A Tunis, Jean-Luc Mélenchon «souhaite pour toute la Méditerranée une révolution citoyenne« (Vidéo)

Dès son arrivée à Tunis, Jean-Luc Mélenchon, le leader du Front de gauche, est allé présenter ses condoléances à la veuve de Chokri Belaïd l’opposant aux islamistes assassiné mercredi. Il a dénoncé la «kleptocratie» en Tunisie et en France.

Ce n’est pas une révolution tunisienne ou arabe. C’est un printemps méditerranéen qui va continuer partout, en Grèce, au Portugal et en Espagne. C’est le même processus»

Image de prévisualisation YouTube

L’eurodéputé s’est ensuite rendu au cimetière du Jellaz pour rendre hommage au défunt. «Lorsque l’on assassine l’un des nôtres on sait très bien qu’il s’agit de faire peur. Je vous garantie que nous ne cèderons pas», a-t-il lancé, solennel, après avoir déposé une gerbe de fleurs rouge sur le cercueil.

France 24 (Merci à ranelagh)

Hérault : Le Front de gauche déçoit les «quartiers populaires»

Mohamed Bouklit vient claquer la porte du Conseil National du Front de Gauche qui ne prend pas en compte selon lui la question des «quartiers populaires» et présentera une candidature «citoyenne» pour porter la voix des sans voix dans la très «populaire» seconde circonscription de l’Hérault.

Il ne fait aucun doute que nous aurons un printemps révolutionnaire, un printemps des quartiers populaires un an après les printemps arabes.

Voilà plusieurs décennies que nous avons décidé de prendre notre destin en main et de devenir les sujets libres de notre propre histoire politique dans les quartiers populaires en entamant une révolution citoyenne pour nous libérer des carcans d’un régime oligarchique, clientéliste et capitaliste qui nous asservit. […]

Nous acceptions alors d’entrer dans cette dynamique plurielle du Front de Gauche qui en principe a vocation à devenir un véritable Front Populaire en incluant en son sein d’autres composantes citoyennes et syndicales comme les mouvements issus des quartiers populaires et de l’immigration postcoloniale. Nous considérions que le Front de Gauche pouvait être un outil d’éducation populaire capable d’accompagner les révolutions citoyennes. […]

Dans tous les cas, avec ou sans le Front de Gauche qui devrait être un vecteur d’émancipation du Peuple, il ne fait aucun doute que surgira en juin prochain dans plusieurs quartiers populaires une véritable insurrection citoyenne et électorale. […]

Pendant plusieurs années, nous n’avons cessé d’espérer l’émergence d’un véritable Front Populaire qui inclue et prend en compte de manière égalitaire les mouvements issus des quartiers populaires et de l’immigration postcoloniale. Entre l’idéal républicain d’égalité et de justice sociale symbolisé par la Prise de la Bastille et la réalité paupérisée de ces territoires abandonnés de la République, la route est longue et parsemée d’embûches clientélistes et oligarchiques même au Front de Gauche.

Vive la Révolution citoyenne.

oumma.com

Mélenchon à la rencontre de la «vraie France» à Vaulx-en-Velin

Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche (FG) à l’élection présidentielle, s’est rendu jeudi à Vaulx-en-Velin, en banlieue lyonnaise, à la rencontre de la «vraie France» qu’il veut convertir à sa «révolution citoyenne».

Les quartiers sont relégués à une image folklorique, de lieux dangereux, de non-droit, dirigés par des dealers et peuplés de femmes voilées [...].

«Le 14 juillet je viens à la rencontre de ce que j’appelle la vraie France, celle qui est confinée dans l’ombre», par opposition à «la France des apparences, c’est-à-dire la France des puissants, des importants, qu’on voit dans les médias», a-t-il déclaré à la presse dans cette ville théâtre d’émeutes en 1990, qui ont marqué son image.

«La vraie France est celle des ouvriers et employés, qui représentent une majorité écrasante de la population active, celle des précaires, qui sont des millions de personnes, des caissières aux ingénieurs, et celle des quartiers», a ajouté le coprésident du Parti de Gauche. […]

M. Mélenchon «aspire» pour cette France à la «révolution citoyenne, qui amène à la lumière, au pouvoir». Cette révolution consisterait à «changer les institutions politiques» ainsi que «le régime de la propriété», et à mettre en tête des valeurs «la coopération et la solidarité», a-t-il défini.

France 24