Reportage de l’Observatoire de l’islamisation au Rassemblement des Musulmans 2014 de l’UOIF

Djihâd à tous les étals au Rassemblement des Musulmans 2014 de l’UOIF.

Le Rassemblement Annuel des Musulmans de France (RAMF) ouvre ses portes au parc des expositions du Bourget du 18 au 21 avril pour sa 31ème édition. L’évènement est organisé par l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF), très proche des Frères Musulmans, dont les responsables internationaux sont tous venus lors des éditions précédentes. L’édition 2012 avait été médiatisée suite à l’interdiction de séjour de six conférenciers étrangers, connus pour enseigner les peines physiques légales (hûdud) de la Sharia, comme le meurtre des apostats ou des homosexuels, la conquête de l’Europe et la suprématie islamique.

Joachim Véliocas à l’origine de la polémique en 2012, est revenu voir si le « ménage » avait été fait sur les marqueurs de radicalisme présents dans l’exposition, comme les livres appelant à « exterminer les polythéistes » et à  » se doter de tous les armements militaires pour être en mesure d’assurer la suprématie d’Allah sur terre »

La suite et les photos sur Islamisation.fr

Rassemblement de l’UOIF : Tarik Ramadan invite les musulmans à entrer dans la culture française pour y agir «plus efficacement»

Le rassemblement annuel de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF) organisé durant ce week-end de Pâques jusqu’à lundi au Parc des expositions du Bourget a pour thème : «Quelles valeurs pour un monde en mutation? L’homme, la famille, le vivre ensemble». Le mariage pour tous et la théorie du genre suscitent des inquiétudes .

Tariq Ramadan encourage ses auditeurs musulmans français à entrer dans la culture française pour la connaître de l’intérieur et y agir «plus efficacement» en tant que musulmans. En 2012, il avait dit à cette tribune que la foi a «une vue longue» et si «le Prophète a été si efficace à La Mecque», c’est «parce qu’il connaissait bien la société» de cette ville.

En France, avait-il conclu, «vous avez à connaître votre société» et prendre «conscience de votre responsabilité» car «nous portons un dépôt, un message» pour ce pays et «l’islam est un et accepte toutes les cultures». Seulement, «il va falloir résister», avait-il lancé.

Même si l’UOIF, proche des Frères musulmans, n’est que l’une des branches de l’islam de France, elle en est la famille la plus dynamique et la mieux organisée puisqu’elle fédère pas moins de 250 associations, revendiquent des partenariats avec un tiers des 3000 mosquées ou lieux de culte en France et vient de lancer une fédération pour les écoles musulmanes. Rien d’étonnant donc à ce qu’elle attende pas moins de 160.000 visiteurs au Bourget!

«Les thèmes du rassemblement collent toujours à l’actualité», explique Amar Lasfar, président de l’UOIF. «Le mariage pour tous, l’ABCD de l’égalité…, ça heurte notre religion et ça nous inquiète», ajoute-t-il. De fait, son prédécesseur, Ahmed Jaballah, avait participé au nom de l’UOIF à la finale de la grande Manif pour tous, le 13 janvier 2013. Il expliquait alors: «Nous sommes sur la même position que toutes les traditions religieuses et humanistes qui estiment que la structure familiale reste la cellule de base de la société. Or, un tel projet met directement en cause la famille.»

Pour autant, l’UOIF s’est désolidarisée de l’initiative lancée par Farida ­Belghoul en janvier dernier, consistant à boycotter, de temps à autre, l’école en retirant ses enfants pour protester contre l’ABCD de l’égalité. «Nous refusons d’utiliser les enfants dans les débats des grands», assure Amar Lasfar et «nous sommes pour le débat mais nous ne voulons pas de polémique».

«Quand on n’a pas de projet social, à droite comme à gauche, le meilleur ennemi facile, c’est l’islam». (Tarik Ramadan sur RMC-BFM)

Cette vision d’un islam fortement identifié mais très intégré est reprochée à l’UOIF par des mouvements plus radicaux et Amar Lasfar reconnaît qu’«une partie des nôtres est tentée par un repli identitaire» en se plaignant car «les premiers à en souffrir, c’est nous».

Une crispation qui faisait dire à Tariq Ramadan jeudi matin sur RMC-BFM : «Les coupables sont ceux qui font de la présence de l’islam en France uniquement un sujet de controverse et jamais un sujet de dialogue serein.»

Le Figaro

Islam: et si le Conseil de l’Europe favorisait le communautarisme plutôt que de le combattre? (+ vidéo)

La France, dont la minorité musulmane est la plus importante d’Europe occidentale, avec cinq millions de personnes, accueille, à partir de ce vendredi 18 avril, le rassemblement annuel de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), au Bourget. Une occasion de nous arrêter un instant sur la manière dont les populations musulmanes s’intègrent dans les sociétés occidentale, avec Claude Sicard, auteur de « L’islam au risque de la démocratie » (François-Xavier de Guibert – octobre 2011).

[ Extraits ]

JOL Press : Comment les musulmans s’intègrent-ils en Europe aujourd’hui ?

Claude Sicard : Par définition, un musulman, qu’il soit croyant ou pas, ne peut pas s’intégrer car il revendique, à juste titre, son identité. Au-delà de leur attachement à l’islam, les musulmans sont très attachés à leur identité et à leur culture. Or la culture européenne et la culture musulmane sont fondées sur des bases qui ne sont pas du tout les mêmes. Dans le Coran, un non-croyant (ou dhimmi) est considéré comme un citoyen de second rang.

Les musulmans qui arrivent en Europe sont conscients de ces différences de cultures, ils ne cherchent donc pas à s’intégrer, ils veulent rester eux-mêmes et vivre selon leurs traditions et leurs coutumes parce qu’elles constituent leur identité.

JOL Press : A quoi aspirent les mouvements de l’islam le plus radical en Europe ?

Claude Sicard : Les mouvements de l’islam le plus radical souhaitent que l’islam devienne la religion la plus pratiquée en Europe. Ils sont convaincus que l’islam doit s’imposer à l’Europe et au monde entier. Allah a dit aux musulmans : « Vous êtes la meilleure communauté que Dieu n’ait jamais créé ». Quand ils voient que l’Europe perd ses valeurs et permet des choses qu’interdit le Coran, comme le mariage homosexuel, par exemple, ils portent sur la civilisation occidentale un regard très sévère et tentent de convaincre que c’est la civilisation musulmane qui devra, un jour, s’imposer au monde.

JOL Press

Éducation : Les établissements musulmans se fédèrent en partenariat avec l’UOIF

Une union d’établissements privés musulmans vient d’être créée en partenariat avec l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), proche des Frères musulmans. Quatre établissements sont actuellement sous contrat avec l’Etat.

Une offre en forte progression ces dernières années, à mettre en relation avec «l’action militante des Frères musulmans, omniprésents comme porteurs de projets, dans la perspective d’instauration d’une ‘citoyenneté musulmane’», «la crise de l’école publique» et «la prohibition du voile depuis 2004», selon le rapport de 2010, qui explique qu’après la construction de mosquées le développement d’établissements privés musulmans est une étape clé.

Concilier les valeurs de l’islam et celles de la République française. Telle est l’ambition affichée par la Fédération nationale de l’enseignement musulman (Fnem), créée il y a tout juste une semaine en partenariat avec l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), proche des Frères musulmans.

Les établissements n’ont d’autre choix que de faire appel aux dons. Des dons de «riches mécènes du Golfe et de subventions allouées par des ONG contrôlées par l’Arabie saoudite» et de «fidèles musulmans», expliquait en 2010 un rapport sur l’enseignement de l’islam.

Une première dans le paysage de l’enseignement privé français, où manquait jusqu’alors un représentant des établissements musulmans, aux côtés du Secrétariat général à l’enseignement catholique (9000 établissements sous contrat avec l’État, soit 2 millions d’élèves), du Fonds social juif unifié (286 établissements juifs, soit 32.000 élèves), des protestants et des laïques. «L’enseignement musulman de France va prouver qu’il peut former dans l’espace public des citoyens éclairés et responsables, des femmes et des hommes qui ont réussi leurs vies sociale et professionnelle et, dans la sphère privée, de bons musulmans», explique Makhlouf Mamèche, président de la fédération, vice-président de l’UOIF et par ailleurs directeur adjoint d’Averroès, premier lycée musulman à être passé sous contrat avec l’État. […]

Le Figaro

Philippe Vardon Vs « Imam Estrosi » (vidéo)

Philippe Vardon, chef de file de Nissa Rebela, est interviewé à propos de son dernier livre  » L’imam Estrosi  » dans lequel il attaque la politique du maire de Nice à l’égard des lieux de culte musulmans et ses relations avec l’UOIF.

L’Intrus

Le procès de Marine Le Pen pour diffamation envers l’UOIF ajourné

Le procès de Marine Le Pen pour diffamation envers l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), initialement programmé mardi devant le tribunal correctionnel de Nanterre (Hauts-de-Seine), a été ajourné pour une question de procédure, a-t-on appris lundi de sources judiciaires.

A l’origine des poursuites contre la chef de file du Front national (FN), l’UOIF devait verser une consignation de 1.000 euros pour que les débats se tiennent mais elle ne l’a pas fait dans les délais, ont expliqué à l’AFP l’avocat de Marine Le Pen Me Wallerand de Saint-Just et une autre source judiciaire

(…) Libération

Rencontre des musulmans de l’Est : «Une terre d’Alsace ouverte à tous et à toutes !»

Plusieurs milliers de musulmans se sont rassemblés au Parc d’expositions de Mulhouse, samedi 8 juin. La 3e Rencontre des musulmans de l’Est (RAME), organisée par l’Association des musulmans d’Alsace (AMAL) et la section Est de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), s’y déroulait.

Conférences et activités culturelles sous le thème du Prophète Muhammad se sont enchaînées toute la journée. Présent comme d’autres élus locaux, le maire de Mulhouse Jean Rottner (UMP) s’est félicité du «partenariat crucial» tissé au fil des ans entre la ville et l’AMAF, rapporte le site L’Alsace.fr.

«Vous défendez un islam de tolérance, de souci de l’autre et du bien vivre ensemble. Au-delà des fractures que certains veulent dresser entre nous, nous avons intérêt à construire ensemble. Soyons fiers de bâtir ensemble une terre d’Alsace ouverte à tous et à toutes !», a-t-il lancé, à la tribune.

Saphirnews

Les musulmans dans la mire du Qatar

Après l’immobilier et le foot, l’émirat investit discrètement dans l’islam hexagonal en finançant des mosquées et soutenant l’Union des organisations islamiques de France.

C’est un tabou qui se lève peu à peu. Islam et Qatar, deux mots qui, accolés, suscitent de façon quasi épidermique en France fantasmes, peurs et polémiques. Pourtant, avec toute la mesure qui s’impose, il apparaît aujourd’hui que l’émirat dispose d’une stratégie bien rodée pour s’ingérer dans l’islam de France. Au même titre que le Maroc, l’Algérie ou l’Arabie Saoudite, mais avec un accent plus porté sur le prosélytisme, l’émirat joue sa carte auprès d’une communauté fragilisée économiquement…

(…) Libération

Islam : Marine Le Pen jugée en juillet pour diffamation envers l’UOIF

La présidente du Front national sera jugée pour diffamation le 9 juillet devant le tribunal correctionnel de Nanterre (Hauts-de-Seine) à la suite d’une action engagée par l’Union des organisations islamiques de France (UOIF).

L’UOIF avait engagé des poursuites contre la chef de file du FN après la  publication d’un communiqué le 30 mars 2012 dans lequel elle réclamait la  dissolution de la fédération musulmane française. La candidate à l’élection présidentielle avait en outre demandé l’interdiction du rassemblement du Bourget (Seine-Saint-Denis) où l’UOIF avait réuni son congrès du 6 au 9 avril 2012.

Avant l’événement annuel, la France avait interdit son territoire à plusieurs prédicateurs qui devaient intervenir lors du congrès: le Palestinien Akrima Sabri, les Saoudiens Ayed Bin Abdallah Al Qarni et Abdallah Basfar et l’Egyptien Safwat Al Hijazi. L’influent cheikh sunnite qatari Youssef Qaradaoui avait quant à lui été  déclaré « indésirable » par le l’ex-président Nicolas Sarkozy.

Marine Le Pen avait qualifié ces mesures de « vaine agitation électoraliste ».

« Les responsables de notre pays considèrent bien l’UOIF comme proche des  islamistes, sinon même des terroristes », avait-elle ajouté.

« Ces accusations n’ont pas de valeur pour nous et nous allons poursuivre Marine Le Pen en justice pour ces déclarations, parce que ces déclarations sèment le doute, la haine », avait réagi le président de l’UOIF Ahmed Jaballah.

TF1

30e RAMF : l’appel du pied de Frigide Barjot aux musulmans (MàJ)

Addendum vidéo :
BFM  – 01/04/13

Nous voulons le vivre-ensemble !


L’Union des organisations islamiques de France (UOIF) se démarque des autres fédérations musulmanes dans son implication, toujours plus croissante, dans le débat sur le mariage pour tous qui ouvre le droit au mariage et à l’adoption pour les couples homosexuels.

A l’occasion de la 30e Rencontre annuelle des musulmans de France (RAMF), Frigide Barjot a été invitée tout spécialement pour s’exprimer devant un parterre d’invités, lors de la réception organisée samedi 30 mars, en plein week-end de Pâques. Une intervention non sans « émotion » pour cette catholique pratiquante.

« On va faire triompher la vérité : nous sommes tous nés d’un homme et d’une femme ! », lance la porte-voix des opposants au mariage pour tous. « On sera deux millions mais on ne le sera pas sans vous (musulmans) ! Vous êtes ceux qui feront basculer la loi », déclare-t-elle encore, annonçant au passage la tenue d’une nouvelle manifestation contre le mariage pour tous le 26 mai prochain.

La dernière manifestation en date du 24 mars a attiré 1,4 million de personnes selon les organisateurs (300 000 personnes selon la police).

En marge de la réception, Frigide Barjot nous fait part de son optimisme quant à la non-adoption du projet de loi au Sénat, examiné dès le 4 avril : 170 pour, 168 contre et 10 indécis du côté des sénateurs, selon ses calculs.

La bataille pour le collectif Manif pour Tous, qui compte aussi dans ses rangs le président de Fils de France Camel Bechikh, dont l’appartenance à l’UOIF est assumée, n’est pas terminée.

Saphir News