Mergui un effet « stigmatisant », le consommateur lambda ne souhaitant peut-être pas contribuer à ce type d’abattage.

« Ne savent-ils pas tous ces négateurs de nos pratiques religieuses que la mauvaise foi a motivé les nazis pour interdire l’abattage religieux dès avril 1933? Qu’elle met en péril le lien social des communautés nationales ? Sans juif, cofondateurs de l’identité européenne depuis 2000 ans, l’Europe sera t-elle toujours la même? », lance M.Mergui qui s’inquiète aussi « des déclarations mensongères sur la perception d’une taxe pour alimenter la politique israélienne ».

Lire l’article complet : Le Monde

———————–

Lire en complément :

Australie : Un boucher catholique vend de la viande halal pour sauver son commerce

A Canberra, un boucher catholique s’est mis à la vente de vainde halal pour sauver son commerce.

Matthew est un paroissien très pieux qui n’a pas hésité à «halaliser» son commerce en 1995, sans craindre l’hérésie ni même la contamination, quand les premières graves difficultés sont survenues et la chute de son chiffre d’affaire s’est accélérée.

Comment éviter le dépôt de bilan qui se profilait à l’horizon ? Heureusement, le sympathique boucher catholique de Canberra, déterminé à ne pas baisser les bras ni à fermer boutique, avait noué de belles amitiés avec des musulmans de son quartier. L’idée de devenir le premier boucher halal de la ville a alors trotté dans sa tête, encouragé à franchir le pas par ses amis musulmans mais aussi par les perspectives prometteuses qui se dégageaient de ce segment économique.

Aujourd’hui, Matthew, qui croule sous les commandes pour le Ramadan, se félicite chaque jour que Dieu fait de cette reconversion professionnelle qui l’a converti aux bienfaits du halal, et non à l’islam comme l’ont crié sur tous les toits ses faux amis et autres bouchers de la ville, ceux-là mêmes qui l’avaient traité de «fou» à l’annonce de son changement de label…

«Mes amis musulmans m’ont incité à le faire parce qu’il n’y avait personne à Canberra spécialisé dans le halal et j’ai pensé, ‘pourquoi pas?’ C’était en 1995 , et c’est bien la meilleure chose que j’ai jamais faite», a-t-il déclaré à la presse locale, en relatant une tranche de vie qui pourrait se narrer à la manière d’une jolie fable du vivre-ensemble, aux vertus éthiques et pédagogiques.

oumma

Bondy (93) : une directrice d’école veut obliger les élèves à manger de la viande au nom de la laïcité

Lassée de voir des enfants ne pas consommer de viande à la cantine, une directrice d’école primaire de Bondy a indiqué aux parents d’élèves sa volonté de les obliger à en manger, au nom de la «laïcité». Avant de s’excuser.

Les parents de l’école primaire Jules-Ferry de Bondy (Seine-Saint-Denis) ont dû être étonnés en ouvrant le carnet de correspondance de leurs enfants lundi. La directrice de l’établissement scolaire, fatiguée de voir des enfants ne pas manger de viande à la cantine et avoir faim l’après-midi a écrit aux parents d’élèves un mot quelque peu surprenant: «Je vous rappelle que conformément au règlement municipal et au règlement intérieur de l’école, chaque enfant sera servi en viande.» Et de continuer: «Si, pour des raisons religieuses, vous ne voulez pas que votre enfant mange de la viande, je vous invite à me rencontrer car nous n’accepterons pas cette situation. Je vous rappelle que votre enfant est scolarisé à l’école de la République et que la laïcité, qui est un des fondements de notre République, doit être respectée dans son intégralité.». Une affaire révélée par France Bleu 107.1

Ce mot a suscité l’inquiétude des parents d’élèves, notamment ceux de confession musulmane. [...]

Le Figaro

Viande à la cantine : polémique entre la mairie de Bollène et l’intercommunalité

Vaucluse Matin – 7 Mars 2013

___________

Communiqué de la ville de Bollène

Le 13 décembre dernier, à l’occasion d’une réunion dans les locaux de l’intercommunalité, Jean-Pierre Lambertin et ses amis socialistes ont accepté de céder aux pressions de parents qui refusent que leurs enfants mangent de la viande.

Pire, dans le compte-rendu de cette réunion, on apprend que « des adaptations ont déjà été mises en place » en ce sens dans les cantines de notre ville !

Inquiète de cette décision, Marie-Claude Bompard écrit à Jean-Pierre Lambertin, pour lui poser quelques questions très simples :

  • Qui demande ces plats sans viande ?
  • Combien de personnes sont concernées ?
  • Quelle est la nature des adaptations mises en place par l’intercommunalité ? Ces adaptations sont-elles réglementaires ?
  • L’intercommunalité a-t-elle prévu des plats de substitution occasionnels ?
  • Quelle serait sa décision, en cas de nouvelles demandes communautaristes, comme cela existe déjà dans d’autres villes de France : consommation exclusive d’une viande halal, suppression du porc etc.

Ce refus, non seulement de consommer de la viande, mais également des légumes ou féculents ayant côtoyés de la viande dans une assiette, est une revendication communautariste très inquiétante, totalement étrangère à la laïcité et aux traditions françaises et européennes. Pour le maire de Bollène, il est donc hors de question d’accepter ces revendications. (…)

 

Ville de Bollène

Après le cheval, une affaire de viande de boeuf avariée chez Flunch

Après le cheval, le boeuf… La justice enquête bien sur une affaire de tromperie sur la viande de boeuf après les révélations d’un ex-cadre d’une société spécialisée dans la découpe de viande bovine, Castel Viandes, installée à Châteaubriant (Loire-Atlantique), a indiqué vendredi le parquet de Nantes, confirmant une information du « Parisien/Aujourd’hui en France ».

« Une enquête préliminaire a été ouverte mi-février pour escroquerie et tromperie à la suite d’éléments fournis à la gendarmerie, notamment par un ancien cadre, et corroborés par une enquête des services vétérinaires », a déclaré Fabienne Bonnet, procureur adjoint au parquet de Nantes. « Une perquisition a eu lieu et l’exploitation des pièces saisies est en cours », a-t-elle ajouté, soulignant qu’il faudra attendre plusieurs semaines avant d’en connaître les résultats.

Selon le quotidien, la justice soupçonne ce groupe familial, créé en 1963, de pratiques appelées « remballe » et d’avoir vendu de la viande avariée à des clients, « notamment à des restaurants Flunch ». C’est un ancien cadre de chez Castel Viandes, licencié en 2008, qui est à l’origine de l’enquête. « Directeur qualité de la société, il découvre le 1er décembre 2008 que, le samedi précédent, des employées ont été affectés à une opération de vente de steaks avariés », raconte l’intéressé.

Les Echos

Viande : un éleveur français dénonce les pratiques des abattoirs

Après le scandale de la viande de cheval, voici une histoire qui pourrait jeter un nouveau trouble sur l’industrie agro-alimentaire. Un éleveur laitier a en effet constaté que ses bêtes ont été revendues comme vache à viande.
Les abattoirs concernés se défendent de toute tromperie.

Après le cheval, du porc dans le bœuf

Des supermarchés britanniques ont retiré des plats. Des perquisitions ont eu lieu dans des abattoirs.

Jusqu’où ira le scandale de la viande de cheval ? Cette fois, une enseigne britannique qui craignait de trouver du cheval dans des boulettes de bœuf a eu la surprise de détecter de l’ADN de porc. Seuls quelques lots de boulettes surgelés seraient concernés. A Londres, les services sanitaires et la police sont déjà entrés en action. (…)

Europe 1

Le Point/halal : «Viande : la nouvelle guerre de religion»

Après sa Une sur «l’islam sans gêne» en octobre 2012, Le Point consacre sa une, cette semaine du 14 janvier, à la viande halal avec pour sous-titre «le dossier noir du halal». Le journal contient également les extraits du livre «Halal à tous les étals». Le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) n’apprécie pas.

L’intégration doit-elle passer par le saucisson et le pinard ?», s’interroge alors le CCIF

«On voit bien où les journalistes ont voulu en venir en comparant le problème de la viande à une « guerre de religion», commente le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), qui estime que Le Point «joue à nouveau avec les fantasmes islamophobes». […]

Cette vision négative est surtout présente avec l’interview de l’auteur d’une enquête sur le sujet. «Sous la plume sensationnaliste du journaliste qui pose les questions et dans les réponses orientées de son invité, on retrouve tous les clichés et raccourcis islamophobes habituels : le halal serait un ‘moyen de prosélytisme’, le signe d’un ‘communautarisme exacerbé’, en proie à des ‘dérives inquiétantes’. Exemples de dérives, selon l’auteur du livre : ‘l’extension du port du voile’, les ‘petits pots pour bébé halal’, ou encore des chambres d’hôtel halal où l’on trouve ‘un Coran à la place de la Bible dans le tiroir de la table de nuit’, et où les téléviseurs ‘ne diffusent pas de films pornographiques’», indique le CCIF. […]

saphirnews