Nîmes : Des parents d’élèves se mobilisent pour une famille tchétchène sans-abri

Des parents d’élèves se sont mobilisés mardi 8 avril, à Nîmes (Gard) devant l’école primaire Marguerite-Long pour soutenir une famille tchétchène qui s’est retrouvée dans la rue.

«Les enseignants nous ont informés qu’une famille tchétchène de quatre enfants, dont deux sont scolarisés ici, se retrouvait à la rue. Depuis, nous avons récolté des fonds afin de leur payer quelques nuits d’hôtels», raconte inquiète Amel Samari, parent d’élève. «Mais c’est une solution d’urgence. Chacun se renvoie la balle, entre le 115 et le conseil général. Il n’est pas acceptable qu’en France, des enfants dorment dans la rue.»

C’est en entendant parler de la mobilisation de l’école Léo-Rousson, la semaine dernière, contre l’expulsion de trois familles étrangères que la famille est sortie de son silence et a alerté les enseignants. «Tout le quartier s’est mobilisé financièrement alors que nous sommes dans un quartier avec une population très modeste. Mais aujourd’hui nous sommes sur le qui-vive», s’inquiète Mohamed Samari, parent d’élève.

Midi Libre

Réquisition de logements de Cécile Duflot : Un bilan «peu convaincant

La ministre du Logement Cécile Duflot tire un bilan peu convaincant des réquisitions de logements et de bureaux vides pour remédier à la pénurie immobilière.

Il reste que ce dispositif a effrayé les institutionnels (Axa, Allianz…) propriétaires de grands parcs immobiliers. Et ne leur a pas donné envie d’investir dans le logement.

Fin octobre 2012, Cécile Duflot, la ministre du Logement, avait évoqué la possibilité de procéder à des réquisitions de logements et de bureaux vides. Un instrument efficace, selon elle, pour lutter contre la pénurie de logements. Six mois plus tard, le premier bilan qu’elle tire de cette action n’est pas convaincant. (…)

Le Figaro

80 à 95% des chambres d’hôtels réquisitionnées pour les SDF sont destinées aux immigrés clandestins (MàJ vidéo)

Addendum 23/01 : Hébergement d’urgence à Metz :

« Lundi soir, sur 1 430 personnes hébergées, nous n’avions que 65 personnes de nationalité française, soit 4,5 % du public. »
Le Républicain lorrain

Addendum 21/01 : Maraude à Belfort : Hugo, Romuald, Alexandre… Le Pays

Autre maraude : Marcel, Jacques, Romuald…

Dunkerque : Vanessa et Marcel…

Lire la suite

Aux Etats-Unis, 38 % d’enfants sans-abri en plus en quatre ans

Le nombre d’enfants considérés comme sans-abri aux Etats-Unis a augmenté de 38 % en quatre ans, pour atteindre 1,6 million en 2010. Selon le rapport du Centre national pour les familles sans-abri, qui appelle « à agir » au plus vite contre ce fléau, ce chiffre touche aujourd’hui un enfant sur 45.

Lire la suite…

Une centaine de « sans-abri » évacués à Paris : « Il faut logement » (vidéo)

La police a évacué dans la nuit de jeudi à vendredi une centaine de sans-abri qui dormaient dans la rue de la Banque, dans le 2e arrondissement de Paris. (BFMTV, i>Télé, AFP)


Des sans-abri évacués à Paris par BFMTV

http://www.dailymotion.com/video/xkd8xt

Interview d’une militante du DAL (AFP)

Image de prévisualisation YouTube

Draveil (91) : Nicolas, un jeune sans abri en grève de la faim pour obtenir un logement

Nicolas Lemaistre, un «jeune homme blond» (d’après Le Figaro) de 21 ans, sans abri, qui cumule depuis cinq ans contrats en CDD et en intérim au marché de Rungis (Val-de-Marne), s’est enchaîné hier devant la mairie de Draveil (Essonne) et a entamé une grève de la faim pour demander un logement, a constaté une journaliste de l’AFP.

Quand je partirai d’ici, c’est les pompiers qui m’emmèneront à l’hôpital.

Posée sur le trottoir, devant la mairie, une tente verte accueille la nuit, depuis lundi soir, cet homme, Nicolas Lemaistre explique qu’il est à la rue depuis six mois, confirmant une information du Parisien.fr.

Il compte ainsi interpeller la municipalité, dirigée par l’ancien secrétaire d’Etat à la fonction publique Georges Tron. «Donnez-moi un logement ou je reste ici», indique une pancarte accrochée au-dessus du campement, tandis que ses amis et soutiens se relaient autour de lui. «Hier matin, j’ai téléphoné aux assistantes sociales. Elles m’ont dit de contacter le (numéro d’urgence, ndlr) 115», explique M. Lemaistre, qui précise que le recours aux services sociaux était sa «dernière solution».

La nuit, pour s’allonger dans la tente, il s’enchaîne les pieds à un poteau doté d’un panneau interdisant le stationnement «sauf services médicaux».

Le Figaro

Lyon : Sans-abri, colère devant le gymnase

Une douzaine de militants d’associations de défense des droits des sans-abri se sont donnés rendez-vous, tôt ce lundi matin, devant le gymnase Gabriel Rosset (Lyon 7e.) pour protester contre la fermeture du gymnase qui hébergeait des sans-domicile-fixe depuis dix jours.

Ils dénoncent le fait que les familles vont devoir une nouvelle fois déménager vers un nouveau lieu d’hébergement, le gymnase Clémenceau, situé rue de l’Université (Lyon 7e.), quelques jours seulement après avoir été transférées du gymnase Bellecombe (Lyon 6e.) vers le gymnase Gabriel Rosset. Seules celles qui ont pu effectuer une demande au 115 seront relogées.[...]

Lyon Capitale

Moussa, réfugié politique et représentant de la France à la coupe du monde des sans-abri de Rio

Moussa Camara, un réfugié politique débarqué à Laval (Mayenne) en 2007, a été sélectionné pour représenter la France au Brésil. La plage de Copacabana à Rio reçoit plus de cinquante nations du 18 au 26 septembre pour la coupe du monde de football des sans-abri. Mais pour aller à Rio il faut des papiers. C’est désormais chose faite avec l’aide du Secours catholique. Après avoir décroché un CDD en Vendée, un titre de séjour lui a été attribué fin août.

D’aussi loin qu’il se souvienne, Moussa a toujours tapé dans un ballon, pieds nus sur les plages avec ses copains guinéens, ou en crampons sur les stades de Conakry. Il faut insister pour qu’il dise qu’il jouait milieu offensif dans une équipe de deuxième division nationale en 2006. «J’ai joué le championnat et la coupe nationale.»

Le garçon a connu trop de galères pour faire le fier tout d’un coup. Il suivait une formation de mécanique, après un bac général, quand il a dû quitter la Guinée mouvementée. Le réfugié politique reste secret sur les difficultés qui l’ont conduit à partir. Sa mère a payé un passeur et il a débarqué à Paris un 22 novembre 2007. «J’avais un peu la trouille quand je suis passé aux contrôles à l’aéroport, mais ça a été.»

À Paris, il est hébergé chez une connaissance qui lui conseille Laval, où vit une communauté guinéenne. « À la gare, j’ai vu un Africain. Je l’ai abordé et je lui ai expliqué ma situation. C’était un Guinéen, il m’a hébergé une nuit puis m’a conduit à France-Terre d’Asile. »

L’association engage les démarches. Le jeune homme est hébergé au foyer Revivre de Laval. Chaque mois, il reçoit 300 € de l’État. Moussa est un sans-papiers qui attend ses papiers, qui ne peut pas travailler. (…)

Suite sur Ouest-France

États-Unis : le flot des saisies n’est pas endigué

Alors que ses précédentes mesures n’avaient pas prouvé leur efficacité, Barack Obama a présenté vendredi 26 mars 2010 un plan visant à enrayer les saisies de logement : 14 milliards de dollars supplémentaires pour permettre aux emprunteurs en difficulté de refinancer leurs prêts et prévenir les défauts de paiement.

Dès 2007, avant la crise, beaucoup des emprunteurs les plus pauvres étaient déjà dans l’impossibilité de rembourser les crédits subprime qu’ils avaient contractés, perdant du coup leurs logements. Mais aujourd’hui, ces difficultés touchent beaucoup plus largement les Américains, surtout depuis que le chômage a monté en flèche.

Tant que la situation continuera de se dégrader sur ce plan, il sera difficile de faire repartir vraiment la machine économique outre-Atlantique, dans un pays où 70% des gens sont propriétaires de leur logement (contre 57% en France), au prix le plus souvent d’un lourd endettement.

L’administration Obama a déjà pris un certain nombre de mesures, mais celles-ci se sont révélées jusqu’à présent insuffisantes. Explications.

Suite et commentaires sur Fortune

Clodogame : un jeu vidéo condamné par le Ministre du Logement

Un jeu vidéo en ligne mettant en scène des SDF provoque l’indignation des pouvoirs publics et des associations d’aide aux sans-abri.

Clodogame  est la déclinaison française de Pennergame, un jeu allemand créé il y a deux ans. Ce jeu, gratuit, est disponible sur internet depuis la fin du mois de juillet. Concept : « Deviens le clochard le plus talentueux de Paris et installe-toi à Versailles ! » Une adresse mail et un mot de passe suffisent pour créer son avatar.

Au début du jeu, votre SDF est « de mauvaise humeur et agressif », son niveau de propreté est à 0%, et il n’a que 10 euros en poche. Mais sa cagnotte peut vite monter en réalisant des « actions« . Au choix: « récolter des tickets de métro », « voler une machine à bonbons » ou « braquer la sandwicherie ambulante« . Le SDF peut aussi rejoindre une bande et participer à des « combats« …

Les associations d’aide aux sans-logis, pointant du doigt une exploitation malsaine de la souffrance des SDF, n’ont pas manqué de faire connaître leur indignation face à cette initiative. Les pouvoirs publics sont à leur tour montés au créneau. Le ministre du Logement a « condamné avec force les créateurs de jeux qui utilisent la souffrance humaine pour se faire un coup de pub« . « Tous les clichés les plus sordides Lire la suite