Pourquoi l’UMP peut faire faillite

L’UMP a jusqu’au 31 juillet pour trouver 11 millions d’euros. S’il veut éviter le scénario catastrophe, le parti doit rembourser à temps un emprunt – contracté essentiellement auprès de la Société générale – pour financer la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. Alexandre Lemarié fait un bilan de la situation.

La menace de faillite est réelle. Le mot est prononcé par un connaisseur du dossier à l’UMP. «Il ne faut pas s’y tromper : les enjeux sont énormes», prévient-il.

Sarkozy peut-il être amené à payer la facture ?

Oui, car l’ex-président s’est porté caution solidaire du prêt de 11 millions d’euros, que le parti doit rembourser à une banque au 31 juillet. Dans un scénario catastrophe, M. Sarkozy pourrait donc être potentiellement amené à rembourser lui-même la somme manquante, si le parti ne parvenait pas à rembourser l’intégralité du prêt et faisait faillite.

M. Sarkozy met lui-même la main à la poche. «7 500 euros maximum, il ne peut donner plus», précise-t-on à l’UMP. Avec M. Copé, ils multiplient les coups de fil pour convaincre les grands donateurs de contribuer au «Sarkothon». […]

Une faillite de l’UMP est-elle possible ?

Si l’UMP n’a pas rassemblé les 11 millions au 31 juillet, elle négociera un report du remboursement avec la banque concernée. «Si la banque ne veut rien savoir et veut absolument les 11 millions à la fin du mois, c’est à ce moment-là que l’on pourrait être mis en faillite, redoute un cadre de l’UMP. Le parti pourrait alors suspendre son activité pour se concentrer sur le remboursement.»

Pourquoi la situation est-elle si critique ?

La situation se révèle périlleuse pour l’UMP, car elle n’a pas d’économies de côté. Au contraire. Le parti compte 44 millions d’euros de dettes, en dehors du prêt de 11 millions à rembourser pour la campagne de M. Sarkozy. Pour revenir à l’équilibre fin 2016, il doit rembourser 11 millions d’euros par an à quatre banques, à qui il a emprunté 55 millions d’euros en juillet 2012 pour assurer ses dépenses de fonctionnement.

Le parti totalise près de 35 millions de recettes annuelles, avec 21 millions de dotation publique et 14 millions provenant des dons et des cotisations payées par les adhérents et les élus. C’est nettement moins que lors de la précédente mandature. De 2007 à 2012, le budget annuel de l’UMP s’élevait à 54 millions d’euros.

Le Monde

Marine Le Pen/Egypte : «Il ne faudrait pas qu’en France, un jour, s’affrontent également deux projets de société» (MàJ vidéo)

Addendum 08.07.2013 : Marine Le Pen évoque la situation en Egypte et les objectifs de son parti pour l’horizon 2017.


Le Pen sur le retour de Sarkozy : un…

(Merci à Ledabe pour la vidéo)

Je pense que nous arriverons au pouvoir, au maximum dans les 10 prochaines années. Donc, peut-être en 2017. Il le faudrait. La destruction qui est imposée à la France commence à s’attaquer aux fondations.

Quelle leçon tirez-vous des événements en Égypte ?

Comme dans plusieurs pays arabes, on voit qu’il existe une fracture entre deux projets de société. L’un qui va vers la modernisation et la laïcité. Et un autre projet qui est islamique. Ils sont incompatibles, ce qui va rendre ces pays structurellement instables.

Cela devrait amener l’Europe à revoir sa copie. La démocratie ne suffit pas à résoudre la question lorsque deux projets incompatibles se heurtent. Ceci conduit à la guerre civile. Et il ne faudrait pas qu’en France, un jour, s’affrontent également deux projets de société.

En l’occurrence, c’est plutôt vous qui incarneriez un projet traditionaliste…

Oui, la culture européenne est de tradition chrétienne. C’est incontestable. Comme tout peuple, nous avons le droit de défendre cette identité, même si l’Europe essaye de nous expliquer le contraire. […]

La Provence (merci à Denfer)

07.07.2013

Marine Le Pen affirme qu’elle n’a «pas à redouter» un «éventuel retour» en politique de Nicolas Sarkozy car «la montée la plus spectaculaire du Front national s’est enclenchée pendant (son) quinquennat», dans un entretien dimanche au quotidien La Provence.

«L’UMP est en train de mourir de sa proximité idéologique avec le PS».

L’élection présidentielle de 2007 avait pourtant vu la victoire de Nicolas Sarkozy et l’une des pires performances de Jean-Marie Le Pen dans ce scrutin. Mais, cinq ans plus tard, la fille de ce dernier réalisait, elle, le meilleur score du FN dans une présidentielle (17,9%).

A la question de savoir si le Conseil constitutionnel avait pris une bonne décision, Marine Le Pen a rappelé son métier d’avocate, soulignant qu’elle n’avait pas à la juger. Elle a réaffirmé qu’un «mouvement politique ne (mourait) pas du manque d’argent». […]

Libération

A la Fête de la violette, l’UMP en pleine sarkolâtrie

Il n’en fallait pas plus pour remonter à bloc les plus fervents supporters de Nicolas Sarkozy. Deux jours après la décision du Conseil constitutionnel de rejeter les comptes de la campagne de l’ancien chef de l’Etat, plus de 1 500 militants UMP ont participé à la première Fête de la violette. Une fête champêtre organisée samedi 6 juillet en Sologne par la Droite forte, le courant le plus sarkozyste du parti.

Ici, pas besoin de faire des circonvolutions pour faire applaudir le public : à chaque fois que le nom de Nicolas Sarkozy est prononcé, le triomphe est assuré. « Nous sommes là pour lui dire notre affection, notre amitié, notre loyauté », clame le jeune Guillaume Peltier, vice-président de l’UMP et fondateur de la Droite forte.

Alors que l’ancien président de la République a décidé de s’exprimer devant le bureau politique de l’UMP, lundi, la question de son retour sur la scène politique est sur toutes les langues, à commencer par celles des militants. « Il est victime d’une chasse à l’homme. Plus il sera attaqué, plus nous le soutiendrons », lance Stéphane Tiki, délégué national des Jeunes UMP. « On tente de l’abattre. Il n’y a pas mieux pour nous motiver à le soutenir à 300% ! Et je suis sûr qu’il n’y a pas mieux aussi pour le motiver à revenir ! », estime François, « à 300% sarkozyste ».

Non loin, un retraité s’égosille à chanter le nom de Nicolas Sarkozy. « Il revient ! C’est notre sauveur ! », s’enthousiasme André, drapeau tricolore à la main et tee-shirt à l’effigie de l’ex-président sur les épaules.

« Nous avons besoin de lui. Il le sait, et c’est pour ça qu’il va revenir », juge à ses côtés Marie, une sexagénaire bien décidée à « militer à fond pour sa victoire en 2017. Il va nous libérer, vous verrez ! » Sur un stand, tasses et trousses brodées affichent pour simple texte : « Nicolas, reviens ! » Quelques minutes plus tard, Jean-François Copé fend la foule massée sous le chapiteau pour accéder à la tribune. Mais plutôt que de scander son nom, le public, lui, chante… « Nicolas ! Nicolas ! »

Proche parmi les proches, son ancien conseiller Camille Pascal lui a rapporté ces témoignages d’amitié en direct, par SMS. « Il est très touché. Surtout dans cette période un peu difficile », assure-t-il. Brice Hortefeux, qui a eu au téléphone Nicolas Sarkozy dans la matinée, tente cependant de tempérer les ardeurs militantes. « Nicolas vous écoute, il vous entend. Il est très attentif à ces gestes d’amitié, de fidélité. Mais pour l’instant, ce n’est pas son retour. Disons que c’est son retour devant sa famille politique… Mais que ce n’est pas son retour dans la vie politique, se reprend-il. Je prends toutes les précautions… »[...]

France Tv Info

Le Conseil constitutionnel rejette le compte de campagne présidentielle 2012 de Sarkozy (qui en démissionne) màj

18h21 : L’ex-président de la République Nicolas Sarkozy annonce à l’AFP qu’il démissionne « immédiatement » du Conseil constitutionnel.

Le Figaro

_________________________

16h06 : Le montant des dépenses électorales du candidat UMP pour la présidentielle de 2012 était bel et bien trop élevé, selon le Conseil constitutionnel, qui confirme l’invalidation des comptes de campagne.

Le Conseil constitutionnel a confirmé jeudi le rejet du compte de la campagne présidentielle 2012 de Nicolas Sarkozy, une décision qui prive l’ex-candidat UMP du remboursement par l’Etat de quelque dix millions d’euros de frais de campagne.
Dans un communiqué, le Conseil constitutionnel a jugé que :

c’est à bon droit que la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques a rejeté le compte de campagne de M. Sarkozy – le 19 décembre 2012.

Il a déclaré que le montant des dépenses électorales du candidat UMP « excéd(ait) de 466.118 euros, soit 2,1%, le plafond autorisé ».

BFMTV

Ce sont donc 11 millions d’euros qui ne seront pas versés à l’UMP au titre du remboursement, pour moitié, des frais de campagne du candidat Sarkozy.

11 millions d’euros, c’est un tiers du budget annuel du parti, déjà mis à la peine par ses défaites aux élections législatives et les sanctions financières pour non respect de la parité (environ 4 millions d’euros, selon la maire du XVIIe arrondissement de Paris, Brigitte Kuster). [...]

Libération

2017 : Sarkozy et Fillon rejetés par 60% des Français

Nicolas Sarkozy et François Fillon sont tous deux rejetés par six Français sur dix pour la présidentielle de 2017, selon un sondage IFOP publié par le Journal du Dimanche. Parmi l’ensemble des Français, 40% souhaitent que «Nicolas Sarkozy soit candidat à la prochaine élection présidentielle», contre 60% qui ne le souhaitent pas. Pour François Fillon, les chiffres sont très proches: 38% contre 62%.

François Fillon ne l’emporte, à 47% contre 44% à son rival, que pour «l’honnêteté».

En revanche, l’ancien président est plebiscité par les sympathisants de l’UMP : ils sont 87% à souhaiter sa candidature contre 13% d’un avis contraire, tandis que 46% sont favorables à celle de l’ancien Premier ministre, contre 54% qui ne le sont pas. Un consensus se dégage pour pronostiquer que l’un et l’autre seront candidats : 61% des Français et 75% des sympathisants UMP le pensent pour Nicolas Sarkozy, et respectivement 74% et 80% pour François Fillon. […]

Le Parisien (Merci à Charly)

Qatar : Sarkozy félicité pour son « audace » par Hollande

En déplacement à Doha, François Hollande a salué la « grande audace » de Nicolas Sarkozy vis-à-vis du Qatar.

Longtemps, le climat n’a pas été au beau fixe entre les deux hommes. Et voici qu’à Doha (Qatar), François Hollande a salué l’action de Nicolas SarkozyEn visite, le chef de l’Etat s’est réjoui « des excellentes relations » de la France avec le Qatar depuis l’indépendance de l’émirat en 1971.

« Tous les présidents successifs en France y ont veillé avec leur tempérament, leur façon de faire, mais pour nous c’est une constante de l’action politique extérieure. Nous savons où sont nos amis« , a assuré François Hollande, évoquant « une estime réciproque, une compréhension » entre les deux pays. (…)

RTL

Un député de gauche : «On fait du Sarkozy, en pire »

Député radical de gauche du Calvados, Alain Tourret, 65 ans, a piqué un coup de colère mercredi en commission des lois contre les cadences de travail imposées à l’Assemblée. Cet avocat, spécialiste du droit du travail, s’explique.

Comme avocat, spécialiste du droit du travail, j’ai souvent plaidé contre des employeurs pour «harcèlement» ou «mise en danger de la vie d’autrui». À l’Assemblée, le harcèlement ne tiendrait pas: nous ne sommes pas les salariés du président Bartolone.

Vous avez dénoncé mercredi «les conditions de travail insupportables» des députés. Pourquoi ce coup de gueule ?

Nous travaillons à un rythme effréné et, donc, mal. J’ai calculé: au moment des débats sur le Mariage pour tous, en février, j’ai siégé 250 heures dans l’hémicycle! Et cela ne va pas s’arranger. Ce ne sont pas moins de vingt-cinq textes qui arrivent pour la session spéciale de juillet. […]

Vos critiques ne tombent-elles pas mal quand dix de vos collègues affirment cette semaine vouloir «abolir leur privilèges» ?

On peut toujours sortir n’importe quelle connerie populiste! On trouvera toujours plus malheureux que nous. Il y en a qui cassent du caillou. Nous, on est là pour être à l’Assemblée et dans nos circonscriptions. Là, on produit des textes à la hache, à la serpe, à la faux, comme je l’ai dit à mes collègues. Il faut aussi savoir que la moyenne d’âge des députés se situe autour de 50-52 ans, elle est plus élevée que dans l’entreprise.

La qualité du travail législatif se dégrade ?

Par la force des choses. Actuellement, beaucoup de textes passent par la voie de l’urgence. Il devient quasiment impossible de les réécrire, de discuter du fond. Cela devient très manichéen: «Vous êtes pour? Vous êtes contre?». Nous produisons sans réfléchir. On fait du Sarkozy, en pire. Cela aura forcément des conséquences. […]

Le Figaro

Jamel Debbouze : « c’est la 1ère fois qu’on nous invite à l’Elysée, avec tout l’honneur qui nous est dû » (màj)

Addendum 14/06/13

Jamel Debbouze est revenu au micro du Petit Journal sur la plaisanterie qu’il a fait à l’occasion d’une visite à l’Elysée. Il avait déclaré à François Hollande que la France, «c’est mieux qu’avec [son] prédécesseur Joe Dalton». [...]


Le Figaro

_______________________________

Addendum 13/06/2013

Dimanche 24 février, avant le début du match de football PSG-OM, le spectacle n’était pas sur la pelouse mais dans les tribunes du Parc des Princes où l’ancien chef de l’État et un très célèbre humoriste ont été immortalisé par un photographe.

 Le Lab Europe1

_____________________________________

12/06/2013

A l’Elysée pour la remise du prix de l’Audace créatrice mercredi, Jamel Debbouze a fait le show devant François Hollande.

La France, c’est quand même mieux sous votre présidence que sous votre prédécesseur Joe Dalton, qui était quand même un peu énervé – Debbouze

Je suis très impressionné par l’Elysée : Pompidou, De Gaulle, tout ça - Debbouze

LCI / Europe1
(Merci à JeanBart)

A Londres, Sarkozy conférencier pour Goldman Sachs

C’est une intervention qui fait jaser. Nicolas Sarkozy, accompagné de son ancien ministre de l’Economie et des Finances François Baroin, a donné une conférence devant des représentants de la banque d’affaires américaine Goldman Sachs, ce lundi en fin de journée à Londres. Le thème de son discours, qui n’était pas ouvert à la presse, n’a pas été dévoilé.

(…) le parisien

Sarkozy très applaudi en Israël (vidéo)

Devant plusieurs centaines de personnes, l’ancien président a abordé les grands problèmes internationaux et surtout ceux qui touchent de près l’Etat d’Israël.

Cette visite est « l’occasion de réaffirmer mon amitié pour Israël et ma fraternité avec le peuple juif, que je revendique comme un honneur, » a affirmé M. Sarkozy.

L’ancien chef de l’Etat sera reçu jeudi 23 mai par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, après l’avoir été par le président Shimon Peres.

FranceTVInfo

Claude Guéant aurait aussi reçu un virement « suspect » en provenance de Jordanie

Claude Guéant ne répond plus. Pris dans la tourmente des révélations du Canard enchaîné concernant des mouvements de fonds sur ses comptes, l’ancien ministre de l’Intérieur a choisi de ne plus s’exprimer. Et de ne plus se perdre dans des déclarations maladroites mettant en péril sa défense. Il réserve désormais ses explications aux juges d’instruction Serge Tournaire et René Grouman. Elles risquent d’être longues, au regard du résultat des perquisitions effectuées, le 27 février, au domicile et au cabinet d’avocats de l’ex-ministre.
[...]
L’Express est en mesure d’indiquer qu’un autre virement suspect a été découvert à la même occasion. Il s’agit cette fois d’une somme de 25 000 euros versée depuis la Jordanie, à l’origine inexpliquée. L’attention des juges est également retenue par des factures payées en liquide à partir de 2002. Le volume de celles-ci augmente singulièrement entre 2007 et 2009. Dès la perquisition, Claude Guéant fait référence à des primes de cabinet. Celles-ci ayant vu leur régime modifié depuis le début de 2002, l’explication laisse les enquêteurs sceptiques. Pourtant, c’est celle que réitérera l’ex-secrétaire général de l’Elysée lors de ses nombreuses interventions médiatiques. Chaque fois, il prend soin de préciser qu’en tout état de cause ces sommes n’ont rien à voir avec la Libye et un éventuel financement politique.

Pourtant, l’examen du portable de Claude Guéant permet la découverte de numéros répertoriés en lien direct avec la Libye. Y figure celui de Moussa Koussa, chef des services de renseignement du colonel Kadhafi, aujourd’hui réfugié au Qatar. On y trouve aussi « Zyad », le prénom de Takieddine, et le patronyme de Djouhri. Ce dernier, proche de Guéant depuis 2006, a eu plusieurs conversations avec lui peu de temps avant la perquisition. Enfin, quelques mots manuscrits se réfèrent à plusieurs rendez-vous avec Zyad Takieddine et Alexandre Djouhri, toutefois sans précision de date.
L’Express

Sarkozy : «Je vais peut-être être obligé de revenir»

Nicolas Sarkozy, qui part demain pour Las Vegas où il donnera une conférence, penserait de plus en plus à son retour en politique, rapporte Le Parisien aujourd’hui.

La situation actuelle l’inquiète : «La société est très fragile, il suffit d’une allumette», estimant que «ça peut exploser».

«Le pouvoir socialiste est en train de s’effondrer sur lui-même. Je suis extrêmement inquiet» a confié l’ancien président à ses proches. Il se soucie ainsi des «1500 chômeurs de plus par jour» et juge François Hollande «vraiment nul». Il critique notamment son «manque d’autorité». «Quand le chef ne donne pas le cap, il ne faut pas s’étonner… », aurait-il lancé au sujet de l’opposition entre Arnaud Montebourg et le premier ministre Jean-Marc Ayrault.

Il n’écarterait donc pas un retour à la politique, «je vais peut-être être obligé de revenir», constatant des sondages en sa faveur. Il assure n’avoir «rien à se reprocher» dans l’affaire Bettencourt.

Le Figaro