12.000 régularisations de clandestins de plus en 2013

Près de 12.000 sans-papiers ont obtenu un titre de séjour en 2013 en vertu des nouvelles règles de régularisation fixées par Manuel Valls lorsqu’il était à l’Intérieur, selon des statistiques officielles publiées aujourd’hui.

Hebergeur d'image

Le nombre d’ »admissions exceptionnelles au séjour » est passé de 23.294 en 2012 à 35.204 en 2013, une hausse de 51%. L’écart concerne en grande majorité des parents d’enfants scolarisés (9.400) et des salariés (2.100), d’après un bilan publié sur le site du ministère de l’Intérieur. [...]

Le Figaro

Trois Chinoises «sans-papiers» en «grève» à Paris obtiennent un titre de séjour (à titre «ad hoc»)

Trois des quatre employées chinoises sans-papiers qui occupaient leur onglerie du quartier «afro », à Paris, depuis début février, ont obtenu, le 3 avril, un titre de séjour de la part de la préfecture de Paris.

La régularisation des trois employées a été faite à titre «ad hoc», confirme-t-on à la préfecture. Une façon de dire que les trois femmes ne rentraient pas stricto sensu dans les critères de la circulaire de novembre 2012 de M. Valls mais qu’un effort a été fait. La condition : qu’elles valident un niveau minimal de français – le DILF – dans les prochains mois.

La préfecture informait qu’elle allait engager une procédure relativement rare contre le patron ivoirien du salon : le retrait de sa carte de séjour de dix ans.

La quatrième employée et un jeune Chinois de 23 ans qui travaillait aussi dans le salon attendent encore qu’on statue sur leur sort. Une demi-victoire pour la CGT qui les soutenait, mais un signal politique sensible alors que Manuel Valls vient de quitter le ministère de l’intérieur, laissant la place à Bernard Cazeneuve.

Initialement, la régularisation était loin d’être acquise. Comme elles travaillaient au noir, elles n’avaient pas de fiches de paye, seul document permettant éventuellement d’obtenir un titre de séjour. La plupart de ces Chinoises dépassaient les cinq ans de présence sur le territoire français mais n’atteignaient pas les dix ans – à titre «exceptionnel», cela peut être un critère de régularisation, et cela a fonctionné pour l’une des deux employées africaines du salon. […]

Le Monde/a>

Clandestin, il obtient ses papiers français grâce aux échecs

Hier soir, le journal de 20H de France 2 a rencontré Fahim. Le jeune garçon, âgé de 13 ans, est l’un des meilleurs joueurs d’échecs de sa génération.

Grâce à ses victoires – il est champion de France d’échecs -, l’adolescent, sans papiers et menacé d’expulsion, a reçu, avec son père, son titre de séjour.

« Cette coupe a changé ma vie, quand je suis devenu champion de France. Après on a eu des papiers. Lors de ma victoire, on vivait sans logement. Mon père dormait dans une tente et moi, une fois, j’ai dormi dehors. C’était horrible », confie-t-il. [...]

Morandini

Faire des faux pour régulariser des clandestins : punissable ou non ?

Au tribunal du Havre, le retour du « délit de solidarité » avec les sans-papiers

Le parquet du Havre reproche pourtant à cet élégant retraité d’avoir établi, en 2011 et 2012, deux fausses attestations d’hébergement en faveur d’une Congolaise sans-papiers d’une cinquantaine d’années. L’objectif : qu’elle puisse ainsi déposer une demande de titre de séjour. Des poursuites ont été engagées pour « fausse déclaration par personne physique ». « Les faits sont graves », martèle François Pucheus, procureur de la République adjoint, pour qui ce procès est celui d’un homme « prêt à tout et n’importe quoi pour sa cause ».

Tassés sur les bancs et excédés par quatre heures d’attente dans la salle des pas perdus, une centaine de militants de la Ligue des droits de l’homme, d’Amnesty International, mais aussi l’ancien évêque d’Evreux Jacques Gaillot. Ils s’agacent. Pour eux, cette affaire signe surtout le retour du délit de solidarité, qui permettait de poursuivre un Français ayant « tenté ou facilité » le séjour de sans-papiers sur le territoire, et a été abrogé le 31 décembre 2012. Le prévenu l’a bien compris, et plaide « l’humanisme ». « Quand j’ai rencontré cette femme à une permanence de la Croix Rouge, elle était malade. Pour poursuivre ses soins au Havre, elle avait besoin de cette attestation. »

M. Jacquens l’assure, il a longtemps domicilié des sans-papiers pour diverses associations comme France terre d’asile. « Dans mon esprit, je servais de boîte aux lettres, c’est tout. » (…)

Mais la plaidoirie de Me Mary, qui entend « tordre le cou à la pénalisation de l’aide aux sans-papiers », va leur redonner espoir. « Si vous condamnez M. Jacquens, vous condamnez la moitié de la salle ! Par zèle, on cherche à créer un nouveau délit », accuse-t-il, avant de s’excuser pour son « emportement ». Le jugement a été mis en délibéré au 3 octobre.

Le Monde

Karim, clandestin, dénonce le «rêve européen» mais veut rester en France

Sept tentatives pour rejoindre l’Europe, quatre expulsions : Karim Bahri, tunisien, raconte son périple afin d’alerter les Maghrébins qui rêvent d’ailleurs. Mais il n’envisage par de retourner dans son pays… Son portrait sur Rue 89.

«Lors de ma dernière expulsion en août 2009, 50 personnes m’ont entouré quand je suis revenu au village. C’était tous mes cousins mais je ne les connaissais pas. Ils se sont moqués de moi comme on se moque de tous les expulsés.»

Doudoune noire, jean et cheveux gominés, Karim Bahri est un jeune homme timide. Mais quand il prend la parole pour raconter son histoire, son regard en dit long sur les épreuves qu’il a traversées. En Tunisie, où il est né, en France, qui refuse depuis toujours de l’accueillir, et lors de ses nombreux voyages en mer pour aller de l’une à l’autre. […]

Comme d’autres, il s’est laissé influencer par «les frimeurs», ces jeunes «qui reviennent au bled, roulent dans leurs belles voitures avec la musique à fond», et qui, en réalité, vivent dans une misère noire en France. «Ils doivent revendre leurs vêtements pour se payer le retour» décrit-t-il, amer. […]

«Il va jusqu’à filmer des gens qui dorment par terre pour les montrer en Tunisie. Une preuve nécessaire, car là-bas, «personne ne peut croire que des Français dorment dehors ou mangent dans les poubelles».

En France, il a donné la vie deux fois et a fait reconnaître son droit de visite sur le plus jeune de ses enfants. Il est en train d’essayer de renouer le contact avec le premier qu’il a perdu de vue après sa dernière expulsion et qui vit aujourd’hui à Cannes avec sa mère.[…]

Aujourd’hui, Karim est toujours sous la menace d’une expulsion. Son avocate, maître Maktouf, qui défend de nombreux Tunisiens de Lampedusa, tente de régulariser sa situation. Elle considère que «le cas de Karim entre parfaitement dans le cadre de la circulaire Valls, qui prévoit les régularisations au cas par cas». Mais elle déplore « le zèle des préfectures qui demandent de nombreux documents qui ne sont pas réclamés par le texte».

En attendant, Karim continue la mission qu’il s’est fixée : «Je veux montrer qu’il ne faut pas risquer sa vie pour faire des allers-retours. Les jeunes doivent faire des études.» […]

Rue 89 (Merci à Centurion)

Thionville (57) : Migrants logés, délogés, relogés, …

Déménagement contraint donc douloureux, hier matin à Thionville, pour douze familles de migrants en attente de régularisation.

Hier, douze familles de migrants ont dû quitter l’hôtel où elles logeaient, rue Jemmapes à Thionville. L’immeuble, dont le système électrique et de sécurité incendie est défectueux, est sous le coup d’une fermeture administrative.

Le Républicain Lorrain (1)
Le Républicain Lorrain (2)

Etats-Unis : Le lobbying chrétien pour la régularisation des clandestins

Pour son second mandat, Obama veut réformer le système de l’immigration. Ses alliées : l’Eglise catholique et une grande partie des Eglises protestantes et évangéliques.

«Si je ne peux plus accueillir et aider un sans-papier qui vient dans mon église, je ne peux plus exercer ma liberté religieuse» (Thomas J. Rodi, archevêque catholique de Mobile, Alabama)

La «réforme de l’immigration», comme on dit, c’est l’Arlésienne de la politique américaine. Une fois tous les deux ans en moyenne, les présidents en parlent, font quelques promesses, puis passent à autre chose. […]

Plusieurs observateurs font remarquer que les protestants «born again» se mobilisent dans un intérêt bien compris : leur courant spirituel est effectivement surreprésenté chez les migrants.

Le projet n’est pas révolutionnaire, mais pragmatique. La Maison Blanche propose un régime transitoire pour les sans-papiers. Ils obtiendraient d’office le droit de travailler, mais payeraient une amende du fait de leur infraction à la loi. Pour avoir la citoyenneté américaine, ces étrangers devraient apprendre l’anglais et se mettre dans la même file d’attente que ceux qui légalement. En attendant la décision, les sans-papiers ne pourraient pas être expulsés. Par ailleurs, le contrôle aux frontières, déjà impressionnant, serait renforcé. Obama est d’ailleurs le président qui a expulsé le plus grand nombre de sans-papiers. […]

La Vie

Rennes : le collectif « Un toit, c’est un droit » manifeste pour les sans-papiers

Le collectif « Un toit, c’est un droit », dissident de l’association Droit au logement (Dal), poursuit son combat en faveur des migrants. Il a manifesté aujourd’hui, à 14 h, sur la place de la République, à Rennes, pour demander « la régularisation de toutes les personnes sans papiers » ainsi que des logements. [...]

Ouest France

Merci à Joyeux luron

Paris : Une centaine de clandestins arrêtés lundi, relâchés, arrêtés à nouveau …

Une centaine de personnes qui manifestaient mardi après-midi place Saint-Michel à Paris en demandant la régularisation des sans-papiers ont été embarquées par la police pour «vérification d’identité», a-t-on appris auprès d’une source policière et des intéressés.

Lundi, une centaine de ces mêmes manifestants avaient déjà été arrêtés et emmenés au département d’investigation judiciaire (DIJ) situé rue de l’Evangile dans le XVIIIe arrondissement avant d’être relâchés en fin de soirée.

Le Comité de sans-papiers de la région parisienne à l’origine de ces manifestations se dit «né dans la lutte de solidarité» avec «les sans-papiers grévistes de la faim de Lille». Plusieurs manifestations de ce collectif ont déjà eu lieu en France ces derniers jours. Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, a exclu vendredi de régulariser des sans-papiers sous la pression.

Le JDD

Immigration : la LDH écrit à Manuel Valls

La Ligue des Droits de l’Homme demande au gouvernement de changer de cap en matière d’immigration, faisant état d’une « désapprobation grandissante » face au traitement réservé aux sans papiers, dans une lettre à Manuel Valls rendue publique aujourd’hui. [...]

Les mobilisations de travailleurs sans-papiers avaient permis d’ »arracher » de 11 à 12.000 régularisations par an « à un gouvernement dont l’aménité vis-à-vis des immigrés clandestins n’était pas établie ». [...]

Le Figaro

Etats-Unis. Julian Castro : «Nous aurons un jour un président latino»

D’origine mexicaine, Julian Castro est le symbole des Hispano-Américains, le groupe ethnique qui se développe le plus aux Etats-Unis. A 38 ans, le maire de San Antonio (Texas), a été mis sous les feux de la rampe en délivrant le discours d’ouverture de la convention nationale du Parti démocrate, tout comme l’avait fait Barack Obama en 2004. Metro a rencontré celui que l’on surnomme déjà «le prochain Obama».

Les immigrants clandestins aux Etats-Unis doivent-ils être expulsés ou légalisés ?

Je suis pour une réforme globale de l’immigration. Je ne doute pas que le Congrès et le président prendront la bonne décision quant à la législation en place. Ce changement serait bon pour le pays et pour ma ville.

Pour San Antonio ? Comment ?

Les gens sortiraient de l’ombre et feraient une demande de naturalisation. Cela générerait des quartiers plus sûrs et permettrait de donner leur chance à des jeunes talentueux, en les envoyant à la fac, par exemple. Il serait dangereux d’avoir une société à deux vitesses.

Les immigrés légaux ne risqueraient-ils pas de ressentir un sentiment d’injustice si les clandestins se voyaient proposer les mêmes opportunités qu’eux ?

Je pense que nous devons faire une réforme en profondeur, du système et de la législation. Aujourd’hui, la voie légale prend beaucoup trop de temps. Il faut également changer ça.

Il y a plus de Latinos que d’Afro-Américains aux Etats-Unis. Ces derniers ont vu l’élection d’Obama. Quand les Latinos verront-ils l’un des leurs à la Maison-Blanche ?

Il ne s’agit pas d’une compétition. Je suis sûr que, vus les progrès réalisés aux Etats-Unis, je verrai de mes yeux des présidents issus de diverses communautés. Donc je suis persuadé qu’il y aura bientôt un président latino. Il représentera tous les Américains, pas juste une ethnie.

Métro

Circulaire Valls : « La gauche fait cela intentionnellement pour faire monter le FN » (Dati/RMC)

Rachida Dati fustige les nouveaux critères de régularisation des clandestins adoptés par Manuel Valls.

« C’est la prime à la fraude : venez, planquez-vous pendant  5 ans, faites des enfants, mettez-les à l’école et vous aurez des papiers. » – Rachida Dati