Descente de police à Saint-Denis : un candidat UDI blessé

Le candidat UDI-UMP à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) a été conduit aux urgences hier, après avoir reçu une boîte de conserve sur la tête, alors qu’il était en campagne dans un quartier de la ville, rapporte Metronews.

Houari Guermat aurait été pris « au milieu d’une descente d’une centaine de policiers » et aurait reçu la boîte « dans la confusion ». Il a rejeté dans un communiqué « l’insécurité croissante » dans la ville, et rejette la faute sur le maire communiste Didier Paillard, qui s’oppose à l’installation de vidéosurveillance

Le Figaro

USA : Le profiling racial des nouveaux ordinateurs de la police de Chicago

Le Rapport minoritaire : un nouvel ordinateur de la police de Chicago qui prévoit les crimes, est-ce raciste ?

La police de Chicago affirme que ses ordinateurs peuvent prédire qui sera un jour ou l’autre un criminel violent ou pas, mais les critiques objectent que ce n’est ni plus ni moins que du profiling racial.

Lorsque la police de Chicago a envoyé un de ses inspecteurs au domicile de Mac Daniel l’été dernier, le jeune homme de 22 ans en décrochage scolaire fut des plus surpris. Certes il vivait dans un quartier réputé chaud mais le jeune homme n’avait jamais commis de crime ni eu la moindre altercation avec la police. Casier judiciaire vierge, il a déclaré au journal Chicago Tribune « Je n’ai rien fait de pire que les autres enfants qui m’entourent ». Pourtant l’inspecteur de police le met en garde avec un message ferme « Si vous commettez un crime, vous aurez de sérieux ennuis. Nous ne vous quittons pas des yeux. »

Ce que Mac Daniel ignorait c’est qu’il avait été placé en (sic) « liste brûlante » qui est un répertoire de quelque 400 personnes de Chicago susceptibles d’être impliquées un jour ou l’autre dans un crime. Inspirée par des études d’un sociologue de l’université de Yale, la DPC (Department Police of Chicago) transporte la police dans le 21 ème siècle…

Ces systèmes d’analyse prédictive ont été testés par les services de police dans tout le pays depuis des années, mais il n’existe pas de force de police urbaine qui soit allée aussi loin, qui n’est été autant financée que ne l’a été la DPC dans sa quête de prédire la criminalité avant qu’elle ne survienne. Le commissaire Jonathan Lewin, qui est en charge de l’information technologique pour la DPC a dit à The Verge :

« Ce programme deviendra une pratique nationale. Cela informera les services de police américains et du monde entier sur la meilleure façon d’utiliser la police prédictive pour anticiper et résoudre les problèmes. Il s’agit de sauver des vies. » [...]

The Verge (en anglais)

ndlr : comment le film de science fiction de Steven Spielberg tourné en 2002   »Minority Report » est devenu réalité aujourd’hui.

Roubaix : les policiers du commissariat incommodés par du cannabis

Les policiers du commissariat de Roubaix n’en peuvent plus. Les stocks d’herbe et de résine de cannabis entreposés dans les locaux à scellés dégagent une odeur insupportable. La drogue saisie lors de différentes affaires s’entasse inexorablement alors qu’elle devrait être détruite sur ordre de la justice. Au-delà de l’odeur prégnante qui les gêne, les policiers craignent surtout qu’à force d’inhaler ces molécules de stupéfiants, ils ne soient contrôlés positifs ! Des tests salivaires effectués par quelque-uns d’entre eux se sont déjà révélés positifs… sans parler des malaises.

(…) Le Parisien

Bretagne : un « Bonnet rouge » condamné à 6 mois de prison avec sursis

Le « Bonnet rouge » en garde à vue après les violences qui ont émaillé, samedi, la manifestation anti-écotaxe près de Brech (Morbihan) a été condamné ce dimanche à six mois de prison avec sursis et 140 heures de travaux d’intérêt général. Poursuivi pour « port d’arme illégal et participation à un attroupement après sommation de dispersion », il était jugé en comparution immédiate par le Tribunal d’Instance de Lorient.

Le jeune homme de 21 ans et originaire de Dahouët (Côtesd’Armor) « a reconnu avoir participé à un attroupement en étant armé d’un bouclier d’une barre de fer qu’il a projeté contre les CRS », a indiqué le parquet de Lorient.


Les Bonnets rouges manifestent devant la… par OuestFranceFR

(…) Le Parisien

Essonne : le commissariat des Ulis caillassé pour la troisième fois en deux ans

Vers 23H00, une dizaine de personnes a lancé des pierres sur la façade et sur un véhicule de police, avant de tirer des feux d’artifice », a expliqué Bruno Leparc, secrétaire départemental adjoint Alliance, précisant qu’il s’agissait là de la « troisième attaque en moins de deux ans ».

Le poste de police, situé au rez-de chaussée d’un bâtiment en plein centre des Ulis, est inadapté: « C’est un commissariat, qui, au niveau sécurité, n’est pas du tout aux normes, il n’y a qu’un simple vitrage, et de fait les policiers deviennent des cibles », affirme Bruno Leparc.

Le commissariat des Ulis a déjà été la cible d’attaques en novembre 2012 et en janvier 2013. Aucun des auteurs n’a pu être interpellé.

Vénissieux : trois mineurs tirent aux mortiers sur des pompiers en intervention

Trois mineurs ont été interpellés mardi à 22h15, boulevard Lénine à Vénissieux. Âgés de 16 et 17 ans, les deux premiers sont domiciliés à Vénissieux alors que le troisième, âgé de 14 ans, vit à Saint-Genis-Laval. En compagnie d’autres individus encore en fuite, ils ont tiré aux mortiers sur des sapeurs-pompiers venus éteindre un incendie et sur des policiers envoyés en renfort.

LyonMag

Meaux (77). Accusé de tentative de meurtre, il s’évade du commissariat et vole une voiture de la mairie

Incroyable ! Aujourd’hui à 14 h 25, un homme de 25 ans originaire d’Etampes (Essonne), actuellement en détention à la prison de Meaux-Chauconin pour une tentative de meurtre, s’est fait la belle alors qu’il se trouvait en garde à vue au commissariat de Meaux. Le gardé à vue, déjà condamné pour une évasion, a profité d’un moment de confusion pour s’échapper de l’hôtel de police. Une fois dehors, il a volé une voiture de la mairie de Meaux garée sur le parking des services municipaux voisins du commissariat.

(…) Le Parisien

Toulon (83) : Un an au coeur du commissariat central (Vidéo)

Pendant longtemps, la capitale du Var a souffert d’une réputation sulfureuse. Sans doute à cause de son arsenal militaire, qui accueille sous-marins et porte-avions, et de son port, où se croisaient délinquants, marins, prostituées et toute une faune en quête d’aventure et de sensations.

Mais aujourd’hui, la ville fait moins parler d’elle. Il faut dire que les policiers mènent une véritable traque contre les délinquants. Avec trois cibles prioritaires : les vols avec violences, le trafic de drogue et les incivilités.

Pour lutter contre ces trois fléaux, trois unités, aux missions complémentaires : la BAC, spécialisée dans les flagrants délits, Police Secours, qui arrive souvent en premier sur les appels d’urgence et la Brigade Spécialisée de Terrain, une unité de choc en première ligne contre la délinquance.

Des interventions souvent mouvementées, lancées depuis le commissariat central, où sont basées toutes ces unités et qui, jour et nuit, se transforme en véritable ruche “anti-délinquance”.

Partie 1:

Partie 2:

Mantes-la-Jolie (78) : les policiers pris à partie lors du tournage d’un clip

Trois personnes sont en garde à vue depuis dimanche soir au commissariat de Mantes-la-Jolie (Yvelines). Elles sont soupçonnées d’avoir caillassé des policiers dans le quartier du Val-Fourré lors du tournage d’un clip. Durant les incidents, les agents ont remarqué qu’un hélicoptère planait au-dessus de leur tête. Selon le commissariat, l’aéronef, piloté pour les besoins du clip, filmait la scène.

(…) Le Parisien

Code de déontologie commenté par Valls : il est conseillé de « ne pas entamer une poursuite automobile lorsque les circonstances de lieu et/ou de circulation ne s’y prêtent pas ».

Alliance, le 2e syndicat des gardiens de la paix, s’est insurgé vendredi contre les commentaires accompagnant le nouveau code de déontologie dans la police, les jugeant « infantilisant », laissant penser que les policiers sont « sans cervelle ».

Ce nouveau code de déontologie, une mesure voulue par le ministre de l’Intérieur Manuel Valls pour rapprocher les policiers de la population, et qui préconise, entre autres, le vouvoiement lors des contrôles d’identité, est entré en vigueur au 1er janvier 2014. Il est entré en fonction en même temps que le numéro d’identification apposé sur l’uniforme des policiers et des gendarmes, une mesure assez mal perçue dans la police. Ce code, qui a été diffusé dans tous les services de police et de gendarmerie, est notamment accompagné de commentaires et d’exemples donnés pour illustrer les bons et les mauvais comportements.

Ainsi, dans un chapitre consacré au discernement, il est déconseillé aux policiers de verbaliser excessivement pour stationnement gênant des « participants à un enterrement », selon le texte consulté par l’AFP.

Ou encore, comme exemple de comportement positif, il est conseillé de « ne pas entamer une poursuite automobile lorsque les circonstances de lieu et/ou de circulation ne s’y prêtent pas ».

Ce code commenté est « totalement inadmissible, inqualifiable et honteux » pour le secrétaire général adjoint d’Alliance Jean-Claude Lagache, « car il laisse à penser que les policiers sont des personnes sans cervelle, inaptes à comprendre les textes ». « Après avoir subi l’effet stigmatisant du nouveau code de déontologie, voilà que notre administration persiste maintenant en infantilisant ses policiers », a-t-il ajouté….

Le Point

Défilé de La Manif pour tous dimanche : des huissiers missionnés pour surveiller la police

Dénonçant l’attitude des forces de l’ordre lors des précédentes manifestations, l’association La Manif pour tous a obtenu la présence de deux huissiers afin de constater d’éventuels débordements lors de la manifestation prévue dimanche.

Hebergeur d'imageDes policiers surveillés de près. La Manif pour tous a obtenu jeudi la désignation de deux huissiers de justice missionnés pour constater l’attitude des forces de l’ordre lors de la manifestation prévue dimanche, mais aussi des participants, a annoncé Me Henri de Beauregard, avocat de l’association. « Compte tenu de ce qu’on a vu par le passé, s’est quand-même instaurée une défiance, non à l’égard des fonctionnaires de police eux-mêmes mais des instructions qui peuvent leur être données », a déclaré l’avocat, évoquant les nombreuses interpellations lors de précédentes manifestations.

Dans sa requête, l’avocat estime qu’il est à craindre que « des interpellations en nombre soient réalisées à l’aveugle contre d’honnêtes citoyens ». Ainsi les huissiers pourront « décrire les mouvements policiers, les agissements des manifestants comme des forces de l’ordre, relever d’éventuelles atteintes à la liberté individuelle ». [...]

TF1 News