Manger Halal, pour diversifier ses pratiques alimentaires

Christine Rodier est maître-assistante à l’Institut de sciences sociales des religions contemporaines, à l’Université de Lausanne. Elle est l’auteure d’une thèse de doctorat, soutenue en 2012 à l’Université de Strasbourg : Manger pour croire : le halal comme incorporation d’une norme. Étude transgénérationnelle de descendants de migrants berbères » :

Nous allons essayer dans notre propos suivant de déconstruire ce que nous appelons l’approche « essentialiste » des populations dites « musulmanes », forme de « catégorisation » de l’être musulman pour montrer au contraire que la consommation halal s’imbrique dans une libération des pratiques alimentaires définissant des appartenances et pratiques multiples [...]

Ces mangeurs que je qualifie de « mangeurs consommateurs » se différencient de leurs ainés en exprimant une grande lassitude pour les plats traditionnels de leurs parents. Au contraire, ces derniers désirent manger des plats dits « français » auxquels ils s’identifient (comme la plupart des jeunes de cette classe d’âge), étant eux-mêmes nés sur sol français. Pour le « mangeur consommateur », acheter des produits certifiés halal permet d’introduire de nouveaux aliments et de varier les pratiques alimentaires tout en ne s’opposant pas à la norme communautaire.

C’est pourquoi, manger halal traduit moins à un retour du religieux ou à un phénomène de communautarisation de la part de musulmans, mais plutôt une quête effrénée vers des pratiques alimentaires de plus en plus diversifiées dans la société française actuelle.

Le Monde (Merci à Bintz)

Grèce : les 3 mensonges des médias et des experts (1)

«Les Grecs vivent au dessus de leurs moyens.» «L’économie allemande est plus vertueuse.» «L’Euro nous protège de la crise.» Ces trois affirmations font partie du mantra néolibéral répété en boucle par les économistes invités sur les plateaux. L’économiste Jacques Sapir démolit consciencieusement ces pétitions de principe.

La Grèce serait l’homme malade de la zone Euro

Les récents événements en Grèce et dans la zone Euro ont donné lieu à beaucoup de commentaires, au sein desquels on peut constater que certains mythes ont la vie (très) dure. Sans prétendre leur faire la peau définitivement, il convient de rappeler ici certains faits, par sympathie pour les travailleurs grecs mais aussi par amour de la vérité.

La presse allemande, et même française, a usé de termes, en réalité, bien plus injurieux. On se souvient des « cueilleurs d’olives » et même de l’exécrable calembour (la « mauvaise Grèce ») par lequel un quotidien français s’est déshonoré. Il convient de rétablir ici les faits.

Suite et commentaires sur Fortune