2013 : année record des cambriolages dans le Tarn et Garonne

Avant l’annonce officielle qui sera faite d’ici quinze jours par le préfet de Tarn-et-Garonne, nous révélons en exclusivité les chiffres de la délinquance 2013. Une année de tous les records pour les cambriolages qui flirtent avec la barre des 1300, le département se plaçant sur le podium de Midi-Pyrénées.

1 270 cambriolages pour l’année 2013 (en zone gendarmerie), c’est le triste record que devrait dévoiler d’ici quinze jours le préfet de Tarn-et-Garonne. Un chiffre qu’avait défloré en partie le mois dernier le nouveau commandant du groupement de gendarmerie, le lieutenant-colonel Christophe Daniel lors de l’inspection de la communauté de brigades (COB) de Valence-d’Agen en annonçant que le nombre de vols avec effraction du département (1 044 début novembre) égalait déjà celui de 2012. Une année au demeurant qui faisait déjà partie des pires constatées depuis l’envolée du phénomène en 2011. Voyons donc à la loupe les chiffres et statistiques que nous nous sommes procurés en exclusivité (1).

Les vols avec effraction plombent les chiffres de la délinquance générale
Avec une hausse de plus de 6 % de la délinquance générale (avec près de 390 faits constatés de plus à l’an passé), il ne fait aucun doute que les cambriolages sont le principal point noir plombant les chiffres de la délinquance départementale. Avec une hausse globale dépassant les 22 % (1 270 cambriolages, soit près de 240 faits supplémentaires sur 2 012), la tendance est lourde d’autant plus lorsque l’on se focalise sur les résidences principales. Avec une progression de 17 % sur le département, le chiffre s’envole sur le secteur de la compagnie de gendarmerie de Castelsarrasin qui progresse de 40 % avec plus de 310 faits enregistrés ces douze derniers mois rien que sur les résidences principales pour 610 cambriolages constatés sur l’ensemble de l’arrondissement (soit une hausse de 26 % des cambriolages).

Une hausse vertigineuse qui prend des allures d’ouragan lorsqu’on abaisse un peu plus le curseur en s’intéressant à la plus importante COB du département : celle de Moissac. La tendance frise là un record digne du «Guiness book», la troisième COB de Midi-Pyrénées en terme de délinquance, enregistrant avec 230 cambriolages supplémentaires de résidence principale une progression de plus de 80 % sur un total de 370 cambriolages constatés. De quoi confirmer l’adage bien connu des gendarmes tarn-et-garonnais «quand la COB de Moissac tousse, c’est tout le groupement de Tarn-et-Garonne qui s’enrhume.»

La multiplication de cambriolages par des mineurs explique la tendance
Les explications de ce phénomène national devenu en trois ans un véritable fléau, sont multiples. S’il ne fait aucun doute que la hausse des métaux précieux et plus particulièrement l’or toujours très aisé à écouler dans les échoppes spécialisées qui se sont multipliées sur le territoire au cours de ces dernières années, explique cette hausse exponentielle des cambriolages, la diversité des auteurs est aussi un bon indicateur de la situation.

Sans minorer l’importance des raids menés sur le département par des bandes provenant pour l’essentiel de l’agglomération toulousaine ou de groupe de voleurs venus de l’Est dont le préjudice financier est lourd, il faut, sans doute, se tourner vers la spectaculaire progression des petits vols avec effraction commis par la délinquance de proximité pour s’expliquer ce phénomène. Une délinquance composée pour majorité de mineurs parfois d’à peine 12 à 13 ans qui n’hésitent pas à réaliser des cambriolages de résidence principale en série, parfois 5 à 8 dans la même journée, à la recherche de bijoux en or. Des mineurs délinquants multirécidivistes des cambriolages prêts à tout pour échapper aux gendarmes à l’instar du quatuor arrêtés ce mois-ci à Castelsarrasin au terme d’une course-poursuite qui s’est achevé dans le canal.

Après 18 condamnations et des dizaines de cambriolages, il purge, à 18 ans, 2 ans de prison

Aujourd’hui âgé de tout juste 18 ans, Abdou E. vient de passer son premier Noël en détention à la maison d’arrêt de Beausoleil. Le jeune Castelsarrasinois condamné à trois ans de prison dont deux ferme le 2 juillet dernier lors de sa quatrième comparution de l’année devant le tribunal correctionnel de Montauban, est l’exemple type de cette délinquance de proximité si difficile à juguler.

Une lourde peine qui a conjointement soulagé policiers et gendarmes castelsarrasinois qui avaient confondu le cambrioleur sur plusieurs séries de vols avec effraction entre 2012 et 2013, et bien d’autres au cours de ces cinq dernières années. Une sanction qui a pu surprendre l’auditoire du tribunal mais qui répondait à l’itinéraire d’un jeune délinquant ayant déjà derrière lui un lourd passé judiciaire. Connu comme le «loup blanc» par les enquêteurs de la brigade de sûreté urbaine (BSU) de Castelsarrasin, Abdou E. a débuté sa «carrière» de cambrioleur à tout juste 12 ans. Confondu sur de multiples vols avec effraction, grivèlerie et autres petits larcins qui exaspéraient d’autant plus la population que le très jeune délinquant quittait le plus souvent libre le commissariat avec au mieux une future convocation devant le juge des enfants, au pire un rappel à la loi. Un «palmarès» judiciaire devenu un véritable tonneau des Danaïdes, le jeune délinquant castelsarrasinois totalisant au moment de sa majorité pas moins de 18 condamnations pour 21 faits constatés….

La Dépêche

« Mieux vivre ensemble ». Sans oublier les méfaits et le coût du vandalisme

[extrait d'un article de la Dépêche]

Grisolles – Tarn-et-Garonne. La 6e réunion organisée par la communauté de communes sur le thème «Mieux vivre ensemble sur le territoire» a permis de recueillir les dernières propositions avant la réunion de synthèse, le 25 octobre. (…)

Les thèmes de solidarité, respect, tolérance, responsabilité, civisme, cohésion sociale, solidarité intergénération, ont été traités, avec le corollaire des questions sur les commerces, les équipements sportifs, l’information (…)

Les réalités d’une vie villageoise, riche et variée ont été mises en avant par les élus, qui ont aussi rappelé les coûts des investissements, sans oublier les méfaits et le coût du vandalisme…

Source

Montauban : la députée-maire fait de la résistance contre un mariage blanc supposé

La députée-maire UMP de Montauban (Tarn-et-Garonne) a décidé de faire appel de la décision du juge des référés du tribunal de grande instance de la ville la condamnant à célébrer sous astreinte de 500 euros par jour, avant le 10 juillet, le mariage entre une femme française et un Tunisien, a-t-on appris vendredi auprès de la mairie de Montauban.

Cette décision de justice était intervenue quatre jours avant le délai légal du ressortissant tunisien en situation irrégulière, pour quitter le territoire. (…)

A cela s’ajoute le passé de Younès M’Hamdi qui est en situation irrégulière en France depuis 2006 et qui s’est marié une première fois avec une Française en 2008 mais qui s’est défenestrée deux mois après cette union. Une enquête est toujours en cours sur les causes de ce décès.

Le Figaro

Puycornet (82): Ils volent plus de 5 km de lignes électriques

Les voleurs de cuivre ont encore frappé dans le Quercy.Ils ont dérobé les trois câbles d’une ligne de moyenne tension alimentant des maisons isolées.Un vol de plus d’une tonne de cuivre.Le premier magistrat de Puycornet, Jean-Michel Prayssac, commence à être relativement inquiet. Le grave incident qui s’est passé sur sa commune dans la nuit de samedi à dimanche est le deuxième depuis le début de cette année.

Mais plus important de par le butin et le modus -operandi. Car dimanche matin il n’y a pas trop de réveil électrique ou de téléviseur qui ont fonctionné dans les hameaux de Velle-Haut et de Velle-Bas. Situés juste avant Saint-Amans et la commune de Molières. Les voleurs de cuivre sont passés par là. Semble-t-il « équipés et nombreux ». Car ils ont sectionné sur les poteaux trois des quatre lignes moyenne tension alimentant les habitations de ces deux lieux-dits. Et ensuite ils ont déroulé pour tomber sur une longueur de 1,8 kilomètre les trois lignes sectionnées. On ne sait si elles ont été bobinées ou découpées sur place. Ce qu’il y a de sûr c’est qu’ils ont dérobé la remorque d’un voisin du maire pour en faire le transport entre le lieu de découpage et les véhicules chargés ensuite de l’acheminer vers un point de vente où l’on échange ce métal jaune (pas à prix d’or, mais presque) contre des espèces sonnantes et trébuchantes.

Des milliers d’euros de préjudice [...]

La Dépêche

Montauban : Brigitte Barèges aurait provoqué une tentative de suicide en refusant de célébrer un mariage

La députée UMP du Tarn-et-Garonne et maire de la ville de Montauban, Brigitte Barèges, est au cœur des polémiques depuis ses récentes déclarations sur le mariage homosexuel (voir notre article du jour). Selon le site Médiapart, l’élue serait à l’origine de la tentative de suicide d’une jeune femme.

L’enquête de Médiapart révèle que Brigitte Barèges, ancienne avocate de formation, aurait soupçonné un mariage blanc entre une Française et un Marocain, ce qui aurait causé une tentative de suicide de la jeune femme. La maire de Montauban aurait auditionné le couple avant leur mariage et alerté le procureur, dénonçant le statut irrégulier du futur époux et signalant des incohérences dans les deux versions des conditions de rencontre du couple.[...]

Pourtant, deux jours plus tard, Brigitte Barèges relance l’affaire en invoquant de nouveaux éléments. Elle décide même de ne pas célébrer le mariage, allant à l’encontre de l’avis du procureur. Les futurs époux n’ayant pas été prévenus de cette annulation se sont donc rendus à la mairie le jour du mariage où ils ont eu la surprise de découvrir qu’ils n’avaient pas la bénédiction de l’élue.[....]

La Dépêche

Moissac (82) : Trois Roumains arrêtés après trois cambriolages

Trois ressortissants Roumains de 24 à 27 ans ont été appréhendés et mis en garde à vue, hier au petit matin près de la cote de Mathaly, par une patrouille du peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (PSIG) de Castelsarrasin qui les avait pris en chasse. Les trois individus avaient été, en effet, pris en flagrant délit de vol de matériels de maçonnerie chez un artisan de Mathaly.

Ce dernier qui avait été réveillé vers 5 heures par le manège nocturne de ce trio avait aussitôt alerté les gendarmes moissagais. Promptement identifiés et arrêtés à bord d’une « Renault », les trois individus qui résideraient sur Toulouse, n’en étaient visiblement pas à leur premier coup de la soirée. De facto, ils auraient débuté leur rapine à la salle des fêtes de Mathaly en fracturant un volet roulant. Là, ils faisaient main basse sur le stock de bouteilles d’alcool.

Peu après, ils se rendaient à Montesquieu au lieu-dit « Cigalou. » Une fois encore, ils réussissaient, après avoir forcé des volets roulants, à s’introduire dans les locaux de la station fruitière Cancel. Il s’emparait toutefois d’un maigre butin : une caissette contenant de la menue monnaie. De l’argent que les militaires du PSIG retrouvaient dans le véhicule des trois individus. Conduits à la brigade, les trois cambrioleurs ont pu être auditionnés dans l’après-midi avec l’arrivée d’un interprète. Ils étaient, hier soir, encore maintenus en garde à vue en attendant la décision du parquet.

La Dépêche

(merci à parciparla)

Négrepelisse-Montauban : Des gens du voyage voleurs de tracteurs « neutralisés »

Les faits sont loin de faire sourire, surtout dans le monde agricole. Car cela fait quelque temps que les exploitants agricoles du département tirent la sonnette d’alarme devant la recrudescence des vols divers dont leurs exploitations sont victimes et plus particulièrement les champs en mode irrigation. Car des voleurs semble-t-il organisés structurés ont ciblé tout ce qui peut être reconverti via la ferraille et les métaux de récupération qu’ils soient cuivrés ou non. Devant la recrudescence de vols de tuyaux d’arrosage ou d’actes délictueux comme par exemple il y a quelques semaines à la station d’irrigation d’Auvillar (900 kg de cuivre dérobés), [...]

Sur l’ancienne route de Montauban entre Saint-Étienne et Nègre pelisse, les militaires contrôle un camion plateau IVECO immatriculé en Gironde qui transporte un tracteur agricole. À bord trois individus dont les explications sont peu convaincantes (tous trois appartiennent à la communauté des gens du voyage pour l’un à Blagnac pour les deux autres à Coutras en Gironde). Le tracteur ne semble pas volé dans le secteur, mais rapidement les gendarmes apprennent que l’engin a été dérobé à un agriculteur du secteur de Castelsarrasin. Comme le conducteur du camion est en alcoolémie positive et le véhicule en surcharge [...]

La Dépêche

Valence-d’Agen : À 16 ans, violent et multirécidiviste il vole une voiture, provoque un accident et s’enfuit

Un adolescent de 16 ans a été interpellé, dimanche soir par les gendarmes de la communauté de brigades (COB) de Valence-d’Agen pour une série de faits : le vol d’une automobile, sa conduite sans permis, délit de fuite après un accident de la route et rébellion à la force publique.Il blesse un gendarme lors de son arrestation

Samedi soir, en effet, un véhicule percutait un fourgon à Lamagistère. Son conducteur, un jeune Valencien très défavorablement connu de la justice, prenait à pied la poudre d’escampette avant qu’une patrouille de militaire ne se porte sur les lieux. Identifié par des témoins de l’accident, l’homme n’a pas tardé à être retrouvé le lendemain par les hommes du major Christophe Antoine sur Valence-d’Agen. L’interpellation de ce mineur violent multirécidiviste n’allait toutefois pas se faire sans difficulté. Refusant de se rendre à la brigade, le jeune homme devait être menotté après avoir blessé à la main l’un des gendarmes menant l’interpellation.
À 16 ans, il est écroué pour la troisième fois [...]

La Dépêche

Castelsarrasin : Le mineur multirécidiviste s’échappe menotté et pieds nus

Recherché depuis plusieurs jours et pas pour la première fois par la police, un mineur multirécidiviste de 17 ans a été appréhendé, lundi vers 22 h 30, rue Paul-Descazeaux.Une arrestation sans souci résultant d’un mandat d’écrou de ce jeune castelsarrasinois très défavorablement connu de la justice dans de multiples affaires de vols, recels et de trafic de stupéfiant.

Après avoir été conduit au centre hospitalier de Moissac comme le vœu la procédure, l’individu devait être placé en rétention au commissariat avant d’être présenté au parquet le lendemain. Arrivé sur place, le jeune homme parvenait en étant menotté et pieds nus à s’extraire du véhicule de police et à échapper aux fonctionnaires. Il a été écroué hier matin au centre de détention pour mineurs de Lavaur

Une fuite qui allait durer un certain temps. En effet vers 1 heure du matin, une patrouille logeait le mineur accroupi dans l’espace vert de l’APPS, boulevard du IV-Septembre.Là, il se remettait à courir. après avoir tenté d’enfoncer la porte d’une maison, il enjambait plusieurs clôtures avec à ses trousses deux fonctionnaires de police. Ces derniers réussissaient à l’interpeller à nouveau.[…)

La Dépêche

Moissac : Le profil du meurtrier présumé en cavale

Si le mobile de cet homicide demeurait, hier encore, énigmatique pour les enquêteurs de la brigade de recherche (BR) de Castelsarrasin et de la section de recherche (SR) de Toulouse qui ont mission d’élucider cette affaire, l’identité du meurtrier présumé l’était visiblement moins. En effet, dès samedi soir, les voisins de la victime et sa famille n’en faisaient pas mystère (1).

On l’a vu, on sait qui sait », lançait très excité un camarade de Mohamed. « Si les gendarmes ne l’arrêtent pas rapidement, on s’occupera de lui avant qu’il n’ait le temps de quitter le territoire.

Une fuite prise très au sérieux, hier, par les enquêteurs qui n’excluaient pas que le présumé meurtrier tente de gagner son pays natal. Originaire d’Algérie,le présumé meurtrier n’a en tout cas pas le profil de sa victime. Notoirement connu des gendarmes et de la justice, l’homme, qui serait arrivé de Nice il y a quelque temps, avait souvent fait parler de lui dans la cité uvale. Impliqué dans des affaires liées au trafic local de stupéfiant, l’individu aurait également fait de la détention pour une agression. Celle de sa compagne du moment qu’il aurait violenté et séquestré dans un appartement toulousain. Après cette période d’emprisonnement, l’homme aurait disparu un temps de l’arrondissement castelsarrasinois, s’étant installé sur Montauban.[...]

La Dépêche

(merci à parciparla)

Moissac : Après le massacre de Mohamed « le Moissagais » sa mère témoigne

Au sol, les traces de sang sont encore bien visibles devant la fenêtre du 1 rue du Pont, sur le quai Magenta qui borde le canal des Deux-Mers à Moissac et qui, ironie du mauvais sort, fait face à l’ancienne gendarmerie. à n’en pas douter les derniers stigmates de l’agonie de Mohamed Belhachemi, le Moissagais de 23 ans qui a perdu la vie dans la nuit de samedi à dimanche après avoir reçu plusieurs coups de couteaux, vont disparaître avec le temps. Pas la douleur qui étreint sa mère, Turkia.[...]

Elle entend alors du bruit à l’extérieur. « Je ne me suis doutée de rien, pensant que le bruit venait, comme d’habitude, du voisinage. Puis j’ai entendu des cris plus effrayants. » Turkia ouvre alors la fenêtre de son logement, situé au rez-de-chaussée et qui donne sur la rue. « J’ai vu l’agresseur jeter une bouteille de verre sur mon fils. Je n’ai pas cru tout de suite que c’était grave. J’ai ensuite entendu Mohamed crier éperdument « Maman ». Là j’ai compris. J’ai interpellé le tueur en lui criant : pourquoi ? Il m’a répondu en arabe par un mot qui laisse entendre que c’était un acte gratuit. Turkia sort alors de son domicile et va tomber sur un véhicule, une Clio noir, qui prend la fuite avec quatre personnes à son bord : le suspect, deux jeunes gens et une fille. Elle frappe contre une vitre et repose sa question. « Il m’a à nouveau répondu : « C’est comme cela, c’est comme cela »…»Pour Turkia comme pour ses amies, Mohamed s’est retrouvé au mauvais endroit au mauvais moment.[...]

Une chose est sûre, arrivée il y a six ans d’Algérie depuis son village natal d’Aintaya, dans la région d’Alger, la victime n’était pas connue des gendarmes. Ce que semblent confirmer les dires des jeunes gens rencontrés à proximité du lieu du drame hier matin, et ceux des cafetiers de la ville qui l’avaient déjà croisé sur les terrasses de leurs établissements [...]

La Dépêche

Moissac : Une rixe terrible et un homme poignardé en pleine rue

Lacéré de plusieurs coups de couteau, un homme de 24 ans était, hier soir à Moissac, entre la vie et la mort. Il était aux alentours de 21 h 15 lorsque des riverains du quai Magenta, un quartier populaire de la cité uvale où vivent et se côtoient communautés maghrébine et bulgare, ont assisté à la fin d’une terrible rixe.

On a vu K. s’écrouler au sol après avoir reçu plusieurs coups de couteau » lançait un voisin de la victime. « Ce s…, il l’a achevé en lui fracassant une bouteille de verre sur le crâne. On n’est pas parvenu à rattraper le gars qui s’est enfui. » Et de poursuivre visiblement très ému : « On n’a pas voulu le bouger au vu de ses blessures. On a tout de suite appelé les secours. Il y avait une mare de sang.

Premiers arrivés sur place, les sapeurs pompiers moissagais, dont la caserne est à 100 mètres de là, ont porté les premiers secours à la victime. Peu après, l’équipedu SAMU arrivait sur les lieux pour tenter d’arrêter la forte hémorragie dont était victime le jeune homme. Au même moment, un important contingent de gendarmes sous le commandement du capitaine Alain Mandelli décidait de boucler la zone. Une mesure appliquée avec un maximum de tact par les militaires qui devaient refouler plusieurs dizaines de jeunes qui connaissaient la victime. [...]

La Dépêche

(merci à parciparla)