L’allocation de solidarité aux personnes âgées : 40 % de bénéficiaires nés à l’étranger pour 250 millions d’euros/an

Sur les 422 000 bénéficiaires de l’ASPA relevant du régime général, la population immigrée âgée est importante : 162 000, soit près de 40 %, sont nés à l’étranger. Parmi ceux-ci, plus de 60 % sont nés au Maghreb – en Algérie, au Maroc ou en Tunisie. Je tiens à préciser que nous ne faisons pas figurer la nationalité dans nos fichiers ; nous ne connaissons que le pays de naissance.

Les allocataires de l’ASPA sont à 67 % des femmes, à 52 % des célibataires et à 36 % des non-nationaux – 3 % sont ressortissants d’un État membre de l’Union européenne et 33 % d’autres pays. Leur moyenne d’âge s’établit à environ soixante-quatorze ans. Avant de percevoir l’ASPA, 63 % d’entre eux relevaient déjà d’un dispositif de solidarité, généralement l’AAH ou le RSA.

Assemblée nationale [la différence entre 40% de nés à l'étranger et 36% de non nationaux se situe dans l'acquisition de la nationalité, NDLR]

Coût de l’ASPA en 2012 : 622 926 306 euros

cdc retraites, page 42 

Merci à Jean Pierre 75

Relire :

Le gel des retraites et des prestations rapportera 350 millions dès 2014. Rappel : 156 millions d’euros de plus pour l’aide médicale d’état

Par ailleurs, le gel annoncé ne remettrait pas en cause le coup de pouce exceptionnel qui doit être accordé au minimum vieillesse, ou allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa).

 

Européennes : UMP et FN au coude à coude. Jeunes pour le FN, retraités pour l’UMP

D’après l’enquête Eurorolling Paris Match-Ifop-Fiducial-Sud Radio, le Front national n’a plus qu’un demi-point d’avance sur l’UMP. Autre enseignement : 60% des sondés affirment qu’ils prendront position en fonction d’enjeux nationaux.

L’Ifop précise également «que ces deux formations font l’objet d’un soutien plus important auprès de segments très différenciés et conformes à leur coeur de cible : le Front National obtient des scores particulièrement élevés chez les jeunes de moins de 35 ans et les catégories populaires tandis que l’UMP surperforme chez les personnes âgées de plus de 65 ans et parmi les retraités».

Le Front national restera-t-il encore longtemps en tête des intentions de vote? La question se pose, ce vendredi, alors que la dernière vague de notre enquête en continu Eurorolling Paris Match-Ifop-Fiducial-Sud Radio témoigne d’un léger recul du parti d’extrême droite, à 23% d’intentions de vote (-0,5% par rapport à jeudi, -1% en une semaine). L’UMP talonne le FN, avec 22,5% d’intentions de vote (stable).

Dans sa note d’étape, l’Ifop souligne que «l’avantage dont bénéficient les listes FN sur les listes de l’UMP ne dépasse pas 1 à 1,5 point voire 0,5 point pour la vague d’enquête du vendredi 18 avril. Ce faible écart, situé dans la marge d’erreur, traduit une forte incertitude s’agissant de l’ordre d’arrivée au soir du 25 mai entre le FN et l’UMP».

Paris Match

Gel des pensions complémentaires de 11,8 millions de retraités du privé en 2014 et augmentation des fonctionnaires de l’UE

Les pensions complémentaires de l’Arrco, régime des salariés du privé, seront gelées en 2014, ce qui va entraîner une baisse de pouvoir d’achat pour 11,8 millions de retraités, conjuguée aux effets de la réforme des retraites. Les administrateurs de l’Arrco – représentants du patronat et des syndicats – ont entériné ce gel mardi après-midi lors d’un conseil d’administration, par 36 voix pour et 4 contre, celles de la CGT.

«Le conseil d’administration de l’Arrco a voté pour le gel des pensions au 1er avril, seule la CGT a voté contre», a indiqué à l’AFP Gérard Rodriguez, en charge du dossier retraites à la CGT, ce qu’a confirmé une autre source proche du dossier. Ce gel entraîne une baisse de pouvoir d’achat des retraités qui «s’ajoute aux mesures de la réforme des retraites», entrée en vigueur cette année, a déploré M. Rodriguez: «Si l’on met tout bout à bout, cela représente des sommes importantes», selon lui. «Pour les retraités qui connaissent des fins de mois difficiles, cela ne va pas s’arranger», a-t-il ajouté. Les régimes de retraites complémentaires Arrco (salariés du privé) et Agirc (cadres du privé) sont gérés par les partenaires sociaux.

Pour combler une partie du déficit, syndicats et patronat s’étaient entendus en 2013 pour limiter la revalorisation des pensions – qui intervient chaque année le 1er avril – en 2013, 2014 et 2015. Leur accord prévoyait que les pensions seraient revalorisées un point en dessous de l’inflation sur trois ans. Ainsi, pour 2014, la hausse des prix étant prévue à 1,3%, les pensions auraient dû être augmentées de 0,3%. Mais en intégrant le rattrapage de 2013 – l’inflation avait été moins importante que prévu – l’évolution aurait dû être négative. Or, l’accord prévoit que les pensions ne puissent pas diminuer, ce qui conduit à un gel…

Le Républicain Lorrain

A lire :

Chut… Ne le dites à personne… Les salaires des fonctionnaires de l’UE viennent d’être augmentés en toute discrétion

Vos conseillers municipaux porteront-ils «des prénoms un peu vieillots» : Michel, Alain, Philippe, Catherine… ?

Allez-vous élire un Michel ou une Catherine le 30 mars prochain ? Il y a de très fortes chances que oui. Il s’agit des deux prénoms les plus souvent portés par les 526 989 conseillers municipaux français.

Il y a exactement 14 136 conseillers municipaux qui s’appellent Michel, selon les comptes d’ Ideeslibres , un blog du cofondateur de l’association Regards citoyens, qui s’est basé sur un fichier du ministère de l’intérieur. En plus de ces milliers de Michel, il y a plus de 10 000 Alain et 9 900 Philippe. A la cinquantième et dernière position, les Gilbert. Ils sont seulement 2 242.

Des résultats qui se retrouvent dans le classement par départements. De l’Ain à la Nouvelle-Calédonie, Michel est presque toujours le prénom le plus représenté. […]

Cette liste de prénoms – disons un peu vieillots –, rejoint les observations faites dans le portrait sociologique des conseillers municipaux établi par Michel Koebel en 2012. Dans une étude menée de 1983 à 2008, l’universitaire avait montré que plus on prend de l’âge, plus on a de chances d’être élu. Et plus la fonction est élevée, moins il y a de jeunes. Parmi les élus, la proportion de retraités a presque doublé en vingt-cinq ans.

Blog browser/Le Monde

Le gouvernement crée une aide [allocation] pour le retour des « chibanis » dans leur pays d’origine

[NDLR : il est dit que les chibanis pourront bénéficier d'une allocation même s'ils ne passent pas plus de 6 mois sur le territoire français. En revanche, garderont ils leur hébergement en France tout en touchant cette allocation même s'ils ne reviennent que quelques semaines ?]

Les immigrés âgés pourront-ils enfin bénéficier de leurs droits dans leur pays d’origine ? Un amendement voté mercredi avec la réforme de la politique de la Ville permet d’y croire. La loi dépoussière un dispositif qui sommeille depuis 2007, créant une « aide [financière] à la réinsertion familiale et sociale des anciens migrants dans leur pays d’origine » (ARFS).

La future allocation s’adresse aux immigrés non européens de plus de 65 ans, qui touchent de petites retraites et sont hébergés en foyer de travailleurs migrants ou en résidence sociale.

Principale nouveauté, cette aide subsiste lorsque son bénéficiaire effectue des longs séjours dans son pays d’origine.

Le ministère de la Ville estime à 35 000 le nombre de ces « chibanis » (« cheveux gris » en arabe dialectal) contraints pour beaucoup de vieillir loin de leur famille, dans des foyers souvent en piteux état, du fait de « l’absence de portabilité des droits sociaux ». Jusqu’à aujourd’hui, ils ne peuvent bénéficier de l’allocation de solidarité aux personnes âgées qu’en résidant au moins six mois sur le sol français.

Cette allocation a été créée en 2007 par la loi Dalo. Mais le gouvernement de l’époque enterrait les décrets d’application un an plus tard.

L’an dernier, la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, a relancé les travaux pour adapter ce texte. Une nouvelle loi était nécessaire pour que le dispositif se conforme aux règles européennes de coordination des régimes de sécurité sociale (lire sur locatis.info).

Il faut désormais attendre la publication du décret d’application pour connaître l’impact concret de cette mesure. Dans sa première mouture, en 2007, le projet prévoyait un montant égal à celui de l’aide au logement dont bénéficiait l’allocataire, pour que son financement soit neutre pour les comptes publics.

Politis

Brèves sur les retraites

81% des Français inquiets pour leur retraite
Un total de 81% des Français se disent inquiets pour leur retraite et 69% jugent que la réforme proposée par le gouvernement va plutôt dans la mauvaise direction, selon un sondage CSA pour l’Humanité rendu public dimanche soir. Seulement 15% des personnes interrogées disent qu’elles ne sont pas inquiètes.

Le pourcentage de 81% d’inquiets est largement supérieur à celui observé en mai 2003 (65%) alors que la mobilisation sociale contre la réforme de l’UMP François Fillon battait son plein.

Europe 1

RETRAITES
DES SYNDICATS MANIFESTEMENT DIVISÉS
Déminée avec soin, la réforme des retraites suscite moins d’opposition que celle de 2010.

« Je ne fais pas de météorologie sociale », « il ne faut pas vendre la peau de l’ours… », entend-on depuis l’annonce de la réforme des retraites dans les sphères gouvernementales. Par prudence, tous se gardent d’un quelconque triomphalisme. Mais ils ne semblent pas effrayés par la manifestation du 10 septembre prochain, décidée depuis le 8 juillet, à l’appel de la CGT, de FO, mais aussi de la FSU et de Solidaires. Ces quatre organisations décideront de la suite le soir même. Pour ne pas permettre à un front syndical de se reconstituer, la concertation a été l’occasion d’identifier et de satisfaire certaines revendications, quitte à aboutir à une réforme fustigée par l’opposition pour son manque d’ambition.

SANS LA CFDT ET LE RESTE DU BLOC RÉFORMISTE, LA MOBILISATION RISQUE D’ÊTRE FAIBLE[...]

Paris Match

Rappel :
La très chère reconversion de François Chérèque
L’ancien secrétaire général de la CFDT vient d’être intronisé inspecteur général des affaires sociales. Il percevra 7 257,55 euros net par mois.[...]
Le Point

La fin du vote FN «honteux» : «On s’en fout ! On vote Marine…»

C’en est fini du vote honteux, caché pour «l’extrême droite xénophobe». On crie même son choix parfois en jubilant, parfois en accompagnant sa proclamation d’un bras d’honneur. Les municipales de 2014 pourraient être celles du FN. Nicolas Domenach en fait le constat dans Marianne.

Le spécialiste des sondages au PS et candidat à Melun François Kalfon, voient leurs craintes confirmées : «les combats moraux contre le FN ne servent à rien. Je le constate partout.»

Quand on ne leur claque pas le porte à porte au nez, c’est ce qu’entendent souvent, de plus en plus souvent, les candidats de gauche, comme de droite, aux prochaines municipales rentrés en campagne : «on s’en fiche de vous, nous on va voter Marine», leur lance-t-on en défi comme en rage.

Nouvelles confirmations très concrètes de la poussée continue du vote marino-frontiste que confirment sondeurs et experts : «pour les prochains scrutins, l’extrême-droite va faire un malheur, parfois celui de la droite, mais aussi celui de la gauche…» C’en est fini quoiqu’il en soit, du vote honteux, caché pour l’extrême droite xénophobe. On s’affiche «Marine Le Pen». On crie même son choix parfois en jubilant, parfois en accompagnant sa proclamation d’un bras d’honneur afin de souligner encore plus grassement le ras le bol et la provocation. Ras le bol «de l’insécurité, des immigrés, des impôts, des politiques corrompus et impuissants, du chômage». Exaspération contre les islamistes «que le FN au moins dénonce». Il n’en a même plus besoin. Beaucoup d’électeurs ont la tête passée au bleu marine… […]

Confirmation à Paris, où Rachida Dati, maire du VIIème arrondissement avait annoncé cette percée frontiste et constate aujourd’hui que dans la Capitale «où l’extrême-droite n’avait jamais pourtant pesé, elle allait faire des scores dans l’Ouest bourgeois comme dans l’est plus populaire». […]

Comme le remarquent aussi bien François Kalfon, secrétaire national du PS, que Thierry Mandon, porte parole des députés socialistes, « le socle électoral socialiste est explosé : les fonctionnaires se sentent abandonnés, les travailleurs matraqués d’impôts, les retraités menacés ». L’abstention à gauche devrait être historique. […]

Marianne (Merci à antibarbare)

Lure (70). déchaînement de violence contre des retraités pendant un cambriolage, pronostic vital engagé

Un homme de 89 ans entre la vie et la mort pour quelques centaines d’euros : c’est le triste bilan d’une agression physique et verbale particulièrement violente, survenue samedi soir dans la Cité du Sapeur.

Les faits se sont produits entre 22 h et minuit au début de l’avenue Carnot, à l’entrée de Lure, entre la zone commerciale de la Saline et l’escadron de gendarmes mobiles.

En passant par une porte qui n’était pas verrouillée, trois individus sont entrés au domicile d’un couple de retraités. À la recherche d’argent, ils ont surpris les occupants de la maison dans leur lit. Ils leur ont ligoté les pieds et les mains avec des liens trouvés sur place et se sont acharnés sur eux.

Cagoulés, gantés, les agresseurs s’en sont surtout pris à l’octogénaire. L’homme a été frappé très violemment, plusieurs fois, au niveau de la tête. Souffrant de multiples traumatismes crâniens, il a été hospitalisé à Besançon dans un état très grave : son pronostic vital a été engagé.

Après une opération qui se serait bien passée, son état semblait hier stabilisé, mais les médecins restent prudents.

La compagne de la victime, âgée de 63 ans, a aussi été frappée à plusieurs reprises mais a été moins grièvement blessée. [...]

L’Est Républicain
(Merci à BobbyW)

Moscovici : Applaudissements nourris à l’université d’été du MEDEF

Pierre Moscovici, en opération déminage auprès du patronat, ce jeudi 29 août, a jugé que le niveau des prélèvements obligatoires n’était pas « bon », évoquant par ailleurs d’éventuelles baisses du niveau des cotisations qui pèsent sur le travail :

Le crédit d’impôt compétitivité emploi ne referme pas le dossier du coût du travail.

C’est ma position, mais ce n’est pas que ma position : c’est la position du gouvernement.

Le compte twitter de Pierre Moscovici, qui retranscrivait en direct l’intervention du ministre promet même une « baisse » du niveau des prélèvements obligatoires :

Pierre Moscovici, dont l’intervention a été plutôt applaudie par l’assistance, a par ailleurs promis que la hausse des côtisations patronales induite par la réforme des retraites serait « intégralement compensée par une baisse des côtisations famille ».

La réforme des retraites ne pèsera pas sur le coût du travail (…) sur toute la durée du mandat.

Pierre Moscovici a également promis une baisse du « poids des dépenses publiques dans le PIB« , déclenchant des applaudissements nourris de la part de l’assistance.

Le Lab 

 

Famille et maladie : Michel Sapin annonce un « transfert » des cotisations patronales

Michel Sapin, le ministre du Travail, a affirmé mercredi sur BFM/RMCqu’il y aurait un transfert des cotisations patronales finançant les branches famille et maladie de la sécurité sociale vers d’autres modes de financement. Interrogé sur un éventuel « transfert » de ces cotisations, réclamé de longue date par le patronat, Michel Sapin a répondu :

« Il y aura un transfert progressif, dans des conditions qu’il faut discuter, d’une partie du financement de la famille et de la maladie vers d’autres modes de financement. »

Pour le ministre, « il faut financer autrement le système familial parce que le fait que vous ayez des enfants n’est pas en lien avec votre travail, donc il n’y a pas de raison que ce soit financé par les entreprises ». Sur les autres modes de financement possibles (TVA, CSG), le ministre n’a pas souhaité aller plus loin : « Permettez-nous de considérer que c’est dans la discussion », a-t-il ajouté.

[...]

Le Point 

Rappel : Le financement de la protection sociale repose, en France, à près de 80% sur les revenus d’activité, essentiellement les salaires. 

Jean-Yves Le Gallou : «PS : Familles françaises, je vous hais !»

Jean-Yves Le Gallou, ancien député européen, Président de Polémia, estime que face à la politique du gouvernement socialiste, «les familles françaises doivent se mettre en état de légitime défense».

Les sommes ainsi dégagées ne permettront pas d’équilibrer le régime des retraites mais qu’elles alimenteront le tonneau des Danaïdes des banlieues de l’immigration, gouffre financier mais… vivier électoral du Parti socialiste.

«Familles, je vous hais», «Familles françaises, je vous hais», telle semble être la devise du gouvernement Ayrault, lequel a consacré sa première année à la dénaturation du mariage pour complaire aux exigences libérales/libertaires et satisfaire à tous les caprices du lobby homosexualiste.[…]

C’est une réforme injuste précisément en ce qu’elle consiste à diminuer la retraite de ceux qui permettent aux autres d’avoir une retraite. Le message est le suivant : «Pauvres pommes, vos enfants paieront la retraite des autres, mais la vôtre sera diminuée.» […]

C’est une mesure nuisible : la France a peu d’atouts dans la compétition internationale. Grâce à sa politique familiale, sa natalité en était un par rapport à l’Espagne, à l’Allemagne, à l’Italie et à la Grande Bretagne. Et pas seulement grâce à l’immigration mais aussi grâce à la fécondité des Françaises de souche, nettement supérieure à celle des Européennes de souche des pays voisins.

Voilà qui était insupportable idéologiquement aux socialistes attachés à promouvoir «le grand remplacement» de la population française par haine de l’identité nationale.
D’autant qu’électoralement, les familles nombreuses de la classe moyenne française ne leur sont pas électoralement favorables. C’est donc elles qu’il faut faire payer, de même qu’il faut leur faire payer leur opposition à la loi Taubira.[…]

Bd Voltaire

Retraites : Le gouvernement annonce un allongement de la durée de cotisation à 43 ans en 2035

Matignon a annoncé aujourd’hui les détails de la réforme du financement des retraites. Au programme, un allongement de la durée de cotisation à 43 ans en 2035, contre 41,5 ainsi qu’une hausse des cotisations salariales et patronales de 0,15 point en 2014 et l’instauration d’un compte pénibilité financé par les entreprises.

Le gouvernement a renoncé à augmenter la CSG. Les mesures annoncées rapporteront 7,3 milliards en 2020, annonce Matignon.

Le Figaro