La stratégie ? L’appel au sursaut national face à l’invasion

Tribune libre de Paysan Savoyard

Pour les patriotes, les scrutins de 2012 se sont soldés par un échec. Dans ce contexte, plusieurs stratégies sont envisageables.

Laissons de côté celles qui nous paraissent relever de l’illusion. Miser sur l’implantation locale et les élections municipales ? Chimère nous semble-t-il : il sera aussi difficile de faire élire des maires de grandes villes « patriotes » que le président de la république lui-même car les raisons qui freinent la progression du FN au plan national jouent tout autant localement.

Compter sur l’aggravation de la situation économique et sociale et sur l’accroissement de la délinquance pour provoquer une réaction de l’opinion ? Nous n’y croyons pas pour notre part : les difficultés de vie quotidienne que rencontrera dans les années qui viennent une proportion croissante de la population provoqueront plus probablement le repli sur soi et l’exacerbation d’un individualisme craintif plutôt qu’une mobilisation collective.

Miser sur un autre parti que le Front national, déjà existant ou à créer ? Il nous paraît pour notre part plus prudent pour les électeurs patriotes que nous sommes de fonder les quelques espoirs qui subsistent sur un parti implanté depuis quarante ans plutôt que sur une structure embryonnaire qui mettra des décennies à acquérir une certaine notoriété.

Renouveler le nom, le profil des cadres et l’organisation du Front national ? Certaines adaptations seraient peut être utiles, mais les obstacles majeurs à la croissance du vote « patriote » ne tiennent pas, à notre avis, aux questions d’appareil ou de personnes.

Lire la suite