Seine-et-Marne : huit campements de Roms évacués

Quelque 150 Roms ont été expulsés de leurs campements de fortune mercredi dans les bois de la Cité Descartes, à Champs-sur-Marne (77) par les policiers arrivés à l’aube. Des expulsions sous haute surveillance et quelques tensions entre les forces de l’ordre et des membres d’associations empêchés d’entrer dans les camps.

Vers 7 heures, une centaine de policiers et CRS ont procédé à l’expulsion de familles Roms installées dans huit campements disséminés aux abords de la cité Descartes où est implantée l’université du même nom.

Une fois les familles parties, les cabanes et baraquements de fortune ont été détruits à l’aide de pelleteuses. Une partie des familles avait déjà été expulsée d’un autre campement de la ville en décembre dernier.

Le Parisien

CRS lorrain blessé en Seine-et-Marne : reconstitution sous haute surveillance

Une reconstitution de l’agression en mars 2011 d’un CRS blessé à la tête par un pavé lancé d’un immeuble à Noisiel (Seine-et-Marne) s’est déroulée hier soir sur les lieux de l’incident, dans une atmosphère plutôt calme, a constaté une journaliste.

Une reconstitution de l’agression en mars 2011 d’un CRS blessé à la tête par un pavé lancé d’un immeuble à Noisiel (Seine-et-Marne) s’est déroulé hier soir sur les lieux de l’incident, dans une atmosphère plutôt calme.
Cette première reconstitution était organisée par une juge d’instruction de Meaux chargée de l’enquête et en présence des trois jeunes mis en examen.
Une trentaine de badauds, principalement des jeunes, étaient postés dès 20H00 derrière les barrières qui délimitaient le périmètre de sécurité.
Selon une source policière, une centaine de policiers étaient réquisitionnés mardi soir pour cette reconstitution.
«Ce jour-là, c’était clairement contre les policiers que c’était dirigé, le but était d’intenter à leur vie et nous nous insurgeons encore aujourd’hui contre ça», a déclaré Christophe Crepin, de l’Unsa police, présent sur les lieux. (…)
Le CRS avait été maintenu près de deux semaines dans un coma artificiel, avant d’être réveillé.
La brigade criminelle de la police judiciaire avait diffusé le portrait robot d’un des agresseurs présumés du CRS, permettant de recueillir des témoignages. Trois jeunes de 20 à 21 ans avaient mis en examen pour «tentative de meurtre sur agent de la force publique, en bande organisée» et incarcérés.
Ces trois jeunes originaires de Seine-et-Marne, ayant des «antécédents judiciaires», avaient expliqué avoir été «exaspérés, mécontents de voir que leur terrain de jeu habituel était occupé par des policiers», selon le procureur de la République de Meaux, Christian Girard. (…)

Dix-huit enfants étrangers «privés d’école» en Seine-et-Marne

Dans la petite commune de Rubelles (1901 hab en 2009), en Seine-et-Marne, dix-huit enfants étrangers (Tchétchènes, Sri-Lankais ou encore Ingouches) âgés de 3 à 12 ans ne sont pas scolarisés faute de places selon le maire-adjoint de la commune. Pourtant, selon l’inspectrice académique, il y a suffisamment de moyens pour les accueillir. Leurs familles sont «demandeuses d’asile».

A ce jour, seuls ceux qui, étant en France depuis plusieurs mois et parlent déjà bien français et ceux qui, bien que ne parlant pas français, sont de nationalité française ont pu être scolarisés.

«Depuis plusieurs mois, et même depuis la rentrée de septembre pour certains, ces enfants tournent en rond dans les chambres exiguës des hôtels de la commune, privés d’école […]», explique Yahia Kerbane, du Réseau éducation sans frontières (RESF).

Pour justifier une telle situation, Michel Dreano, maire-adjoint de Rubelles, pointe du doigt les moyens avancés par l’Etat. «Grâce aux classes CLIN (classes d’initiation pour non-francophones), nous avons pu en scolariser une bonne partie» mais «nous n’avons que huit classes pour environ 210 élèves. Nous ne pouvons accueillir ces autres enfants», affirme-t-il, indiquant qu’il «n’y a pas de local disponible à Rubelles» et que «c’est à l’Education nationale d’intégrer ces enfants».[…]

France Soir

Pourtant, depuis la fin du mois de janvier un dispositif CLIN a été déployé sur l’école de Rubelles et est prêt à faire face à de nouvelles arrivées d’enfants. Mais le maire reste sourd : les enfants qui ne parlent pas français ne sont toujours pas scolarisés.

Mediapart

« En Seine-et-Marne, les idées de Marine Le Pen ont massivement diffusé »

À la Ferté-sous-Jouarre et dans les villages-dortoirs alentours, Marine Le Pen pourrait faire un très bon score chez les néoruraux. Ils sont nombreux à brandir le bulletin FN comme une menace.

Les idées frontistes, elles, ont progressé. (…)

Médiapart

Seine-et-Marne (77) : Violente agression sur une septuagénaire

L’homme qui s’en est pris pendant près de cinq heures à la septuagénaire cherchait de l’argent. Il a pris la fuite, croyant sa victime morte.

Une septuagénaire était vendredi dans un état grave après avoir été violemment agressée jeudi soir dans son pavillon de Villecerf, en Seine-et-Marne, par un homme qui a pris la fuite, la croyant morte, a-t-on appris vendredi 18 novembre de source judiciaire. Selon cette source, cette femme âgée de 70 ans a été sauvée car elle a fait croire à son agresseur qu’elle était morte. Il a alors pris la fuite.

Cette femme, qui vivait seule, a été agressée jeudi soir durant près de cinq heures par un homme lui assénant notamment des coups de poutres en bois, occasionnant des fractures au niveau du visage, a-t-on expliqué de source judiciaire, confirmant une information du site internet du Parisien.(…)

Nouvel Obs

Meaux : Marina, 85 ans, et Hubert, 78 ans, vivent dans un taudis depuis trente-deux ans

Un couple de retraités de 78 et 85 ans occupe depuis trente-deux ans un logement de 20 m2, en rez-de-chaussée dans le quartier Saint-Nicolas à Meaux (Seine-et-Marne) pour 42 € par mois, sans WC ni salle d’eau. Une somme dérisoire pour un taudis indigne. Une situation critique pour ces personnes âgées, qui vivent recluses en espérant un relogement.

Il faut nous reloger, ne nous abandonnez pas. C’est l’enfer ici, vraiment l’enfer.

Les mouches côtoient les cafards, la fenêtre de la façade décrépite est condamnée, des fils électriques courent sur les murs, mais surtout l’habitat ne comporte ni WC ni salle d’eau!

Marina et Hubert se soulagent dans des seaux avec couvercle. «La nuit, je sors les vider dans le regard de la cour commune, souffle Hubert. J’ai honte, alors je fais ça discrètement pour ne pas gêner ni être vu.» […] Une odeur insoutenable de renfermé, de moisi, se dégage de cet espace qui est encombré de monticules d’affaires stockées. Hubert n’a plus de place pour s’allonger, il dort assis dans un fauteuil. Il faut dégager le fatras du lit de Marina pour qu’elle se couche.

Depuis une quinzaine d’années, il a décidé de ne plus payer son loyer. L’adjoint au maire au logement, Artur Jorge Bras, estime qu’«une maison de retraite serait plus adaptée à la situation de ce couple» et l’invite à recontacter le service social.

Le Parisien (Merci à billgates)

Pontault-Combault (77) : Des vandales saccagent l’école maternelle

Mauvaise surprise hier matin à l’école maternelle Barberet de Pontault. Six salles de classe ont été détériorées. Un saccage en règle avec des jouets et du mobilier de bureau cassés dans chacune…

Le Parisien

(merci à kaos)

Seine-et-Marne : Une trentaine de voitures dégradées « Ils ne faisaient que s’amuser »

Ils ne faisaient que s’amuser mais ont dégradé une trentaine de voitures. Samedi, vers 17 heures, sur le parking de la gare, six jeunes de 12 à 14 ans ont été interpellés alors qu’ils sautaient sur les véhicules, de toit en toit, endommageant au passage la carrosserie. Les jeunes ont été rendus à leurs parents, le temps d’évaluer les préjudices.

Le Parisien

Montereau (77) : 20000 € offerts pour identifier l’assassin d’Abdeljalil Boumedhi

Les proches d’Abdeljalil Boumedhi, tué de six balles à Montereau en 2008, ont manifesté samedi et sont prêts à offrir une forte récompense afin de faire arrêter l’auteur.Ils se sont rassemblés samedi, brandissant des affiches à la gloire de celui qu’ils appellent tous Abdel. Les proches d’Abdeljalil Boumedhi, un ex-champion de lutte exécuté le 25 avril 2008 dans le quartier sensible de Surville, passent à l’offensive, lassés par une « instruction qui est au point mort », comme le souligne sa femme, Catherine.[...]

« Il fallait agir. Les amis d’Abdel ont créé un site Internet afin que tout le monde sache ce qui est arrivé. On peut le consulter sur http://abdeljalil.cfun.fr. Nous offrons également une forte récompense, pouvant aller jusqu’à 20000 €, à toute personne qui pourra nous donner des renseignements sur l’auteur et les complices de cet assassinat. Le secret et la discrétion sont garantis. On peut écrire un mail sur [email protected] ou laisser un message sur le 07.86.63.54.09. »[...]

Derrière eux, son meurtrier approche. Il porte une djellaba noire et un long hidjab noir, comme certaines femmes musulmanes, afin de ne pas trahir sa présence. Abdel reçoit une première balle dans le thorax. Puis deux autres alors qu’il cherche à fuir. Et enfin, son assassin l’achève de trois balles dans la tête, à bout portant. Pour Zahira, sa sœur, cette affaire est un scandale :

Il y a eu plusieurs meurtres non résolus dans ce quartier. On peut se demander si la loi s’applique à Surville. [...]

Le Parisien

Seine-et-Marne : Les voitures de luxe volées partaient au Cap-Vert

Un réseau qui organisait des vols de véhicules haut de gamme au domicile de Seine-et-Marnais pendant leur sommeil vient d’être démantelé.Mercedes CLS, Audi, BMW Série 6, X5 et X6, Volkswagen Touareg… Les voleurs d’au moins 26 voitures haut de gamme viennent d’être arrêtés par la brigade de sûreté départementale de Seine-et-Marne. Dix-huit des véhicules ont été dérobés depuis mai 2010 chez des Seine-et-Marnais durant leur sommeil, lors de home jacking commis à Bailly-Romainvilliers, Bussy-Saint-Georges, Croissy-Beaubourg, Claye-Souilly, Coupvray, Lagny-sur-Marne, Saint-Germain-sur-Morin, Vinantes… Elles devaient ensuite être envoyées au Cap-Vert. [...]

L’affréteur est un Portugais de 32 ans d’origine cap-verdienne, qui vit au nord de la région parisienne et est déjà connu pour des cambriolages. Depuis un an, le jeune homme envoie des conteneurs depuis ce port. Toutefois, ce n’est pas lui qui dérobait les voitures mais deux jeunes Franciliens de 18 et 19 ans, au casier judiciaire très chargé. Les garçons rôdaient dans les quartiers cossus de la région, à la recherche de voitures onéreuses. Une fois le home jacking effectué, ils livraient les véhicules au Portugais et à sa compagne contre de l’argent. Le couple les garait autour de son logement en attendant de les affréter pour le Cap-Vert.[...]

Le Parisien

Chelles (77) : Un 2éme incendie criminel ravage une école

Un incendie d’origine encore indéterminée a partiellement détruit une école dans la nuit de samedi à dimanche à Chelles (Seine-et-Marne). Le feu a ravagé près de 1000 m2 dans le groupe scolaire Fournier. Aucun blessé n’est à déplorer. C’est la deuxième fois depuis février que cet établissement du quartier Périchelles est la proie des flammes.

Le Parisien

Chelles (77) : un chauffard de « Montfermeil » tue trois personnes dont une mère et sa fille de 2 ans

Un automobiliste a percuté un abribus à Chelles (Seine-et-Marne) samedi à 19h45, tuant trois personnes, et en blessant deux autres. Selon nos informations, l’homme avait bu. Il a été interpellé et placé en garde à vue. Parmi les morts figurent une mère et sa fille âgée de 2 ans. Le père de l’enfant a, quant à lui, été blessé.Selon les premiers éléments de l’enquête, le chauffard, venu de Montfermeil (Seine-Saint-Denis), a tenté de s’enfuir à pied après l’accident qui s’est produit dans la cité des Coudreaux.

Le Parisien