Dérapages sur Twitter : Comment Najat Vallaud-Belkacem veut faire plier le réseau social

Afin de lutter contre les messages à caractère raciste, antisémite ou homophobe aperçu ces derniers mois sur Twitter, le gouvernement français a décidé d’agir. Si elle n’a pas caché la difficulté de sa mission, la porte-parole du gouvernement et ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, a expliqué les raisons de sa démarche lors de la conférence ReputationWar, consacrée à l’e-réputation, qui se tenait ce vendredi à Paris.

«Il y a une différence d’appréciation de la liberté d’expression, mais Twitter intervient sur un certain nombre de principes internationaux (appel au meurtre, pédophilie, etc.), on peut trouver un moyen pour que le réseau social s’adapte aux pays dans lesquels il se trouve».

«Grosse utilisatrice d’Internet et des réseaux sociaux», Najat Vallaud-Belkacem s’est dit «particulièrement sensible» à la question de la lutte contre les discriminations. «Le sujet est grave, on est dans une société loin de s’être débarrassée de tous les rejets», a-t-elle insisté, pointant du doigt, avec les associations, «la tribune exceptionnelle» qu’offre Internet pour «quelques groupuscules».

Pour la ministre, Internet n’est pas «une zone de non-droit» et les propos haineux «sont des délits, c’est le Code pénal qui le dit». «Twitter permet à des individus de commettre des délits», a-t-elle accusé. Or, «les utilisateurs de Twitter ne sont pas des personnages de fiction, ce sont des justiciables comme les autres», a-t-elle encore appuyé. […]

20 minutes

Facebook veut que les internautes signent leurs posts de leur nom

Le réseau social vient de lancer une nouvelle version de sa plate-forme de commentaires. Les contributeurs seront désormais identifiés.

Peu de gens le savent, mais Facebook n’est pas qu’un réseau social. Le site Web 2.0 s’est étendu au-delà de son URL, au travers du bouton « j’aime » notamment, mais aussi avec un gestionnaire de commentaires à destination des sites partenaires. Cet outil vient de connaître une évolution qui ne devrait pas passer inaperçue. Fini l’anonymat des contributions. Désormais lorsqu’ils posteront un commentaire sur l’un des sites utilisant ce plug-in, les internautes seront identifiés par leur nom et prénom, tels qu’ils les ont renseignés lors de leur inscription sur Facebook.

Pas d’identification, pas de publication.

En sus de leur identité, les internautes pourraient voir dévoilées sur des sites tiers d’autres informations les concernant comme l’emploi qu’ils occupent, leur âge ou la ville où ils résident. « Les données qui seront dévoilées respecteront toujours les paramètres de confidentialité [de nos membres] et vous serez capable uniquement de voir [chez les partenaires] les informations auxquelles vous avez déjà accès sur Facebook », explique sur le blog du site, Ray He, ingénieur pour le réseau social.

01 Net

(Merci à Saint Louis)

Il poignarde un ado dans le métro parisien et « s’en vante » sur le net

Un homme soupçonné d’avoir poignardé sans raison un jeune de 17 ans dans le métro parisien, une agression dont il s’est ensuite vanté sur un réseau social, a été interpellé lundi.Le 17 décembre, un jeune de 17 ans est abordé dans une rame de métro de la ligne 10 par un homme qui va, sans aucune raison, lui asséner un coup de tête et un coup de couteau «au niveau du coeur» avant que des passagers n’interviennent, selon la préfecture de police de Paris (PP).

L’agresseur parvient tout de même à s’enfuir au niveau de la station Javel, mais une photographie du suspect est extraite des images de la vidéosurveillance du métro. La victime est opérée dans la foulée et s’est vue prescrire une ITT de 30 jours, a précisé la PP. Quelques semaines plus tard, le 4 février, un policier du 3e district reconnaît par hasard le suspect dans la rue. Et là, les enquêteurs découvrent que l’homme s’est vanté de son acte sur un réseau social auquel il appartient sur internet [...]

20 minutes.ch