À Vierzon, la vente de l’église Saint-Eloi continue de susciter des tensions

La vente de l’église Saint-Éloi, au clocher bétonné et austère, située sur les hauteurs de Vierzon (Cher), est en train de virer à l’imbroglio. En octobre dernier, quelques semaines après sa mise en vente par le diocèse de Bourges, qui cherchait à réduire les charges de la paroisse et à renflouer ses caisses, une association musulmane, à la recherche d’un local approprié, s’était mise sur les rangs pour créer un lieu de prière.

Le P. Alain Krauth, curé de la paroisse, se disait, à l’époque, ouvert à cette hypothèse permettant « à des musulmans modérés de pouvoir célébrer dignement leur foi, dans le respect de la laïcité française et dans des relations courtoises avec la communauté catholique ».

Cet avis n’était pas partagé par tous. Début décembre, la confrérie Saint-Éloi de Paris, présidée par Olivier Bidou, s’est portée acquéreuse. Sans argent, elle avait obtenu un délai de six mois pour réunir les 170 000 € demandés par le diocèse. Olivier Bidou a aussitôt lancé sur le Net un appel aux dons employant des mots sans équivoque :

« Non pour une mosquée, participez à ce sauvetage, Chrétiens levez-vous (…) pour (…) sauver cette église. »

Ce courriel au slogan accrocheur aurait, selon lui, été adressé à « un million de personnes », dont les recteurs d’académie de la région et certains directeurs d’écoles. « Je ne vous dirai pas quelle somme nous avons recueillie, mais nous sommes sur le rythme de croisière que nous nous étions fixé », indique-t-il.

(…) Le maire de Vierzon, Nicolas Sansu, n’entend pas se laisser « berner » par ces discours aux relents islamophobes « évidents », selon lui. Il somme donc le diocèse de trouver un autre acheteur. « Nous ne voulons pas d’extrémistes qui mettent à mal notre cohésion sociale », tance-t-il.

Les freins administratifs, financiers et juridiques ne dissuaderont pas le jeune député et maire communiste de 44 ans, qui se réserve clairement la possibilité de faire valoir le droit de préemption de la commune pour empêcher la transaction et a d’ores et déjà « des projets en tête pour utiliser ce bâtiment ».

(…) La Croix

Vierzon (18) : L’église mise en vente pourrait devenir une mosquée (Màj)

18/10/12 Addendum

Le mouvement « Maison commune » créé il y a dix-huit mois par un industriel vendômois Laurent Ozon ancien proche de Marine Le Pen part en croisade… pour racheter l’église Saint-Éloi de Vierzon.

Une église sans paroissien que le diocèse a mis en vente pour 170.000 € et qui intéresserait la communauté musulmane. Pour Laurent Ozon, « il est impensable de substituer une religion à une autre… A cette idée dangereuse, nous préférons imaginer un espace de vie ouvert à des associations qui partagent nos projets de relocalisation de l’économie comme les Amap ou encore des associations ayant trait au patrimoine, à l’environnement actuellement sans lieu de réunion… En quatre jours sur Internet, notre fonds de souscription a déjà collecté 16.000 € de promesses de dons… »

La Nouvelle République

09/10/12

L’église Saint-Éloi, dans le quartier de Puits-Berteau, est mise en vente au prix de 170.000 euros. Elle peut facilement s’adapter à d’autres activités.

 La décision n’a pas été facile mais après un an de réflexion et de consultation des paroissiens, le diocèse met en vente une des cinq églises qu’il possède, sur les six de la paroisse vierzonnaise. [...]

Saint-Éloi est le lieu de culte le moins utilisé, situé dans un quartier qui a vécu de grands bouleversements démographiques. La baisse de population et l’évolution des pratiques religieuses ont signé la mort de l’église baptisée du nom du patron des métallos. « Dans les années cinquante et soixante, c’était pertinent de construire une église ici », précise le père Krauth.

Des contacts ont été pris avec de potentiels acheteurs : « Ce lieu peut facilement être adapté à d’autres activités, pour des entreprises et des artisans mais aussi des particuliers. Nous savons également que des associations recherchent une salle pour des obsèques civiles. »

Saint-Éloi pourrait aussi devenir une mosquée, l’Association des Marocains s’étant manifestée.

La ville disposant déjà de nombreux bâtiments communaux ne serait en revanche pas intéressée.

leberry.fr

Paroisse Saint-Eloi à Bordeaux : les « tradis » qui font toujours débat chez les catholiques

« Un décalage abyssal avec notre siècle »… Chrétiens sans frontières écrit au cardinal Ricard à propos de Saint-Éloi, le refuge bordelais des traditionnalistes.

«Alors que nous nous apprêtons à fêter un anniversaire qui nous tient à cœur, Vatican II, qu’un synode des évêques est annoncé courant 2012, serait-il question d’ouvrir les portes des lefebvristes dont on connaît les objectifs ? » Huit membres du collectif Chrétiens sans frontières Gironde viennent d’écrire au cardinal archevêque de Bordeaux, Jean-Pierre Ricard pour s’inquiéter de la « réintégration » de la paroisse Saint-Éloi dans le diocèse. Le collectif adhère à la fédération du Parvis. Les réseaux du Parvis regroupent depuis dix ans au sein de cinquante associations françaises, 7 à 10 000 chrétiens, catholiques d’ouverture, protestants libéraux, unitariens. Les chrétiens unitariens refusent d’adhérer au dogme de la Trinité et prônent la recherche perpétuelle de la vérité.

Dans leur lettre, les membres du collectif se disent préoccupés « par le manque de lucidité de l’institution Église qui donne au monde l’image d’un bastion qui se protège et tente de se reconstruire et se défendre avec des armes désuètes et, ô combien dépassées. Comment pouvons-nous aujourd’hui encore, ne pas y voir un décalage abyssal avec notre siècle ? »

(…)

Sud Ouest