Boston/attentats islamistes : le père des Tsarnaev défend ses fils (MàJ)

Addendum 22/04/13

Le père des frères Tsarnaev, les principaux suspects de l’attentat de Boston, a insisté aujourd’hui sur leur innocence, en affirmant qu’ils étaient de bons musulmans et voulaient revenir vivre en Russie pour aider leurs parents. [...]

Selon M. Tsarnaev, Tamerlan n’avait pas de travail ces derniers mois et restait à la maison pour garder son enfant de trois ans, alors que sa femme travaillait, en soignant des handicapés.

« C’est vrai que Tamerlan est devenu très religieux après le mariage et allait à la mosquée tous les vendredis (…). Mais il était un bon musulman et ne pouvait pas faire ce dont il est accusé », a affirmé M. Tsarnaev. [...]

Le Figaro

Lire la suite

Explosions au marathon de Boston

Addedum 18.04.2013: Les autorités US font circuler une photo de deux suspects potentiels

NY Post

————————————–

Màj 16/04/13 – 22h48
Xavier Raufer sur les explosions de BostonMerci à Résistant

Maj 16.04.2013:
Attentat de Boston : « Pourvu qu’il ne soit pas musulman »  
Le Monde
Bilan revu à la hausse: 3 morts et 176 blessés  CNN

Martin Richard, 8 ans, tué lors de l’explosion Times.co.uk


Lire la suite

Lyon : Meurtre de Saint-Jean, 3 suspects interpellés. M-à-J : 15 ans de prison pour Mohammed, auteur des coups mortels

Addendum, 15 juin 2012. Mohammed Chebbab, 29 ans, porteur du couteau, a été condamné à 15 ans de réclusion criminelle. La peine est assortie d’une interdiction du territoire national. Ses deux amis Dijlali Hendi et Karim Zini, 32 et 31 ans, qui avaient porté des coups de pieds, ont été condamnés chacun à 6 ans de prison, avec interdiction des droits civils, civiques et de famille pendant 5 ans.

Le Progrès

(Merci à Antibarbare)

—————————————————

Addendum du 19/01/2010 :

Leur cavale aura duré une semaine. Les trois hommes suspectés du meurtre de Mustapha Rihane, tué de plusieurs coups de couteau le 9 janvier à l’aube devant une boulangerie de la rue Saint-Jean (5e), ont été interpellés hier et lundi. Agés d’une trentaine d’années, et résidant dans l’agglomération, ils auraient tous les trois reconnus les faits.

Deux d’entre eux ont été arrêtés lundi, dont un à l’aéroport de Marseille-Marignane à son retour d’Algérie. Le dernier a été interpellé hier matin. Placés en garde à vue dans les locaux de la brigade criminelle de la sûreté départementale, ils doivent être présentés aujourd’hui au parquet en vue de leur mise en examen, pour violences en réunion et homicide.

20 Minutes

Les photos ont été exploitées à partir des images captées par la vidéosurveillance. Ces documents, dont la diffusion est rarissime, ne sont pas d’une très bonne qualité mais montrent assez précisément trois hommes en train de déambuler tranquillement sur les pavés de la rue Saint-Jean. On les voit ensuite de face, l’un avec le sourire, devant une boulangerie.

C’était dimanche dernier, un peu avant 5 h 30. Dans quelques instants, ces trois hommes vont participer à une rixe qui a été fatale à Mustapha Rahine, un homme de 35 ans demeurant à Caluire.

Les trois suspects sont activement recherchés par les hommes de la brigade criminelle de la Sûreté Départementale. Les enquêteurs, qui ont rapidement disposé de ces images, ont multiplié les recherches et effectué de nombreuses auditions, notamment dans le milieu de la nuit. Malgré toutes leurs investigations, les suspects n’ont pas pu être identifiés. Ce qui porte à croire que ces hommes n’étaient peut-être que de passage à Lyon.

Le Progrès

(Merci à Bell & à buzz)

Si l’Islande refuse de banquer…

Faut-il faire payer par le contribuable l’incompétence des banquiers ? Alors que le krach ne cesse de révéler les dérives d’une oligarchie, la révolte gronde.

Face au krach financier, les responsabilités restent à déterminer. Visés, les oligarques, qui contrôlaient en même temps les banques (prêteuses), les sociétés (emprunteuses), les médias (silencieux), les hommes politiques (complaisants). « 50 requins ont joué le pays à la roulette », accuse Sveinbjörn Arnason, fondateur du mouvement Nouvelle Islande. « Or nul n’a encore été traîné devant les tribunaux. La gauche au pouvoir ne fait pas le ménage et nous trahit. »

Quelque 230.000 Islandais ont été appelés samedi à se prononcer sur un accord organisant le remboursement par Reykjavik de 3,9 milliards d’euros, avancés par Londres et La Haye pour indemniser leurs citoyens lésés par la faillite de la banque sur l’internet islandaise Icesave, en octobre 2008.

Les Islandais [ont voté] non. Au risque d’aggraver la crise de confiance dont pâtit l’île sur les marchés internationaux. Déjà, les agences de notation ont abaissé la note du pays au rang d’« obligation pourrie ». L’étonnante fuite, il y a dix jours, dans la presse locale, d’un télégramme secret de l’ambassade américaine, a confirmé l’isolement de l’île. On y lisait que dans l’hypothèse d’une victoire du « non », suivie d’un gel de crédits promis par le Fonds monétaire international et par des pays européens, l’Islande ne pourrait plus remplir les obligations liées à sa dette dès 2011 et retournerait « trente ans en arrière ».

La perspective d’un non [au référendum] a poussé Reykjavik à tenter, ces dernières semaines – jusque-là en vain -, de trouver un nouvel accord avec Britanniques et Néerlandais. Au cours des négociations, les Islandais ont paradoxalement reçu une offre améliorée, mais ils l’ont déclinée, sous la pression des partis d’opposition.

Après avoir immédiatement reconnu sa défaite, le gouvernement islandais s’est efforcé de minimiser la signification du scrutin, en soulignant que le oui n’était plus une alternative crédible, du fait des nouvelles négociations.

L’affaire Icesave a réalimenté le sentiment anti-européen dans le pays. Au total, plus de la moitié des Islandais sont aujourd’hui opposés à une éventuelle adhésion à l’UE, près de deux fois plus qu’en 2008.

Suite et commentaires sur Fortune