Canteleu (76) : Il tente de semer la police lors d’un contrôle anti-quads

Le conducteur d’une Austin Mini a été placé en garde à vue dimanche 16 mars 2014 à Canteleu pour refus d’obtempérer et conduite malgré la suspension de son permis, entre autres.

Au départ de ce contrôle : la brigade canine, qui avait repéré la voiture roulant à très vive allure rue Salavador-Allende, à Canteleu, dans l’agglomération de Rouen. [...] Les gardiens de la paix tentent d’arrêter la voiture folle sur le boulevard Claude-Monet : le conducteur accélère de plus belle et poursuit sa course [...].

L’individu sera interpellé alors qu’il tentait de se dissimuler dans un hall d’immeuble, parmi une quinzaine de personnes qui se trouvaient là, cet habitant de Canteleu âgé de 29 ans a été placé en garde à vue. Il devrait répondre de refus d’obtempérer, mais aussi de conduite malgré la suspension de son permis et transport d’arme. Un extincteur lacrymogène a été découvert dans la Mini, qu’il venait de racheter.

Pour ce qui est des contrôles de quads et autres mini-motos, les opérations comme celle réalisée dimanche vont se multiplier, avec l’arrivée du printemps. En 2013, en France, près de 20 000 contraventions ont été dressées par les services de police et de gendarmerie pour sanctionner les usagers qui utilisent ces engins dans de mauvaises conditions de sécurité. Par ailleurs, une proposition de loi vient renforcer le dispositif réglementaire actuel : en doublant le montant des contraventions (passage de 750 à 1 500€) et en permettant aux forces de l’ordre de mettre à la fourrière toute mini-moto ou quad exagérément bruyant le temps d’effectuer un contrôle. « Il s’agit d’une proposition de loi du quotidien », affirme Christophe Bouillon, qui a signé ce projet.

76actu

Villiers-le-Bel (95) : un policier renversé par un quad

Un jeune homme en quad a renversé vendredi soir un fonctionnaire de police à Villiers-le-Bel. Le policier blessé légèrement, au niveau de la tête, été transporté à l’hôpital. En début de nuit, le conducteur du quad était toujours activement recherché par la police.

Pour Jean-Louis Marsac, maire (PS) de Villiers-le-Bel, les quads et les motos « sont un gros problème dans la ville ». « Depuis un mois et demi, il y a des soucis liés à ces engins. Les habitants sont excédés et c’est une bonne nouvelle de voir que la police s’occupe de ce problème, insiste-t-il. Les conditions de contrôle sont compliquées compte tenu de ce qui s’est passé ce soir [vendredi soir] ».

(…) Le Parisien

« les policiers avaient subi des caillassages récemment dans le même secteur. »
Libération

Toulouse : un conducteur de quad entre la vie et la mort

Un jeune homme de 23 ans qui pilotait un quad sans casque se trouve entre la vie et à la mort après avoir percuté une voiture. Selon la police, l’accident a eu lieu dans la nuit de samedi à dimanche aux alentours de 2 heures du matin, sur une avenue au nord de Toulouse (Haute-Garonne). L’automobiliste impliqué dans la collision n’a pas été blessé.

Le 19 juillet, le maire PS de Fleury (Essonne) a envoyé un courrier au ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, pour l’interpeller sur la recrudescence de ce genre de véhicule en ville : « Je suis scandalisé par l’impunité qui règne envers les conducteurs de quads et mini-motos qui prennent les routes et les espaces verts pour des champs de course et peuvent à tout moment causer un accident », avait écrit l’édile.

(…) Le Parisien

Toulon : sans casque en quad, il roule sur le capot des policiers

Le pilote d’un quad sera déféré vendredi devant le parquet de Toulon pour avoir roulé sur le capot d’une voiture de police en prenant la fuite.

Le pilote d’un quad avait été surpris par les policiers à vive allure et sans casque. Au lieu de s’arrêter et a roulé sur le capot d’une voiture de police en prenant la fuite. Il sera déféré vendredi devant le parquet de Toulon, a indiqué jeudi une source proche du dossier. [...]

Nogent sur Oise (60). Détectives privés contre rodéos sauvages

Las des motos et des quads qui prennent les rues de sa commune pour un terrain de jeu, le maire de Nogent-sur-Oise fait appel à des détectives pour enquêter sur ce problème. Mission : « déceler tout comportement anormal, dangereux et bruyant, avec des quads, motos ou boosters ». Ce qu’on appelle les rodéos sauvages, des courses ou simplement des jeux d’adolescent sur deux-roues.

(…) Un phénomène « qui pourrit la ville », lâche le maire socialiste de Nogent-sur-Oise, Jean-François Dardenne. Les détectives privés : c’est son idée. « La police n’intervient pas », constate-t-il. « Je ne jette pas du tout la pierre aux forces de l’ordre, mais elles manquent parfois de moyens pour ce type d’enquêtes. Et puis la peur d’une bavure, à l’occasion d’interventions qui peuvent facilement mal tourner, est omniprésente. Du coup, les policiers restent en retrait. » Quant aux personnels municipaux, ils ont d’autres chats à fouetter que de jouer les apprentis Columbo. Résultat, pendant deux mois et pour un budget de 4000 €, ce sont donc des privés qui ont enquêté à la place des services publics compétents.

Véhicules non homologués, infractions au Code de la route, nuisances sonores : tout est détaillé précisément dans le rapport, photos des conducteurs incluses. Il a fallu des dizaines d’heures de filature pour en venir à bout. « Leur job est de trouver des preuves », explique le maire. Autrement dit, de prémâcher le travail de la police. « Maintenant, je peux me présenter au commissaire avec des éléments tangibles et demander une intervention », souligne-t-il. Et d’enfoncer le clou : « Police et justice acceptent de mieux en mieux ces investigations privées. »

(…) Le Parisien

Aix (13) : roué de coups alors qu’il voulait récupérer son quad

Un Aixois a été condamné à un an de prison pour avoir frappé le propriétaire de l’engin

Il y avait une chance sur cent, peut-être moins, pour que Laurent, kinésithérapeute, tombe sur le quad qu’on lui avait volé la veille, devant chez lui, en allant faire le plein à la station service de Géant Casino, à Aix. Une chance sur cent. Enfin, peut-être pas une chance. Car pour le professionnel de santé, l’histoire s’est bien mal terminée. Quand il s’est approché des deux jeunes qui étaient sur son engin, pour le récupérer, Laurent a été littéralement roué de coups.

Bilan : une ITT de 45 jours, et notamment une fracture à la jambe et une entorse au poignet.

« Les vigiles, explique le président Michel Allaix, ne comprennent pas ce qu’il en est. Peut-être n’ont-ils pas souhaité prendre un mauvais coup… ».

Grâce à la vidéosurveillance, en tout cas, les enquêteurs de la Sureté d’Aix identifient un jeune. Abderrahmene Hasfi, 20 ans, a comparu devant le tribunal correctionnel. Et s’il reconnaît avoir porté des coups, c’était juste pour se défendre, soutient-il. « C’est lui qui m’a tapé d’abord », crache-t-il en désignant le plaignant du menton. Le juge stipule que sur les images de vidéosurveillance, « les choses ne se passent peut-être pas comme ça », puis il s’interroge tout haut sur la façon dont le quad a été dérobé devant chez Laurent.

Hafsi, lui, n’en sait rien : « Alors moi j’étais devant chez moi et des collègues sont passés. Ils m’ont prêté le quad mais ils m’ont bien dit qu’il était pas volé. Après je suis tombé en panne alors il a fallu que j’aille à l’essence ». Le président, s’il était taquin, pourrait presque s’interroger : « Alors vous, quand vous empruntez un quad, vous demandez s’il n’est pas volé… » Et qui est ce collègue qui a prêté le quad volé la veille ?

Alors là, le prévenu ne sait pas trop. Le tribunal obtiendra seulement un prénom. Omar. (…)

La Provence ( merci à Lilib )

Asnières (92) interdit les quads

Avec les beaux jours, les quads ont fait un retour remarqué dans les rues d’Asnières, et plus spécialement dans les quartiers nord. L’un d’eux a été saisi et emporté à la fourrière, mercredi dernier. Mais depuis hier, les voilà interdits de circulation dans toutes les artères de la ville.

« C’est presque saisonnier. Depuis qu’il fait de nouveau beau, les quads et les minimotos ressurgissent et pourrissent la tranquillité des habitants. Cela devient invivable! » L’arrêté bannit donc « les engins à moteur de type quad dans l’ensemble des voies, parcs et jardins de la commune ». « C’est surtout le soir, grommelle Louise, une septuagénaire. On entend leur pétarade avant de les voir. Ils foncent, et font demi-tour n’importe comment. On n’a pas intérêt à traverser quand ils arrivent… »

Les policiers ont cependant une limite à leur action. Depuis les émeutes de 2005 et les violences de Villiers-le-Bel (Val-d’Oise) en 2007, une consigne leur interdit toute course-poursuite avec un pilote de deux-roues ou de quad.

Le parisien

Oise : un homme tué en empêchant le vol de son quad

Un homme de 25 ans, soupçonné d’avoir tué le propriétaire d’un quad qui était intervenu pour empêcher le vol de son véhicule dans la nuit de jeudi à vendredi à Villers-sur-Coudun (Oise), a été mis en examen et écroué dimanche, a-t-on appris de source judiciaire.

Le suspect est poursuivi pour « tentative de vol avec violence ayant entraîné la mort », a-t-on précisé de même source. Il ne reconnaît que la tentative de vol, niant être à l’origine du décès du jeune homme, âgé de 27 ans. Le soir des faits, la victime avait entendu du bruit, comprenant qu’un intrus tentait de lui dérober son quad, et était sorti de chez lui pour empêcher le forfait, selon la gendarmerie. Sa compagne qui appelait à ce moment les gendarmes, l’a retrouvé inanimé quelques instants plus tard, face contre terre.

L’autospie a conclu à une mort par asphyxie, due à un écrasement de la pomme d’Adam.

Le Figaro

Tremblay-en-France (93) : un quad blesse deux femmes et deux fillettes

Deux femmes, dont une enceinte, et deux fillettes ont été percutées et blessées dimanche à Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis) par un quad qui a pris la fuite, a t-on appris de source policière.

Les victimes ont toutes été hospitalisées dans la ville voisine de Villepinte. Le conducteur du quad s’amusait à passer du trottoir à la chaussée lorsqu’il a percuté le groupe.

Tremblay-en-France a été récemment de théâtre de nombreuses incivilités notamment des caillassages de bus. Le 31 mars, un bus avait été partiellement incendié et un autre caillassé, à la suite d’un vaste coup de filet policier contre des trafiquants de drogue dans la cité du Grand ensemble.

Le Figaro