Mélenchon appelle à la « révolution culturelle »

Contre « l’ordre globalitaire », contre le « formatage généralisé de l’être humain » qui vise à « tout faire rentrer dans l’ordre de la marchandise », le candidat du Front de Gauche appelle à réagir… tout en se défendant de tout parallèle avec la « révolution culturelle » chinoise. [...]

Hebergeur d'image

La révolution culturelle à la chinoise, qui se solda par 1 million de morts

Hebergeur d'image

Jean-Luc Mélenchon et son livre rouge

TF1 News

Europe : Les partis d’extrême droite sont-ils les nouveaux Khmers rouges ?

Pour Laurent Chambon, chercheur en sciences politiques, la véritable cible de «l’extrême droite» en Europe ce sont les élites européennes et non pas l’islam. Une haine qu’il estime analogue à la Révolution culturelle ou à l’idéologie des khmers rouges.

L’extrême droite européenne veut se démarquer absolument du nazisme, mais semble désormais fascinée par les réponses des totalitarismes d’extrême gauche.

[…] L’extrême droite nouvelle ne veut plus envoyer les juifs au four ou l’armée reprendre les colonies. Elle n’est plus forcément obsédée par l’avortement ou l’homosexualité, elle ne croit plus forcément en la supériorité des Blancs. Mais elle reste obsédée par la pureté du peuple.

L’idée de Breivik était de mettre en action un plan imaginé collectivement, dans des meetings plus ou moins folkoriques, sur les forums Internet ou dans des livres consacrés à l’Eurabie, et qui n’est pas sans rappeler dans ses principes la Révolution culturelle, la boucherie khmer ou le stalinisme le plus implacable.

Parmi les «traîtres» des peuples européens promouvant le marxisme et le multiculturalisme, Breivik distingue plusieurs catégories :

- la catégorie A (leaders politiques, médiatiques et économiques) qui doivent être exécutés ;

- la catégorie B (marxistes/multiculturalistes étant pour la plupart politiques, journalistes, éditeurs, enseignants, professeurs, éditorialistes, écrivains, caricaturistes, artistes…) qui devraient être exécutés, surtout les sociologues, mais certains pourraient être éventuellement épargnés dans des cas particuliers ;

- la catégorie C qui s’étend à tous ceux qui facilitent le travail des catégories A et B. Ces derniers ne méritent pas la mort mais des amendes, la confiscation de leurs biens et/ou des peines de prison. […]

Rue 89 (Merci à Zatch)

« Modernisation » de l’État : rupture ou révolution culturelle à la chinoise ?

La réforme de l’État constitue l’un des axes de la présidence de Nicolas Sarkozy. Elle est activement conduite par l’Élysée sous le nom de code RGPP : Révision générale des politiques publiques. La méthode est simple : on change tout, on lance tous les chantiers en même temps. C’est la rupture, pilotée par les grands corps de l’État, qui se placent par la même occasion hors de portée du séisme qu’ils provoquent chez les autres.

Le bouleversement est en effet considérable : fusion progressive des grands corps techniques et des services déconcentrés de l’État, fusion des services d’assiette et de recouvrement de l’impôt, modifications statutaires tous azimuts, externalisations, réforme des concours administratifs « pour plus de diversité, » suppressions d’emplois, recrutements de contractuels à tous les niveaux etc.…

Certaines réformes, prises isolément, sont parfois bienvenues. Mais leurs bénéfices sont dilapidés par la dynamique d’ensemble de « la réforme de l’État » : car le parti pris de tout changer en même temps, crée le chaos. La RGPP ne débouche pas sur l’efficience mais sur une gabegie contagieuse.

Le tout, conduit à un rythme d’enfer : les audits, les réformes, les réorganisations se succèdent. De quoi faire apparaître la révolution culturelle chinoise comme une paisible transformation.

Suite et commentaires sur Fortune