Toulouse: des policiers coursant un fuyard entrent dans le consulat algérien

Des policiers toulousains lancés à la poursuite d’un fuyard ont enfreint par mégarde les règles d’inviolabilité diplomatique en entrant sans le savoir dans le consulat d’Algérie où l’individu venait de pénétrer.

Les policiers ont été contraints de rebrousser chemin après que plusieurs personnes qui se trouvaient dans la représentation diplomatique, dont le fuyard, les eurent repoussés sur la chaussée. La police est ensuite entrée en contact avec le consul d’Algérie qui a accepté la venue de policiers en civil pour récupérer celui qui entre temps avait accepté de se livrer.

Algérien de 36 ans en situation irrégulière, il a été placé en garde à vue pour violences volontaires sur un agent dépositaire de la force publique et séjour irrégulier.

(…) France 3 Midi Pyrénées

Pompiers agressés : « Ils se sont comportés comme des fauves. Ils voulaient nous tuer. C’est inimaginable »

Morandini Zap: Les pompiers agressés à Toulouse en août dernier témoignent. Le 4 août dernier, trois pompiers toulousains ont été agressés alors qu’ils étaient en intervention dans un quartier de la ville. Hier, ils ont témoigné dans le journal de 13h de France 2 .

« Ils se sont comportés comme des fauves. Ils voulaient nous tuer. C’est inimaginable » explique l’un d’eux. Avant qu’un autre ajoute : « On était là, on gênait. On représentait quelque chose : on a un gyrophare bleu, une tenue. Dans ces quartiers, les jeunes sont de plus en plus violents et on sent vraiment une haine« .

Aujourd’hui, en arrêt maladie, les trois pompiers demandent de l’aide à leurs supérieurs.

(…) Jean-Marc Morandini

Toulouse. Interpellé deux fois en un mois pour vols de portables, Samir ressort libre du tribunal

Interpellé deux fois, fin juillet puis mercredi, en flagrant délit, un jeune homme de 18 ans, accusé de multiples vols de portables est ressorti libre une nouvelle fois du tribunal.

Samir a comparu hier pour 22 vols à l’arraché commis depuis le 8 juillet, en plein jour, dans les rues du centre-ville de Toulouse. Cet habitant de Launaguet, qui opérait la plupart du temps à vélo, s’en prenait de préférence aux jeunes femmes, «car elles ont une résistance plus faible».

En bisbille avec ses parents, du fait de sa consommation de cannabis, il s’est retrouvé à la rue. « J’ai volé pour payer l’hôtel et pour manger. »

Et le président Vergnes de noter : « Vous n’avez jamais été condamné mais là, vous avez fait une grosse série. Vous n’avez fait que ça pendant pratiquement deux mois. »

Pour Me Patoureaux, l’avocate de la défense, «ces vols s’expliquent par le contexte familial un peu difficile.» Le procureur avait requis trois à quatre mois de prison avec sursis mise à l’épreuve. Samir, qui avait fait l’objet, en juillet, d’une procédure simplifiée, a été hier relaxé pour 12 faits mais condamné, pour les 10 autres, à trois mois de prison avec sursis mise à l’épreuve pendant deux ans.

La Dépêche

 

Toulouse. Incendie dans une école d’un « quartier sensible » Màj vidéo

Addendum vidéo :

(…) France 3 Midi Pyrénées

—————————————-

Deux classes d’une école maternelle et élémentaire ont été endommagées par un incendie dans un quartier sensible de Toulouse vendredi matin, quelques jours avant la rentrée, ont indiqué les pompiers et la mairie.

C’est du papier ou du carton qui aurait brûlé dans les deux classes neuves de l’école Daniel Faucher dans le quartier de la Reynerie, l’une des cités du Mirail, ont précisé la police et la mairie. Les policiers étaient sur place pour déterminer si le feu, qui s’est déclaré un peu après 7H00, a été allumé intentionnellement.

Le groupe scolaire vient de bénéficier de 860.000 euros de travaux de rénovation, a dit la mairie. Les deux classes étaient une création nouvelle censée accueillir les enfants de maternelle.

Compte tenu des travaux, elles étaient d’un accès relativement aisé, dit-on de source policière.

[...]

Europe 1

—————————–

A relire, la liste des écoles incendiées, détruites ou saccagées en France :

http://faitdiversfrance.wordpress.com/2010/10/27/ecoles-incendieessacagees-france/

Poignardé pour un regard de travers à Toulouse

Un homme de 21 ans a été mis en examen pour violence avec arme et écroué mercredi soir après la violente rixe de dimanche soir, rue du général Chanzy, dans le quartier Bourbaki, à Toulouse.

Ce jeune homme déjà connu des services de police est soupçonné d’avoir frappé à coup de couteau un adolescent de 16 ans à la suite d’une embrouille futile envenimée par un regard de travers ou des mots de trop.

La victime est toujours hospitalisée au CHU de Rangueil. Ce jeune garçon, Charef, souffre de blessures importantes au poumon et à l’estomac. Son état de santé est pour l’instant jugé stable par les médecins.

[...] Dimanche, un début de bagarre avait éclaté pour des peccadilles entre le suspect et un groupe de jeunes gens qui auraient pris le dessus.

L’agresseur présumé qui n’aurait pas apprécié d’avoir été malmené serait monté chez lui pour se saisir d’une arme blanche. Une fois revenu sur les lieux, il aurait assené un coup de couteau à la victime.

Ce principal suspect nie les faits malgré de nombreux témoins qui disent l’avoir vu avec une lame. [...]

La Dépêche
(Merci à Zatch)

Toulouse. Les Castalides, l’immeuble de la honte, les habitants manifestent à 2 jours de la fermeture. Màj : L’immeuble évacué par la police

Addendum 29 août : Les policiers sont intervenus tôt ce jeudi matin pour évacuer l’immeuble des Castalides de ses derniers occupants. De très nombreux policiers ont été déployés et deux hélicoptères sont intervenus.

(…) france 3 Midi Pyrénées

————————————–

Addendum 26 août : Déclaré insalubre, l’immeuble des Castalides au Mirail sera officiellement muré ce mercredi 28 août. Mais il reste encore des résidents en attente de relogement : ils ont manifesté ce lundi devant leur immeuble.

(…) France 3 Midi pyrénées

——————————————————–

C’est un ghetto insalubre situé dans la quartier du Mirail à Toulouse. Un immeuble qui ressemble à une déchetterie. Les habitants des Castalides, excédés par leurs conditions de vie, organisent ce lundi soir une soirée portes ouvertes pour crier leur ras-le-bol.

Neuf étages sans ascenseur, des studios de 11 m2, l’immeuble était à l’origine destiné à des étudiants. Pas un seul n’y habite. Pour un loyer de 360 à 470 euros par mois, des familles s’y entassent, parfois jusqu’à 7 personnes. Des réfugiés politiques, des personnes sans revenu, victimes des marchands de sommeil ou de propriétaires indélicats.

(…) France 3 Midi Pyrénées

«Les infirmières ne travaillent pas pour ramasser des coups»

Une infirmière a été agressée, mardi soir, au CHU de Rangueil, à Toulouse, après une altercation avec un groupe de jeunes gens. Choquée par ces violences, une de ses collègues témoigne pour dénoncer «un climat d’insécurité» dans les urgences des hôpitaux.

«Il y a toujours un peu d’appréhension avant d’aller travailler. Parfois, on n’est pas tranquille», lâche Valentine (prénom d’emprunt), la voix douce mais teintée de colère.

Mardi soir, cette infirmière du CHU Rangueil, à Toulouse, a été choquée par l’agression d’une de ses collègues infirmières par les proches d’une jeune victime hospitalisée. Comme à Marseille, le 18 août, où un infirmier a été agressé au couteau, les urgences des CHU de Toulouse n’échappent pas non plus à ces bouffées de violence.

«Ma collègue a été rouée de coups. Elle a reçu des coups de poing et un coup de genou dans le ventre par un individu qui était accompagné de tout un groupe. Ces violences sont inacceptables. On n’est pas là pour recevoir des coups !»

Mardi, vers 20 h 30, une quinzaine de jeunes gens déboulent au CHU pour voir leur copain hospitalisé. Mais les règles de visite, comme dans chaque centre hospitalier, sont strictes et encadrées. «On leur a expliqué qu’il ne fallait pas être plus de deux par box. Mais a priori ils ne le comprenaient pas», raconte Valentine, six ans d’expérience aux urgences de Purpan et de Rangueil. Le ton monte et une infirmière est violemment prise à partie et tabassée. «Tout le monde a été choqué. Pendant cet incident, mes collègues et moi-même étions obligés de quitter les chambres des patients pour expliquer au groupe le fonctionnement d’un hôpital et ses règles. C’est une dépense d’énergie supplémentaire et du temps que l’on perd au détriment des patients qui ont besoin de soins.»

Agressée aux urgences il y a un an

Il y a un an, Valentine a reçu un coup de poing dans la salle d’accueil des urgences par un homme ivre. «Il m’a cassé deux dents. J’ai déposé plainte. J’ai été obligée de m’arrêter de travailler à trois reprises pour soigner des abcès dentaires.»

[...]

La Dépêche, merci à Koy74

Rixes et bagarres à coups de couteau : nuit agitée dans les rues toulousaines

La nuit de dimanche à lundi a été agitée dans les rues toulousaines. Deux rixes, dont l’une aurait pu être fatale à un jeune mineur âgé de seulement 15 ans, se sont terminées par des coups de couteau.

La plus grave s’est produite aux alentours de 23 heures, rue Hoche, dans le quartier de Bourbaki. Les protagonistes se sont d’abord bagarrés, pour une raison que l’enquête devra déterminer. L’un d’entre eux, âgé de 20 ans, est alors retourné dans son domicile tout proche.

Il s’est emparé d’un couteau avant de revenir sur les lieux de l’embrouille avec son père. C’est là qu’il a porté un coup au jeune mineur de 15 ans. La victime a été très sérieusement blessée au ventre. Secouru par les sapeurs-pompiers et le SAMU, le jeune adolescent a d’abord reçu les premiers soins sur place avant d’être transporté à l’hôpital. Son pronostic vital était alors engagé mais son état de santé s’est amélioré et il était hors de danger hier.[...]

Coups de feu, matraque et lame

Une deuxième rixe aurait pu mal tourner, dimanche soir, vers 22 h 30, rue Miguel-Pascual, dans le quartier de Lardenne à Toulouse. Un groupe d’une dizaine d’individus et quatre autres personnes en sont venus à se bagarrer, probablement sur fond de règlement de comptes.

Des membres de la bande la plus nombreuse ont tiré des coups de feu, avec un pistolet d’alarme ou à grenaille, tandis qu’une matraque télescopique et un couteau ont été exhibés par certains. Dans la rixe, trois personnes ont été blessées dont deux, âgées de 25 ans et 30 ans, ont dû être conduites à l’hôpital. Un homme souffrait notamment d’une blessure à la mâchoire.

Les agresseurs ont pris la fuite à bord de deux véhicules mais les forces de police sont parvenues à interpeller deux jeunes hommes dont un mineur. Là encore, les enquêteurs de la brigade criminelle ont été saisis.

La Dépêche
(Merci à Koy74)

Blagnac (31). Vol à l’arraché : un couple de nonagénaires agressé

Un individu s’en est violemment pris à un couple de nonagénaires, hier après-midi, dans les rues de Blagnac. Alors que l’homme et la femme regagnaient à pied leur domicile après une sortie dominicale, une voiture s’est approchée d’eux. Cette agression vient allonger la liste des vols à l’arraché commis à l’encontre des personnes âgées et des femmes la semaine passée dans l’agglomération toulousaine

Un homme s’en est alors pris à la dame et lui a arraché son sac à main avec force. Le mari qui se trouvait à ses côtés a été violemment poussé. Il a perdu l’équilibre et est tombé à terre. L’agresseur a ensuite pris la fuite et s’est évaporé dans la nature. Dans sa chute, le nonagénaire a été blessé. Les secours sont intervenus sur place et il a été conduit à l’hôpital afin d’être soigné.

La Dép^che (Merci à pmarasan)

Toulouse : Arrivé en France il y a dix jours, un Rom voulait fuir avec 110 kg de cuivre volé sur un vélo

Encore un nouveau vol de cuivre. Mercredi soir, vers 22 heures, un homme qui tentait de dérober une bobine de cuivre sur un chantier de la société Bouygues à Toulouse a été pris sur le fait par des agents de sécurité [...]

L’individu avait réussi à charger le matériau de 110 kg sur un vélo et s’apprêtait à prendre la fuite à l’arrivée des vigiles.

Rapidement placé en garde à vue, ce ressortissant roumain de 38 ans, arrivé en France il y a dix jours, a reconnu que son butin était destiné à alimenter le nouveau trafic de ce matériau précieux. Il a en outre indiqué aux policiers qu’il estimait sa valeur marchande à 400 euros

À l’audience, le procureur Farges a requis à l’encontre de cet homme «venu en France pour voler», la peine exemplaire de 2 mois de prison ferme avec mandat de dépôt.

Pour la défense, son avocat, Me Mila, a dénoncé «le traitement inégalitaire et, dès lors, inacceptable» qui était envisagé pour son client, en raison de sa nationalité.

«Aucun Français primo délinquant comme mon client et n’ayant commis aucune atteinte aux personnes n’aurait encouru de peine d’incarcération», a-t-il indiqué. S

Sa plaidoirie a porté ses fruits. Les magistrats condamnent l’intéressé à 3 mois de prison avec sursis, au soulagement de ses nombreux proches présents dans la salle.

Le Dauphiné libéré
(Merci à Pmarasan/Julien271)

Salem, 10 condamnations, insulte la police et se tape la tête contre les murs en garde à vue

Lors d’un passage rue de Kiev dans le quartier Reynerie, à Toulouse, les policiers ont été pris à partie et insulté par un individu, dimanche vers 15 h 30. Les fonctionnaires venaient de découvrir une moto couchée en travers de la route.

Lorsqu’ils se sont approchés d’un groupe d’individus pour chercher le propriétaire du scooter, l’un des membres du groupe a répondu par diverses insultes.

Cet homme est entré dans une colère noire, injuriant de tous les noms d’oiseaux les policiers qui ont embarqué le scooter qui ne lui appartenait pas. L’individu violent a été lui aussi conduit au commissariat central. Un homme déjà connu des services de police pour une dizaine de condamnations. [...]

Il a continué les outrages en se tapant la tête contre les murs de l’Hôtel de police lors de sa garde à vue. À tel point qu’il a fallu lui protéger la tête avec un casque pour lui éviter des blessures trop graves.

Hier, cet homme de 28 ans, Salem, a été jugé en audience de comparution immédiate. «Je regrette ce qui s’est passé», dit-il en s’emportant.

Parmi les trois fonctionnaires de police parties civiles, l’un d’eux décrit le déferlement d’injures subi ce jour-là.

Le prévenu a déjà passé 10 ans en prison et n’est jamais resté «dehors» une année entière.

Le procureur requiert 8 mois ferme. La perspective de revoir les barreaux irrite Salem qui préfère quitter son box, maîtrisé une fois de plus par trois policiers. Il est finalement condamné à 3 mois de prison sans mandat de dépôt. Les fonctionnaires obtiennent 150 € chacun de dommages et intérêts.

La Dépêche
(Merci à Bitume8)

Toulouse : Hassan, le pyromane récidiviste, à nouveau condamné

Mercredi, Hassan comparaissait devant le tribunal correctionnel de Toulouse pour «dégradation du bien d’autrui par un moyen dangereux pour les personnes, en récidive».

[...] Ayant déjà 7 condamnations pour dégradation inscrites à son casier judiciaire,
«L’expertise psychiatrique d’Hassan met en lumière des bouffées délirantes ayant pu altérer légèrement le discernement de l’intéressé au moment de la commission des faits», déclare l’avocate de la défense.

Le procureur Deslandes rappelle que l’altération légère du discernement du prévenu ne l’exonère pas pour autant de toute responsabilité. Hassan écope d’une peine de 8 mois de prison ferme avec obligation de rembourser la porte détériorée.

La Dépêche
(Merci à Pmarasan/Bitume8/Julien271)