Apocalypse – La 1ère Guerre Mondiale : « Furie » (Vidéo 1/5)

11 novembre 1918. 11h du matin. Soudain, c’est le silence. Le soldat canadien George Price, vient de tomber, l’un des derniers tués d’un immense carnage qui a fait près de 10 millions de morts chez les militaires, 9 millions chez les civils et 21 millions de blessés.

Comment en est-on arrivé là ? Quelle est l’origine de cette furie qui va s’emparer du monde pendant quatre ans ? Qui va ruiner les pays et provoquer la chute de plusieurs empires ? En ce début de XXème siècle, en Europe, c’est encore la Belle Époque. Mais le 28 juin 1914 à Sarajevo, l’archiduc François-Ferdinand, héritier de l’Empire austro-hongrois, est assassiné.

Cet événement, met le feu aux poudres des vieilles rancœurs nationales et patriotiques des monarchies européennes. Les grands industriels préfèrent sans doute le conflit armé à celui larvé qui monte d’une classe ouvrière. Quelques semaines après l’attentat de Sarajevo, l’Autriche-Hongrie déclare la guerre à la Serbie et active ainsi le jeu des alliances entre États.

Le départ des troupes au combat est le miroir d’une inconscience collective qui pense que la guerre va être courte et glorieuse. En août 1914, les Allemands ne sont pas loin de Paris. Leur victoire semble proche, et l’enthousiasme devient peur.

Histoire : « Le martyre du Kosovo », mensonges et mystifications de l’OTAN

Le livre de Nikola Mirkovic ne se contente pas de démonter mensonges et mystifications.

Par Jean-Baptiste Noé.

Le Kosovo nous rappelle les guerres balkaniques de ces dernières décennies : Yougoslavie (1992), Serbie (1999), puis indépendance du Kosovo (2010). Si nous en avons connu l’avers du décor, le livre de Nikola Mirkovic nous en présente l’envers.

Mirkovic Kosovo

D’origine serbe et vivant en France, Nikola Mirkovic travaille dans une association humanitaire qui œuvre pour les habitants du Kosovo. Il connaît donc très bien la région et le sujet, et s’exprime ici en expert. [...]

Ce qu’il nous montre dans ce livre, c’est l’ensemble des mensonges orchestrés par l’OTAN pour organiser une guerre qui n’avait pas lieu d’être. Comment de faux charniers ont été créés, des massacres inventés de toutes pièces, et comment les forces de l’OTAN, appuyées par des médias moutonniers, ont présenté les Serbes comme des agresseurs, alors qu’ils défendaient leur région contre les attaques albanaises. Les mensonges de l’OTAN ont été éventés avec la fameuse fiole d’armes de destruction massive, armes irakiennes qui n’ont jamais été trouvées. Puis en Libye, de fausses images de liesse tournées aux États-Unis. Le Kosovo fut le champ d’expérimentation de ces mensonges répétés, qui ont abouti à une guerre funeste pour les populations locales. [...]

Nikola Mirkovic, Le martyre du Kosovo, Édition Jean Picollec, 2013, 200 pages.

Lire l’analyse complète sur Contrepoints

Blog Histoire

Un gang serbe de voleurs de lunettes démantelé

Huit personnes originaires de Serbie ont été mises en examen vendredi à Rennes pour des « vols en bande organisée » dans 20 départements français différents, principalement dans 23 magasins d’optique, selon le parquet de Rennes et de source proche du dossier.

L’enquête, commencée dans la Vienne il y a cinq mois, a été menée par la section de recherches de la gendarmerie de Poitiers, épaulée par l’Office central pour la lutte contre la délinquance itinérante. L’affaire a été confiée à la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Rennes.

Lundi 10 mars, neuf interpellations ont eu lieu à Paris et dans les Hauts-de-Seine. Selon une source proche du dossier, il s’agit de huit Serbes et d’un Bosniaque. Plus d’un kilogramme de bijoux en or et près de 2.000 paires de lunettes ont été retrouvés en leur possession, a confirmé le parquet. Vendredi, huit des personnes interpellées ont été mises en examen à Rennes pour « vols en bande organisée », dont six écrouées. Il leur est reproché, entre novembre 2012 et janvier 2014, 33 cambriolages dont 23 dans des magasins d’optique, et ce dans une vingtaine de départements français. Le préjudice total n’a pas encore été évalué, a précisé Thierry Pocquet du Haut-Jussé, procureur de la République de Rennes.

Le Figaro

Nouvelles conditions posées à la Serbie pour son entrée dans l’UE (humour)

1) Limitation de vitesse à 17,5 km/h dans tous les chemins vicinaux de la Sumadija.

2) Obligation, pour chaque femme serbe, de se laver les cheveux avec un shampooing L’Oréal.

3) Amputation du pouce chez tous les hommes serbes de moins de 70 ans, ce qui les empêchera de faire le signe orthodoxe de la victoire (pouce, index et majeur dressés).

4) Chaque famille devra prouver qu’elle mange au moins un camembert par semaine.

5) Toutes les jeunes filles serbes iront à leur collège, chaque lundi matin, à cloche-pied, ayant toutefois la possibilité de changer de pied si le trajet excède 3 kilomètres.

6) Il sera interdit aux Serbes de tous sexes, de tous âges et de toutes conditions de posséder un accordéon.

7) Le cinéaste Emir Kusturica se coupera les cheveux.

8) Le joueur de tennis Novak Djokovic abandonnera de lui-même sa première place au classement ATP au profit d’un autre joueur de l’Union européenne.

9) Ana Ivanovic participera aux Anges de la télé-réalité, lors notamment d’une séance d’anthologie avec Nabilla dans le Jacuzzi (ou Vanessa, l’Union européenne lui laissant le choix).

10) Dans une classe de vingt-sept élèves, chacun d’eux, avant le cours, chantera l’hymne d’un des vingt-sept autres pays de l’Union européenne, l’hymne serbe demeurant interdit du fait de son caractère ultranationaliste jusqu’en 2099.

La suite du billet de Patrick Besson (Le Point)

Bruxelles ouvre la porte de l’UE à la Serbie et au Kosovo

Les efforts de Belgrade et Pristina pour normaliser leurs relations ont été récompensés lundi par la Commission européenne qui a recommandé l’ouverture des négociations d’adhésion de la Serbie à l’Union européenne et pour un accord d’association entre l’UE et le Kosovo.

«La Serbie a rempli le critère prioritaire consistant à prendre des mesures en vue d’une amélioration visible et durable de ses relations avec le Kosovo», a indiqué la Commission dans un rapport soumis aux ministres de l’UE chargés des Affaires européennes.

En conséquence, les négociations d’adhésion à l’UE peuvent s’ouvrir, a souhaité Bruxelles, répondant ainsi au voeu de Belgrade. [...]

Plus de 10.000 Serbes du nord du Kosovo ont manifesté lundi à Kosovska Mitrovica pour protester contre l’accord et faire valoir que cette région frontalière de la Serbie, où ils sont majoritaires et qui échappe au contrôle de Pristina, «sera pour toujours une partie de la Serbie». [...]

Libération

Kosovo: la Serbie veut plus de temps

La Serbie va demander à l’Union européenne de lui accorder plus de temps pour négocier un accord visant à mettre fin à la partition de son ancienne province du Kosovo, a déclaré aujourd’hui le vice-Premier ministre serbe, en promettant une poursuite du dialogue avec Pristina.

« Le gouvernement devrait proposer la poursuite immédiate et urgente des discussions (avec le Kosovo) », a dit Aleksandar Vucic, alors qu’expire le délai de réflexion accordé par Bruxelles à Belgrade.
Le plan européen, au terme duquel Belgrade renoncerait à une enclave peuplée par 50.000 Serbes dans le nord de son ancienne province à majorité albanophone, « ne prend pas en compte nos intérêts élémentaires et ne devrait pas être signé », a insisté le vice-Premier ministre.

Le plan européen suscite beaucoup d’opposition en Serbie, où le Kosovo est considéré comme le berceau de la nation serbe et de la foi orthodoxe. Son rejet compromettrait l’ouverture de pourparlers sur l’adhésion de Belgrade à l’Union européenne.

Le Figaro

Toulon : L’hôpital Clemenceau sert d’abri aux réfugiés roms

Expulsés du camp de Berthe à La Seyne, au début du mois, les réfugiés roms se sont scindés en trois petits groupes. Depuis le 7 janvier, 25 d’entre eux – dont treize mineurs – occupent, avec l’accord de la préfecture, le 3e étage de ce bâtiment désaffecté, dédié à l’accueil d’urgence des demandeurs d’asile.

«Au titre de l’aide sociale à l’enfance, le conseil général peut loger les familles à l’hôtel»,précise le coordinateur du Sichem, Emmanuel Grossetête.«Mais cela ne nous offre aucune visibilité sur le long terme, il n’y a pas de vrai suivi des familles». Avec tous les problèmes que cela entraîne.

La cohabitation des roms, sans-abri et des 88 étudiants de l’université privée portugaise Fernando-Pessoa s’est faite sans heurts, ni polémique, à l’hôpital Clemenceau.

«La Bosnie et la Serbie sont candidates à l’Union européenne. Mais là-bas, ces familles n’ont pas accès à la santé et l’éducation», explique Virginie Morizot, responsable varoise de France Terre d’Asile. […]

Var Matin

Serbie : tensions après le démantèlement d’un monument aux rebelles albanais (MàJ vidéo)

Le démantèlement dimanche d’un monument érigé à la mémoire d’insurgés albanais à Presevo, ville du sud de la Serbie en majorité albanaise, a été vivement dénoncé par les autorités locales et risque d’accroître les tensions dans cette partie du pays.

Galip Beqiri, le président du Conseil national des Albanais dans la vallée de Presevo, une organisation qui chapeaute les formations politiques albanaises locales, a parlé d’ »acte de vandalisme ».

L’Albanie ainsi que le Kosovo voisin – où la majorité albanaise a proclamé en 2008 son indépendance de la Serbie, farouchement rejetée par Belgrade – ont condamné cette mesure prise par les autorités serbes.

« Cet acte du gouvernement serbe met sérieusement en danger le processus de dialogue sur la normalisation des relations entre le Kosovo et la Serbie, et la Serbie en est directement responsable », a déclaré le gouvernement kosovar dans un communiqué. [...]

Libération

Lyon : Soirée de soutien au peuple serbe – Vendredi 30 novembre

Un an après une soirée réussie de soutien aux Serbes du Kosovo, les Jeunes Identitaires lyonnais accueillent la communauté serbe à l’occasion d’une exposition et d’une petite conférence. Par ailleurs, le futur voyage au cœur des Balkans, projet scolaire de jeunes étudiants en BTS sera présenté.

Pour contribuer à la réussite de ce projet, une collecte de fournitures scolaires et de matériel de sport sera organisée. Nous vous encourageons donc à venir nous soutenir lors de cette soirée de solidarité et à partager un verre dans la convivialité.

Lyon Lemelhor

Plutôt renoncer à l’UE que de reconnaître le Kosovo

La Serbie pourrait renoncer à rejoindre l’Union européenne si Bruxelles venait à lui demander officiellement de reconnaître le Kosovo.

Le statut du Kosovo constitue une pierre d’achoppement dans les relations entre Belgrade et Bruxelles.

«Actuellement, l’UE nous tient à distance uniquement à cause du Kosovo. Elle peut nous tenir à l’écart cent ans encore, mais nous ne changerons pas notre position sur notre province méridionale»,

a déclaré le président serbe Tomislav Nikolic dans une interview publiée mardi par le quotidien Vecernje Novosti.

Le président serbe a estimé que dresser de nouvelles conditions «qui n’étaient pas en vigueur pour d’autres pays» candidats à l’UE aurait pour effet d’éloigner la Serbie de l’Europe. «Dans ce cas, il serait préférable qu’ils nous disent: ‘nous ne voulons pas de vous’», a-t-il dit. (…)

Le Matin

Washington presse Belgrade à lâcher prise sur le Kosovo, rencontre Tadic/Thaci

Un haut responsable américain a appelé samedi la Serbie à accepter la réalité de l’indépendance du Kosovo lors d’un sommet régional en Croatie, marqué par une rencontre surprise entre l’ex-président serbe Boris Tadic et le Premier ministre kosovar, Hasim Thaci.

Nous ne nous attendons pas, et l’Union européenne non plus, à ce que la Serbie reconnaisse le Kosovo à ce stade, ils ne le feront pas, a déclaré Philip Gordon, sous-secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes et eurasiatiques, lors d’un sommet des dirigeants de l’Europe du Sud-Est tenu à Dubrovnik (sud).

Toutefois, la Serbie devra se réconcilier avec la réalité d’un Kosovo démocratique, souverain, indépendant et multiethnique, dans ses frontières actuelles, a insisté M. Gordon.

Le responsable américain, dont le pays a été un des principaux partisans de la proclamation de l’indépendance kosovare, autoproclamée par la majorité albanaise en février 2008, a ajouté que Belgrade doit cesser de soutenir des structures sécuritaires et judiciaires illégales et parallèles dans le nord du Kosovo (…).

Romandie.com

(Merci à Joe le rassis)