Ivan Rioufol : La France ne peut continuer ainsi…

Chronique d’Ivan Rioufol dans le Figaro.

La schizophrénie de Manuel Valls est le clair symptôme d’un parti qui parle unité républicaine mais pense multiculturalisme.

«Où nous mènent-ils ?», s’angoissent les Français rencontrés cet été. Ils expriment spontanément leurs craintes et exposent sans fard leur colère, en réponse aux erreurs et incompétences des professionnels de la politique, de droite comme de gauche. Or, le gouvernement de François Hollande ne cesse d’élargir le gouffre avec la société civile éruptive. Le socialisme, qui se voyait comme une religion universelle, s’est rétréci à la dimension d’une secte recroquevillée sur des interdits et des «lignes jaunes à ne pas franchir».

Sa participation à l’université d’été du PS à La Rochelle a fait revenir le déviant [Valls] auprès des siens.

Il leur a assuré : «Le ministre de l’Intérieur, il est de gauche, il est socialiste et il est fier de l’être ! Oui, l’islam est compatible avec la démocratie, oui, l’immigration est une chance, oui, Christiane Taubira est mon amie ! » Sa volonté d’assouplir et de doubler les naturalisations, exposée mercredi, procède d’un abandon de l’exigence d’assimilation au profit d’une «inclusion» s’accommodant d’une adhésion minimale à la culture française, à sa langue, à ses mœurs.

C’est à se demander si les illuminés du PS ne deviennent pas déments, à vouloir nier les faits et penser faux. [...]

Le Figaro

Rioufol : « Le FN est en train de pulvériser le PS et menace l’UMP du même sort »

Les raisons ne manquent pas, pour un électeur horripilé, de se tourner vers Marine Le Pen. Elles tiennent au refus d’une partie de la droite et de toute la gauche d’admettre des évidences.

Le FN n’est pas moins républicain que l’UMP ou le PS, qu’il a rejoints sur le podium.

Cela fait des décennies que les partis, entravés par leurs interdits, ne comprennent rien à rien. Ils ne cessent de s’opposer lyriquement au FN et de prédire sa chute, avec le résultat que l’on sait : il est en train de pulvériser le PS et menace l’UMP du même sort. Dimanche, à l’issue de la législative de Villeneuve-sur-Lot, la formation de Jean-François Copé a néanmoins remporté le duel face au candidat frontiste (53,76 %, contre 46,24 %) ; preuve qu’il reste possible pour l’UMP de résister à la dynamique enclenchée, à condition de sortir de sa mollesse. Mais le PS, lui, est désarmé.

[...]

Ivan Rioufol (Le Figaro)

Après le mariage gay, la polygamie ? (Rioufol)

[...] En ayant imprudemment accédé aux revendications d’une minorité influente (l’Insee ne recense que 100.000 couples homosexuels en France), à qui a été reconnu le droit de bouleverser le code civil et la civilisation, le gouvernement socialiste a avalisé plus généralement le fait communautarisme et sa ligne de défense. Elle est construite sur la victimisation et la non discrimination. Une brèche a été ouverte, dans laquelle vont être amenés à s’engouffrer dans l’avenir tous ceux qui s’estiment lésés par la loi commune et qui revendiquent des droits spécifiques, au nom de leur groupe, de leur particularisme, de l’égalitarisme.

Comme le remarque l’iman de Bordeaux, Tareq Oubrou, dans des propos rapportés par Elisabeth Schemla (1) : « Dites-moi un peu maintenant avec quels arguments sérieux nous nous opposerons à la polygamie par exemple ? Nous avons mis le doigt dans un drôle d’engrenage ». En effet, le temps est sans doute proche où des militants islamistes, prétextant de l’exemple du mariage pour tous, de la lutte contre l’islamophobie et de la réalité de comportements observables dans la communauté musulmane, exigeront la légalisation des pratiques polygames qui, de fait, existent déjà dans des cités. Les militants homosexuels auront alors enfanté une machine infernale et sa mise en marche.
(1)Islam, l’épreuve française, Plon

Ivan Rioufol (Le Figaro)

Rioufol : « Les loups sont entrés dans Paris, Londres et Stockholm » (vidéo)

Pour Ivan Rioufol, les démocraties occidentales ne doivent plus craindre de nommer « ceux qui les haïssent ».

Les loups sont entrés dans Paris. mais aussi Stockholm, Londres, Boston. Le summum de la barbarie vient d’être atteint avec l’assassinat au couteau et à la machette, dans une rue de Londres, d’un militaire pris pour cible par deux islamistes. Une offensive obscurantiste mène l’assaut contre l’Occident. Les démocraties pusillanimes doivent apprendre à se défendre.

Mariage pour tous: pourquoi autant de violence ? (audio RTL)

Bernard Poirette proposait aux quatre éditorialistes de ce soir: Anne-Sophie Mercier, Sophie Pedder, Hervé Chabalier et Ivan Rioufol de débattre sur ce sujet clivant

Pour écouter les vifs échanges et joutes verbales de ce sujet : cliquez ici

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Rioufol : « Oui, un vent d’insurrection civile s’est levé dimanche »

Vers un prochain « mai 2013″ ?

Les médias ne se bousculent pas pour analyser le succès de la Manif pour tous. Il est vrai que la plupart auront étouffé les appels à la mobilisation de cette société du refus, principalement fédérée par les réseaux sociaux. Il suffisait pourtant de s’immerger dans la foule, mêlant jeunes et vieux, pour identifier une dynamique qui ne s’arrêtera pas aisément.

Il s’en est fallu de peu que les manifestants, pourtant rétifs aux transgressions, ne suivent plus massivement ceux qui voulaient descendre les Champs-Elysées en dépit des interdits. Oui, un vent d’insurrection civile s’est levé dimanche. Il est annonciateur d’un probable Printemps français, porté par un peuple attaché à défendre sa culture, ses valeurs, son mode de vie. A côté des slogans contre le mariage homosexuel, dominaient des mots d’ordre contre François Hollande et sa politique.

Quarante-cinq ans après mai 1968 et sa révolution progressiste, une France réactive et conservatrice, héritière de 1500 ans d’histoire, entend porter un coup d’arrêt aux adeptes de la table rase, soutenus par un politiquement correct qui assure que tout se vaut. L’histoire est familière de ces retours de balancier. [...]

Le Figaro

Ivan Rioufol : Les médias et le «poids de la diversité dans l’insécurité»

Bloc-notes d’Ivan Rioufol intitulé «Ce que les médias n’osent dire sur l’état réel de la France».

Ce que ce journaliste de télévision n’a pas voulu entendre, c’est-à-dire le poids de la «diversité» dans l’insécurité, est ce que le conformisme de sa profession redoute de décrire. Les carriéristes en font le plus souvent une interdiction de dire. Elle est un non-sens.

Parce qu’un journaliste, Laurent Obertone, aligne des faits dans un livre décrivant l’ensauvagement de la société (La France, orange mécanique), voilà les autocenseurs qui se déchaînent. Invité samedi dernier sur France 2, le jeune auteur a notamment été accusé, par un confrère siégeant derrière sa table, d’avoir écrit un manifeste raciste. En fait, ce dernier a surtout laissé voir la supériorité morale qui habite ceux qui, comme lui, ont choisi de juger les relaps. Or, cet exercice manichéen d’autocontentement et de diabolisation de l’autre ne suffit pas pour décrédibiliser une thèse qui dérange. […]

La défiance des Français vis-à-vis des journalistes (trois sondés sur quatre les jugent coupés des réalités) vient en partie de ces procureurs que produit le système médiatique. Les gardiens de la pensée canalisée – Canal + est une pouponnière qui vient même de fournir le nouveau directeur de Sciences Po Paris – voient une profanation du vivre ensemble dans la description de ses échecs. Ils usent de l’insulte ou de la moquerie pour tenter de faire taire le salaud qui ne respecte par leurs croyances. Ils chassent en meute et exhibent leur vertu. […]

Le Figaro. Bloc notes d’Ivan Rioufol

Rioufol : Pourquoi Hollande n’ose parler de « terrorisme islamiste » ?

[Extraits]

• Jean-Yves Le Drian rappelle que la France est entrée en guerre contre « des groupes terroristes »
• le Chef d’état-major des armées explique que les forces françaises ont pour mission de « stopper l’offensive des groupes terroristes »
• Le chef de l’Etat dit faire la guerre à « des terroristes ».

Mais pourquoi n’être pas plus précis dans la désignation de l’adversaire?

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a « salué », dans un communiqué, la « précaution utile et nécessaire » de François Hollande qui n’a pas qualifié « d’islamistes les éléments terroristes visés ». Pour l’organisation, cette précaution « écarte tout amalgame et toute confusion entre islam et terrorisme ». (…) Elle rappelle que l’islam est une religion « qui sacralise la vie » et que « 90% des victimes du terrorisme international sont de confession musulmane ».

La République n’ose donc pas dire clairement qu’elle fait la guerre à des terroristes islamistes, de crainte de froisser la susceptibilité de musulmans français et notamment d’un Conseil qui s’aveugle volontairement sur le profil des jihadistes du Mali.

Cette réticence de l’Etat à appeler par son nom un ennemi identifié laisse voir un pouvoir intellectuellement prisonnier du politiquement correct et de ses accusations en islamophobie. L’islam radical en est le scandaleux bénéficiaire.

Le rôle du CFCM devrait être de s’élever contre les dérives islamistes qui insultent l’islam. Or sa position de censeur revient à cautionner l’indéfendable.

Car voilà ce que dit, par exemple, Oumar Ould Hamaba, au nom du mouvement islamiste du Nord-Mali :

« Notre but est de propager le message d’Allah à n’importe quel prix et continuer le combat. Nous avons la charia au bout de chacun de nos canons, chacun de nos sabres ».

Abou Dardar, un des responsables du Mujaoannonce pour sa part :

« La France a attaqué l’islam. Nous allons frapper le cœur de la France. Au nom d’Allah, nous allons frapper le cœur de la France. »

Dans les faits, Hollande a bel et bien déclaré la guerre à l’islam politique, à l’islam fanatique, à cette idéologie régressive qui tue, viole, coupe des mains, fouette des couples non mariés, lapide des femmes adultères, détruit des mausolées, interdit de fumer, de danser, de dessiner, etc.

Or cet acte de courage du président de la République n’est pas même assumé.

Il est vrai que la France persiste à sous-évaluer (c’était aussi le cas avec Nicolas Sarkozy) la menace islamiste, qui déteste l’Occident et sa démocratie. Les connivences du pouvoir avec les « islamistes modérés », les Frères musulmans, le Qatar sont autant d’erreurs de jugement.

Source