Installé à Rennes et jugé pour assassinat, Mahdi Belhadj était déjà condamné à perpétuité en Tunisie

[rattrapage proposition lecteurs non publiées] [5 mars 2013]

« Je conteste totalement les assassinats de Naman Majdi et de Sadok Saadi. Mon frère avait été tué par un Cap-Verdien qui a été arrêté et jugé. Je n’avais aucune raison de le venger » a poursuivi ce prothèsiste dentaire installé près de Rennes et condamné en Tunisie à la perpétuité.

Le procès de Mahdi Belhadj va durer toute la semaine.

Nice Matin
Merci DANY

Tunisie: « Nous nous sentons insultés » par les propos de Manuel Valls

« Oui, nous nous entons insultés » par les propos du ministre de l’Intérieur Manuel Valls sur le « fascisme islamique » a déclaré Rached Ghannouchi le chef du parti islamiste tunisien Ennahda. « La relation entre la Tunisie et la France est complexe. La France est un pays si proche de nous. Malgré cela, la France est le pays qui comprend le moins l’islam et les Tunisiens », a précisé Rached Ghannouchi.

Au lendemain de l’assassinat de l’opposant Chokri Belaïd, tué par balles le 6 février à Tunis, Manuel Valls avait mis en garde contre la montée d’un « fascisme islamique » dans les pays du Printemps arabe, Libye, Tunisie et Egypte.

A propos de la mort de Chokri Belaïd, le chef du parti islamiste a indiqué que « Ennahda considère que l’assassinat de Belaïd est un crime affreux et a appelé à une journée de deuil national. Ennahda n’a aucun intérêt à installer le désordre en Tunisie. J’attends de voir la réaction de ceux qui nous accusent quand les vrais coupables seront démasqués, ce qui ne devrait plus être qu’une question de jours si l’on en croit le ministère de l’Intérieur. »

« Manuel Valls a montré qu’il ne comprenait rien à l’islam »

« Ennahda, les Frères musulmans, Al-Qaïda: Manuel Valls a mis tout le monde dans le même sac et, ce faisant, a montré qu’il ne comprenait rien à l’islam. À l’inverse, les Allemands, les Britanniques, les Américains y parviennent et savent que l’islam n’est pas uniforme et comporte des radicaux, des modérés, et que nous sommes à la tête des composantes modérées », a déclaré M. Ghannouchi.

« Oui, nous nous sentons insultés. Il suffit de se promener pour constater que la mosquée est ouverte, que les bars et les plages sont ouverts », a-t-il ajouté.

(…) Le Parisien

Italie : Lampedusa se distingue au palmarès mondial des plages

Une plage de la petite île italienne de Lampedusa, au large des côtes sud de la Sicile, pointe en tête de la liste des meilleures plages au monde, établie à partir des avis de millions de voyageurs sur le site internet TripAdvisor. Ces dernières années, l’île de Lampedusa est devenue le point de chute de dizaines de milliers de réfugiés et de candidats à l’émigration en Europe, notamment durant les soulèvements du «printemps arabe», en Tunisie et en Libye.

La «plage du lapin» se détache dans ce palmarès annuel, et d’après une porte-parole de TripAdvisor, Emma Shaw, «il est facile de comprendre pourquoi, étant donné ses eaux turquoise et son sable blanc».

20 minutes (Merci à BrunoDeSouche)

Plus de 15 000 manifestants pro-islamistes à Tunis

Des militants du parti islamiste Ennahda manifestent à Tunis, le 16 février 2013

Plus de 15.000 partisans du parti islamiste Ennahda, au pouvoir, manifestaient samedi dans le centre de Tunis pour défendre le droit du mouvement à diriger le pays qui traverse sa pire crise politique depuis la révolution de janvier 2011.

«Dieu est le plus grand», «Avec la légitimité et pour l’unité nationale», «le peuple veut Ennahda de nouveau», «le peuple veut un Ennahda en acier», a scandé la foule sur l’avenue centrale Habib Bourguiba, haut lieu de la révolution.

Ils ont aussi repris des slogans pour dénoncer les médias, le dirigeant d’opposition et ex-Premier ministre post-révolutionnaire Beji Caïd Essebsi, et la France, accusée d’ingérence depuis des propos du ministre de l’Intérieur Manuel Valls la semaine dernière parlant «de fascisme islamiste».

Les manifestants brandissent des dizaines d’étendards du parti islamiste, de drapeaux nationaux, ainsi que quelques bannières noires de la mouvance salafiste. [...]

AFP / Libération

Tunisie : Meherzia Laâbidi (Ennahdha), vice-présidente de l’Assemblée Nationale, reste française

Meherza Laâbidi, la vice-présidente de l’Assemblée Nationale Constituante, qui s’est présentée en anglais, dans une vidéo désormais célèbre, comme étant une Française d’origine tunisienne, irait-elle jusqu’à renoncer à la nationalité de son pays d’adoption ?

 

C’est en tous cas la question que se posent certains observateurs. Surtout depuis le déclenchement de la campagne menée contre la France par les sympathisants de son parti, Ennahdha.

Pour le moins paradoxal quand on sait que ce même mouvement a fait le plein, lors des élections du 23 octobre, en France, grâce à l’électorat issu de l’émigration tunisienne (…)

Mag14

Les Tunisiens de France ont voté en masse pour le parti islamiste Ennahda (MàJ)

Addendum :

« Je pense qu’il y a plus de salafistes en France qu’en Tunisie, j’en suis même sûr ! Ils posent problème à la société, partout. » - Elyes Fakhfakh, ministre tunisien du tourisme

Le Parisien

Merci à Stormisbrewing

_______________________________

Extrait du journal de France2 du 8 février 2013

« La France est catholique, pas musulmane. La Tunisie est musulmane, pas catholique » Un militant d’Ennahda

Alors que la situation en Tunisie est très tendue, les médias Français se privent bien volontiers de nous rappeler que le parti islamiste Ennahda est arrivé largement en tête chez les Tunisiens de France qui sont souvent des bi-nationaux. Petit rappel.

Lire la suite

Tunisie : Une situation bien pire que sous Ben Ali ?

Selon Pierre Beylau, l’assassinat de l’opposant Chokri Belaïd illustre le chaos dans lequel est plongé le pays sous la férule des islamistes.

Osons proférer une évidence : la situation du pays est bien pire que sous Ben Ali. Il ne s’agit pas ici de défendre la kleptocratie instaurée par l’ancien dictateur, mais de prendre en compte la réalité telle qu’elle est.

C’est une fatalité de l’histoire : les révolutions commencent dans un enthousiasme convivial et se terminent en sanglante tragédie. […]

La Tunisie, pays ouvert aux portes de l’Europe, était censée montrer le chemin vers un printemps arabe, vers une démocratie nimbée de valeurs islamiques.

Sur le papier, le gouvernement tunisien est pluraliste. Les islamistes, qui ont remporté 40 % des voix aux élections, se sont alliés à deux petits partis de centre gauche pour constituer une majorité. Le Premier ministre Hamadi Jebali, membre d’Ennahda, passe pour relativement modéré. Le président, Moncef Marzouki, est un vrai démocrate. Problème : la réalité du pouvoir est détenue par les islamistes, qui contrôlent tous les ministères régaliens. Avec dans la coulisse l’ombre omniprésente de Rached Ghannouchi, le chef réel d’Ennahda qui tire les ficelles derrière le paravent. […]

L’islamisme des Frères musulmans était, pensait-on, soluble dans la démocratie. Le «modèle turc» servait de viatique. Problème : du Caire à Tunis, ce sont les phalanges de l’ordre noir, les islamistes les plus bornés, qui tiennent le haut du pavé. Sans parler de la Turquie d’Erdogan qui a enclenché une marche arrière inquiétante sur le plan des libertés et de la laïcité.

Le Point (Merci à natacha3)

Tunisie : Le mariage temporaire répandu chez 80% des étudiants salafistes

En Tunisie, le mariage coutumier (ourfi) est passé de nouveau dans les us et coutumes des étudiants issus de la mouvance salafiste, après avoir disparu dans les années 70, Dalenda Lagrèche, historienne et directrice du centre d’études, de recherches et d’informations de Tunis, parlant même de sa résurrection dans cette frange de la population.

Un phénomène que les conditions sociales difficiles et précaires de la jeunesse tunisienne accentuent indéniablement, mais qui, aux yeux de ses adeptes, présente surtout le grand intérêt de sceller une union secrète, sans aucune valeur juridique et qui peut être rompue à tout moment, permettant de se lier intimement sans attendre le mariage, l’union légale par excellence.

(…) Oumma.com