Les chrétiens sont-ils persécutés au Moyen-Orient ?

Le site musulman saphirnews publie un communiqué de l’Assemblée des Ordinaires catholiques de Terre sainte (Palestine, Israël et Jordanie) et du Comité Justice et Paix sur la situation des chrétiens au Moyen-Orient. Le mot « persécution » semble gêner cette auguste Assemblée.

Oui, les chrétiens sont parfois touchés précisément parce qu’ils sont chrétiens, parce que leur foi est différente et parce qu’ils ne sont placés sous aucune protection.

Persécution : Dans de nombreuses parties du monde occidental, ce mot est sur toutes les lèvres. On ne cesse de dire qu’aujourd’hui les chrétiens sont persécutés au Moyen-Orient. Mais, que se passe-t-il réellement ? Comment, en tant que chrétiens et en tant qu’Eglise, parler en toute vérité et intégrité de la souffrance et de la violence qui sévit dans la région ?

Néanmoins, la répétition du mot «persécution» dans certains milieux (pour désigner habituellement uniquement les souffrances endurées par les chrétiens aux mains de criminels qui se déclarent musulmans), sert aux extrémistes, chez nous comme à l’étranger, dont le but est de semer la haine et les préjugés, et de monter les peuples et les religions les uns contre les autres.

Il ne fait aucun doute que les récents bouleversements du Moyen-Orient, d’abord appelés «printemps arabe», ont ouvert la voie à des groupes extrémistes et à de nouveaux rapports de force qui, au nom d’une interprétation politique de l’islam, font des ravages dans de nombreux pays , en particulier en Irak , en Egypte et en Syrie . Il ne fait aucun doute non plus que nombre d’extrémistes considèrent les chrétiens comme des infidèles, des ennemis, ou encore des agents de puissances étrangères hostiles ou comme une cible facile à extorquer.

Cependant, au nom de la vérité, nous devons souligner que les chrétiens ne sont pas les seules victimes de cette violence et de cette sauvagerie. Les musulmans laïques, tous ceux nommés «hérétiques», « schismatiques» ou simplement « non – conformistes » sont également attaqués et assassinés dans ce même chaos. Là où les extrémistes sunnites sont au pouvoir, les chiites sont massacrés. Là où les extrémistes chiites dominent, les sunnites sont tués. […]

Les chrétiens vivaient dans une relative sécurité sous ces régimes dictatoriaux. Ils craignaient que, une fois le pouvoir autoritaire renversé, des groupes extrémistes semant le chaos prennent le dessus et s’emparent du pouvoir, au moyen de la violence et de la persécution. Par conséquent, certains chrétiens ont eu tendance à défendre ces régimes. Au lieu de cela, la fidélité à leur foi et leur préoccupation pour le bien de leur pays, auraient du peut-être les amener à parler beaucoup plus tôt, à dire la vérité et à en appeler aux réformes nécessaires, en vue de plus de justice et de respect des droits de l’homme, et à prendre position aux côtés de nombreux chrétiens et musulmans courageux qui ont su parler.

Nous comprenons parfaitement les peurs et les souffrances de nos frères et sœurs dans le Christ, qui ont perdu dans cette violence des membres de leur famille et ont été chassés de chez eux. Ils peuvent compter sur notre solidarité et nos prières. […]

Ensemble, nous devons unir nos voix à tous ceux qui rêvent comme nous d’une société dans laquelle musulmans, chrétiens et juifs seront citoyens égaux, vivant côte à côte, et construisant ensemble une société dans laquelle les nouvelles générations pourront vivre et prospérer.

saphirnews

Henri Guaino (UMP) / printemps arabes : « Nous avons peut-être tous fait une erreur de jugement »

Le député Henri Guaino (UMP), ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, a évoqué une possible « erreur de jugement » sur les printemps arabes.

« Tout cela a ouvert grand la porte aux mouvements islamistes »

« Nous avons peut-être tous fait une erreur de jugement, en jugeant trop vite les printemps arabes qui ont déstabilisé » les pays, a concédé l’ancienne plume de Nicolas Sarkozy sur Radio Classique. « La suite de l’histoire n’est pas aussi belle qu’on pouvait le penser à l’époque ».

« Ce qui se passe en Tunisie, en Egypte, en Syrie contribue évidemment à alimenter les mouvements jihadistes, à alimenter le désordre, déstructurer la lutte contre le terrorisme dans toute cette région. Tout cela a ouvert grand la porte aux mouvements islamistes », selon le député UMP des Yvelines.

A propos de la Libye, M. Guaino a jugé que le pays était déjà « désagrégé bien avant que la France n’intervienne parce que c’est un Etat qui reposait sur des bases tribales et qu’une partie du pays, notamment du côté de Benghazi » faisait sécession, influencé par l’ »onde de choc » des révolutions tunisienne et égyptienne.

Le Figaro

NB : L’historien Bernard Lugan :
« Ceux qui ont lancé la guerre contre le colonel Kadhafi étaient des irresponsables et je n’ai cessé de le dire depuis le premier jour. Outre qu’ils ont provoqué une réaction déstabilisatrice en chaîne, ils ont armé les jihadistes. Il faut en effet savoir que certaines des armes aujourd’hui utilisées contre nos soldats proviennent de nos propres arsenaux et qu’elles furent généreusement parachutées aux « démocrates » libyens chers à BHL. »

Les 50 pays où la foi coûte le plus

Publié tous les ans par l’association Portes Ouvertes, l’index mondial de persécution liste les 50 pays où les chrétiens subissent le plus de pression en raison de leur foi. La situation se dégrade du fait de la montée de l’intégrisme islamique.

Dossier complet de l’index mondial de persécution  

Pour la 11 e année consécutive, la Corée du Nord occupe la première place des pays les plus intolérants à l’égard des chrétiens. « La simple possession d’une bible peut conduire toute une famille en camp de travaux forcés », a dénoncé Claire Lacroix, coordinatrice pour la France de l’index mondial de persécution en présentant le triste classement hier à Strasbourg (le siège français de l’association est à Ost- wald).

Parmi les dix premiers pays, « huit sont à majorité islamique » et cinq nouveaux font leur entrée dans l’index, « tous en Afrique subsaharienne, où une étape a été franchie avec l’aide de l’Arabie saoudite et la chute du régime libyen » : le Mali, directement à la 7 e place, la Tanzanie, le Kenya, l’Ouganda et le Niger. « C’est le reflet d’un islamisme de plus en plus radical et violent » qui est la tendance marquante des dernières évolutions. Parallèlement,

l’hiver chrétien, déjà observé l’année dernière, se confirme dans les pays qui ont connu des révolutions arabes


(Syrie où les chrétiens sont considérés par les rebelles comme des partisans du régime, Libye, Égypte, Tunisie).

Globalement, la persécution des chrétiens dans le monde augmente.

Et si certains pays descendent dans la liste (Égypte, Iran, Ouzbékistan), « c’est parce que la situation s’est aggravée dans d’autres pays ».

La Chine en net progrès, la Turquie* sortie de l’index.

Seul élément positif, l’amélioration dans les anciens pays communistes d’Asie du sud-est avec une Chine en net progrès. La Tchétchénie, la Turquie, Cuba, la Biélorussie et le Bangladesh sont sortis de l’index.

(…)

Source  DNA

Huit mille immigrés illégaux ont débarqué entre janvier et septembre 2012 sur les côtes italiennes

Lampedusa : dix morts dans le naufrage d’une embarcation d’immigrés

Soixante-dix autres personnes, en provenance des côtes libyennes, ont pu être secourues dans la nuit.

Les gardes-côtes italiens ont repêché dimanche les corps de sept immigrés morts dans le naufrage, à mi-chemin entre les côtes libyennes et l’île de Lampedusa, de leur embarcation qui faisait route vers l’Italie, portant à dix morts le bilan de la tragédie, a indiqué l’agence de presse Ansa. (…)

En septembre, un autre naufrage d’une embarcation d’immigrés avait fait des dizaines de morts, selon les témoignages des survivants, mais seuls six corps avaient pu être récupérés.

Lors des « printemps arabes », l’Italie a connu une recrudescence des débarquements d’immigrés sur ses côtes méridionales, notamment à Lampedusa, en Calabre et dans les Pouilles.

Huit mille immigrés illégaux ont débarqué entre janvier et septembre 2012 sur les côtes italiennes, a indiqué le gouvernement italien en septembre. (…)

Le Point

Un Norvégien converti à l’islam serait prêt à frapper en occident

Un Norvégien converti à l’islam, entraîné par al-Qaida au Yémen, attend de recevoir l’ordre d’attaquer en occident. C’est ce que trois officiels d’agences de sécurité européennes ont expliqué à l’Associated Press. L’homme serait «opérationnel», toujours selon les mêmes sources. En revanche, on ne sait pas quand il pourrait frapper.

Le Norvégien serait devenu radical en 2008 et serait resté «quelques mois» au Yémen, où il serait toujours. Aucune infraction, c’est une recrue parfaite pour al-Qaida: «Il n’a même pas une contravention, il peut voyager partout», constatent les officiels.

Depuis quelques années, les agences de sécurité européennes et américaines redoutent les terroristes recrutés dans leur pays et entraînés dans les camps radicaux d’al-Qaida au Yémen, au Pakistan ou en Somalie par les militants d’al-Shabbaab.

Selon Jonathan Evans, le chef du MI5 (les services de renseignements britanniques), avec les printemps arabes, plusieurs pays arabes sont devenus des environnements favorables à al-Qaida

et des Britanniques font le voyage pour suivre les entraînements et avoir l’opportunité de développer une activité militante. (…)

Slate

Villepin : « La réconcialition avec l’Algérie est la clé »

Le Moyen-Orient change vite. Ne manquons pas cette transformation comme nos pays ont tardé à prendre conscience de l’élan de liberté des révolutions arabes. Il faut continuer à alerter tant sur la nécessité de soutenir ce souffle démocratique qui unit nos deux rives de la Méditerranée que sur celle d’éviter le basculement dans une tempête identitaire. [...]

Cela signifie des instances de coopération régionales, telles qu’une Union pour la Méditerranée réformée et revivifiée autour de la promotion de la démocratie et des droits humains. [...]

Dominique de Villepin dans Le Monde

Hérault : Le Front de gauche déçoit les «quartiers populaires»

Mohamed Bouklit vient claquer la porte du Conseil National du Front de Gauche qui ne prend pas en compte selon lui la question des «quartiers populaires» et présentera une candidature «citoyenne» pour porter la voix des sans voix dans la très «populaire» seconde circonscription de l’Hérault.

Il ne fait aucun doute que nous aurons un printemps révolutionnaire, un printemps des quartiers populaires un an après les printemps arabes.

Voilà plusieurs décennies que nous avons décidé de prendre notre destin en main et de devenir les sujets libres de notre propre histoire politique dans les quartiers populaires en entamant une révolution citoyenne pour nous libérer des carcans d’un régime oligarchique, clientéliste et capitaliste qui nous asservit. […]

Nous acceptions alors d’entrer dans cette dynamique plurielle du Front de Gauche qui en principe a vocation à devenir un véritable Front Populaire en incluant en son sein d’autres composantes citoyennes et syndicales comme les mouvements issus des quartiers populaires et de l’immigration postcoloniale. Nous considérions que le Front de Gauche pouvait être un outil d’éducation populaire capable d’accompagner les révolutions citoyennes. […]

Dans tous les cas, avec ou sans le Front de Gauche qui devrait être un vecteur d’émancipation du Peuple, il ne fait aucun doute que surgira en juin prochain dans plusieurs quartiers populaires une véritable insurrection citoyenne et électorale. […]

Pendant plusieurs années, nous n’avons cessé d’espérer l’émergence d’un véritable Front Populaire qui inclue et prend en compte de manière égalitaire les mouvements issus des quartiers populaires et de l’immigration postcoloniale. Entre l’idéal républicain d’égalité et de justice sociale symbolisé par la Prise de la Bastille et la réalité paupérisée de ces territoires abandonnés de la République, la route est longue et parsemée d’embûches clientélistes et oligarchiques même au Front de Gauche.

Vive la Révolution citoyenne.

oumma.com

Rencontre du CRIF avec Nicolas Sarkozy sur la politique étrangère de la France.

Une délégation du CRIF a été reçue le 23 novembre 2011 pour un déjeuner à l’Élysée avec le Président de la République, en présence du Ministre d’État, Ministre des Affaires étrangères et européennes, M. Alain Juppé. Une rencontre où ont été abordés uniquement des thèmes de politique internationale : L’Iran, les «printemps arabes», la question israélo-palestinienne et les relations entre la France et Israël.

La délégation du CRIF était composée de Richard Prasquier, président, Meyer Habib et Ariel Goldmann, vice-présidents, Francis Kalifat, trésorier, et Haim Musicant, directeur général. Participaient également à ce repas Jean David Levitte, conseiller diplomatique et Christian Fremont directeur de cabinet. Le repas s’est déroulé dans une ambiance de grande chaleur et de complète franchise.

L’Iran, dont la course à l’armement nucléaire, amplement démontrée désormais depuis le rapport de l’AIEA, est considérée comme un danger essentiel pour la paix du monde, la sécurité de l’État d’Israël et l’équilibre des forces au Moyen Orient a été le premier sujet abordé, à la suite de la proposition française de modifier drastiquement le niveau des sanctions par l’interruption des achats de pétrole iranien et le gel des avoirs de la Banque centrale d’Iran. […]

Aux questions sur les risques de succès islamistes là où se sont produits les révolutions qualifiées de «printemps arabes», le Président a marqué la nécessité de grande vigilance mais aussi sa certitude que cette évolution recèle à long terme les meilleures chances pour la paix, […]

L’intervention de l’OTAN en Libye, où la France a joué un rôle déterminant, a permis de protéger la population libyenne des massacres que lui promettait un dictateur sanguinaire, et quelle que soit l’évolution, le Président considère que ce faisant, les ferments de la liberté et de la démocratie ont été plantés dans ce pays. […]

Les relations entre la France et Israël ont été ainsi longuement abordées. Le Président de la République a rappelé que sa carrière politique tout entière montrait la profondeur de son attachement pour Israël et il s’est étonné de la virulence des critiques contre lui par certains segments de la communauté juive de France. […]

Crif

Au Maroc, Sarkozy célèbre le TGV «made in France»

Nicolas Sarkozy a donné jeudi au Maroc le coup d’envoi des grands travaux du futur train à grande vitesse marocain en compagnie du roi Mohammed VI, auquel il doit renouveler le soutien politique de la France en pleine effervescence des «printemps arabes».

Malmené par la défaite historique de son camp aux élections sénatoriales et les «affaires» politico-judiciaires, le président français s’est offert un répit de quelques heures sous le soleil de Tanger, au nord du Maroc, pour y célébrer un succès devenu rare, celui du TGV «made in France» à l’étranger.[…]

Le prix de la nouvelle ligne est estimé à 1,8 milliard d’euros, auxquels il faudra ajouter tous les coûts d’infrastructure associés. Une part importante sera financée par la France elle-même, qui a débloqué un prêt de 920 millions d’euros. Un quart de la facture doit être payé par des pays «amis» du Maroc, comme l’Arabie saoudite, qui a elle-même lancé un appel d’offres pour la construction d’un TGV Jeddah-La Mecque-Médine, les Emirats arabes unis ou encore le Koweït. Le dernier quart sera financé par le budget marocain lui même.

Même ainsi pris en charge, le TGV «high tech» vendu par Alstom (400 millions d’euros pour 14 rames) est contesté au Maroc, où certains le considèrent comme un investissement de prestige inutile et coûteux. […]

Le Nouvel Obs