Roubaix : le buraliste roué de coups reçoit la visite du maire

L’attaque d’un buraliste, vendredi matin, ne sera pas restée sans réponse. Symbolique tout au moins. Hier matin, le maire de Roubaix, Pierre Dubois, s’est rendu dans le tabac-presse tenu par Stéphane Delangle, boulevard de Fourmies, pour lui apporter son soutien et celui de la mairie. « Spontanément, j’ai estimé qu’il était de ma responsabilité et de mon devoir de maire de rencontrer monsieur Delangle, souligne Pierre Dubois. C’est une démarche personnelle et que j’ai voulu confidentielle. C’est un buraliste qui a été particulièrement choqué par son agression alors que c’est quelqu’un qui travaille de façon extrêmement remarquable et qui maintient une activité appréciée par ses clients. Je me devais d’aller le réconforter ».

Nord Eclair

Comme nous l’avions pressenti, l’affaire « Wilfred » était une manipulation (MàJ)

09/07/13

L’attentif lecteur se rappellera certainement que dans la nuit du 8 avril dernier, un drame se nouait dans le XIXème arrondissement de la capitale : Wilfried et son camarade Olivier, jeunes hommes aux relations homosexuelles, se faisaient agresser lâchement et sauvagement aux cris de « Ah ! les pédés »[...]

 

Or, nous sommes en mesure d’affirmer aujourd’hui que la police judiciaire parisienne, après un long travail d’enquête, a identifié avec une grande certitude les agresseurs présumés. Et que de manière extrêmement étrange, ils ressembleraient plus à des fans de Sexion d’Assaut qu’à des groupies de Glorious.

Causeur

Lire la suite

Marseille : la brigade des stups interpelle à tout-va

Malgré la valse des hauts fonctionnaires de la police locale suite au scandale de la BAC Nord de la cité phocéenne, de gros coups de filets ont pu avoir lieu dernièrement.

Le 2 juillet, dans la cité de la Busserine, trois individus ont été interpellés, et 331 grammes de cocaïne saisis. «Il s’agissait d’un réseau très resserré, qui avait à sa tête quelqu’un de multicartes», qui effectuait jusqu’à 10 reventes à l’heure de cocaïne, explique Emmmanuel Kiehl.
A Gignac-la-Nerthe, le 30 juin, quatre personnes ont été interpellées, plus de 27 000 euros ont été saisis, ainsi que 11 kg de résine et d’herbe de cannabis, mais également un pistolet automatique de marque Smith et Wesson.
Un autre gros coup de filet en mai. La police judiciaire avait arrêté une dizaine de suspects en quelques minutes après avoir saisi 60 kg de résine de cannabis, une kalachnikov, des armes automatiques et plus de 60 000 euros en petites coupures dans le 15e arrondissement de Marseille.

Le Parisien

Deux légionnaires écroués à Marseille pour trafic d’armes (màj)

Une saisie d’armes de guerre a été effectuée par la police judiciaire de Marseille et les services de renseignements. Six personnes ont été interpellées. Cinq d’entre-elles sont d’ores et déjà sont en détention.

Parmi les quatre revendeurs, deux s’avèrent être des légionnaires de 30 ans, d’origine d’Europe de l’Est et basés à Aubagne et dans le Gard.

Deux des acheteurs de 35 et 38 ans sont des personnes « défavorablement connues des services de police« , notamment pour des faits de trafic de stupéfiants dans la région.

MetroNews

————–

Deux militaires de la Légion étrangère ont été mis en examen et écroués mercredi 3 juillet à Marseille pour trafic d’armes de guerre, en l’occurrence quatorze pistolets mitrailleurs Skorpion, a annoncé jeudi le procureur adjoint de la République de Marseille.

Les deux légionnaires avaient été surpris en flagrant délit en train de vendre ces armes munies de munitions et de chargeurs samedi à proximité de la zone commerciale de Plan-de-Campagne, près de Marseille. Un peu plus de 6 000 euros ont été saisis lors de cette interpellation. Ils ont été mis en examen notamment pour « fabrication ou commerce de matériel de guerre en bande organisée » et encourent dix ans d’emprisonnement.

Quatre autres personnes, dont les acheteurs de ces armes, déjà connus ou condamnés pour trafic de stupéfiants, ont été mises en examen, et écrouées pour trois d’entre elles.

Le Monde

Marseille. Un centre commercial braqué pendant les soldes

Un magasin d’articles de sport de Marseille a été braqué ce dimanche matin. Trois malfaiteurs se sont fait remettre les 13 000 euros de recette des soldes de la veille.

Selon une source proche de l’enquête, les trois hommes, cagoulés et armés d’un fusil à pompe et d’une arme de poing, sont arrivés sur deux scooters de grosse cylindrée et ont ensuite neutralisé le personnel et les clients du magasin « Foot.locker », d’un centre commercial des quartiers nord de la cité phocéenne. Il se sont fait remettre la recette des soldes et ont mis le feu aux deux-roues, qui ont été découverts calcinés à proximité de l’hypermarché.

La Dépêche

Marseille : nouveau règlement de comptes. Màj : Djibril était un détenu en permission

Addendum 24 juin : Djibril Abbas, exécuté d’une rafale de Kalachnikov dans la nuit de samedi à dimanche dans les quartiers nord de Marseille était un permissionnaire de la prison des Baumettes en cavale.

L’homme, très procédurier, était parvenu à obtenir une mesure de mise en semi-liberté, avec obligation de réintégrer la prison des Baumettes le soir, depuis le 31 janvier dernier. Il n’avait pas réintégré la prison le 1er février, a précisé la source proche de l’enquête.

(…) France 3 Provence

————————————————–

Addendum : VIDEO. Après un nouveau règlement de compte qui a fait un mort à Marseille la soirée dernière dans le quartier Bon Secours, les habitants sont toujours sous le choc.

(…) France 3 Provence

—————————————————-

Un homme a été abattu de plusieurs balles de Kalachnikov cette nuit à Marseille. C’est le 10e homicide par arme à feu depuis le début de l’année dans la ville.

L’homme, déjà condamné « il y a quelques années » pour notamment des vols à main armée et des violences mais pas pour du trafic de stupéfiants selon une source policière sur place, a été abattu au volant de son véhicule stationné dans la rue. Son ou ses meurtriers l’attendaient et l’ont alors pris pour cible, l’exécutant de plusieurs rafales de Kalachnikov, dans ce qui ressemble à un « véritable guet-apens », selon une source proche de l’enquête.

Le Point

Deux enfants sèment la terreur dans une école du Pas-de-Calais (RMC)

Les GG de RMC abordent la violence à l’école primaire, à travers ce fait divers où deux voyous de 10 et 11 ans sèment le chaos à l’école de Jules Ferry de Bruay La Buissières. Une responsable de la FCPE de l’école et un parent dont le jeune fils de 8 ans a été tabassé par des voyous de son âge témoignent. Avec Claire O’Petit, Marie-Anne Soubré et Franck Tanguy.

« Le papa (des voyous) est venu bloquer la sortie de l’école pour empêcher tout parent et enfant de repartir. Si vous passiez le barrage, vous étiez frappé et violenté . [...] Quand y a un souci, c’est sa famille qui vient aider. Ils font leur loi. » – Sylvie Fockenberg

« Mon fils a été coincé par plusieurs enfants. [...] Ils lui ont porté des coups de pieds, coups de poings très très violents [...] qui ont entraîné une hospitalisation aux urgences de notre enfant pendant quasiment 3 semaines, avec des conséquences et des séquelles irréversibles. [...] Aucune sanction à l’égard des ‘enfants’. » – Denis

« Ils sont pas encore délinquants ! Ils sont simplement en souffrance ! » – Claire O’Petit

Paris : un homme poignardé lors de la Fête de la musique

Un homme a été poignardé, à plusieurs reprises dans la nuit de vendredi à samedi vers 0 h 30, boulevard Jules-Ferry dans le XIe arrondissement de Paris. Selon les premiers éléments de l’enquête, confiée aux fonctionnaires du 2ème district de police judiciaire (DPJ), la victime aurait tenté d’accoster une jeune femme, avant d’être agressée par trois hommes, accompagnant cette dernière, en marge de la Fête de la musique.

Le Parisien

Marseille : Isam subtilisait les cartes bleues des personnes âgées au distributeur

Son mode opératoire est toujours le même. Il s’attaque à des hommes ou des femmes âgés de 60 à 90 ans qui sont toujours seuls lorsqu’ils retirent de l’argent. Le jeune voleur surprend le code confidentiel de la victime lorsqu’elle pianote sur la console. Puis par une astucieuse mise en scène, il s’empare de sa carte bancaire. Dans les minutes qui suivent, anticipant l’opposition bancaire, l’aigrefin réalise de nombreux retraits dont les montants vont de quelques centaines d’euros à 12 600 €. Le montant total du préjudice s’élève à 46 800 €.

Mais les policiers se heurtent à un délicat problème pour mettre l’escroc hors d’état de nuir. Il change tout le temps d’adresse et les victimes sont souvent incapables de reconnaître leur voleur en raison de leur l’âge avancé. Isam, est finalement identifié et retrouvé et interpellé mercredi dernier à Marseille. Durant sa garde à vue, il a partiellement avoué les faits.

Le Parisien

Montpellier : Veilleurs et anti-veilleurs; (MàJ : deux « antifas » interpellés )

Addendum du 15/06 :

L’interpellation, mardi soir devant la préfecture, de deux personnes qui participaient au rassemblement contre les Veilleurs 34 – les opposants au mariage gay – ne passe pas dans les rangs des militants antifascistes.

Dans un communiqué, la Jeunesse communiste demande ainsi « qu’aucune sanction ne soit retenue contre le militant » provenant de ses rangs et qui s’était interposé entre des jeunes et des policiers lorsque le ton est monté lors de la confrontation. Poursuivi pour coups et blessures envers un agent de la force publique, il comparaîtra devant le tribunal correctionnel en octobre prochain.

Midi Libre

———————
Qui sont les veilleurs, à quoi ressemblent-ils, que font-ils ? Et ceux qui s’opposent à eux, comment se comportent-ils ?

8 000 agressions verbales ou physiques recensées à l’hôpital en 2012

L’Observatoire national des violences en milieu de santé (ONVS, qui dépend du ministère de la Santé) a recensé 8 083 signalements d’atteintes aux personnes dans 352 établissements (à 92 % publics) en 2012. 7 860 hospitaliers en ont été les victimes, peut-on lire dans le rapport annuel rendu public aujourd’hui.

Les CHU sont particulièrement touchés par le phénomène, au point que 14 des 33 structures existantes (soit 42 %) sur le territoire ont procédé à une déclaration volontaire auprès de l’ONVS. Avec ses 35 hôpitaux franciliens, l’Assistance publique – hôpitaux de Paris (AP-HP) a déclaré à elle seule 3 038 incidents.

Le quotidien du médecin

Libération en 2008 : « Mais quel est donc le secret du modèle suédois ? » (rediff)

[Rediffusion d'un article de Libération, publié sur Fdesouche le 9 janvier 2008] [Extraits]

[Rosengård/Suède] – Diabaté Dialy-Mory surveille les gosses qui s’échauffent avant le cours de boxe. Derrière ses petites lunettes rondes, le Sénégalais à la barbe blanche garde l’œil (…)

Ill a travaillé plus de trente ans comme éducateur à Rosengård. Musulman pratiquant, il prêche l’intégration par le sport.

Il veut que, comme lui, les jeunes se sentent chez eux en Suède et qu’ils comprennent qu’«on fait tout pour les intégrer ici». A la différence de la France.

En matière d’intégration, la Suède surpasse tous ses voisins. Sans passé colonial et à l’écart des grandes voies de communication, le royaume scandinave a longtemps été une terre d’émigration et est doté d’une population ethniquement très homogène.

En à peine trente ans, la Suède est devenue une société multiculturelle. Sur ses 9 millions d’habitants, 13 % sont aujourd’hui nés à l’étranger [Rappel : ce sont les chiffres de 2008, NDLR]

L’an dernier [en 2007], le pays a accueilli 95 000 personnes de 169 nationalités, un record depuis la fin du XIXe siècle, et 40 % d’entre eux étaient non européens. Un sur dix venait d’Irak. Plus d’un quart étaient des demandeurs d’asile, et un tiers d’entre eux étaient des candidats au regroupement familial.

Mais quel est donc le secret du modèle suédois ? «Il y a une dynamique de l’intégration qu’on ne trouve pas ailleurs, avec des objectifs très ambitieux et une idéologie égalitaire à laquelle les gens croient fermement», déclare le sociologue José Alberto Diaz.

La première loi sur l’immigration, adoptée en 1975, érige «l’égalité, la liberté de choix et la coopération» en valeurs centrales de la société.

«Les Suédois et les immigrés ont les mêmes droits, résume José Alberto Diaz, y compris celui d’être différents.»

Depuis 1976, les étrangers peuvent voter aux élections locales. Mais le royaume les encourage aussi à s’organiser en associations culturelles, et il offre à tout enfant d’origine étrangère la possibilité d’apprendre à l’école la langue de ses parents.

«L’Etat ne se mêle pas des questions d’identité, déclare le sociologue. Chacun doit pouvoir s’intégrer, sans renoncer à ses racines.»

La ministre de l’Intégration approuve. Née au Burundi, où ses parents zaïrois s’étaient réfugiés, Nyamko Sabuni est arrivée en Suède en 1981. Elle est la première Noire à accéder au rang de ministre.

Elle juge sévèrement la France, qui, dit-elle, «a sans doute posé des exigences trop dures à ses immigrés» sans leur donner les moyens de s’intégrer.

Malmö est la ville la plus cosmopolite du pays. Dès leur arrivée à Malmö, les demandeurs d’asile et leurs familles se voient proposer des cours de suédois. Par ailleurs, face à la venue massive des Irakiens, la commune organise chaque semaine des séminaires d’orientation en arabe. Au programme : la procédure d’asile, l’emploi, le logement, la sécurité sociale, mais aussi la politique de la famille ou la protection de l’environnement.

En 2006, 45 % des demandeurs d’asile et plus de 90 % des candidats au regroupement familial ont obtenu un permis de séjour permanent.

Construits dans les années 70, les immeubles ne dépassent pas cinq ou six étages. Ils sont bien entretenus. Les espaces verts abondent. «C’est un quartier fantastique où il se passe plein de choses».

A l’école de Rosengård, tous les élèves sont d’origine étrangère. Les résultats scolaires ne sont pas bons mais «ce n’est pas étonnant vu ce que les enfants ont vécu avant d’arriver ici», remarque le directeur. L’établissement, qui compte 600 élèves vient d’être refait à neuf. Ici, le port du foulard est autorisé, de même que l’usage des langues étrangères. L’imam Ali Ibrahim travaille comme responsable culturel à l’école depuis 1990.

(…) Cette politique modèle a un prix. En 2006, le ministère de l’Intégration a versé 275 millions d’euros aux communes pour gérer l’accueil des demandeurs d’asile et de leur famille.

Malgré le durcissement des lois partout ailleurs en Europe, la droite, revenue au pouvoir fin 2006 après douze ans de règne social-démocrate, exclut de renier le modèle suédois.

Ainsi le Premier ministre, Fredrik Reinfeldt, regrettait-il récemment qu’«il se propage une espèce de conception selon laquelle la société multiculturelle ne fonctionne pas». Lui, au contraire, la juge bien «plus excitante et plus intéressante». 

 (source)

—————-

[Dèjà en 2008, nous avions complété cet article par les éléments ci-dessous]

Dans la ville de Sundsvall, les jeunes ne s’attaquent plus seulement à la police, aux facteurs ou aux agents du gaz. C’est cette fois une ambulance qui a subi une attaque en règle. Une ambulance s’est retrouvée assiégée et empêchée de démarrer par un gang de racailles qui ont éclaté les vitres et défoncé le véhicule à coup-de-pieds. Le personnel médical a réussi a s’échapper et a appelé la police à la rescousse. (Aout 2007) (source)

En Suède, « Les viols collectifs commis par des immigrés sur des filles suédoises sont devenus banals. Il y a quelques semaines, cinq Kurdes ont brutalement violé une Suédoise de 13 ans. » A Malmö, il y a 5 à 6 fois plus de viols que dans la capitale danoise toute proche, Copenhague. (Lien disparu / site Point de Bascule

En septembre 2007, le chef de l’organisation Al-Qaïda en Irak a proposé une récompense pour le meurtre d’un caricaturiste suédois dont des dessins ont été jugés insultants par la communauté musulmane. Il menace de s’en prendre aux grandes entreprises suédoises. (source)

La ville de Malmö est le théâtre de 9 fois de plus de vols que Copenhaguen, toute proche.. Certains coupables, arrêtés, et tous d’origine immigrée, ont déclaré : « Nous sommes en guerre contre les suédois ». (source)

• Des partis suédois ont demandé l’interdiction des langues autres que le suédois dans les écoles. (source)