Saint-Priest (69). coup de feu et braquage dans le centre commercial

[...] Le braquage s’est produit aux environs de 11h ce lundi matin. Deux hommes encagoulés et armés ont fait irruption dans le commerce « L’atelier du diamant ».

Ils ont ensuite cassé des vitres avant de s’emparer de plusieurs dizaines de bijoux. Le montant exact du butin n’est pour l’instant pas connu.

Un coup de feu a été tiré au moment des faits. Aucun blessé n’est à déplorer mais les pompiers sont tout de même intervenus sur place pour rassurer les personnes choquées. [...]

Lyon Mag
(Merci à Alpine)

Saint-Priest : nourrice poursuivie pour maltraitance

Une assistante maternelle de Saint-Priest en banlieue de Lyon, soupçonnée d’avoir maltraité un bébé de six mois, a été mise en examen hier pour violences, a-t-on appris aujourd’hui de source policière.

La mère avait eu des doutes en septembre, au début de la garde de son fils, lorsqu’elle avait vu des bleus sur ses cuisses et ses bras. L’assistante maternelle, âgée de 47 ans, avait avancé que le bébé avait dû se heurter à des jouets. [...]

L’enfant avait pu être forcé violemment à manger. Ses parents ont congédié la nourrice et alerté la Protection maternelle et infantile (PMI), qui délivre leur agrément aux assistantes maternelles et les suit.

Quelques semaines plus tard, ils recevaient une convocation aux prud’hommes, la nourrice les ayant assignés pour non-paiement des indemnités de licenciement. Les parents ont alors déposé plainte fin novembre pour les faits présumés de maltraitance sur leur fils. [...]

La nourrice a été interpellée mercredi et placée en garde à vue. A son issue, elle a été mise en examen pour « violences volontaires sur mineur de 15 ans par personne ayant autorité » et laissée libre.

Le Figaro

Saint-Priest ( 69): Une prof de lycée victime d’antisémitisme

Tout commence par le témoignage, il y a quelques semaines, d’une enseignante, professeur contractuelle d’histoire-géographie au lycée Condorcet de Saint-Priest. En voie de conversion au judaïsme, elle fréquente assidûment la Grande synagogue du quai Tilsitt à Lyon. C’est alors qu’elle se confie au Grand Rabbin, Richard Wertenschlag, sur des attaques à caractère antisémite qu’elle dit avoir subies dans le cadre de son travail.

Quelques jours auparavant, elle aurait été victime des sarcasmes de ses élèves, au lendemain de Yom Kippour, fête religieuse juive pour laquelle elle avait obtenu un jour de congé le 26 septembre. « On ne veut pas d’une juive comme professeur dans notre classe« , auraient lancé les lycéens. Plus tard, le 3 octobre, à l’occasion d’une manifestation (supposée) pro-palestinienne devant le lycée, trois individus pénètrent dans sa classe et perturbent le cours – ils sont évacués avec l’aide d’autres enseignants et de la proviseure. Quelques jours plus tard, nouvel accrochage en classe lors d’un cours sur la naissance de l’Etat israélien : les élèves auraient dénoncé avec fougue « l’impérialisme juif » en Palestine, et auraient refusé d’admettre le droit à l’existence d’Israël, pays « voleur de terre« .[...]

Interrogés, les services du rectorat livrent une version des faits bien différente : si elle ne nie pas la succession d’incidents au lycée, l’institution a répondu, nous dit-on, « de manière adéquate » aux inquiétudes de l’enseignante. Pour preuve, la plainte déposée après l’affaire d’intrusion – les jeunes délinquants ont été identifiés, et l’un d’eux jugé. D’autre part, « il n’y a pas eu de rappel à l’ordre, mais des conseils prodigués » : suite aux accrochages entre la prof et ses élèves, l’inspectrice a convoqué l’ensemble des enseignants d’histoire-géo du lycée, « afin de ne pas stigmatiser l’intéressée« . S’en est suivi un briefing collectif sur la manière d’aborder les relations israélo-palestiniennes en classe.[...]

Lyon Mag

 

Saint-Priest (69) Le car-jacking de trop du récidiviste

Il a été présenté dans la foulée de son interpellation devant le tribunal des comparutions immédiates, c’est finalement aux assises qu’il sera jugé à partir d’aujourd’hui pour tentative de vol avec arme.

Hedi El Ksouri, 37 ans, a fini par lasser la justice. Spécialiste du vol de voitures et parfois avec violence, il avait été condamné par la cour d’appel de Lyon en 2006 à 6 ans de prison et se trouvait au moment de ces nouveaux faits sous le régime de la liberté conditionnelle.

En cette fin de journée du 14 janvier, une jeune téléconseillère fumait sur le parking de sa société, cours du troisième millénaire, à Saint-Priest, lorsqu’elle a vu surgir un homme encagoulé et porteur d’une arme lui enjoindre de lui remettre les clefs de sa vieille Ford Focus. Le vol était il le seul mobile ? La victime en doute, elle qui a été traînée derrière une haie de sapins au moment où heureusement une voiture passait par là mettant l’agresseur en fuite. Confondu,

El Ksouri a reconnu grosso modo les faits de tentative de vol et déclaré avoir agi sous la pression de « cochon » et « Pitbull », deux gitans auprès desquels il aurait été en dette.Les deux commanditaires supposés n’ont jamais été identifiés…

Agent de propreté et adulte handicapé, il est depuis son arrestation en détention provisoire.

Le Progrès

Saint Priest (69). Une école visée par un incendie volontaire

Le groupe scolaire Jules Ferry à St Priest a été la cible d’un incendie volontaire lundi après-midi. Un ou plusieurs individus ont mis le feu à des copies, sur le bureau d’un enseignant. Les murs ont été noircis par la fumée, et quatre classes sont désormais inutilisables. 160 élèves ont dû être évacués par les pompiers. L’enquête se poursuit pour identifier les auteurs de l’incendie.

M Lyon.fr

(Merci à Amidala)

Rhône (69) Interpellations houleuses pour Nasreddine et Yannis

Les refus de se soumettre à un contrôle de police se finissent toujours mal pour leurs auteurs. Surtout quand ils sont très déterminés à y échapper.

Vendredi après-midi, un automobiliste qui allait chercher ses enfants à l’école à l’heure du goûter, a pris des risques insensés pour échapper à un contrôle : six feux grillés à vive allure, circulation sur le trottoir et rond-point à contresens. [...] Hier, Nasreddine Ramou a souhaité disposer d’un délai, lors de l’audience des comparutions immédiates, pour préparer sa défense.[...]

C’est aussi vendredi que Yannis Gaid, 18 ans, a réagi, en dépit du bon sens, lorsqu’une patrouille le surprend, à 1 h 40, sans casque sur un scooter. Plutôt que de faire profil bas, le jeune homme a eu une réaction épidermique.

Des insultes, dont certaines très désagréables pour un policier de couleur, des menaces, puis des coups. Comme pour le chauffeur de la patrouille qui a pris un coup de pied dans la tête pendant le trajet jusqu’à l’hôtel de police.[...]

Le Progrès
Merci à Firewall2/Gnoc Beaujolais

Saint-Priest : un cambrioleur récidiviste arrêté au volant d’une Audi volée lors d’un home-jacking

Mardi vers 5 heures du matin à Saint-Priest, la BAC a remarqué une Audi A6, conduite par un jeune homme qui, en voyant la police, a fait brusquement demi-tour. Mais il n’est pas allé très loin, car il a perdu le contrôle de l’Audi et percuté un mur, rue du Grisard. Ce garçon de 19 ans, déjà connu pour des cambriolages a été interpellé et placé en garde à vue. L’Audi qu’il conduisait avait été volée 45 minutes plus tôt dans la propriété d’un chef d’entreprise de Grenay. Pendant le sommeil des occupants de la maison, un intrus est entré par effraction et a dérobé les clés de la voiture, qui se trouvaient dans la poche d’une veste, ainsi que 700 euros en espèces.

Le jeune homme a nié les faits, affirmant que l’Audi lui avait été prêtée par un ami dont il ignore le nom. Lors de sa fouille, les enquêteurs ont trouvé une clé de contact. Elle correspondait à une Golf, garée à 100 mètres de la maison de Grenay et qui provenait d’un autre home-jacking, commis dans la nuit de samedi à dimanche, rue Théophile-Gautier à Meyzieu. Le jeune homme arrêté à Saint-Priest a nié les faits et une information judiciaire a été ouverte.

le Progrès

(merci à Eisbär)

Saint-Priest : deux adolescents récidivistes arrêtés après un cambriolage à bord d’une voiture volée

Deux garçons de 17 ans, dont l’un a été impliqué l’an dernier dans une série de vingt cambriolages, ont été interpellés mardi matin vers 4 heures à Saint-Priest, dans le quartier Bel-Air. Ils se trouvaient à bord d’une Saxo, dont le signalement correspondait à celui d’une voiture repérée quelques minutes plus tôt sur les lieux d’un vol par effraction. Un restaurant de la place de Manissieux venait en effet d’être cambriolé et, dans la voiture des jeunes gens, les policiers ont trouvé de l’outillage ainsi qu’un verre rempli de monnaie, ainsi qu’une petite clé ouvrant le tiroir-caisse du restaurant, déjà cambriolé le 10 mai à 4 heures 15. Les jeunes gens, dont des empreintes ont relevé sur une vitre extérieure, nient les faits. L’enquête est en cours.

Le Progrès

(merci à Eisbär)

En banlieue lyonnaise, le vote FN se banalise

André Pozzi, candidat du Front national à Saint-Priest (Rhône), 40 000 habitants, a recueilli 32,3 % des voix. Dix points de plus que le score réalisé par son parti lors des élections cantonales de 2004. Dans cette commune ouvrière ancrée à gauche, les habitants reconnaissent un glissement en faveur des idées du Front national. Les langues se délient.

«À ce niveau, le FN devient un parti comme un autre, inutile de le caricaturer, mieux vaut essayer de le comprendre», réagit Mariette, retraitée de l’enseignement, qui donnera dimanche 27 mars sa voix à la candidate socialiste, arrivée en seconde position avec 26,1 % des suffrages, loin devant la représentante UMP (13,8 %).

Petit bout de femme portant son cabas à bout de bras, Colette, «militante de gauche», a beau clamer que «cette poussée de fièvre lui fait honte», elle dit elle aussi «comprendre» la progression des idées du Front national. D’ailleurs, les électeurs du parti d’extrême droite ne cachent plus systématiquement leur choix. C’est le cas de Nadine, 49 ans. Elle qui a «toujours voté» n’a pas manqué de le faire dimanche. «Pour le Front national.»

Un vote «de protestation», commence-t-elle par se défendre. Avant de concéder que «la colère» de son premier vote FN, en 2002, s’est muée en une «adhésion» à des «valeurs». Lesquelles ? «Le respect et la nation.» Mais ce sont bien les thématiques de l’insécurité et de l’immigration qui ont motivé son choix, un choix qu’elle est prête à défendre. «Des tabous sont tombés, il est plus facile d’en parler qu’il y a dix ans, poursuit-elle. Les médias et les hommes politiques ne masquent plus les vrais débats de société. Et Marine Le Pen est invitée à la télé. Cela délie les langues.» […]

Mohamed, un jeune Algérien, titulaire d’une carte de résident de dix ans, n’est pas surpris de ce vote : «Le matin, quand tu te réveilles et que ta voiture a brûlé, tu ne te demandes pas si tu es d’origine étrangère ou non avant de t’énerver, poursuit-il. Ici, l’insécurité et les incivilités concernent tout le monde. Et les gens qui profitent du système, personne n’aime. Vous n’imaginez pas le nombre de Maghrébins qui votent Front national. Et de plus en plus. Mais ils n’en parleront jamais autour d’eux.»

La Croix

Saint-Priest (69): tué d’un coup de couteau sur le parking d’un McDonald’s (M-a-J )

Trois employés du magasin Xprice de Mions se sont retrouvés dans la nuit de jeudi à vendredi à la suite d’un différend d’ordre professionnel. L’un d’eux est mort. Deux versions s’opposent.On ne saura peut-être jamais ce qu’il s’est passé dans la nuit de jeudi à vendredi sur le parking du McDonald’s, situé route d’Heyrieux à Saint-Priest.

Vers 1 heure, Julien Lear, San-priot de 22 ans, a succombé à une blessure mortelle au thorax par arme blanche. A ses côtés, les policiers ont trouvé Saïdi, son collègue, les mains ensanglantées après avoir tenté de lui porter secours. Lakhdar, l’auteur présumé du coup de couteau, avait quitté les lieux pour se rendre de lui-même au commissariat de Saint-Priest.Julien et Saïdi s’étaient rendus à bord d’une Smart sur le parking du fast-food pour rencontrer cet autre employé du magasin Xprice, spécialisé dans les produits discount, à Mions.[...]

Le Progrès

(merci à Alpine)

Saint-Priest (69) : Coup de couteau mortel au McDonald’s

Un jeune de 22 ans a été poignardé cette nuit sur le parking d’un restaurant McDonald’s de la route d’Heyrieux à Saint-Priest. Deux personnes présentes sur les lieux sont entendues par les policiers.Trois personnes employées dans la même entreprise, se sont retrouvées, cette nuit sur le parking du restaurant McDonald’s situé route d’Heyrieux à Saint-Priest, vraisemblablement pour régler un différend.

La victime a reçu un coup de couteau et est décédée sur place.Un des protagonistes s’est présenté au commissariat, le deuxième a été interpellé sur les lieux pour être auditionné.Une enquête est en cours pour déterminer les causes exactes du drame.

le progrès

(merci à kaos)