Strasbourg : un rassemblement contre la tentation du djihad

Un collectif d’associations et d’habitants de Strasbourg a organisé ce samedi un rassemblement contre l’endoctrinement djihadiste, après le départ pour la Syrie d’une douzaine de jeunes de leur quartier. Deux d’entre eux sont déjà morts. Arborant une banderole « Ne touchez pas à nos jeunes ! Rassemblement pour le refus de l’endoctrinement » une soixantaine de personnes se sont réunies en fin d’après-midi dans un centre socioculturel de la Meinau, un quartier populaire de la capitale alsacienne.

Le porte-parole de ce collectif, Mohamed Benazouz, habitant lui-même le quartier, a d’abord pris la parole sur le parvis de la salle de réunion, sous une pluie battante. « Si nous sommes là aujourd’hui, c’est parce que des enfants ont été trompés, des familles ont été brisées, toute une ville a été traumatisée » a-t-il dit.

L’assistance a également observé une minute de silence « en hommage aux deux jeunes morts. » Le rassemblement devait se prolonger avec une rencontre-débat avec un politologue, un imam ainsi qu’un psychanalyste, pour réfléchir sur les raisons conduisant des jeunes Français à s’engager dans la « guerre sainte » contre le régime de Damas.

Une douzaine de jeunes Strasbourgeois sont partis se battre dans les rangs djihadistes en Syrie ces derniers mois, selon une source proche du dossier. L’un d’entre eux a pu être récupéré in extremis par son père alors qu’il s’apprêtait à prendre l’avion en Allemagne. La mort en Syrie de deux d’entre eux a été confirmée, tandis que le sort des autres est très incertain.

(…) Le Point

Syrie : un enfant de 4 ans appelle à « tuer les infidèles » (vidéo)

Une vidéo en provenance de Syrie montre un enfant de quatre ans à peine menacer de mort les « infidèles ». Interrogé par un homme dont on ne voit pas le visage, l’enfant, que l’on voit tirer au fusil d’assaut pendant que des adultes crient « Allah Akbar », explique qu’il est d’Ouzbékistan.

Il aurait été recruté par les djihadistes syriens. L’enfant encourage les musulmans à « se joindre à l’opération » en Syrie. Il ajoute, dans un sourire qui prouve qu’il ne se rend pas bien compte de ce qu’il dit, que les « infidèles seront abattus ». [...]

7sur7

Djihad en Syrie : Hakim est bien intégré, « il commémore même le 14 novembre » (vidéo)

Le père d’Hakim, 15 ans et candidat au Djihad, s’est exprimé pour la première fois en exclusivité sur i>TELE après le retour en France de son fils et de l’ami avec qui il s’est rendu en Syrie. Dans la première partie de cet entretien avec Olivier Galzi, il revient notamment sur les raisons du départ de son fils.

Syrie : Héroïque défense de Saidnaya par les milices Chrétiennes (vidéo)

800px-Seidnaya(js)2.jpg

(Photo : monastère Notre-Dame de Saidnaya fondé au VIème siècle)

Le militant des droits des chrétiens et ex musulman Walid Shoebat a traduit le 27 janvier les témoignages des valeureux miliciens ayant défendu la ville chrétienne de Saidnaya (Notre-Dame en syriaque) déjà endeuillée l’année dernière par des massacres commis par les rebelles djihadistes :

« Nous allons faire des tombes pour les terroristes dans ce pays. Ce sont nos lieux saints, et ces églises ont des milliers d’années, nous ne leur abandonnerons jamais. S’ils pensent qu’ils vont  pouvoir venir détruire et piller, nous ne leur permettront pas, nous allons tenir le coup jusqu’à ce que nous achevions le dernier d’entre eux. S’ils pensent que l’argent qui vient du monde arabe va les aider, ils se trompent. Nous sommes les propriétaires de cette terre, pas eux. « 

L’armée syrienne avait placé un char pour défendre l’église, que les terroristes ont fait sauter (vidéo). Mais les Chrétiens ne s’avouèrent pas vaincus pour autant.

Le milicien  témoigne de la suite:

« La bataille a duré 7 heures. l’attaque était redoutable, mais nos hommes étaient très désireux de combattre. Aucun des djihadistes n’était en mesure de venir à proximité de l’église. Les djihadistes se cachaient derrière un gros rocher. Et nos héros ont fait leur devoir. Nous avons eu quatre martyrs et six blessés. » 

(…) Observatoire de l’Islamisation

« Pour faire les vendanges, on a dit à mon fils qu’ils ne prenaient pas les arabes » (RMC)

Dans les GG de RMC, une auditrice craint de voir son fils partir en Syrie faire le jihad. Elle estime que son fils est victime de racisme en France. Avec Marie-Anne Soubré, Didier Giraud et Pascal Perri.

« Dans le lycée de mon fils à Versailles, il y a des convertis qui sont plus virulents que les musulmans de culture ! Quand mon fils a postulé pour faire les vendanges, un ami converti -qui a changé de prénom etc- lui a dit ‘il a bien fait de ne pas te prendre, c’est interdit de toucher à la vigne et tout ce qui touche au vin.’ » – Nadia

« On est parti aux Etats-Unis, les gens portent le foulard, les autres portent leur turban, les gens se retrouvent avec des étiquettes, avec leur prénom et leur pays d’origine. Et on parle dans leur langue si on connait la langue ! [...] En France, faut que tout le monde se ressemble ! [...] Mon fils est brun, il ne va pas se peindre en blond ! Il est brun, il est typé maghrébin, il va pas s’épiler les sourcils ! » – Nadia

La Belgique rapatrie « en toute sécurité  » deux femmes belges enceintes parties rejoindre leurs maris djihadistes en Syrie

L’épouse d’un leader de Sharia4Belgium combattant en Syrie à un stade avancé de sa grossesse: le gouvernement l’aide à rentrer

Deux femmes belges parties en Syrie soutenir leurs maris qui combattent sont revenues à Anvers. A un stade avancé de leur grossesse, elles avaient besoin de soins médicaux. Les autorités belges les ont aidées à rentrer en toute sécurité.

RTL.be

L’Elysée pilote des tractations secrètes avec le régime syrien

La France, comme d’autres pays européens, s’est rapprochée du chef de la Sûreté générale Ali Mamelouk afin d’obtenir des informations sur ses 400 ressortissants partis se battre en Syrie.

Des réunions secrètes ont eu lieu entre des émissaires français et l’un des serviteurs les plus dévoués du système de terreur mis en place par le régime syrien afin d’obtenir des informations sur les quelque 400 Français qui sont allés se battre dans le pays et sur le sort des quatre otages français disparus dans le nord du pays, selon des informations obtenues par Libération.

L’interlocuteur des Français est le général Ali Mamelouk, chef de la Sûreté générale, qui surpervise tout l’appareil répressif. A ce titre, il fait l’objet de sanctions des Etats-Unis et de l’Europe et la Suisse a gelé ses avoirs. Le Liban, le 4 février 2013, a émis à son encontre un mandat d’arrêt international pour assassinat. C’est pourtant ce terroriste en chef que sollicitent à présent les agences de renseignements européennes, fussent-elles britannique, allemande, espagnole et donc française qui ont dépêché des officiers à Damas pour le rencontrer. Objectif: chercher des informations sur les quelque 1000 à 2000 jeunes Européens qui sont allés se battre en Syrie, la plupart aux côtés d’Al-Qaeda…

Libération