Terre des Hommes : Les Etats doivent mieux protéger les jeunes migrants

Les jeunes migrants doivent bénéficier de la protection de l’enfance. Terre des Hommes en a appellé vendredi lors d’un colloque au respect de la Convention des droits de l’enfant. Ils sont aujourd’hui surtout considérés comme des illégaux et entrent trop souvent dans la clandestinité.

Entre 10 et 50% des mineurs étrangers admis en institution, pour la plupart âgés de 14 à 18 ans s’enfuient, « comprenant très vite que l’institution n’est que la salle d’attente de l’expulsion« , explique le responsable d’une étude portant sur la Belgique, l’Espagne, la France et la Suisse. [...]

Il est communément admis qu’une bonne part de ces mineurs n’a pas renoncé à venir en Europe mais évitent une demande d’asile en bonne et due forme en raison du durcissement du droit d’asile. Ils se retrouvent dans le lot des sans-papiers livrés à eux-mêmes, dans une situation encore plus précaire. [...]

« Les textes existent, il ne faut pas en faire d’autres ou multiplier les normes. Il faut surtout les connaître et les appliquer« , a martelé Jean Zermatten, président du comité des Nations Unies pour les droits de l’enfant.

Selon lui, les pays destinataires devraient profiter de ces flux migratoires pour compenser le vieillissement de leur population. swissinfo.ch – 18/11/2011

Suisse : le conducteur accélère et fauche volontairement le gendarme

Un sergent de 59 ans de la gendarmerie vaudoise a été fauché par une voiture lors d’un contrôle mercredi soir à Trélex sur la route Nyon-Saint-Cergue, au lieu dit «Main de Gingins».

[...] A l’approche du lieu de l’intervention policière, la petite voiture a d’abord ralenti, mais quand l’agent a fait signe de s’arrêter, le conducteur a accéléré et a volontairement fauché le gendarme.

[...] le conducteur, ressortissant marocain de 24 ans, a pu être interpellé peu après.

24heures.ch (Merci à Cretinus Alpestris)

Ce ressortissant Marocain conduisait une voiture immatriculée en France.

NZZ Online (Merci à Chantecler)

Neuchâtel : les requérants d’asile seront logés dans les locaux de l’Hôpital psychiatrique de Perreux. (TSR)

TSR JT 12:30 16/11/2011

Les précisions de Thierry Grosjean, chef du département de l’économie

Le Conseil d’Etat neuchâtelois va transférer dans ces bâtiments les requérants hébergés dans l’abri PC de La Chaux-de-Fonds, et une partie de ceux logés dans les centres permanents de Couvet et de Fontainemelon.

Des restes de porcs sur le terrain d’une future mosquée en Suisse

Des inconnus ont enterré le cadavre d’un cochon ainsi que quatre têtes de porc à l’endroit même où doit être construite la mosquée de la petite ville de Granges, dans le canton de Soleure (centre de la Suisse). La police cantonale a lancé un appel à témoins. [...]

Plusieurs médias de la région ont reçu vendredi une lettre anonyme informant de la présence des restes de ces animaux sur un terrain propriété d’une communauté religieuse de Granges, a fait savoir la police, qui, une fois avertie, s’est rendue sur place et a constaté les faits, puis a ouvert une enquête.

Selon ATS, les auteurs de la lettre anonyme écrivent avoir aussi déversé 120 litres de sang de cochon sur cette parcelle, afin de la profaner pour protester contre «l’islamisation rampante».
Ils disent qu’il s’agit pour eux de mettre à l’épreuve la foi des promoteurs de la mosquée, qui ne pourront plus, assurent-ils, être pris au sérieux s’ils acceptent de faire bâtir un tel édifice sur un sol profané.

Le Progrès

Suisse : Populisme, mode d’emploi (vidéo)

Le MCG fait son entrée sous la coupole fédérale. Il rejoint la Lega tessinoise sur les bancs du Parlement. Faut-il avoir peur de ces bouffées de chaleur nationalistes ? Comment ces partis se sont-ils faits une place sur la scène politique, à coups de slogans chocs et de coups de gueule ? Plongée dans le plus jeune d’entre eux, le Mouvement Citoyens Genevois.

Les populistes sont décidément très populaires. Ces formations protestataires sont devenues des pièces incontournables de l’échiquier politique presque partout en Europe. Comment s’y prennent-elles pour emporter des voix ? Ces mouvements représentent-ils un risque pour la démocratie ? Temps Présent s’est plongé dans le petit monde du Mouvement Citoyens Genevois, le parti populiste qui grimpe à Genève aux dépens de l’UDC.

S’affirmant «ni de gauche, ni de droite, mais proche du peuple», le Mouvement Citoyens Genevois utilise, comme d’autres en Suisse et Europe, la recette qui fait mouche. Un leader charismatique : Eric Stauffer, un bouc émissaire extérieur : le frontalier, et la promesse de réaliser rapidement le rêve des gens. Il n’oublie pas au passage de déclamer combien la «classe politique» est incapable d’être au service du peuple.

Né en 2005 d’une scission avec l’UDC, le MCG est devenu le deuxième parti au Grand Conseil genevois en moins de 6 ans. L’impatience semble être son maître-mot. Chantre du discours sécuritaire et anti-frontalier, le leader du MCG, Eric Stauffer, a par exemple promis de «nettoyer Genève des mendiants et autres dealers en 45 jours» s’il était élu au Conseil d’Etat. Des slogans qu’il a utilisés auparavant en Afrique, comme conseiller personnel d’un candidat à la présidentielle de l’Ile Maurice.

En 2008, le leader genevois a lancé le Mouvement Citoyens Vaudois (MCVD). Mais le tribun populiste pourrait avoir trouvé plus fort que lui en terres vaudoises en la personne du secrétaire romand de l’UDC, Claude-Alain Voiblet, qui l’attend de pied ferme. «Il n’est pas question que nous nous laissions dépasser sur la droite», lance le Vaudois. L’UDC-Vaud a donc durci le ton sur la criminalité, les mendiants et la migration, étouffant le feu venant de Genève.

Enfin, une visite impromptue du représentant savoyard du Front National au leader du MCG a tourné au vinaigre. Pourtant, les deux formations ont le même but : dénoncer les accords de Schengen et gripper si nécessaire la libre-circulation des personnes.

Il ne faut pas diaboliser, tous les partis populistes se réclament de la démocratie [...] Ils sont une grande complication parce-qu’ils ont un discours simple que ne peuvent pas assumer les hommes et femmes politiques ordinaires [...] Avec la mondialisation, les mouvements de populations, avec l’usure de la démocratie, on va avoir des courants populistes pour 50 ans ou davantage. » – Guy Hermet, historien et politologue. TSR / Temps présent – 10/11/2011

Lausanne : « Les dealers ont pourri mon quartier » (vidéo)

Chauderon, un quartier d’habitation au centre de Lausanne. Un quartier familial multiculturel, où il faisait bon vivre jusqu’à l’arrivée en nombre de petits dealers de marijuana et de cocaïne. Aujourd’hui, les gens n’osent plus sortir de chez eux une fois la nuit tombée. Les habitants et les commerçants se sentent dépossédés de leur environnement, ils ont l’impression de vivre dans une zone de non droit. Une situation emblématique de ce que vivent plusieurs villes de Suisse romande.

Ils sont venus en majorité d’Afrique de l’ouest. Leurs clients ne sont pas loin, au Flon tout proche avec ses boîtes de nuit où ils font la fête tout le week-end. Alors quel meilleur endroit pour le business que ce quartier avec de multiples cachettes et possibilités de fuite devant la police ? Une police qui, il faut bien le dire, semble dépassée. Et pour cause : les soirs de fin de semaine, ils ne sont plus que 30 agents pour 30’000 noctambules.

Et depuis le 1er janvier de cette année, il n’est plus aussi facile de mettre les petits délinquants en détention provisoire, la faute au nouveau code de procédure pénale. Résultat : les dealers se retrouvent dans la rue à peine interpellés et les habitants ont l’impression d’être abandonnés par les autorités. Aujourd’hui, le sentiment d’insécurité grandit et la cohabitation est de plus en plus problématique, les gens n’osent plus sortir de chez eux une fois la nuit tombée. Les habitants et les commerçants se sentent dépossédés de leur environnement, ils ont l’impression de vivre dans une zone de non droit.

Un reportage de terrain qui démontre par l’absurde une situation de plus en plus tendue entre la petite délinquance et la vie de quartier.

On est délaissés par les autorités. Elles n’ont pas les moyens d’éradiquer le problème. C’est comme un cancer, il y a des métastases partout, c’est presque impossible à éradiquer. »

J’aimerais bien me promener après sept heures le soir tranquillement, et j’aimerais savoir pourquoi je dois raser les murs. Je suis en colère, excédée… »

La plupart des dealers de Chauderon viennent d’Afrique de l’Ouest et sont des requérants d’asile déboutés [...] La morale de cette histoire : si ton quartier est pourri, quitte-le. » TSR / Temps présent – 03/11/2011

Suisse : Les avoirs gelés de Moubarak sont «légaux»

L’avocat de la famille Moubarak, Farid al-Dib, a qualifié de «légaux» les 340 millions de dollars découverts en Suisse au nom des fils du président égyptien renversé en février, dans un entretien au magazine américain «Foreign Policy». L’Autorité des gains illicites, qui dépend du ministère de la Justice, avait estimé mi-octobre la fortune de Gamal et Alaa Moubarak dans des banques suisses à 340 millions de dollars, aujourd’hui gelés.

L’Autorité «n’a rien découvert. Je leur ai donné la clé et les documents qui prouvent que ces fonds ont été notifiés dans les déclarations de patrimoine financier de Gamal Moubarak en 2003, 2008 et 2011», a affirmé Me Dib dans un entretien au magazine paru cette semaine.

Des profits grâce aux intérêts

«Les fonds sur ces comptes, après des années d’intérêt (cumulés), ont dépassé 300 millions de dollars. Est-ce mauvais pour un homme de faire des profits légaux?», a-t-il poursuivi, assurant que ces fonds provenaient de l’activité de «consultants en marché financiers» des fils Moubarak. [Lire la suite]

20 Minutes.ch

Zimbabwe : Robert Mugabe menace la Suisse

Privé de visa helvétique pour une partie de sa délégation attendue à Genève, le président zimbabwéen Mugabe menace de s’en prendre aux entreprises suisses installées sur son sol. Décryptage d’une offensive anti-occidentale.

Robert Mugabe est en colère contre la Suisse. Motif: la Confédération n’a pas accordé de visa à une partie de la délégation du Zimbabwe attendue à Telecom World – une conférence de l’Union internationale des télécommunications (UIT) qui vient de se tenir à Genève – dont son épouse, le ministre des Affaires étrangères ou le ministre des Télécommunications.

Maintenant, ils (les Suisses, NDLR) montrent qu’ils sont vicieux et nous leur rendrons la pareille, car ils ont leurs propriétés ici. Nous ne sommes pas sans moyens pour rendre la pareille », menace le président zimbabwéen.

Le Président zimbabwéen Robert MugabeLe Président zimbabwéen Robert Mugabe

[...] Selon le DFAE, 284 Suisses dont 120 double-nationaux résidaient au Zimbabwe à la fin de l’année dernière. Le ministère précise qu’à sa connaissance, sept entreprises suisses sont présentes dans l’ancienne Rhodésie du Sud, dont Robert Mugabe a obtenu l’indépendance en 1980 avec son parti, le Zimbabwe African National Union.[...]

[...] L’année dernière, Nestlé Zimbabwe, comme d’autres multinationales, a été sommée de céder 51% de ses sociétés établies au Zimbabwe, au nom d’une politique d’indigénisation de l’économie.[...] Robert Mugabe cherche-t-il ainsi à accélérer une éventuelle nationalisation de l’usine Nestlé ? [...]

[...] Grand connaisseur du continent africain qu’il a sillonné comme journaliste, Stephen Smith met en doute cette politique d’indigénisation :

Cette politique d’indigénisation est l’équivalent de l’invasion des terres des fermiers blancs lancée en 2000. Mais elle se heurte à des questions pratiques encore plus aigües qu’avec les fermes : comment les faire tourner [les entreprises occidentales, NDLR] sans les anciens propriétaires ?

Reste que depuis l’expropriation des fermiers blancs et des réactions ulcérées des pays occidentaux, Robert Mugabe se montre de plus en plus intraitable à leur égard [...] Le procureur général du Zimbabwe vient d’ailleurs d’annoncer qu’il envisage de porter plainte contre l’Union Européenne pour les sanctions adoptées à l’encontre de son pays.[...]

[...] Toujours considéré comme un libérateur et un résistant aux anciennes puissances coloniales par ses pairs africains, Robert Mugabe profite aussi de l’attrait économique croissant pour l’ensemble du continent :

Nous allons nous détourner de l’Ouest où le soleil se couche pour nous tourner vers l’Est ou le soleil se lève. » (Robert Mugabe)

[...] S’il a une possibilité de nationaliser les entreprises occidentales pour offrir le même créneau à un partenaire plus complaisant, il n’hésitera sans doute pas d’après Stephen Smith.

swissinfo.ch – 04/11/2011

Suisse : «Apprenez à accepter que l’islam fait partie de la Suisse» (MàJ Vidéo)


Nicolas Blancho, président du Conseil central islamique suisse

Plusieurs centaines de musulmans ont participé samedi après-midi 29 0ct0bre 2011, à la place fédérale à Berne, à une « Journée contre l’islamophobie et le racisme. » De nombreux manifestants portaient une étoile jaune avec le mot « musulman », rappelant l’étoile juive imposée par les nazis. Une provocation délibérée qui visait à déclencher un débat sur la discrimination des musulmans en Suisse, a affirmé le Conseil Central Islamique suisse CCIS), organisateur de la manifestation.

« Apprenez à accepter que l’islam fait partie de la Suisse »
Depuis l’interdiction de la construction de minarets en Suisse en 2009, la discrimination à l’égard des musulmans a été inscrite dans la Constitution fédérale, et c’est une véritable « tragédie », a tonné Nicolas Blancho. « Ma patrie, la Suisse, n’est plus celle de mon enfance », a encore poursuivi le converti à l’islam. L’interdiction des minarets n’a pas résolu un seul problème. Elle a été l’expression de « la majorité d’une société mécontente ».
La politique a échoué, mais les musulmans sont nécessaires à l’économie suisse. Il s’agit donc de lutter pour qu’aux caisses de la Migros ou d’Ikea, on puisse aussi voir des caissières portant le foulard, pour qu’à tous les degrés de l’enseignement des enseignantes puissent revêtir leur foulard. On doit aussi pouvoir rencontrer dans ce pays des femmes architectes revêtues selon leurs convictions. « Engageons-nous pour cela ! » « Le temps est venu de crier à la population suisse : « Apprenez à accepter que l’islam fait partie de la Suisse !»

Kipa-Apic