Nice: des Tchétchènes suspectés d’être des combattants d’Allah

« Ils ont entre vingt et trente ans, ce sont des bosseurs. Tous avaient un travail. Des petites copines. Mon cousin devait même se marier le 3 juillet, confie Magomed les yeux rougis par la peine. Le week-end ils faisaient la fête, sortaient en boîte. Comme n’importe quel jeune de leur âge. » Rien à voir donc, selon plusieurs membres de la communauté tchétchène de Nice, avec le profil d’islamiste radical qu’on leur prête aujourd’hui.

Pourtant, c’est bien à la porte de leur appartement, au troisième étage d’une barre du quartier Saint-Charles, à l’Est de la ville, que les policiers encagoulés de l’antiterrorisme sont venus frapper mardi matin. Sans ménagement : réveil en sursaut pour les huit occupants qui partageaient ce logement, « histoire de réduire les frais ». Pour Magomed, c’est sûr : « Mon cousin a dû penser que les Spetsnaz [les forces spéciales russes] l’avaient poursuivi jusqu’à Nice ». Il a sauté par la fenêtre.

« Ils partaient faire la guerre… »

Aslan en est mort. Alors même que ce jeune homme n’était, semble-t-il, pas visé par le coup de filet de la direction centrale du renseignement intérieure (DCRI). On ne peut pas en dire autant de deux autres membres de cette petite communauté de vie tchétchène qui s’était installée boulevard Louis-Braille. L’opération antiterroriste aurait également visé d’autres ressortissants boulevard de la Madeleine. L’imam Ramzan Magamadov, haut représentant de la communauté dans le département, a même été convoqué hier par les enquêteurs et entendu pendant plusieurs heures.

Nice Matin

Mali. Hollande : «Les droits des femmes» parmi les raisons de l’intervention française (Vidéo)

François Hollande a vivement répondu aujourd’hui sans toutefois le nommer, à son prédécesseur Nicolas Sarkozy qui avait critiqué l’intervention française au Mali, affirmant qu’elle a lieu au nom des droits des femmes, de la lutte contre le terrorisme ou de la liberté religieuse.

Hollande : «En aucun cas, la France n’interviendra au Mali» (Novembre 2012) (Vidéo)

«Si certains s’interrogent pour savoir pourquoi la France est au Mali, c’est parce qu’il y avait des femmes qui étaient victimes de l’oppression et de la barbarie.

Parce que ceux qui étaient ainsi traités étaient des musulmans […].

Le Figaro

Quelques dizaines de «jeunes Flamands» se battent en Syrie aux côtés des «radicaux»

L’agence européenne Eurojust, qui collabore avec les autorités judiciaires de tous les pays de l’UE pour lutter contre le terrorisme, a été informée qu’un nombre croissant de jeunes faisaient l’aller-retour entre l’Europe et la Syrie.

Elle estime que quelques dizaines de Flamands se battent contre le régime de Bachar el-Assad. Les jeunes Flamands présents en Syrie seraient principalement originaires d’Anvers, de Malines et de Vilvorde.

Le Soir (Merci à Chantecler)

Mantes-la-Jolie (78) : arrestation du commerçant algérien suspecté de terrorisme

Abdelghani Hadef, un commerçant de Mantes-la-Jolie a été interpellé ce jeudi matin dans le quartier du Val-Fourré et remis entre les mains de la Police aux Frontières. Ce gérant de supérette est suspecté de terrorisme et pourrait faire l’objet d’une expulsion vers l’Algérie.

Le 10 février, le ministère de l’Economie et des Finances avait pris un arrêté pour geler les avoirs du commerçant qui est suspecté de promouvoir « le jihad armé contre la France » et d’inviter à « commettre des actions violentes et des meurtres à l’encontre de personnes ».
Il était depuis théoriquement expulsable.

«Aucun arrêté d’expulsion n’a pourtant été pris à son encontre, s’inquiète son avocate, Me Nawel Gafsia. Je crains que cette arrestation subite ne vise qu’à précipiter son expulsion en m’empêchant de formuler un référé.» [...]

Le Parisien

La Confrérie : enquête chez les Frères musulmans

La Confrérie, un documentaire de Michaël Prazan, dresse l’histoire des Frères Musulmans des années 20 à nos jours.

« Les mouvements islamistes se sont réparti les tâches : aux Frères Musulmans l’imposition de la charia par des réformes législatives; aux salafistes l’agitation et les violences de rue. »

 

Vidéo. Le récit de la mort de Ben Laden

Ce film-là ne participera pas à la course aux Oscars ce dimanche. Car, contrairement à sa version fictive, il ne met pas en scène des comédiens, mais bien un des soldats qui a pris part à l’assaut final donné contre le QG de Ben Laden, le 2 mai 2011, et l’a tué, de deux balles dans la tête. Ce document inédit a été produit par le Center for Investigative Reporting et réalisé par le journaliste Phil Bronstein, qui a longuement interviewé le soldat. Courrier international a assuré le sous-titrage de cette vidéo en français.

(…) Le point

Un membre du Hezbollah admet avoir été en mission à Lyon

Houssam Taleb Yaacoub est actuellement jugé à Limassol à Chypre.

Ce jeune libano-suédois de 24 ans est suspecté d’être lié à un complot visant des touristes israéliens. Lors de l’audience, il a reconnu être un membre du Hezbollah et avoir rempli plusieurs missions en Europe. [...]

Lyonmag

Merci à Alpine

Mantes-la-Jolie : un commerçant suspecté de terrorisme

Les avoirs bancaires d’un commerçant algérien installé en France ont été gelés par un arrêté du ministère de l’Economie au motif que cet homme « promeut le jihad armé contre la France » et « le terrorisme », ce que son avocate conteste. Paru le 10 février au Journal officiel, l’arrêté divulgue l’identité de cet homme de 45 ans né en Algérie, son nom de guerre présumé ainsi que le nom de son commerce, à Mantes-la-Jolie, dans la banlieue de Paris. [...]

Le Figaro

Merci à Lilib

Un député néo-zélandais interdit aux musulmans l’accès aux compagnies aériennes occidentales

[...] C’est depuis la lointaine Nouvelle-Zélande qu’une injonction infâme a fusé, sous la plume corrosive d’un député néo-zélandais Richard Prosser, qui a appelé à frapper tous les hommes musulmans, dans la force de l’âge, d’interdiction de vol à bord des compagnies aériennes occidentales. Rien que ça !

« Si vous êtes un jeune homme, entre 19 et 35 ans, et que vous êtes musulman, ou que vous ressemblez à un musulman, et si vous venez d’un pays musulman, alors, sachez que vous n’êtes pas le bienvenu à bord des compagnies aériennes occidentales », fulmine le parlementaire dans une généralisation outrancière et inconséquente, qui contribue à alimenter le sinistre fantasme du musulman terroriste en puissance.

A trop forcer le trait, l’élu du peuple, grand pourfendeur de l’islam, achèvera de se discréditer en signant une métaphore raciste que n’aurait pas reniée la dynastie Le Pen : « Je ne vais pas tolérer que les droits de mes filles et les libertés des autres Néo-Zélandais et Occidentaux soient piétinés par une meute de troglodytes misogynes de Wogistan. » [...]

Hebergeur d'image

Oumma

Merci à Zatch

«Une heure d’islamophobie décomplexée sur France Inter»

Laurent Mucchielli, sociologue, est directeur de recherches au CNRS, et Véronique Le Goaziou, sociologue, est chercheuse associée au CNRS (LAMES) dénoncent une émission du dimanche 10 février 2013, «Cause commune, tu m’intéresses » animée par Abdennour Bidar, agrégé de philosophie, né d’une mère française convertie à l’islam. Son invitée était Michèle Tribalat, démographe à l’INED, «pourfendeuse bien connue de l’Islam».

Que de tels propos puissent s’exprimer est normal et même souhaitable en démocratie. Mais qu’ils soient ainsi diffusés sans la moindre contradiction sur la radio symbole du service public est plus que choquant. C’est proprement scandaleux.

Dans un duo entre deux spécialistes auto-proclamés de l’Islam, cette émission à sens unique avait pour titre «Tout ce que nos élites ne veulent pas voir ou dire au sujet de l’islam». Le propos était la dénonciation de «la responsabilité de nos élites politiques, qui choisissent trop souvent la politique de l’autruche vis-à-vis de l’islam, c’est-à-dire qui préfèrent tenir des discours rassurants et très généraux auxquels, sans doute, ils ne croient pas eux-mêmes. (…) A savoir, que bien sûr la plupart des musulmans sont paisibles, tolérants, qu’il n’y a pas de problème de fond entre l’islam et la société française parce que l’intégrisme comme le terrorisme ne sont le fait que d’une petite minorité ».

Voici l’idée centrale : On fait comme si le seul problème avec l’islam était celui posé par une petite minorité, alors que tous les jours en France les gens sont confrontés à un islam ordinaire qui certes n’est pas terroriste, mais qui est vécu de façon dogmatique et communautaire. Un islam qui est vécu et revendiqué par ses pratiquants comme vérité absolue, vérité supérieure, et qui s’affiche de façon parfois agressive et provocatrice…

Un seul exemple : il y a certes un nombre infime de burqas, c’est-à-dire de femmes intégralement voilées, mais en revanche on voit tous les jours dans nos rues que le nombre de foulards a considérablement augmenté… Et je suis désolé de le dire – mais si moi qui suis un spécialiste de l’islam je ne le dis pas qui le fera ? – ce voile est une régression pour les femmes, un retour en arrière pour la condition féminine». […]

saphirnews ;

Le portrait d’Abdennour Bidar sur oumma

Mohamed al-Zawahiri : « La France a déclaré la guerre à l’islam »

INTERVIEW – Chef d’un parti salafiste djihadiste au Caire (Égypte), Mohamed al-Zawahiri est aussi le frère d’Ayman al-Zawahiri, le numéro un de l’organisation terroriste Al-Qaïda.


Mohamed Al-Zawahiri est resté plus de dix ans en prison et a été torturé avant d’être libéré en mars 2011. Il est le frère cadet du numéro un de l’organisation terroriste Al- Qaida, Ayman Al-Zawahiri. Nous l’avons rencontré au Caire. Adepte d’un islam rigoriste, il a refusé le face-à-face avec une femme reporter. Les questions ont donc été posées par l’intermédiaire du traducteur, Mohamed Abdel Fattah.

Que pensez-vous de l’intervention française, au Mali ?
C’est une attaque sauvage et une intervention inacceptable dans les affaires intérieures des musulmans. Ces derniers avaient pour objectif d’appliquer la charia, ce qui était leur droit le plus strict, et la France s’est interposée dans l’espoir de s’emparer des ressources de ce pays.

Au lendemain de l’intervention, vous êtes sorti de votre réserve et avez manifesté devant l’ambassade de France au Caire. Vous avez parlé de châtiments. Vous pensez à des attentats?
Je ne représente que mon parti, je ne peux parler au nom de tous les musulmans. Mais tout ce que je peux faire, c’est mettre en garde la France et appeler les Français raisonnables et les sages à ne pas tomber dans le même piège que les Américains. La France s’est rendue coupable d’avoir occupé un pays musulman. Elle a déclaré la guerre à l’islam.

En termes clairs, vous garantissez la paix en Occident à condition que cessent ce que vous appelez les agressions contre le monde musulman?
Exactement. Cessez d’intervenir dans nos affaires, et je garantis la paix dans le monde. D’ailleurs, nous nous intéressons à toute démarche qui va dans ce sens. Nous sommes dans le choc des civilisations, mais c’est l’Occident qui mène l’agression.

JDD

La crise malienne révèle au grand jour « la duplicité et l’ambiguïté algériennes »

La crise malienne a révélé au grand jour « la duplicité et l’ambiguïté algérienne », a affirmé le directeur du Centre européen pour le renseignement stratégique et la sécurité (ESISC), Claude Moniquet.

L’Algérie joue depuis toujours sur plusieurs tableaux. Un double jeu qui vise à instrumentaliser les problèmes extérieurs pour assurer une certaine stabilité intérieure », a indiqué M. Moniquet à la MAP, ajoutant que la crise malienne est une nouvelle preuve de cette duplicité.

Dans sa mission de médiateur entre Bamako et les rebelles Touaregs qui nourrissent des revendications autonomistes, Alger insistait sur l’importance du dialogue. Or, a-t-il fait observer, cette démarche ne procède pas de la volonté d’Alger de préserver l’intégrité territoriale du Mali, mais par son seul souci de calmer les prétentions de sa propre population, en particulier Berbère, qui aspire à un territoire autonome dans le sud algérien. [...]

Emarrakesh

Merci à Lilib