Banlieues : Fadela Amara n’a pas fait de miracles

Pour Yacine Djaziri, du Bondy Blog, le bilan de la «politique de la ville » est désastreux. Il estime que cette situation est due au manque de moyens alloués aux banlieues mais aussi au manque de compétences et à la personnalité de la secrétaire d’Etat, Fadela Amara «redevable en tout» à Nicolas Sarkozy.

Il y a un an dans ces colonnes, je disais rêver de Fadela Amara et plus précisément de l’application de son plan pour enfin désenclaver et redynamiser nos quartiers populaires. Las, deux ans après les roulements de tambours de Vaulx-en-Velin, force est de constater à la lecture des chiffres que le dépôt de bilan est avéré.

-1 habitant sur 3 sur les 5 millions d’habitants résident dans les ZUS (Zones urbaines sensibles) vit sous le seuil de pauvreté (880€/mois). Un taux de chômage de 16,9%, 1162 contrats d’autonomie (sur 13 338 signés) ayant débouchés sur une formation ou un emploi pour 30 millions d’euros dépensés. +24,8% de chômeurs entre 2008 et 2009 pour les moins de 26 ans dans les ZUS, selon le Pôle emploi.

Comment expliquer cette banqueroute, dommageable pour les fondements de notre société ? Attardons-nous sur ce choix que fut la nomination de Fadela Amara au secrétaire d’Etat à la ville.
Lire la suite