Algérie : 25 corps d’otages découverts

Vingt-cinq corps d’otages auraient été découverts aujourd’hui par les forces spéciales algériennes qui sécurisaient le site gazier du Sahara où s’est déroulée la prise d’otage menée par des islamistes, indique la télévision privée algérienne Ennahar.

Le ministre de la Communication Mohamed Saïd avait annoncé dimanche matin que «malheureusement, le bilan risquait d’être revu à la hausse» après un premier bilan provisoire officiel fourni samedi soir de 23 étrangers et Algériens morts, outre 32 assaillants tués par l’armée qui a donné l’assaut final samedi.

Le Figaro

« Le Sahara Occidental est marocain », revendiquent les manifestants à Bruxelles

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées devant l’ambassade du Maroc ce dimanche après-midi. Certains élus belges étaient présents.

Les manifestants volaient rappeler l’appartenance du Sahara Occidental au Royaume du Maroc, un conflit de souveraineté vieux de 37 ans.

La manifestation était soutenue activement par l’Ambassade du Maroc. L’ambassadeur était d’ailleurs présent parmi les manifestants. De même que le député bruxellois sp.a Fouad Ahida, qui se défend pourtant d’une double allégeance.

RTBF

Jean-Marc Ayrault qualifie la présence du Maroc au Sahara de colonisation. Et Najat Vallaud-Belkacem ?

L’actuel premier ministre français Jean-Marc Ayrault, avait fait savoir en 2011 que la présence du Maroc au Sahara, était considérée par les socialistes comme une colonisation de ce territoire.

Dans une lettre adressée le 31 mars 2011 à Régine Villemont, présidente de l’Association des amis de la « République arabe sahraouie et démocratique » (RASD), Jean-Marc Ayrault affirmait que « les socialistes, dans leurs déclarations publiques, s’en tiennent depuis l’occupation du territoire par le Maroc à une position privilégiant le respect du droit international et du droit à l’autodétermination des peuples colonisés ».

La lettre signée par Ayrault, alors député maire de Nantes et président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, reflète clairement la position des socialistes français quant à la question du Sahara. [...]

Bladi

Appel lecteurs : Nous souhaitons savoir si Najat Vallaud-Belkacem s’est déjà prononcée sur la question et si elle partage l’analyse d’Ayrault. Merci.

L’historien Bernard Lugan sur la question du Sahara occidental


La question du Sahara occidental par realpolitiktv

(merci à Zatch)

Bernard Lugan : sur le coup d’état au Mali et la région sahélo-saharienne

Le Mali n’existant plus, le moment n’est-il pas venu de redessiner la carte de la région sahélo-saharienne ?

Au Mali, où un coup d’Etat militaire a renversé l’actuel président, le général Amadou Toumani, les élections présidentielles fixées au 29 avril 2012 n’auront pas lieu. Ce putsch est la conséquence de la déroute infligée à l’armée malienne par les insurgés Touaregs[1] revendiquant la partition du pays.

Surprise, culbutée et en plein désarroi, l’armée malienne agite l’épouvantail Aqmi pour tenter de faire s’engager les Occidentaux à ses côtés, affirmant que les Touaregs sont les alliés des fondamentalistes musulmans.

La menace que fait peser Aqmi sur la sous région est évidemment réelle. Doit-on pour autant avoir une réaction pavlovienne dès qu’elle est évoquée ?

Là encore, l’ethnographie historique pourrait être d’un grand secours à nos responsables politiques. Les Touaregs ne sont en effet pas les seuls habitants de l’ouest saharien, immense région aux caractéristiques géographiques et humaines très contrastées abritant quatre grandes populations aux territoires bien identifiés :

Lire la suite

Mali / Enlèvement : Géologues ou barbouzes ?

Les personnalités des deux Français enlevés jeudi au Mali ne collent pas avec la profession de géologue qui motivait leur présence dans ce secteur du Sahara.

Des interrogations subsistent sur les activités réelles des deux hommes, présentés comme des géologues, leurs noms — si ce ne sont pas des homonymes — apparaissant sur des sites Internet relatant diverses et troubles activités passées, aux Comores et à Madagascar pour Philippe Verdon, dans les Balkans et dans l’ex-Zaïre (l’actuelle République démocratique du Congo) pour Serge Lazarevic.

L’homme, d’origine hongroise, aurait également participé au recrutement de mercenaires yougoslaves envoyés combattre au Zaïre pour soutenir le régime du président Mobutu. Là encore, cette opération, bien que privée, était suivie de très près par une des agences françaises de renseignement.

En 1999, Serge Lazarevic apparaît ainsi dans une procédure judiciaire en Serbie, visant un réseau clandestin financé par le contre-espionnage français. Et qui devait, selon la justice serbe, assassiner le président Slobodan Milosevic. »

L’Alsace

Le livre qui révèle les plans secrets d’AQMI

Noyautage des révoltes arabes, création d’une nouvelle «légion du djihad» au Sahel, future bataille autour de la récupération des réseaux européens… Alors que la succession définitive de Ben Laden n’est pas encore décidée, Al Qaîda au Maghreb islamique amorce un tournant important.

Dans son nouveau livre, AQMI, enquête sur les héritiers de Ben Laden au Maghreb et en Europe (à paraître aux éditions Jean Picollec), Atmane Tazaghart révèle les plans secrets de la filiale maghrébine. Un livre passionnant et éclairant dont El Watan Week-end vous livre en exclusivité les bonnes feuilles.

Face aux révoltes populaires maghrébines, AQMI en embuscade

AQMI tente opportunément de tirer profit du chaos sécuritaire et des situations tendues provoquées par la Révolution du jasmin en Tunisie et le «soulèvement du 17 février» en Libye. Ainsi, au cours de la dernière semaine de décembre 2010, des sources sécuritaires ont relevé un «mouvement inhabituel de déplacements de groupes armés liés à AQMI, remontant du Sahel vers les régions frontalières algéro-tunisiennes». Selon les mêmes sources, il s’agissait de «groupes composés de plusieurs dizaines de djihadistes, dont la plupart sont de nationalité tunisienne, faisant partie de la katiba de l’émir Abdelhamid Abou Zeïd au Sahel».[...]

La fulgurante ascension des «émirs du désert» [...]

Un «nouvel Afghanistan» au Sahara
Pourquoi Oussama Ben Laden consacrait-il un tel intérêt au Sahel, une région si éloignée de ses bastions traditionnels ? Le retentissement grandissant que rencontre l’action des katibate sahéliennes, depuis l’arrivée de Yahia Djouadi à leur tête, a ravivé chez le Saoudien un vieux rêve, né au lendemain des attaques du 11 septembre 2001 : créer un «nouvel Afghanistan» dans le grand Sahara, pour y former les bases arrière d’une légion djihadiste capable de se lancer à l’assaut du Maghreb et de l’Europe.

El Watan

Un détournement massif d’Aide Humanitaire par l’Algérie ?

Lu dans Valeurs Actuelles :

“À partir des rapports de l’Office européen de lutte antifraude (Olaf), l’Esisc vient ainsi de révéler un dossier “oublié” pour cause de relations sensibles avec l’Algérie : des détournements massifs de l’aide humanitaire internationale destinée aux réfugiés sahraouis des camps algériens de Tindouf. Ces documents démontrent une vaste manipulation de chiffres. Tout serait couvert par Alger et par le Front Polisario, qui revendique l’indépendance de l’ancien Sahara espagnol, rattaché au Maroc depuis 1976. L’un et l’autre refusent tout recensement de ces populations par l’Onu.

Analyse de l’Esisc : « Le refus du Polisario est principalement motivé par les profits illégaux que les dirigeants du Front séparatiste opèrent grâce à une surestimation du nombre de réfugiés et, par voie de conséquence, à une aide humanitaire plus importante. » Politiquement, l’Algérie ne tient pas au recensement (le dernier date de 1974). Financièrement non plus, parce que les trucages permettent des détournements massifs. « En 1978, l’Algérie parle de 5000 réfugiés… Dans les années1980, le Polisario revendique 300000personnes alors que certaines ONG acquises à sa cause avancent le chiffre ahurissant de 700000 réfugiés. Depuis le milieu des années 1990, tant le Polisario que les autorités algériennes estiment la population sahraouie des camps à 165000 personnes. » Pas dupes, le HCR et le Programme alimentaire mondial ont fixé ce chiffre à 90000 réfugiés en 2005. Il est sans doute de 40000 !”

Valeurs actuelles

(Merci à Chanteur)

Le Maroc face à la monté de racisme à l’égard des immigrants sub-sahariens !

Est ce une tendance lourde ou un phénomène éphémère ? De plus en plus les incidents de racisme à l’égard des migrants sub-sahariens se multiplient au Maroc. Des incidents de violation des droits de l’Homme qui suscitent l’indignation de la société civile, mais, aussi une large frange de la population marocaine.

La genèse de ce phénomène préoccupant résulte, certes, du flux migratoire en provenance des pays africains limitrophes principalement sub-sahariens. Le Royaume est devenu un point de transition incontournable pour mettre le cap sur l’Europe. D’où, la croissance du nombre des candidats à l’immigration qui prolongent leurs séjours au Maroc, parfois d’une manière clandestine, en attendant des opportunités de passer à l’autre rive de la Méditterannée par pateras de la mort ou clandestinement à travers les villes de Sebta et de Mellilia.

Il est prématuré de parler d’une tendance forte de racisme. Néanmoins, la multiplication des incidents surtout dans les grandes villes du Royaume tels que Rabat, Casablanca et Oujda ne peut pas exclure la montée d’un sentiment de compassion et de rejet à l’égard de ce flux migratoire en croissance.

suite