Municipalité/grande ville : un manque de diversité

Malgré une progression de la diversité en politique, 11 des 50 plus grandes villes, dont Lyon et Bordeaux, n’ont aucun adjoint issu des minorités visibles, ont relevé aujourd’hui deux associations, en espérant des avancées lors des prochaines municipales.

Hebergeur d'image

Dans ces grandes villes, les personnes de type « non européen » occupent 9% des postes d’adjoints, 7% sont d’origine maghrébine, 2% noires et 0,11% d’origine asiatique, selon un décompte du think tank République et diversité et du Conseil des associations noires de France (Cran). [...]

En l’absence de statistiques ethniques, les auteurs du décompte se sont fondés sur les photos des adjoints, leur patronyme et leur pays de naissance. [...]

Le Figaro

Plainte de SOS Racisme contre des discothèques

L’association SOS Racisme annonce qu’elle va porter plainte dans les prochains jours contre des boîtes de nuit dont elle a constaté les pratiques discriminatoires lors d’une « nuit du testing ».

Hebergeur d'imageLors de cette opération, menée dans la nuit de samedi à dimanche, l’association a testé 25 discothèques à Besançon, Bordeaux, Metz, Nice, Paris et Reims et constaté que cinq d’entre elles « ont présenté des pratiques discriminatoires sur des bases ethniques à leur entrée ». [...]

Ibrahim Sorel Kaita, leader de SOS Racisme, souligne « la nécessité de mettre en oeuvre un véritable choc d’égalité pour mettre fin à ces pratiques discriminatoires qui continuent de mener la vie dure à des milliers de citoyens et sont une honte pour notre République ».

Le Figaro

Film sur le mariage forcé avec Julie Gayet : l’Agrif porte plainte (maj)

[mise à jour du 11 mars] [ Rappel du scénario : une petite fille de huit ans est mariée de force par ses parents. La cérémonie a lieu dans une somptueuse mairie avec grand escalier éclairé par un vitrail d’art chrétien. Dans la chambre apparaît un crucifix suggérant un contexte « culturel », chrétien]

Extrait du communiqué de l’AGRIF :

(…) Il n’y a jamais eu dans nos sociétés européennes d’atroces mariages  « forcés » comme celui représenté dans cette vidéo. Qu’on ne nous oppose pas anachroniquement les mariages à motivation politique, célébrés pour de très jeunes époux mais à consommation ultérieure. Et qu’on ne nous oppose pas non plus les mariages « arrangés » mais non « forcés » relevant d’autres contextes.

L’ignominie de la vidéo est surtout rehaussée par la lâcheté de l’obligation du politiquement correct de ne pas désigner la réalité, là où elle existe aujourd’hui, des mariages forcés, nombreux, c’est-à-dire en islam.

En islam où demeure, dans l’enseignement des hadiths et de la charia, le modèle du prophète Mahomet dans ses mariages et notamment le plus connu, celui avec Aïcha alors qu’elle est âgée de six ans. Mariage consommé quand elle aura neuf ans.

Et aujourd’hui, dans bien des sociétés islamiques et communautés implantées chez nous, les mariages sans consentement requis des épouses, demeurent une pratique très répandue. Même si Mahomet a reconnu le droit des femmes à consentir.

Mais en cette affaire de soi-disant opposition au mariage « forcé », Julie Gayet ne s’est pas trompé de cible. Ce qu’elle vise, comme tant d’autres, dans un conformisme misérable, c’est le christianisme. Et ce qu’elle veut, c’est le mariage « défait ».

Et ce qu’elle attaque et diffame, c’est la société chrétienne, avec sa manière ignoble de l’inscrire dans une atroce parodie de mœurs. C’est pour cela que l’AGRIF lui demande raison devant les tribunaux.

Media presse info

——-ci dessous article du 7 mars —-

A l’occasion de la journée de la femme , demain, Lisa Azuelos a tourné et produit un film contre le mariage forcé.

Hebergeur d'imageDans « 14 millions de cris », un film de quatre minutes, la réalisatrice a réuni Julie Gayet , Alexandre Astier , Philippe Nahon et Adèle Gasparov.

Ce micro-format en noir et blanc raconte l’histoire d’une petite blonde aux yeux bleus (Adèle Gasparov), dans un quartier chic de Paris, qui de retour chez elle après l’école, se voit offrir par sa mère (Julie Gayet) une jolie robe blanche. [...]

Tous les ans, 14 millions de filles mineures sont mariées de force dans le monde, dont 70.000 en France. [...]

Morandini

Menaces islamistes contre la France et Hollande

Un site internet islamiste a diffusé des avis appelant à commettre des attaques ou des attentats contre les intérêts français et à assassiner le président François Hollande, en représailles aux interventions françaises au Mali et en République centrafricaine, rapporte SITE, service qui surveille l’activisme fondamentalisme sur le Web. [...]

Hebergeur d'image« A nos loups solitaires en France, nous disons : assassinez le président(…), terrifiez son gouvernement maudit, et faites exploser des bombes, effrayez-les, en signe de soutien à ceux qui sont vulnérables en République centrafricaine ! », lit-on sur l’un de ces avis.

Le Figaro

Mort de Jérémie à Marseille : la France demande l’extradition de Saïd D, meurtrier présumé, incarcéré à Bruxelles(màj)

Addendum du 07/03/14 :

[NDLR : Bien relire le début de l'affaire et les suites données tant par la justice que par les médias]

La justice française vient de réclamer aux autorités judiciaires belges l’extradition d’un jeune homme de 22 ans, Saïd D., interpellé à Bruxelles l’été dernier après avoir tenté de commettre un braquage dans une bijouterie de la galerie commerçante de la gare du Midi. Car l’individu est recherché par la justice française pour avoir mortellement tranché la gorge d’une personne, dans le Sud de la France.

Cette agression mortelle, commise au centre de Marseille, remonte au 9 août 2013. En plein centre de cette ville, Jérémie Labroussse, un jeune étudiant en management de 22 ans, avait été agressé sauvagement et sans raison par un inconnu, qui lui avait porté un coup de tesson de bouteille dans le cou. La victime était décédée dans un snack-bar, où elle avait tenté de trouver refuge après avoir été attaquée. Et son agresseur avait pris la fuite, sans le moindre butin.

Identifié grâce aux images de vidéosurveillance et son ADN, Saïd D. a été retrouvé deux jours plus tard à Bruxelles, après avoir commis une attaque dans une bijouterie de la galerie commerciale de la gare du Midi, à Saint-Gilles. Des faits pour lesquels il a déjà été condamné par le tribunal correctionnel de Bruxelles. Saïd D. pouvait déjà ainsi être libéré en avril prochain mais, reconnu par la justice française, son extradition a été réclamée pour qu’il réponde de son meurtre commis à Marseille. Saïd D. serait déjà connu pour ses méfaits dans toute l’Europe, sous plus de 130 alias…

La Capitale

Addendum 19/08/13

Mort de Jérémie à Marseille : la police exploite une nouvelle piste sérieuse

« Nous avons une deuxième piste, qui semble sérieuse, qui pourrait exonérer la première, mais il ne s’agit pas de mettre la charrue avant les boeufs. Il faut travailler les deux pistes, analyser ce qui peut accréditer l’une plus que l’autre », a déclaré lundi le procureur-adjoint de la République Jean-Jacques Fagni. « Il est vrai que nous avions un suspect, mais nous n’avions pas tous les éléments de responsabilité. Cela dit, la nouvelle piste n’est pas plus valable que la première et il faut rester particulièrement prudent », a-t-il ajouté.

Examen des images vidéo

De source proche de l’enquête, on se montre cependant  plus affirmatif, indiquant que la piste du marginal a été écartée au profit de cette deuxième. L’examen des images vidéo aurait permis d’abandonner la première hypothèse, tout comme les analyses ADN des effets personnels du suspect.  L’homme de 41 ans, souffrant de troubles psychiatriques, avait été interpellé dans un foyer du centre-ville marseillais le soir du crime. Il est actuellement interné à l’hôpital Edouard-Toulouse, où les enquêteurs ont indiqué qu’ils allaient l’interroger lorsque son état le permettrait.

Tf1

Addendum 14/08/13

Marseille : le meurtre de Jérémie n’était pas crapuleux

(…) D’heure en heure, et même si les éléments techniques ne sont pas encore venus corroborer cette piste, il semble de plus en plus évident que le garçon, promis à un avenir radieux, est bien tombé entre les griffes d’un déséquilibré en pleine crise de démence.

(…) La Provence

Lire la suite

Tribune De Laurent Obertone à Taubira «Gare à la colère des victimes»

Tribune exclusive de Laurent Obertone sur Le Figaro, extraits:

Le succès de la France Orange mécanique, paru en janvier 2013, n’y a rien changé. 200 viols, 2000 agressions, 13.000 vols, en France, tous les jours, selon les chiffres de l’Observatoire national de la délinquance. Ces chiffres se sont aggravés depuis, pendant que nos médias et nos politiques s’interrogeaient gravement sur le mariage pour tous, sur le genre, sur l’affaire Gayet, sur les viols commis… en Inde.

Personne ne semble se préoccuper du délitement de la cohésion sociale, de l’ultraviolence impunie, et surtout de l’indifférence réservée aux victimes.
Des victimes les politiciens parlent, sur les plateaux, du bout des lèvres, de temps en temps, avant les élections, quand ils n’ont pas le choix. Face à la mère de l’une d’entre elles, Taubira, d’ordinaire si volubile, n’avait que le silence. Et Valls, de se vanter d’un nombre de détenus record, alors que les prisons débordent malgré un taux d’incarcération très faible, alors qu’il n’est jamais question de construire massivement des prisons pour préserver les honnêtes gens de cette ultraviolence inédite, qui a explosé avec le multiculturalisme et la culture de l’excuse.

L’État, sciemment, n’assure plus la sécurité de ses citoyens. Le plus sacré de ses devoirs. Complices, les médias font croire que Valls, chef de la police, peut lutter contre l’insécurité, quand Taubira, qui a le mérite de ne faire aucun mystère de son idéologie, est réellement aux manettes, puisque c’est la justice le problème, non la police. Assistez donc aux audiences: jamais une infraction, même aggravée, n’est punie par la moitié de ce que prévoit le Code pénal. Quand aux condamnés, ceux qui effectuent ne serait-ce que la moitié de leur peine sont des oiseaux rares.

Les prisons ? Les détenus ont souvent accès à Internet, à des téléphones, à des produits illégaux. Au nom des droits de l’Homme, on ne les fouille plus, on les laisse jouer à la console ou regarder la télévision. On les autorise à forniquer lors des parloirs (ce qui a notamment permis le viol d’un enfant de quatre ans par son prisonnier de beau-père, «à l’initiative de sa mère», en février 2010).
Les gens ne sont pas aveugles: ils n’ont plus confiance en la justice, en les médias, ils se méfient de Taubira et de ses «experts», ils se prononcent massivement pour l’application rigoureuse de la loi, contre le laxisme et le multiculturalisme. Ils le font dans les sondages, puisque sur ces thèmes fondamentaux, c’est le seul endroit où on leur demande jamais leur avis. Nous sommes en démocratie.

Tout ce qui faisait notre société et sa douceur de vivre, s’est effondré en quelques années.

Face au mépris, face aux menaces, face aux injures, face aux diversions, face à la négation de leur réalité, de leur volonté, de leur souveraineté, il reste aux victimes et aux honnêtes citoyens quelque chose d’incontrôlable, quelque chose qui peut tout engendrer aussi bien que tout détruire, quelque chose qu’il serait bon de prendre au sérieux et de devancer. Cette chose s’appelle la colère.

 Laurent Obertone.

Repentance : « 12 years a slave » de Steve McQueen, le film sur l’esclavage, grand favori des Oscars (vidéo)

Oscars 2014 – Quel film a le plus de chances de gagner ?

La 86ème cérémonie des Oscars a lieu ce dimanche 2 mars au Dolby Theater de Los Angeles. Neuf longs métrages seront au coude-à-coude pour succéder à Argo dans la catégorie du meilleur film. Alors que les pronostics vont bon train de l’autre côté de l’Atlantique et placent 12 years a slave en tête des favoris, Metronews soupèse les chances de chaque œuvre nominée.

12 years a slave de Steve McQueen

De quoi ça parle ? New York, 1841. Solomon Northup (Chiwetel Ejiofor), un afro-américain virtuose du violon, est kidnappé et réduit à l’esclavage. Il est arraché injustement à son statut d’homme libre pour atterrir chez un propriétaire terrien sociopathe (Michael Fassbender). Son calvaire durera douze interminables années.

Notre avis ? Bien loin du versant cartoonesque de Django Unchained ou de l’accoutrement romanesque d’Amistad, Steeve McQueen signe une œuvre littéralement traumatisante sur l’esclavage. Il conjugue réalisme criant et refus constant de la sensiblerie, pour nous balancer une terrible claque.

Chances de victoire ? 70%. Propos fort qui renvoie l’Amérique aux tourments de son histoire, 12 years a slave est bel et bien l’archi favori. (…)

Metronews

C’était il y a un an. Angleterre : un écolier de neuf ans se pendait dans sa maison car il était « trop blanc » pour ses petits camarades

Un petit garçon de 9 ans Aaron Dugmore a été retrouvé par sa mère pendu dans sa chambre de son domicile à Birmingham car il était victime d’intimidations et de brimades de la part de ses camarades de classe parce qu’il était blanc.

C’est le deuxième plus jeune «suicide» de toute l’histoire de la Grande-Bretagne provoqué par l’humiliation.

Il se serait suicidé car harcelé par un groupe d’Indo / Pakistanais qui lui reprochait « d’être blanc« …

Ndlr : Attention « Asian » en UK ne veut pas nécessairement dire « Asiatique ». En référence à leurs anciennes colonies des Indes, les Anglais appellent les personnes originaires de cette région d’Asie : « Asian ».

Ses parents ont déclaré que le petit Aaron avait déjà été menacé par un des élèves « asiatique » avec un couteau en plastic. Il lui avait dit « la prochaine fois ce sera avec un vrai couteau »…

Un autre élève de ce groupe ethnique lui aurait dit que «toutes les personnes de race blanche devraient être mortes » et le jeune Aaron était alors contraint de se cacher de ses tyrans dans la cour à l’heure du déjeuner.

La mère d’Aaron, Kelly Marie Dugmore , 30 ans et son beau-père Paul Jones, 43 ans, ont déclaré que malgré leurs plaintes répétées à l’école , rien n’avait été fait pour mettre fin à ce harcèlement.

Aaron était entré à l’école primaire d’Erdington Hall de Birmingham à l’âge de cinq ans, une école où 75 % des élèves sont issus des minorités ethniques.

« Aaron s’entendait pourtant bien avec ses autres petits camardes mais pour lui être victime de railleries discriminatoires permanentes en raison de la couleur de sa peau me rend malade » a dit sa mère [...]

Suite en anglais sur le Daily Mail

USA : Agressions en série dans le Massachusetts (vidéo)

Trois personnes ont été blessées ce week end par un « serial sucker puncher » à Cambridge dans le Massachusetts.

ndlr : voir la définition du mot « sucker punch » ici qui signifie coup bas lâche etc…

L’homme suit ses victimes et les frappe sournoisement par surprise en arrivant par derrière.

L’une de ses attaques a été enregistrée par les caméras de vidéosurveillance d’un magasin de meubles de la ville.

Le suspect est décrit physiquement comme grand et noir et âgé approximativement d’une vingtaine d’années.

L’homme est semble-t-il sous l’influence de médicaments ou un malade mental ont dit les enquêteurs.

Daily Mail

Angleterre : Un piéton autiste tué d’un coup de poing (vidéo)

Andrew Young, 40 ans, a eu un vif échange verbal avec Victor Ibitoye après lui avoir rappelé que le fait de rouler en  vélo sur le trottoir était dangereux.

Le cycliste est donc parti mais de suite après, son ami Lewis Gill (photo ci-dessous), s’est approché de Mr Young et lui a asséné un coup de poing au visage sans prévenir.

Les images de vidéosurveillance sont horribles et montrent Mr Young qui tombe à la renverse en se fracassant la tête sur l’asphalte. L’attaque s’est produite dans une zone commerçante animée de Bournemouth dans le Dorset, en plein jour, et plusieurs passants se précipitèrent aussitôt au secours de Mr Young.

Andrew Young (photo ci-dessous), qui souffrait du syndrome d’Asperger, a été transporté à l’hôpital où il est décédé le lendemain de blessures à la tête avec sa mère à son chevet.

Lewis Gill a plaidé coupable à l’accusation d’homicide involontaire et a été condamné à quatre ans et demi de prison.

Mirror News

Raciste, antisémite, la France n’est pas à toi

Papier d’Alain Jakubowicz, président de la Licra

On a hurlé « Juif la France n’est pas à toi! » dans les rues de Paris. Je répète pour être sur d’être entendu à défaut d’être compris. On a hurlé « Juif la France n’est pas à toi! » dans les rues de Paris. Pas le 6 février 34, le 26 janvier 2014. Pas il y a 80 ans, il y a moins d’un mois! Je laisse aux historiens le soin de dire l’histoire et aux politologues de dire si la situation d’aujourd’hui est la même que celle d’hier. Moi, je suis président de la Licra et ce que je sais, c’est que les slogans d’aujourd’hui font aussi mal que ceux d’hier.

Hebergeur d'imageCe que je sais, c’est que Bernard Lecache, alors président de la Lica a ressenti il y a 80 ans ce que je ressens aujourd’hui. Ce que je sais, c’est que mon père, alors tout jeune militant a ressenti ce que nos militants ressentent aujourd’hui. En soixante années de vie dans ce pays, QUI EST LE MIEN, pour la première fois, j’ai peur. Ce qui fait peur, ce n’est pas tant que quelques centaines d’extrémistes ont hurlé de telles horreurs, c’est que ça n’a provoqué aucun électrochoc dans la société française, comme si ce n’était pas grave, comme si c’était normal. [...]

Qui s’en émeut ? Au contraire, dénoncer ces terribles vérités expose à se voir interpeller (injurier) sur Twitter en 140 signes de cet acabit : « Arrête tes pleurnicheries Alain. Tu nous gaves avec ta Shoah ». Ou encore, (dans le texte) :  » gros fils de pute qd c dieudonne tu veu tt interdire mais qd canteloup se moque des noirs il a le droit ? #batard » ( Je vous épargne les: « va te faire enculer grosse merde », qui disent finalement la même chose en plus « imagé »). Car pour mieux vendre la soupe antisémite il est désormais de bon ton de la mitonner à la sauce « concurrence mémorielle ». [...]

Noirs, juifs, musulmans, Roms, homosexuels… ne sont que la seule et même figure de  » l’autre « , cet être honni au seul motif qu’il est « différent ». C’est en associant les victimes des racistes et des antisémites qu’on triomphera d’eux, pas en les divisant et encore moins en les opposant. Nos anciens ont su faire front contre les fascistes du 6 février 34. Faisons-en de même contre les salauds du 26 janvier 14. « Raciste, antisémite, la France n’est pas à toi ! »

Huffington Post

A relire :

De nombreux chefs de la collaboration furent-ils membres de la LIC(R)A ?