« Nous avons adopté un condamné à mort »

Le 9 avril 2013, Rickey Lynn Lewis est exécuté au Texas. Il avait été adopté par un couple français de militants abolitionnistes. Deux mois plus tard, leur combat continue. Quelques mois avant leur première rencontre en 2003, le couple commence à échanger des courriers avec Rickey. À Pâques, alors qu’ils viennent rendre visite à un de leurs enfants installé à Houston, ils en profitent pour se rendre à la prison où est incarcéré Rickey. Rickey Lynn Lewis était accusé d’avoir tué un homme en 1990, au cours d’un cambriolage.

À partir de cette rencontre, tout s’enchaîne. Le couple rentre en France, récolte 25.000€ (soit 30.000$) grâce à une association afin de payer un avocat. Celui-ci tente alors d’obtenir la qualification de «retard mental» pour Rickey. Aux États-Unis, selon un décret de la Cour suprême de 2002, les retardés mentaux ne peuvent pas être exécutés. Pour obtenir cette qualification, un simple calcul de QI est effectué. S’il est inférieur à 70, alors la personne est qualifiée de retardée mentale et échappe à la peine de mort. «Notre expert a trouvé 59. Mais l’experte du procureur, elle, a trouvé 79», indique René Sirven.

(…) Naïfs ? Les Texans les ont quelques fois qualifiés ainsi. Mais ils avaient conscience que leur fils adoptif n’était pas un «enfant de chœur». Battu et violé par son père et son oncle, livré à lui-même dès son plus jeune âge, il a ensuite reproduit ces actes de violence dans sa vie d’adulte. «C’est comme ça qu’il participe à ce cambriolage en 1990», ajoute René Sirven, lucide. «Je comprends que certaines personnes puissent être révulsées. Sauf que ce n’est pas cet homme que j’ai connu.»

(…) Derrière cette histoire, un débat beaucoup plus important. Celui de l’abolition de la peine de mort. Celui de la situation des Noirs au Texas. Celui des pauvres face à la justice américaine.

Car René Sirven l’affirme, si Rickey avait été riche, il aurait peut-être obtenu la prison à vie ou même la liberté, «comme OJ Simpson». Or dans cet État du Sud, les Noirs – qui représentent 10% de la population totale et 40% de la population carcérale – connaissent souvent violence et pauvreté. Si Rickey avait été blanc, il n’aurait peut-être pas été jugé coupable aussi rapidement. «C’est le pire cas de figure qui puisse exister : un Noir qui tue un Blanc. Dans le cas contraire, les statistiques le montrent, les juges sont plus conciliants. Ou alors c’est une simple coïncidence, mais je ne crois pas

Sur l’ensemble des exécutions qui ont lieu aux États-Unis, un tiers ont lieu Texas, un des dix derniers États à pratiquer la peine de mort. «On sent que les Texans ont peur», estime René Sirven après de nombreux allers-retours dans cet État républicain. «Ils s’accrochent à la peine de mort comme à une sécurité.» Là-bas, la plus grande partie de la population est pour la peine de mort. Il faut dire que dans cette région l’économie tourne autour du système pénitencier. Huntsville compte 38.000 habitants, 7 prisons, et entre 15.000 et 18.000 prisonniers. Au moins un membre de chaque famille travaille dans le milieu carcéral. Difficile d’être contre la peine de mort dans un tel contexte. Pour preuve, le jour de l’exécution de Rickey, seul un groupe d’une dizaine de personnes était venu protester.

(…) Le Figaro

Explosions dans une usine d’engrais au Texas (vidéo)

 

Plusieurs explosions sont été entendues ce mercredi soir dans l’usine d’engrais West Fertilizer, proche de Waco, à 130 kilomètres au sud de Dallas, au Texas.

Le premier bilan officiel fait état de 5 morts et 130 blessés, dont 40 grièvement. De nombreux blessés ont été transportés vers les hôpitaux les plus proches.

La chaîne de télévision locale KWTX, citant un médecin, avance le chiffre de 60 à 70 morts.

Plus de 100 maisons et commerces ont été détruits.

(…) Radio-Canada.ca

Etats-Unis : une école publique fait porter la burqa aux filles et promeut l’islam

Un sénateur du Texas a lancé une enquête après qu’un enseignant d’une école secondaire aurait invité ses élèves à porter la burqa et appelé les terroristes musulmans des « combattants de la liberté ».

Hebergeur d'image

Le sénateur Dan Patrick du Texas [président du Comité du sénat sur l'Éducation] a dit à Fox News qu’il était très perturbé par une photo publiée sur Facebook par l’une des élèves du cours de géographie mondiale de l’école secondaire Lumberton montrant les élèves portant des vêtements musulmans. Il enquête également sur des rapports selon lesquels des élèves ont été forcés d’écrire un essai basé sur un article du Washington Post qui blâme la démocratie plutôt que les Frères musulmans pour les troubles en Égypte. [...]

Les parents ont communiqué avec le directeur, qui a défendu le programme exigé par CSCOPE, un système controversé de curriculum électronique offrant des plans de cours en ligne aux enseignants. Selon le directeur, «ce cours vise à exposer les étudiants aux cultures, aux religions, aux coutumes et aux croyances du monde. Le cours n’enseigne pas une religion spécifique, et les élèves ont consenti à porter les vêtements musulmans ».

Selon Janice VanCleave, fondatrice de  Texas CSCOPE Review, qui surveille ce qu’on enseigne dans les écoles publiques, «c’est la réponse habituelle de toutes les écoles qui utilisent CSCOPE. Elles promeuvent certainement la religion islamique».

The Washington Times via Poste de Veille

Merci à domi et Uther

Le Texas prêt à faire sécession pour en finir avec Obama

Plus de 100.000 Américains souhaitent que leur État quitte la Fédération américaine sur le site de la Maison-Blanche qui recueille les pétitions.

Les signatures affluent depuis la réélection de Barack Obama. Des citoyens américains demandent dans des pétitions que leur État quitte la Fédération américaine. Le mouvement touche une vingtaine d’État, majoritairement duSud et favorables aux républicains. C’est le Texas qui mène la danse. Dans cet État où Mitt Romney a largement devancé Barack Obama à la dernière présidentielle, le seuil des 25.000 signataires, à partir duquel la Maison-Blanche s’était engagée à apporter une réponse publique, a été pulvérisé. [...]

Le Figaro

USA : Le Texas pourrait basculer dans le camp démocrate « grâce au vote hispanique »

Julian Castro, le prodige latino des démocrates américains

À seulement 37 ans, il est le maire de San Antonio, dans le très conservateur État du Texas, que les démocrates ne désespère pas de voir basculer dans leur camp. Grâce au vote hispanique.

Les démocrates le voient comme leur meilleur espoir de remporter un jour le poste de gouverneur du Texas, État très conservateur monopolisé depuis des décennies par les républicains, mais confronté à une révolution démographique sous la pression de l’immigration latino. Certains parlent même pour lui d’un avenir national brillant, susceptible de le mener, pourquoi pas… jusqu’à la Maison-Blanche. Julian Castro, jeune maire de la ville texane de San Antonio, non loin de la frontière mexicaine, devait prononcer mardi soir l’un des discours les plus attendus de la convention démocrate. À 37 ans, ce petit-fils d’une immigrante mexicaine arrivée en Amérique au début du XXe siècle, incarne le pouvoir montant des Hispaniques, (55 % de la croissance démographique depuis dix ans). [...]

Le Figaro

Texas : elle tue une mère pour kidnapper son bébé

Hebergeur d'imageUne Texanne a été inculpée pour avoir abattu une femme et kidnappé son nouveau-né, âgé de trois jours.

Verna McClain, une infirmière âgée de 30 ans, déjà mère de deux enfants, avait récemment fait une fausse couche mais n’en avait rien dit à son compagnon. Elle aurait enlevé l’enfant dans l’espoir de le faire passer pour le sien.

Mardi après-midi, elle a abattu Kala Golden, 28 ans, alors que cette dernière sortait du cabinet de son pédiatre avec son enfant à Spring (Texas), avant de lui arracher son fils des bras. Malgré ses blessures, la jeune mère s’est débattue et a tenté de récupérer son bébé que son agresseur avait déjà placé dans sa voiture. Kala Holden est tombée à terre en criant «mon bébé», selon des témoins. Elle est décédée à l’hôpital. [...]

Le Parisien

Assassiné pour son choix de chanson au karaoké

Un jeune Américain a été froidement assassiné dans un bar après avoir chanté à un karaoké.

L’incident s’est produit dans un bar de Houston, au Texas.

Selon Fox News 26, la victime, un jeune homme de 20 ans, avait décidé de chanter la chanson « Somos Mas Americanos » « Nous sommes plus américains » au karaoké du club.

Un choix de chanson qui n’a pas plu à tout le monde et qui a rapidement provoqué une vive altercation entre plusieurs protagonistes.

D’après plusieurs témoins, la dispute a éclaté entre la victime et quatre autres hommes. Soudain, un homme d’origine hispanique s’est levé et lui a tiré dessus avant de s’enfuir à bord d’une Chevrolet rouge.

Image de prévisualisation YouTube

7sur7.be

USA : La discrimination positive devant la Cour suprême

La Cour suprême des États-Unis s’est saisie mardi d’un dossier de discrimination positive à l’Université du Texas, où une candidate blanche avait été refoulée à l’inscription en raison selon elle de la politique favorisant les étudiants issus des minorités raciales.

http://img862.imageshack.us/img862/6049/coursupremeentendlibera.jpg

En 2008, Abigail Fisher avait postulé à l’Université du Texas à Austin, mais s’en était vu refuser l’accès. Elle accuse l’Université de discrimination sur la base de la couleur de sa peau, en violation de ses droits constitutionnels.

Elle ne faisait pas partie des 10% meilleurs lycéens qui sont automatiquement inscrits à l’université publique et en constituent la majorité des étudiants. Parmi les autres candidats, certains ont été acceptés sur la base de la «préférence raciale en tant que minorités sous-représentées» en dépit de résultats inférieurs aux siens, argue la jeune femme dans son recours devant la Cour suprême.

La plaignante, estimant avoir «souffert un tort qui tombe intégralement dans les termes et l’esprit de la constitution qui garantit une égale protection», a porté son dossier devant la plus haute juridiction du pays après un échec devant les tribunaux inférieurs.

Elle estime que «le programme d’admission à l’Université favorise deux groupes, les Afro-Américains et les Hispaniques, dans un des États les plus diversifiés ethniquement aux États-Unis».

Ce dossier devrait être examiné à l’automne, peu avant l’élection présidentielle, alors que le principal rival du président Barack Obama, le républicain Mitt Romney s’est dit opposé aux quotas dans les institutions publiques.

Ce sera la première fois que la Cour suprême se penchera sur cette question après sa décision de 2003 selon laquelle les quotas raciaux ne violent pas la constitution. L’Université du Texas l’a exhortée à ne pas revenir sur cette décision. Mais depuis 2003, la composition de la haute Cour a changé et penche du côté des conservateurs traditionnellement opposés à la discrimination positive.

La Presse.ca

Crash fiscal : le « cauchemar américain » de Joe Stack

« Le credo communiste : de chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins ; le credo capitaliste : de chacun selon sa crédulité, à chacun selon son avidité. Joe Stack (1956-2010). » Ainsi finit le long message laissé, sur Internet, par l’Américain qui a précipité volontairement son petit avion sur un immeuble de l’administration fiscale à Austin, au Texas, jeudi 18 février.

Joe Stack a laissé un testament de six pages, dans lequel il s’attache à démonter le mythe du rêve américain. « Malheureusement », écrit-il, « dans ce pays, nous subissons un lavage de cerveau dès notre plus jeune âge pour nous faire croire qu’en échange de notre dévouement et de nos services, le gouvernement œuvre pour la justice pour tous (…), qu’il y a de la liberté dans ce pays, et que nous devrions être prêts à donner notre vie pour les nobles principes de nos pères fondateurs.

Dans sa ligne de mire, les hommes politiques, « des voleurs et des menteurs qui ne pensent qu’à leur propre intérêt », le sauvetage des banques et des grandes entreprises « qui se sont écroulées sous le poids de leur gloutonnerie », comme General Motors, le système de santé et les compagnies d’assurances qui « tuent des dizaines de milliers de gens », ou encore les lois : « On demande une signature sur la déclaration d’impôts, mais qui peut dire qu’il comprend vraiment ce qu’il signe ? (…) Si ceci n’est pas une mesure digne d’un régime totalitaire… »

Suite et commentaires sur Fortune

See Baby Discriminate

Kids as young as 6 months judge others based on skin color. What’s a parent to do?

At the Children’s Research Lab at the University of Texas, a database is kept on thousands of families in the Austin area who have volunteered to be available for scholarly research. In 2006 Birgitte Vittrup recruited from the database about a hundred families, all of whom were Caucasian with a child 5 to 7 years old.

The goal of Vittrup’s study was to learn if typical children’s videos with multicultural storylines have any beneficial effect on children’s racial attitudes.

suite

(Merci à Odal)