Des centaines de recrues à risques exclues de l’armée suisse

Depuis l’été 2011, toutes les recrues sont soumises à un examen de sécurité. L’an dernier, sur 38’407 conscrits, 626 ont été reconnus à risques et ont été exclus avant le début de l’école de recrue.

Cet examen des risques se penche notamment sur les dossiers pénaux et les dossiers relatifs à l’exécution des peines. Il est ressorti de l’analyse qu’environ 10% des conscrits ont un casier judiciaire, a indiqué le porte-parole de l’armée Daniel Reist lundi, confirmant une information du « Tages-Anzeiger » et du « Bund ». [...]

L’examen de sécurité vise à garantir que les personnes qui représentent un danger pour la sécurité publique ne reçoivent pas de formation militaire ni d’arme d’ordonnance. [...]

Romandie

Merci à MadeInCH

Plans sociaux : La police redoute une radicalisation

Le 12 février, les salariés de dizaines d’entreprises victimes de plans sociaux manifesteront leur solidarité avec Goodyear. Un mouvement surveillé de près par la police.

Une note envoyée mercredi par le directeur de la sécurité publique sur les «orientations stratégiques 2013» des RG place «le domaine économique et social » en première position des priorités en matière de renseignement […].

Au moins un millier de salariés visés par des plans sociaux (Sanofi, Fralib, Faurecia, Virgin, Pilpa…) devraient se regrouper à 8h30 à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), devant le siège de l’entreprise Goodyear. Un geste de solidarité envers les 1173 employés de l’usine d’AmiensNord, qui apprendront officiellement ce jour-là la fermeture de leur site lors d’un comité central d’entreprise (CCE). […]

Pour l’instant, les organisateurs assurent que la manifestation se fera uniquement devant le siège social de Goodyear… sans débordement dans la capitale, toute proche. Jean Mangin, de la CGT ArcelorMittal de Florange, qui fera le déplacement, prévient toutefois : «C’est vrai que dans ce genre d’action on ne sait jamais comment cela peut se passer

Le Parisien

Belgique : Un jugement autorise le port de la burqa dans la rue

Le tribunal de police de Bruxelles valide le port de la burqa. Dans un jugement rendu ce vendredi, la Justice a donné raison à une citoyenne qui avait été sanctionnée par une amende administrative, par la police d’Etterbeek, pour port du voile intégral (un niqab, en l’occurrence) dans l’espace public.

La commune d’Etterbeek dispose d’un règlement de police qui sanctionne le port du voile intégral… Un règlement illégal, selon le tribunal de police de Bruxelles, qui a examiné l’affaire en appel. Le jugement qu’il a rendu, ce vendredi, est clair : l’interdiction, par une autorité communale, en tout temps, de la burqa en rue ou dans les lieux publics est une restriction disproportionnée… En clair, l’impératif de sécurité publique n’autorise pas la commune à restreindre à ce point la liberté individuelle des citoyens. […]

Suite sur Le Soir