Fin sanglante de la prise d’otages en Algérie : au moins 21 otages et 32 islamistes tués

Addendum 19/01/13

- 21 otages et 32 islamistes tués selon un bilan provisoire des autorités algériennes (BFMTV)

- Alger a eu « les réponses adaptées », indique François Hollande.

- Sept otages étrangers ont péri et 11 ravisseurs ont été abattus dans l’assaut final lancé ce matin par les forces spéciales algériennes, selon une source de sécurité.

D’après le site du quotidien El Watan, les sept otages étrangers tués pendant l’assaut final aurait été exécutés par les terroristes qui prévoyaient de se suicider collectivement dans l’explosion de l’usine. Les forces spéciales algériennes auraient lancé l’assaut pour tenter de sauver quelques otages avant qu’ils ne soient tous tués, en vain. Le Figaro

Lire la suite

Prise d’otages dans une école maternelle à Vitry-sur-Seine (màj vidéo)

Addendum : vidéo de l’arrestation

(merci à Zatch et Major)

Hebergeur d'image

Addendum

Le forcené a été interpellé à l’issue des négociations

Le forcené, qui tenait des propos incohérents, décousus et qui a exprimé l’envie de mourir, a continué les négociations avec le Raid après la libération de l’otage. Les négociateurs souhaitaient obtenir de l’homme qu’il se rende sans confrontation. Le Raid a réussi à maîtriser le forcené qui a été interpellé et placé en garde à vue. L’homme n’était pas blessé et n’a pas formulé de revendications particulières. Son profil est encore peu précis.

BFM

Addendum

- selon I>Tele, le preneur d’otages serait « de type africain »

- la personne retenue en otage a été libérée par le forcené. Mais ce dernier est toujours retranché. Il menace de suicider.

- La police raconte qu’«avec une relative facilité, trois adultes et quatre enfants ont pu partir». Le dernier adulte retenu est un ancien militaire et n’a, semble t-il «pas peur du preneur d’otage». Pour l’instant, les motivations du preneur d’otage ainsi que son identité ne sont pas connues. Les policiers tentent de savoir si l’arme qu’il détient est factice ou non.

Le Figaro