Les ventes de “1984” boostées par l’affaire d’espionnage aux États-Unis

Sur Amazon, les internautes se sont jetés en masse sur le roman futuriste de George Orwell sur la surveillance de masse, après les révélations sur l’espionnage électronique à grande échelle du renseignement américain.

«Big Brother vous regarde». La célèbre devise du roman de George Orwell, 1984, récit prophétique sur le contrôle des libertés individuelles et de la vie privée par l’Etat totalitaire, semble plus que jamais d’actualité. 64 ans après sa publication, il connaît depuis quelques jours un nouveau succès commercial, boosté par les révélations sur la surveillance des communications téléphoniques et des données personnelles des citoyens par le gouvernement américain.

Sur le site d’Amazon aux Etats-Unis, les ventes du récit de science-fiction ont augmenté de 6000% mardi. [...]

L’auteur de ses fuites, Edward Snowden, un ancien agent du renseignement, a également dénoncé l’accès direct du gouvernement aux communications électroniques des citoyens américains. «Ils peuvent presque littéralement regarder vos idées à mesure que vous les écrivez», a confié Snowden au Washington Post. [...]

Hebergeur d'image

Le Figaro

Un printemps pluvieux à tendance totalitaire

Tribune libre de Paysan Savoyard

« Manifs pour tous », affaire Cahuzac, émeutes du Trocadéro, agression à la Défense, « mur des cons » : autant d’épisodes qui ces dernières semaines ont fourni à tour de rôle une illustration fidèle de la situation à laquelle nous sommes confrontés et qui tient pour l’essentiel en deux constats.

Le premier: le type de pouvoir exercé par l’oligarchie est d’essence totalitaire. Le second: cette oligarchie trahit les intérêts du peuple.

  • Un pouvoir d’essence totalitaire

Nous l’avons déjà mis en exergue : l’oligarchie française a mis en place un régime de pouvoir de nature totalitaire.

Les évènements de ces dernières semaines viennent montrer une fois encore que les méthodes du système n’ont rien à voir avec la démocratie dont il se réclame.

En bonne logique totalitaire, l’oligarchie cherche à manipuler l’opinion sur les différents sujets sensibles : elle recourt pour ce faire à une large palette technique. Le pouvoir cherche en première intention à dissimuler les faits. Lorsque la dissimulation échoue, il tente alors de les minimiser et de les relativiser. Si la polémique enfle tout de même, l’étape suivante est de s’efforcer de dévier le débat sur un autre sujet.

Le stade ultime conduit à désigner des boucs émissaires et à prendre appui sur les désordres pour incriminer les opposants. Pour mettre en œuvre ces différentes techniques, le pouvoir dispose de l’appui décisif des médias, presque tous les journalistes étant des partisans du régime, dont par divers biais ils dépendent étroitement.
Lire la suite

La manif contre le mariage homo : Un dimanche en France d’avant

Tribune Libre de Paysan Savoyard

La manifestation de dimanche dernier contre le projet de mariage homosexuel pouvait susciter nous semble-t-il des sentiments mêlés (nous avons évoqué le fond du débat dans un article précédent). L’ampleur de la mobilisation contre ce projet contestable a été réjouissante et roborative. Et pourtant, face à l’entreprise de destruction de la France française que ce projet illustre, la plupart des manifestants s’obstinent à conserver une attitude d’aveuglement volontaire.

Le cortège a permis de ressentir, le temps d’une journée d’hiver, ce que peut être la douceur de vivre dans une société homogène, structurée et apaisée. Joyeuse et chaleureuse, cette excursion dans la France « d’avant » suscitait peut-être également chez de nombreux marcheurs, une impression douce-amère de regret et de mélancolie, diffuse, indicible et pourtant douloureuse. Comme si persistait au hasard de ces rues le parfum entêtant de ce que l’on a perdu.

  • Le système a utilisé les méthodes de type totalitaire dont il est désormais coutumier

Lire la suite

34 associations ou sites appellent à une marche anti-islamiste le 10 novembre à Paris (MàJ vidéos)

Addendum 10/11/12 :

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté samedi à Paris contre le «fascisme islamique» à l’appel de Riposte Laïque, dont deux responsables ont été condamnés en mars pour provocation à la haine contre les musulmans, a constaté l’AFP.

Les manifestants, qui arboraient des drapeaux français, étaient entre 600 et 800 selon la police et 2.500 selon les organisateurs.

Partis vers 14H30 de la place Denfert-Rochereau en direction de la place d’Italie, ils étaient réunis derrière une large banderole où était inscrit «le fascisme islamiste ne passera pas».

Dans le cortège, on pouvait entendre les manifestants chanter «Le fascisme ne passera pas, la charia ne passera pas» ou encore «UOIF, frères musulmans et salafistes, tout ça c’est des racistes, tout ça c’est des fascistes, et hop tout ça à la poubelle». [...]

L’Alsace

Reportage et discours de fin :

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

_________________________________________________

Tribune libre écrite pour Nouvelles de France

Samedi prochain, Résistance républicaine donne rendez-vous à tous ceux qui  veulent que la France demeure une terre de liberté d’expression et d’égalité hommes-femmes à 14 heures métro Alésia.

]

Les événements des derniers mois, en France, mais aussi partout dans le monde,  ont montré les avancées du fascisme islamiste, qui cherche à imposer à tous, musulmans et non musulmans, ses volontés, ses superstitions et ses croyances par la menace, la violence, l’assassinat et le terrorisme. (…)

C’est dans cet esprit que nous appelons à la marche du 10 novembre, nous devons, tous, former un Front des patriotes plus fort que le fascisme, plus fort que l’islamisme, plus fort que les menaces et les anathèmes, plus fort que ce qui nous divise.

Alors, quelles que soient nos divergences, quelles que soient nos options politiques, quoi que nous pensions de l’Europe, du régionalisme, du mariage homosexuel ou de l’avortement, nous devons tous être là, coude à coude, pour défendre le droit de nous disputer encre à l’avenir, loin de la chape de plomb que les islamistes et leurs complices veulent nous imposer.

Nous pouvons compter sur vous ?

Riposte Laïque

Pour la liberté d’expression.http://img405.imageshack.us/img405/7899/affiche3web2.jpg

Contre le délit de blasphème

Contre la violence

Contre le totalitarisme

Tous métro Alésia le 10 novembre à 14 heures.

Chaque association aura son drapeau ou sa bannière, chaque participant pourra porter s’il le souhaite un badge/logo rappelant de quelle association il se recommande (des badges Résistance républicaine, réutilisables, seront proposés à nos adhérents pour 2 euros)  et nous appelons chacun à venir revêtu de tenues neutres, correctes mais avec des couleurs vives, parce que nous voulons que cette marche soit une marche d’espoir et de confiance dans notre pays, avec si possible des drapeaux français (Résistance républicaine en proposera à la vente pour 3 euros).

Les seules banderoles acceptées seront les deux banderoles officielles apportées par Résistance républicaine « Le fascisme islamiste ne passera pas » et « Unité des patriotes« .

Tous unis, quelles que soient nos divergences éthiques, politiques, idéologiques, quelles que soient nos prises de position sur le libéralisme, le communisme, l’avortement, le mariage homosexuel, la République, la royauté, le bonapartisme, la révolution, les Lumières, le régionalisme, le jacobinisme… (…)

Résistance républicaine

Emeutes d’Amiens : Le totalitarisme de marché dans toute sa quintessence

Par Adrien Abauzit

(…) Un non-dit hallucinant : le rôle et la place de l’économie parallèle

Excepté quelques gauchistes incultes, naïfs et dont la vie quotidienne est localisée dans les centres villes paisibles et des médias aux ordres, nul ne se leurre sur la cause de cette émeute.

Au dire du maire d’Amiens, depuis qu’un plan de rénovation urbaine de la ville visant les quartiers dit sensibles a été lancé, les troubles se sont accentués en nombre et en gravité. Selon BFM, ce plan de rénovation urbaine dérangerait « certaines personnes ». Ceux que BFM n’a pas le courage de nommer sont les dealers. Comme toujours dans les médias dominants, la question de l’économie parallèle n’est pas creusée. (…)

Les « émeutiers », en réalité les mercenaires des dealers, sont ce que le bon sens du peuple français ose appeler des racailles, quand il n’a pas peur de se faire reprendre par le politiquement correct ambiant. (…)

Une racaille est selon nous est un être structuré par la sous-culture mercantile anglo-saxonne, soit par l’inversion des valeurs sous-jacente à la culture hédoniste de masse. En conséquence, et en bon libéral-libertaire, les valeurs classiques lui sont étrangères et sont à ses yeux objet de mépris. La racaille a échappé aux valeurs de son socle familial et aux valeurs (de ce qui reste) de l’Education nationale. Ce qui structure en premier lieu la racaille est donc le marché, en particulier son premier vecteur de communication : la télévision. A l’instar du français moyen, elle la regarde en moyenne près de quatre heures par jour et ne fréquente généralement que des gens partageant sa condition. Son comportement, sa manière de vivre, ses actes, sont directement inspirés de ce que le marché propose et non d’une quelconque pseudo-spontanéité populaire.

(…) Les racailles d’en haut du Système ont besoin de cette humiliation du peuple de France pour mieux le soumettre. Il n’est pas permis de douter que les racailles d’en bas, évidemment dépassées par tout cela, sont un instrument d’oppression aux mains des racailles d’en haut.

Deux, lorsque les dominants sentent que leurs privilèges sont menacés, un remède s’impose pour éviter la révolution : lancer les dominés les uns contre les autres. Horizontaliser la lutte pour qu’elle ne se verticalise pas. Méthode ancestrale. (…)

Article intégral et commentaires sur Fortune

Le festival contre le totalitarisme et la violence Mene Tekel s’ouvre ce lundi à Prague

La sixième édition du festival culturel international contre le totalitarisme et la violence se tient à Prague du 20 au 26 février. Ce festival intitulé Mene Tekel, propose durant une semaine une série de films documentaires, des débats, des expositions et des concerts afin de sensibiliser les citoyens sur les crimes commis par les régimes totalitaires.

Le projet Mene Tekel est issu du constat de la méconnaissance et du désintérêt des citoyens tchèques pour le destin des prisonniers politiques des années 1950. Les initiateurs du festival souhaitent ainsi rappeler à la mémoire du public qu’entre 1948 et 1989, près de 250 000 citoyens tchécoslovaques innocents ont été privés de liberté.

http://img835.imageshack.us/img835/3169/26557179.jpg

Mémorial dédié aux victimes du communisme (Prague)

Organisé pour la première fois en 2007, le festival Mene Tekel a pour objectif d’ouvrir durant une semaine une plateforme publique pour rappeler les conséquences de la répression politique des régimes totalitaires, l’exposition de réflexions artistiques et scientifiques sur la période communiste en Tchécoslovaquie et dans les autres pays du monde.

Le nom du festival Mene Tekel est tiré de la bible. L’un des auteurs et organisateurs de l’événement, Jan Řeřicha, rappelle la signification de ce terme prophétique trouvé dans l’ancien testament dans livre de Daniel et qui relate les pratiques du gouvernement cruel du roi Balthazar en Babylone :

Jan Řeřicha « Les écrits disent : ‘qui as-tu souhaité élever, qui au contraire as-tu humilié, qui enfin as-tu condamné de ton propre chef’ ? Lorsque nous sommes tombés sur ce texte, nous nous sommes dit que cela convenait parfaitement à la définition de l’abus de pouvoir. Le mal, la violence et l’abus de pouvoir accompagne malheureusement la mémoire de l’individu. »

Le festival s’ouvre ce lundi après-midi dans l’église Saint-Nicolas dans la Vieille-Ville à Prague. Durant une semaine, il propose une série de débats et de conférences sur les conséquences individuelles et collectives des régimes totalitaires. (…)

Radio Praha

Immigrationnisme, multiculturalisme et métissophilie : naissance d’un totalitarisme

Tribune libre de Paysan Savoyard

L’un des principaux objectifs de l’oligarchie est de faire naître une société ouverte à l’immigration, multiculturelle et métissée (il s’agit là de l’un des éléments d’une politique d’ensemble qui vise à appliquer, à l’échelle la plus large possible, la mondialisation économique et une conception « universaliste » de l’organisation de la planète). Cette politique impérieuse ne supporte pas d’opposants ni de contradicteurs, et ce pour des raisons morales : selon l’oligarchie, s’opposer à l’immigration, au multiculturalisme et au métissage revient nécessairement à se déclarer raciste. Or, dans nos sociétés nées en 1789, le racisme constitue l’un des crimes les plus odieux qui se puisse commettre contre les valeurs suprêmes de l’humanisme et de l’universalisme : il est dès lors moral, pour les gouvernants qui ont la charge de guider le peuple, d’user de tous les procédés disponibles afin de lutter contre les xénophobes et les racistes qu’ils soient rentrés ou affichés (il s’agit là d’une application renouvelée du principe défini au cours de la révolution fondatrice : « pas de liberté pour les ennemis de la liberté »).

C’est ainsi que s’est mis en place de façon progressive un régime d’essence totalitaire.

Ce diagnostic confirme la lumineuse prédiction avancée il y a quelques années par Alain Finkielkraut : « L’antiracisme sera le communisme du 21e siècle ». Tout cela est bien connu des lecteurs de F.Desouche. Sans faire œuvre originale, nous voulons ici nous efforcer de montrer, à l’usage par exemple des nouveaux lecteurs du site, que les moyens et les techniques mises en œuvre par le régime qui gouverne notre pays (ainsi que les autres pays européens) relèvent du totalitarisme, un totalitarisme en train de s’affirmer, de s’étendre, de se renforcer (on peut définir le totalitarisme comme un type de  régime politique qui vise, par différents procédés, notamment ceux de la propagande, de la surveillance généralisée et du harcèlement des dissidents, à imposer ses conceptions à l’ensemble de la population).

Lire la suite

La « révolution » capitaliste chinoise : un « grand bluff »

L’URSS était ce colosse aux pieds d’argile, dont les prétendues réussites édifiaient ceux qui, très nombreux, voulaient y croire. Il se pourrait bien que la Chine soit, elle aussi, un dragon de papier.

A y regarder de plus près, la Chine demeure un pays du tiers-monde. En réalité, seuls 150 millions de Chinois profitent de la croissance économique, une goutte d’eau dans cette masse humaine. D’ailleurs, si le pays exporte autant, c’est que son marché intérieur est trop faible pour absorber la production, ce qui l’économie fortement dépendante de la conjoncture internationale et des investissements étrangers. La croissance chinoise, n’est pas si extraordinaire que cela. D’une part, les statistiques sont allègrement truquées par le gouvernement. D’autre part, la croissance moyenne de l’économie chinoise, entre 1978 et 2004, n’est que de 6,4% par an. Pâle résultat comparé aux performances du Japon (8,2%) et de la Corée du Sud (7,6%) sur la même période…

Suite et commentaires sur Fortune